background preloader

La lecture des adolescents : comment avoir "bon genre" ? / Christine Detrez - Université Toulouse II-le Mirail

La lecture des adolescents : comment avoir "bon genre" ? / Christine Detrez - Université Toulouse II-le Mirail
Related:  litté.jeunesse: histoire, débats, podcasts et vidéos

Que lisent vraiment les ados?: L'Express, 08/2013 Avant, c'était simple: entre 11 et 15 ans, soit on aimait lire, soit non. Et lorsqu'on appartenait à la première catégorie, on avait à la fois un oeil dans la Bibliothèque verte et l'autre qui lorgnait celle de nos parents -où l'on piochait d'autant plus joyeusement qu'elle n'était pas forcément autorisée. Mais ça, c'était avant, il y a longtemps, quand on pouvait également s'entendre dire: "Plutôt que de ne rien faire [= lire un livre], viens m'aider à mettre la table." Car depuis une quinzaine d'années, et de manière accrue avec la crise récente et le spectre du chômage, ce que les collégiens entendent, c'est l'injonction: "Lis!" Et, si possible, lis des choses "intelligentes et éducatives". >>> Retrouvez notre dossier: "Vivre avec un(e) ado" "Cette instrumentalisation de la lecture est frappante, constate Jean-Philippe Arrou-Vignod, directeur de collection chez Gallimard Jeunesse. La lecture, plaisir obligatoire? Gabriella, 11 ans Qu'est-ce que tu aimes dans un livre? Timothée, 13 ans

Littérature de jeunesse La littérature de jeunesse, entre frustration pour certains auteurs et bonheur pour d'autres, a souvent été présentée comme un genre "à part", commeune littérature spécifique, destinée aux seuls enfants. Tout au long de cette journée, les spécialistes d'horizons divers tenteront de mettre en lumière la vocation de cette littérature dans le panorama littéraire général et les raisons de sa création et de son développement. A travers des textes et des images, ils nous feront pénétrer au sein d'un monde plus complexe qu'il n'y paraît où se manifestent avec vigueur critique, engagement et pédagogie. Participants:

Les adolescents et la lecture, quinze ans après: BBF, 11/2011 Les jeunes ne lisent plus : avant-hier à cause de la bande dessinée, hier à cause de la télévision, aujourd’hui à cause d’internet. Sans s’interroger ni sur la transformation du verbe lire en verbe intransitif, ni sur ce passé mythique où les adolescents, tel le petit Marcel de la Recherche qui, plongé dans sa lecture, laissait s’égrener les heures au clocher de Combray, auraient été passionnés de lecture, les discours de déploration ricochent de génération en génération. Et pourtant, pourrait-on rétorquer, des séries comme Harry Potter ou Twilight, mais également les romans de Pierre Bottero, de Meg Cabot, de Timothée de Fombelle sont de véritables best-sellers, sans parler des mangas, même malgré leur essoufflement récent 1. Mesurer les évolutions Tentons néanmoins l’exercice, à partir de deux enquêtes longitudinales : la première débute il y aura bientôt vingt ans 3. « Tu regardes la télévision : – Jamais ou presque jamais ; – 1, 2 ou 3 fois par mois ; – 1, 2 ou 3 fois par semaine ;

Entre posture et imposture du lecteur : sur le fonctionnement symbolique / François Quet - Université Toulouse-Jean Jaurès Entre posture et imposture du lecteur : sur le fonctionnement symbolique / François Quet Entre posture et imposture du lecteur : sur le fonctionnement symbolique / François Quet.L’exemplification est l’un des symptômes de l’esthétique (Goodman, 1998) : appeler certaines propriétés de l’œuvre à fonctionner symboliquement, c’est inviter à extraire de la fable une thèse (Suleiman, 1983), des valeurs (Jouve, 2001 ; Dufays, 2004). La sélection des signes qui permet la lecture allégorique renvoie à une expertise et à un libre arbitre qui s’exercent de façon contradictoire au sein des communautés interprétatives (Fish, 2007). François Quet essaie de définir ici quelques enjeux de la situation didactique : - Quels partages entre discours d’experts et discours d’amateurs ? Intervention de François Quet faite dans le cadre du colloque international "Le texte du lecteur" organisé par l'équipe de recherche "Lettres, Langages et Arts (LLA). - Les mirages de l’interprétation.

Littérature jeunesse 2/4 Un documentaire de Catherine de Coppet et Anne Fleury Albums du Père Castor Catherine de Coppet © Catherine de Coppet Roule-galette, Mischka, Apoutsiak le flocon de neige, Perlette Goutte d'eau, Poule Rousse... Nombreux sont les albums du Père Castor qui émerveillent les yeux des plus jeunes, et réveillent les vibrants souvenirs des premières lectures des plus grands ! Derrière ce projet éditorial, pédagogique et esthétique, Paul Faucher (1898-1967) : ce libraire devenu éditeur a adhéré très tôt au mouvement de la Nouvelle Education, courant de pensée novateur prônant au début du 20e siècle une pédagogie axée sur les besoins réels des enfants. Ce documentaire retrace les débuts de cette aventure ambitieuse, à laquelle ont travaillé une foule d'auteurs et d'artistes venus d'horizons très divers. Un merci tout particulier à Kersti Chaplet, illustratrice, ainsi qu'à François Faucher. Certains albums du Père Castor ne sont plus édités aujourd'hui par Flammarion.

Les livres jeunesse incontournables des trente dernières années Lecture © SLJP 2013 - 2014 / Éric Garault De Pef à Tomi Ungerer, découvrez les coups de cœur de Denis Cheissoux de l’émission L’as-tu lu mon p’tit loup sur France Inter à l'occasion des 30 ans du salon du livre jeunesse de Montreuil. La littérature jeunesse, c’est avant tout du plaisir De Chien bleu de Nadja aux livres de Pef, à Tomi Ungerer en passant par La petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait dessus, découvrez les coups de cœur de Denis Cheissoux de l’émissionL’as-tu lu mon p’tit loup sur France Inter Et en bonus, son amical conseil lecture aux parents ! Les coups de cœur de Denis Cheissoux : Chien bleu de Nadja (L'École des loisirs, coll. ►►► ÉCOUTEZ I Le téléphone sonne consacré au 30e Salon du livre pour la jeunesse de Montreuil ►►► ET AUSSI I 30 ans de lecture jeunesse ►►► LA SELECTION DE LIVRES DES 30 DERNIÈRES ANNÉES I Les incontournables de Denis Cheissoux ►►► DEMAIN ? ►►► LIVRES POUR DEMAIN I Sélection de livres numériques Quelques chiffres sur le livre jeunesse :

Faire une place à la littérature de jeunesse Poser la question de la valeur littéraire pour qualifier ou disqualifier la littérature de jeunesse est hasardeux. Nous savons combien cette « valeur » dépend d’une série de mécanismes institutionnels. Or ces mécanismes d’évaluation critique jouent nécessairement en faveur des goûts et de la culture de ceux qui évaluent, à savoir des adultes lettrés : tout naturellement ces adultes s’intéressent d’abord à ce qu’ils lisent eux-mêmes, à ces « livres pour adultes » qu’éditeurs et libraires regroupent sous l’expression de « Littérature générale ». Quant aux enfants, ils ne produisent pas de discours critique sur les livres pour enfants ; ils n’en ont ni le besoin, ni la culture, ni les outils. Mais l’intérêt des textes destinés aux enfants ne se limite à leur éventuelle qualité littéraire. La littérature d’enfance construit un ensemble de références largement commun à tous les Français et qui est, pour l’essentiel, indépendant du monde de l’école. Voilà pour la présence culturelle.

La littérature de jeunesse, au coeur du dialogue entre les générations Et si les individus que nous devenons n’étaient que le fruit de nos lectures d’autrefois ? Et si la littérature de jeunesse façonnait activement l’identité des nouvelles générations, imprégnées de contes moralistes ? Et si finalement, cette littérature d’antan n’était qu’un pont intergénérationnel permettant de mieux comprendre le futur ? Max Butlen, maître de conférence et directeur adjoint de l’IUFM de Versailles, revient sur les lectures de notre enfance, s’interrogeant sur les bases possibles pour construire une culture littéraire commune et sur les critères de choix d’analyse et d’appréciation des ouvrages littéraires pour la jeunesse. Partage des émotions La littérature de jeunesse peut être une occasion de faire se rencontrer et de dialoguer les générations – même les plus éloignées les unes des autres – autour de textes lus en commun. Richesse des thématiques Variété des interprétations Critères de choix

Babar, Harry Potter et Cie. Livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui Livre pour enfants ou littérature pour la jeunesse Il est pourtant nécessaire de distinguer "livre pour enfants" et "littérature pour la jeunesse", même si cette distinction reste somme toute théorique. Si on s’intéresse aux publications destinées aux enfants dans une perspective littéraire, c’est-à-dire en s’attachant au corpus des œuvres de fiction mises entre les mains des enfants, on parlera de littérature pour la jeunesse. Chronologie sur la littérature enfantine Quelques dates dans l'histoire de la littérature enfantine Au 15e siècle 1450-1455 : Gutenberg et sa bible à 42 lignes Au 16e siècle 1533 : Rabelais publie Pantagruel1549 : Ancien testament pour les enfants illustré par Hoblein Au 17e siècle 1611 : Parution en Angleterre de la version autorisée de la Bible qui deviendra le livre du peuple 1633 : Comenius fait paraître L’Orbis sensualium pictus"1660 : Premier recueil des Fables de La Fontaine 1693 : Locke en Angleterre, publie Pensées sur l’éducation 1697 : Charles Perrault : Histoires ou récits du temps passé avec des moralités (Contes de la mère l’oye)1699 : Fénélon : Les aventures de Télémaque Au 18e siècle Au 19e siècle 1820-1824 : Publication des Frères Grimm1826 : Fenimore Cooper : Le dernier des Mohicans 1833 : La loi Guizot oblige chaque commune à avoir une école 1835 : Contes d’Andersen 1838 : Charles Dickens : Oliver Twist 1851 : H. Au 20e siècle

Le phénomène du cross-age Une littérature qui a conquis un vaste lectorat et qui se présente comme une passerelle entre les lectures des adolescents et celles des adultes On constate en France, comme dans le monde entier, l'explosion d'une nouvelle littérature jeunesse pour adolescents et jeunes adultes. Cette littérature s'adresse à une tranche d'âge qui va de 15 à 25 ans et se présente comme une passerelle entre la littérature jeunesse et la littérature adulte. Le fait marquant est qu'elle accroche aussi des adultes et des parents [ témoignages de parents en ligne]. On parle de littérature cross-age, cross-over, littérature pour young adults (YA) ou littérature passerelle. Ce phénomène a pris beaucoup d'ampleur et dernièrement de nombreux articles, dossiers et interventions lors de colloques de littérature jeunesse y ont été consacrés. totalité de cet article. [2] Le cross age est-il un genre littéraire ? S'agit-il d'un nouveau genre littéraire ? Lauren Olivier, auteure américaine [1] Lanez, Emilie.

Related: