background preloader

SYSTEMES ECONOMIQUES

Facebook Twitter

Frais bancaires, association contre les frais bancaires, remboursement des frais bancaires,

Crowdfunding

Influences du web et d'Internet sur la société. Euro Debt Crisis. PARTAGER OU POSSEDER? DECENTRALISER. ‪Ripple‬‏ Villages.cc - Motivation. Motivation The goal of Villages is to help people do what they love, rather than what they fear they must.

Villages.cc - Motivation

Many of us struggle with the contradiction between what we want to do, and and what we need to do to earn money to live. Rather than change our hearts to suit what money asks of us, we want to change money to suit what is in our hearts. Main / HomePage. YOOTLES - Social IOU. A pdf version of this document is available: Yootles is a system for declaring IOUs between people on a social network.

YOOTLES - Social IOU

It is designed to allow people to jot down who paid for dinner or other transactions that people often want to but forget to keep track of. But it's useful for much more. It can be used for things like tracking rent payments, sharing utility bills, even tracking interest on personal loans. Qu’est ce qu’une Accorderie ? Une Accorderie vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion en renforçant les solidarités entre des personnes d’âges, de classes sociales, de nationalités et de sexes différents.

Qu’est ce qu’une Accorderie ?

Une Accorderie développe, par l’échange de services et la coopération, les conditions d’une amélioration réelle, et au quotidien, de la qualité de vie de tous ses membres, les Accordeurs. Ces derniers ont accès aux services des membres de « leur » Accorderie locale, ainsi qu’aux activités collectives d’échange, soit à des services d’intérêt général qui s’adressent à l’ensemble des Accordeurs. Portail de l'économie. Théorie quantitative de la monnaie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Théorie quantitative de la monnaie

En sciences économiques, la théorie quantitative de la monnaie est une théorie économique fondée sur la relation de causalité entre la quantité de monnaie en circulation et le niveau général des prix. Cette théorie a été développée par différents auteurs dans différents pays. Les précurseurs sont Martin d'Azpilcueta, dominicain reconnu de l'École de Salamanque, ainsi que Nicolas Copernic[1] et Jean Bodin au XVIe siècle[2]. Elle a été reformulée par les théories monétaristes au cours des années 1970, dans une version restrictive, pour attaquer les théories keynésiennes. Les théories monétaires s'opposent sur le rôle de la monnaie dans l’économie. Historique[modifier | modifier le code] François Quesnay, Richard Cantillon, Turgot, Adam Smith, Jean-Baptiste Say, David Ricardo, John Stuart Mill… les grands auteurs de la science économique de l’époque, s’accordent sur les positions suivantes :

Loi de Pareto. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Loi de Pareto

Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : Pareto, sur Wikisource Patronyme[modifier | modifier le code] Éconophysique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Éconophysique

L'éconophysique est un domaine de recherche scientifique multidiciplinaire qui se propose de résoudre des problèmes économiques en appliquant des méthodes et théories développées pour expliquer des phénomènes physiques complexes relevant notamment de la physique statistique. Les banques centrales avec des modèles stochastiques dynamiques d'équilibre général ou les sociétés d'investissement comme Capital Fund Management sont les premières à tirer parti des avancées de cette discipline. Historique[modifier | modifier le code] Le terme éconophysique est mentionné pour la première fois à Calcutta en 1995 lors d'une conférence de physique statistique par H. Économie monétaire et financière. Économie de la France.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Économie de la France

La France fait partie des pays fondateurs de l'Union européenne et de la zone euro. Au cœur d’une zone économiquement très développée, son économie a bénéficié de la mise en place du marché commun européen. L'intervention de l'État dans l'économie est traditionnellement importante. Le niveau de dépenses publiques et donc d’imposition est parmi les plus élevés au monde[16]. À partir de 1986, l'État a privatisé un grand nombre d'entreprises publiques[17] mais son influence sur l’économie reste forte (on parle de « néo-colbertisme »).

La croissance du PIB par habitant français a été plus faible que celle de certains autres pays développés, en particulier les États-Unis, au cours des deux dernières décennies[18], provoquant des débats sur la réalité de ce décalage et sur les réformes économiques[15],[18] qui pourraient y remédier.