background preloader

Que lisent vraiment les ados?: L'Express, 08/2013

Que lisent vraiment les ados?: L'Express, 08/2013
Avant, c'était simple: entre 11 et 15 ans, soit on aimait lire, soit non. Et lorsqu'on appartenait à la première catégorie, on avait à la fois un oeil dans la Bibliothèque verte et l'autre qui lorgnait celle de nos parents -où l'on piochait d'autant plus joyeusement qu'elle n'était pas forcément autorisée. Mais ça, c'était avant, il y a longtemps, quand on pouvait également s'entendre dire: "Plutôt que de ne rien faire [= lire un livre], viens m'aider à mettre la table." >>> Retrouvez notre dossier: "Vivre avec un(e) ado" "Cette instrumentalisation de la lecture est frappante, constate Jean-Philippe Arrou-Vignod, directeur de collection chez Gallimard Jeunesse. C'est oublier que les lectures secondaires sont nécessaires, et que le rôle des parents est d'ouvrir des voies en respectant le cheminement de chaque enfant. La lecture, plaisir obligatoire? Gabriella, 11 ans "Je lis dès que je peux: dans mon lit le soir, le mercredi, le week-end et en vacances. Tes livres préférés? Colombe, 15 ans Related:  litté.jeunesse: histoire, débats, podcasts et vidéos

Pourquoi les médias snobent-ils la littérature jeunesse ? Compte-rendu de la conférence qui s’est tenue au Salon du livre de Paris, le 21 mars. Pourquoi les médias snobent-ils le livre jeunesse ? Le 21 mars dernier, la Charte, représentée par Carole Trébor, a profité du Salon du livre 2014 pour réfléchir à cette question et lancer un débat ô combien nécessaire face au manque de représentation de la littérature jeunesse dans les différents médias, papier comme audiovisuel. Le livre jeunesse est-il littérature ? Premier problème soulevé lors de cette rencontre : la question de la légitimité du livre jeunesse. Quelle critique pour la littérature jeunesse ? Pour l’auteur Vincent Cuvellier, il convient de ne pas faire de distinction réductrice entre la littérature jeunesse et la « grande littérature ». Un manque français ? Si le débat concerne le contexte français, il faut se demander ce qu’il se passe à l’international. Besoin d’un rendez-vous médiatique régulier Intervenants de la conférence : Françoise Dargent, journaliste au Figaro

Les adolescents et la lecture, quinze ans après: BBF, 11/2011 Les jeunes ne lisent plus : avant-hier à cause de la bande dessinée, hier à cause de la télévision, aujourd’hui à cause d’internet. Sans s’interroger ni sur la transformation du verbe lire en verbe intransitif, ni sur ce passé mythique où les adolescents, tel le petit Marcel de la Recherche qui, plongé dans sa lecture, laissait s’égrener les heures au clocher de Combray, auraient été passionnés de lecture, les discours de déploration ricochent de génération en génération. Et pourtant, pourrait-on rétorquer, des séries comme Harry Potter ou Twilight, mais également les romans de Pierre Bottero, de Meg Cabot, de Timothée de Fombelle sont de véritables best-sellers, sans parler des mangas, même malgré leur essoufflement récent 1. Mesurer les évolutions Tentons néanmoins l’exercice, à partir de deux enquêtes longitudinales : la première débute il y aura bientôt vingt ans 3. « Tu regardes la télévision : – Jamais ou presque jamais ; – 1, 2 ou 3 fois par mois ; – 1, 2 ou 3 fois par semaine ;

Le phénomène du cross-age Une littérature qui a conquis un vaste lectorat et qui se présente comme une passerelle entre les lectures des adolescents et celles des adultes On constate en France, comme dans le monde entier, l'explosion d'une nouvelle littérature jeunesse pour adolescents et jeunes adultes. Cette littérature s'adresse à une tranche d'âge qui va de 15 à 25 ans et se présente comme une passerelle entre la littérature jeunesse et la littérature adulte. Le fait marquant est qu'elle accroche aussi des adultes et des parents [ témoignages de parents en ligne]. On parle de littérature cross-age, cross-over, littérature pour young adults (YA) ou littérature passerelle. Ce phénomène a pris beaucoup d'ampleur et dernièrement de nombreux articles, dossiers et interventions lors de colloques de littérature jeunesse y ont été consacrés. totalité de cet article. [2] Le cross age est-il un genre littéraire ? S'agit-il d'un nouveau genre littéraire ? Lauren Olivier, auteure américaine [1] Lanez, Emilie.

Littérature jeunesse 2/4 Un documentaire de Catherine de Coppet et Anne Fleury Albums du Père Castor Catherine de Coppet © Catherine de Coppet Roule-galette, Mischka, Apoutsiak le flocon de neige, Perlette Goutte d'eau, Poule Rousse... Nombreux sont les albums du Père Castor qui émerveillent les yeux des plus jeunes, et réveillent les vibrants souvenirs des premières lectures des plus grands ! Créés au début des années 1930, au sein des éditions Flammarion, ces collections de livres illustrés pour les enfants ont marqué durablement le paysage du livre jeunesse : ils font partie des premiers ouvrages à s'adresser directement aux enfants, dans un souci éducatif, avec notamment pour credo des images de qualité réalisées par des artistes et célébrant souvent la poésie de la nature. Ce documentaire retrace les débuts de cette aventure ambitieuse, à laquelle ont travaillé une foule d'auteurs et d'artistes venus d'horizons très divers. Certains albums du Père Castor ne sont plus édités aujourd'hui par Flammarion.

Les articles critiques: disparition du documentaire jeunesse? « Madame, j'ai des recherches à faire sur la mythologie grecque, les chevaliers, la Seconde Guerre mondiale... est-ce que je peux aller sur Google, ou sur Wikipédia, s'il vous plaît ? » Cette demande, tous les documentalistes de France, et les bibliothécaires aussi, l'entendent quotidiennement. Pourtant, dans les rayons des CDI et des bibliothèques, il y a des dizaines d'ouvrages sur ces sujets, qui ont été élaborés patiemment et souvent intelligemment par les éditeurs de documentaires jeunesse avec des spécialistes, et qui ont été choisis de la même façon par les médiateurs, dans le souci constant de proposer aux jeunes lecteurs des ouvrages pertinents et accessibles. Alors que faire ? I. L'édition jeunesse représente un secteur non négligeable de l'édition : 16,6 % de parts de marché, soit entre 70 millions et 80 millions d'exemplaires vendus (cela va des petits livres carrés en tissu pour les bébés jusqu'aux romans destinés aux jeunes adultes). II. 2. III.

Faire une place à la littérature de jeunesse Poser la question de la valeur littéraire pour qualifier ou disqualifier la littérature de jeunesse est hasardeux. Nous savons combien cette « valeur » dépend d’une série de mécanismes institutionnels. Or ces mécanismes d’évaluation critique jouent nécessairement en faveur des goûts et de la culture de ceux qui évaluent, à savoir des adultes lettrés : tout naturellement ces adultes s’intéressent d’abord à ce qu’ils lisent eux-mêmes, à ces « livres pour adultes » qu’éditeurs et libraires regroupent sous l’expression de « Littérature générale ». Quant aux enfants, ils ne produisent pas de discours critique sur les livres pour enfants ; ils n’en ont ni le besoin, ni la culture, ni les outils. Ils ont une évaluation globale, qui est celle de leur plaisir. Tout au plus rééditions et nouveaux tirages donnent-ils au chercheur une indication quantifiée sur ce qui a — ou sur ce qui eut — « valeur (littéraire ?) Voilà pour la présence culturelle. Cette liste appelle trois remarques.

SLPJ: enquête "les enfants et la lecture" Le LabSIC (Laboratoire des sciences de l’information et de la communication) de l’université Paris 13 a pour cela mené une enquête lors du Salon du livre et de la presse jeunesse en 2013. Les sociologues ont interrogé près de 500 enfants et 500 parents, et si l’échantillon n’est pas représentatif de la totalité des enfants en France, il permet d’entrevoir les comportements de ceux qui fréquentent le Salon et les lieux d’accès à la lecture. Le rapport complet sera publié à l’occasion du Salon 2014 par l’Enssib. Parmi les plus grands lecteurs, la lecture est motivée par le plaisir (pour 22,8% d’entre eux), l’évasion (20,7%), l’apprentissage (19%) et l’imaginaire (14,8%). Quels genres aiment-ils? Le roman, suivi de la BD et du manga sont les types d’ouvrages les plus appréciés par les enfants. Que lisent-ils? Comment lisent-ils ? Ce qui motive leur lecture? Comment revendiquent-ils leur autonomie? Et la lecture numérique dans tous ça?

Babar, Harry Potter et Cie. Livres d'enfants d'hier et d'aujourd'hui Livre pour enfants ou littérature pour la jeunesse Il est pourtant nécessaire de distinguer "livre pour enfants" et "littérature pour la jeunesse", même si cette distinction reste somme toute théorique. Si on s’intéresse aux publications destinées aux enfants dans une perspective littéraire, c’est-à-dire en s’attachant au corpus des œuvres de fiction mises entre les mains des enfants, on parlera de littérature pour la jeunesse. Si on adopte une perspective historique, en considérant tous les ouvrages écrits et édités pour les enfants – abécédaires, manuels scolaires, documentaires, albums, romans, contes, revues… –, alors on parlera de livres pour enfants. Au carrefour des domaines littéraire, éditorial, artistique, pédagogique, l'histoire du livre pour enfants est "celle [des] objets culturels de l'enfance et elle dépend donc de la prise en compte de la spécificité enfantine, c'est-à-dire la reconnaissance d'un public enfantin et de ses besoins propres".

Ados : zéro de lecture ?, LeMonde, 11/2012 Les études récentes sont formelles : bien souvent, arrivé à l'adolescence, un jeune abandonne le livre. Déplacement des centres d'intérêt ? Internet et autres écrans ? Explication d'un phénomène qui n'est pas sans paradoxe. LE MONDE DES LIVRES | • Mis à jour le | Par Catherine Simon Francine et Léa sont des prodiges. Toutes les études sociologiques le disent : arrivés à l'adolescence, les jeunes "décrochent", les livres leur tombent des mains. Menée auprès de 4 000 jeunes, interrogés tous les deux ans, de 2002 à 2008 (à 11 ans, 13 ans, 15 ans, puis 17 ans), cette enquête pionnière a fait l'objet d'un commentaire éclairant des sociologues Christine Détrez et Sylvie Octobre, publié dans Lectures et lecteurs à l'heure d'Internet (sous la direction de Christophe Evans, Cercle de la librairie, 2011). Ce phénomène de désaffection est-il nouveau ? Il n'empêche : on vend beaucoup de livres pour les enfants ou les ados ! La faute aux "décrocheurs" ?

Chronologie sur la littérature enfantine Quelques dates dans l'histoire de la littérature enfantine Au 15e siècle 1450-1455 : Gutenberg et sa bible à 42 lignes Au 16e siècle 1533 : Rabelais publie Pantagruel1549 : Ancien testament pour les enfants illustré par Hoblein Au 17e siècle 1611 : Parution en Angleterre de la version autorisée de la Bible qui deviendra le livre du peuple 1633 : Comenius fait paraître L’Orbis sensualium pictus"1660 : Premier recueil des Fables de La Fontaine 1693 : Locke en Angleterre, publie Pensées sur l’éducation 1697 : Charles Perrault : Histoires ou récits du temps passé avec des moralités (Contes de la mère l’oye)1699 : Fénélon : Les aventures de Télémaque Au 18e siècle Au 19e siècle 1820-1824 : Publication des Frères Grimm1826 : Fenimore Cooper : Le dernier des Mohicans 1833 : La loi Guizot oblige chaque commune à avoir une école 1835 : Contes d’Andersen 1838 : Charles Dickens : Oliver Twist 1851 : H. Au 20e siècle

Etude du CNL juin 2016:Comment ça "Les jeunes ne lisent plus" ? Au contraire ! Le Centre National du Livre a commandé une étude sur les jeunes et la lecture dont les résultats permettent un peu plus de connaître l'envie de lecture entre 7 et 19 ans. Plutôt positive, l'étude montre que si les jeunes sont 89% à lire des livres pour l'école (que font les 11% ? mystère… ), ils sont tout de même 78 % à en lire pour le plaisir. Dans un trimestre, les 1500 jeunes qui ont répondu l'étude avouent avoir lu à peu près 6 livres (2 pour l'école, 4 pour les loisirs), 28% lisent tous les jours et 68 % lisent au moins une fois par semaine. Les filles restent toujours les plus nombreuses à s'adonner à la lecture plaisir, 87% contre 70% pour les garçons, mais les garçons qui lisent pour le plaisir, lisent plus de livres. Plus le niveau dans les études augmente moins le nombre de livre est lu, c'est-à-dire qu'à l'entrée au collège, on passe de 6 livres à 2. Bon, et sinon, que lisent-ils ? Toute cette étude passionnante est à lire ici : Les Jeunes Et La Lecture Etude 2016 by ActuaLitté

Atelier : La littérature de jeunesse en Europe ; le parcours du héros dans le roman, par Anne Rabany L’Europe en littérature de jeunesse Le parcours du héros dans le roman Rencontre des professeurs documentalistes de l’Essonne, Chamarande, 4 juin 2008 Compte-rendu de l’atelier animé par Anne Rabany (en parallèle avec celui de Didier Bouillon, qui a commenté la circulaire de rentrée et plus particulièrement les indications sur l’Europe.) Pour un tour de l’Europe en littérature de jeunesse, plusieurs entrées peuvent être choisies : celle des contes, celle des personnages devenus des héros nationaux, celle des BD, des romans. Mais, du fait du peu de place faite aux descriptions, quand il s’agit d’ouvrages pour adolescents, il sera nécessaire de puiser dans les classiques. En choisissant dans l’édition jeunesse, nous restons dans l’animation. Mais qu’est-ce qui fonde la « littérature européenne » ? Les héros vagabondent Les héros se déplacent et emportent les lecteurs dans leurs péripéties. Le pouvoir des cartes De la carte au cartoon Animations L’ouvrage de Johnson Maureen. Sites Cabu. Levin K.

Related: