background preloader

Revenu de Base

Facebook Twitter

Bernard Friot : « Le management capitaliste entrave notre désir de participer au bien commun » Basta !

Bernard Friot : « Le management capitaliste entrave notre désir de participer au bien commun »

: On parle désormais davantage de « pouvoir d’achat » que de salaires. En quoi est-ce différent ? Pourquoi préférez-vous le terme « salaire » ? Bernard Friot [1] : La « défense du pouvoir d’achat » ne passe pas par une hausse du salaire mais par la baisse des prix – et donc des salaires – ou par des formes de rémunération sans cotisations sociales : épargne salariale, intéressement, primes… Utiliser le terme « pouvoir d’achat », c’est aussi nous réduire à nos seuls besoins à satisfaire par ce pouvoir d’achat, c’est accepter de réduire le salaire au seul prix de notre force de travail. Or, le sens du salaire a changé depuis les conquêtes ouvrières du 20ème siècle. Portail francophone du revenu de base. Jcfrog: peut être la question centrale... Revenu de base : "On sacrifie notre bonheur sur l'autel de l'emploi".

Film version Française. Initiative Citoyenne Européenne pour le Revenu de Base Inconditionnel. Le revenu de base : un nouveau droit humain. Les 8 approches de financement d'un revenu universel de base. A partir des diverses options proposées par les philosophes, divers économistes ont proposé des schémas de financement.

Les 8 approches de financement d'un revenu universel de base

Vous trouverez ci-dessous les principales propositions que l’on peut énumérer. Vers une démarchandisation de la société. Le revenu de base permettrait de valoriser les activités non rémunérées et socialement utiles.

Vers une démarchandisation de la société

Amaru Mbape s’interroge sur la perte de sens que pourrait entraîner cet argument souvent présenté par les défenseurs du revenu de base : n’est-ce pas revenir à l’idée de contrepartie alors même que l’on cherche à mettre en avant le principe de l’inconditionnalité? Un argument souvent mis en avant par les défenseurs du revenu de base consiste à considérer ce dernier comme une rémunération du travail bénévole et d’autres activités socialement utiles mais mal valorisées (travail associatif, économie collaborative…). En effet, les individus reçevant un revenu de base pourront plus facilement se tourner vers ces activités source d’épanouissement personnel, de reconnaissance sociale et de richesse économique. Cela dit, il n’existe pas nécessairement d’accord sur ce qu’est une activité socialement utile et encore moins sur la nature altruiste des individus. Pourquoi David Graeber soutient le revenu de base.

Les bureaucrates amoncellent les papiers pour décider de ce que nous et notre travail valons.

Pourquoi David Graeber soutient le revenu de base

Mais ironiquement, suggère l’anthropologue américain David Graeber, ce sont ces fonctionnaires qui effectuent le travail le moins sensé de tous. Si nous donnions à chacun un revenu de base forfaitaire et éliminions ces emplois bureaucratiques ? Cette interview est issue d’une conversation avec le journaliste américain Paul Solman, dont une partie a été diffusé dans un reportage sur la chaîne publique Public Broadcasting Service. Traduction: Audrey D’Aquin. Un revenu de base face au techno-féodalisme. Pour Martin Wolf, célèbre éditorialiste du Financial Times, il est temps de changer radicalement de modèle économique pour faire face à l’émergence d’une nouvelle économie dominée par l’accélération de l’automatisation du travail et les inégalités qu’elle entraîne.

Un revenu de base face au techno-féodalisme

Article initialement publié sur le Financial Times, traduit par Le Monde.fr En 1955, Walter Reuther, président du syndicat américain des ouvriers de l’automobile, racontait sa visite dans une usine du groupe Ford. Désignant les robots, son accompagnateur lui avait demandé comment il s’y prendrait pour que ces machines versent leur cotisation au syndicat. « Et vous, comment allez-vous les convaincre d’acheter des Ford ? », répliquait M. Reuther. Le problème est que la généralisation des technologies de l’information entraîne une inégalité croissante des revenus. Inégalités exacerbées En outre, « dans un avenir proche, l’informatisation va surtout détruire des emplois peu qualifiés et faiblement rémunérés. Alors, que faire ?

Salaire à vie: l'emploi est mort, vive le salariat! Imaginez une société où chacun d'entre nous toucherait un salaire à vie, versé de façon inconditionnelle à partir de la majorité.

Salaire à vie: l'emploi est mort, vive le salariat!

L'échelle des revenus serait de 1 à 4, soit de 1.500 à 6.000 euros. Le passage d'un niveau à l'autre serait fonction de la qualification, équivalent du grade dans la fonction publique, attestant qu'une personne «peut participer à un certain niveau de création de valeur économique et a donc droit à un tel niveau de salaire».

Ces qualifications, dont la liste précise serait sujette à délibérations, incluraient l'ancienneté, la pénibilité, les diplômes... Les Suisses vont voter sur le principe d’une allocation mensuelle. Les Suisses vont voter sur le principe d’une allocation de base, appelée «Revenu de base inconditionnel» (RBI) de 2500 francs suisses par mois (2080 euros) pour tous, sans condition ni contrepartie, selon une initiative populaire qui a réuni les 100 000 signatures requises à cet effet. Le projet prévoit une rente de 2 500 francs suisses par adulte et 1000 francs suisses par enfant, soit 7000 francs suisses (5800 euros) par mois pour une famille avec 2 enfants. Selon le journal Le Matin Dimanche , il s’agit d’une «des initiatives les plus décoiffantes jamais présentées» au vote des Suisses.

L’heure du revenu de base est-elle venue? Il y a quelques semaines, un camion rempli de millions de pièces de monnaie a été déversé devant le parlement suisse; en même temps, a été apporté la liste de 125 000 signatures nécessaires pour la mise en place d'un revenu de base en suisse.

L’heure du revenu de base est-elle venue?

Son montant n'a pas été précisé, mais les promoteurs de l'initiative proposent 2500 francs suisses par mois par adulte, et 625 par enfant de moins de 18 ans; soit environ respectivement 1 900 et 500 euros. Cela peut sembler beaucoup mais la Suisse est un pays riche, et ces montants correspondent au seuil de pauvreté du pays. En France, l'équivalent correspondrait à des montants d'environ 950 et 300 euros. Du coup, cette idée ancienne refait débat. Elle a les honneurs du New York Times, il y a une initiative européenne sur le sujet, on en parle dans tous les pays. Très cher. Mais il ne faut pas se leurrer : cela représenterait un coût très important, une extension majeure de l'état-providence sous une forme très différente du système actuel.

Initiative citoyenne européenne pour le revenu de base inconditionnel - European Initiative for Basic Income. Le 14 janvier 2013 la Commission européenne a enregistré notre Initiative Citoyenne Européenne pour le Revenu de base inconditionnel, lançant une campagne d’un an à travers toute l’Union Européenne.

Initiative citoyenne européenne pour le revenu de base inconditionnel - European Initiative for Basic Income

Nous devons dès lors, avec votre aide, récolter 1 million de signatures de soutien parmi les 500 millions de citoyens de l’Union Européenne, et de telle manière que 7 pays au moins aient recueilli leur quota minimum respectif de signatures. D’ores et déjà des citoyens de 15 États membres sont mobilisés pour cette initiative au sein du Comité de Citoyens Organisateurs et de groupes locaux, nationaux et transnationaux.