background preloader

En parler

Facebook Twitter

Attentats du vendredi 13 novembre : comment parler des images violentes aux enfants ? Certaines émissions télévisées, en particulier les journaux d’informations, ne sont pas adaptées à la jeunesse. « Jusqu’à 10-12 ans, les parents ne devraient pas laisser un enfant seul devant la télévision au moment des actualités.

Attentats du vendredi 13 novembre : comment parler des images violentes aux enfants ?

C’est une première précaution », affirme Harry Ifergan, psychologue et spécialiste du développement de l'enfant. Pour autant, difficile d’échapper pour les plus jeunes aux images des attentats à Paris qui ont pris une large place dans l’ensemble des journaux télévisés, qui ont relayé de terribles images de cette agression. L’après-attentats : « offrir un temps d’expression de l’émotion puis introduire la réflexion » Comment parler des attentats du 13 novembre en classe ?

L’après-attentats : « offrir un temps d’expression de l’émotion puis introduire la réflexion »

Que ce soit en primaire ou en secondaire, les enseignants privilégient l'écoute, puis la mise en relief. Ecole © Chlorophylle Ce lundi, et toute la semaine, les enseignants, de primaire, de secondaire et d’université, aborderont probablement avec leurs élèves le sujet des attentats qui ont été perpétrés vendredi 13 novembre, à Paris. Les attentats de Paris : nous sommes face à nos responsabilités d’éducateur ! Face à mes responsabilités de femme, de chercheuse, de professeur !

Les attentats de Paris : nous sommes face à nos responsabilités d’éducateur !

En tant que femme, mère et chercheuse, on me demande ce que m’inspirent ces évènements. Évidemment, il n’est pas question pour moi de livrer une quelconque analyse politique. Juste essayer de comprendre ce qui est à l’œuvre dans ces moments et surtout, essayer de prendre un peu de recul pour continuer tout simplement à avancer et à vivre. Accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes. Le dispositif ministériel Afin d’accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes survenus vendredi dernier en Île-de-France, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENSR) a d’ores et déjà mis en place une sélection de ressources à disposition des équipes pédagogiques et éducatives.

Accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes

Comment organiser le dialogue avec les élèves dès le lundi 16 novembre ? Quels sont les principes cadres à appliquer pour aborder une actualité violente avec les élèves ? Comment animer la réflexion et le débat en tenant compte de l’émotion et anticiper d’éventuelles réactions hostiles de ses élèves ? Le dispositif accessible depuis le portail Éduscol du MENSR vise à doter les écoles, collèges, lycées et établissements d’enseignement supérieur de moyens et de ressources pour amorcer un travail pédagogique sur le thème du terrorisme. Réseau Canopé se mobilise. Philippe Liotard's blog - Corps, culture, éducation: Faire un cours l’air de rien au lendemain...

Le temps de chacun. Dans le quartier de Praga, à Varsovie : « Miasto aniołów » de Marek Sułek.

Le temps de chacun

La Cité des Anges… Je savais qu’il faudrait en reparler ; je ne pensais pas que cela serait si tôt. A nouveau, une chape de plomb s’est abattue sur les rues de Paris. Vendredi noir : que dire aux élèves? Ce week end, les enfants, vos élèves, vont voir en boucle des images insoutenables, vont entendre des phrases fortes, terribles, telles que "Nous sommes en guerre!

Vendredi noir : que dire aux élèves?

", auront même malheureusement parfois été personnellement touchés par ce drame. L'école face aux attentats. Attentats à Paris - Parents, enseignants et professionnels de l’éducation : des pistes pour accueillir et parler avec les enfants. Toutes les ressources Attentats à Paris - Parents, enseignants et professionnels de l’éducation : des pistes pour accueillir et parler avec les enfants 15 novembre 2015 17:20 Mise à jour le 16/11/2015 à 14h25 Les psychologues de l’APPEA se mobilisent suite aux attentats de Paris survenus dans la soirée et la nuit du 13 novembre 2015 et tentent de mettre quelques ressources au service des familles et des professionnels qui accompagnent les enfants dans ces moments difficiles : - Agnès Florin, professeur de psychologie du développement et de l’éducation et présidente de l'APPEA, , a donné une interview au Café Pédagogique : "Ecole primaire : que faire lundi matin ?

Attentats à Paris - Parents, enseignants et professionnels de l’éducation : des pistes pour accueillir et parler avec les enfants

". Primaire : Agnès Florin : Que faire lundi matin ? Que faire dans sa classe lundi matin après les fusillades parisiennes ?

Primaire : Agnès Florin : Que faire lundi matin ?

Professeure de psychologie, spécialiste de l'école maternelle, Agnès Florin invite à laisser s'exprimer les enfants et à donner toute sa place au sens du collectif. Au lycée : Partir de la parole de l'élève. Jérome Decuq est professeur d’anglais au Lycée Marcel Cachin de Saint Ouen, en Seine-Saint-Denis.

Au lycée : Partir de la parole de l'élève

Samedi en début d’après-midi, sans doute comme beaucoup d’enseignants, il s’interrogeait sur ce qu’il allait pouvoir dire aux élèves en les retrouvant en début de semaine. « Je suis prof d’anglais. Je ne suis donc pas le premier concerné. Mais je sais qu’il faudra en parler avec les élèves. Comment je vais m’y prendre ? De toute façon, en janvier, vue ma mine, les conversations avaient souvent commencé par : « How are you feeling today ? J’estime que je ne suis pas là pour imposer mon point de vue, plutôt pour guider et recadrer la conversation. Clairement, cette fois encore, je ne vais pas tenir un discours. On sait encore peu de choses sur les coupables. Pour moi, ça doit être un moment d’échange. Mais il y avait déjà une grosse ambiance de tristesse. Faut-il et comment parler des attentats aux enfants ? Attentats : comment en parler à vos enfants (VIDÉOS)

"Est-ce que c'est la vraie guerre ?" : paroles d'enfants et d'ados après les attentats de Paris. Ils sont "secoués", ils se sentent "flotter", ils ont passé une partie de la nuit devant la télé, et aujourd'hui, les images tournaient en boucle dans leur tête.

"Est-ce que c'est la vraie guerre ?" : paroles d'enfants et d'ados après les attentats de Paris

Avec ses parents et son frère aîné, Julien, 9 ans et demi, en CM1, habite au coin du boulevard Voltaire, tout près du Bataclan. Son regard candide peine à traduire les horreurs de vendredi soir. "On regardait un film avec mes parents, et il y a beaucoup d’amis de mon père qui ont téléphoné pour nous demander si ça allait bien". Il n’a pas encore de téléphone ni de compte Facebook, il est "trop petit". Mais il a vu BFM TV toute la soirée, et il a tout enregistré, les lieux des fusillades, le nombre de morts. J’étais triste pour ceux qui étaient morts et les familles aussi. 127 personnes, c’est énorme", énonce-t-il.

On voit bien qu’il a du mal à mettre une réalité derrière ce chiffre. Amandine, 12 ans, longs cheveux bruns, vit avenue de la République, tout près de Bataclan elle aussi. "Est-ce qu’il faut essayer de l’arrêter ? " Dire l'indicible. Comment parler des attentats avec vos élèves. Comment dire l’indicible ? Comment évoquer avec vos élèves lundi les terribles événements survenus ce week-end à Paris ? Comment réagir face aux questions des enfants ? Des questions difficiles que beaucoup d’enseignants se posent ce week-end sombre pour la République. Comment en parler avec nos élèves. Cet article se veut utile, son objet n’est pas de dire « comment il faut faire » mais de rassembler en un même endroit des éléments de réflexion et des outils pouvant être utilisés en classe. C’est à chaque enseignant, avec ce qu’il est et en fonction des élèves qu’il a en charge, de déterminer ce qui va le mieux convenir.

Cette recension n’est pas exhaustive, elle sera complétée en continu dans les heures et les jours qui viennent… n’hésitez pas à nous signaler les ressources qui n’y figurent pas et qui vous semblent utiles, soit ici en commentaire soit sur notre page Facebook ou notre compte Twitter. De la maternelle au lycée Sur Eduscol « Comment parler d’un drame de l’actualité aux élèves ? 60 illustrations pour évoquer les attentats. Ma sélection des images et illustrations trouvées sur le web et les réseaux sociaux ces dernières 48 heures.

Célèbres ou inconnus les auteur(e)s ont voulu par un dessin dire ce que les mots ne peuvent plus dire. Serge Tisseron : Que faire lundi au collège ou au lycée ? Que faire lundi quand on est professeur en collège ou au lycée ? Psychologue, psychanalyste et psychiatre de métier, Serge Tisseron est bien connu des enseignants, notamment pour ses travaux sur les écrans et les jeunes. Il présente les points sur lesquels les enseignants doivent mettre l'accent suite aux fusillades.

Lundi matin les enseignants seront en classe avec leurs élèves. Quel conseil leur donnez-vous ? L'apprentissage de la démocratie est la seule réponse au terrorisme. A partir de 9 à 12 ans, les enfants ont la capacité de se mettre émotionnellement à la place des autres. Là où l'enseignant peut intervenir c'est pour mettre l'accent sur la solidarité. Ce que peut faire aussi l'enseignant c'est donner des repères. Après les attentats de janvier, le ministère a décrété une minute de silence qui a posé pas mal de problèmes. Les événements sont très différents de ceux de janvier. Actualités - Savoir accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes en Ile-de-France. Comment organiser le dialogue avec les élèves le lundi 16 novembre ?

En solidarité avec les victimes et leurs familles, le Président de la République a demandé qu'une minute de silence soit organisée le lundi 16 novembre 2015. Il appartient au directeur d'école et au chef d'établissement d'organiser un temps de regroupement des élèves dans les classes ou la cour de l'école et de l'établissement pour ce moment de recueillement individuel et collectif dans cette journée.

Parler des attentats aux enfants.