background preloader

Médecine, recherche médicale.

Facebook Twitter

La cryothérapie au service de la beauté. Un bain d’azote à – 200 °C pour raffermir le corps, une crème à l’edelweiss pour détendre les traits du visage, des algues de l’Atlantique nord pour sublimer le contour des yeux… Les soins cosmétiques entrent dans l’ère glaciaire.

La cryothérapie au service de la beauté

M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Claire Dhouailly Jamais le pays de la beauté n’avait connu un tel épisode de grand froid. Le vent polaire souffle en boutique, où l’on vante les bienfaits d’une nouvelle catégorie d’actifs censée booster l’efficacité des crèmes : la plante capable de survivre aux températures extrêmes. Une protéine de jouvence dans le sang de cordon ombilical. Une équipe de l’université Stanford a identifié un composé qui améliore les facultés cognitives de vieux rongeurs.

Une protéine de jouvence dans le sang de cordon ombilical

Des chercheurs californiens ont découvert dans le sang de cordon ombilical humain une protéine capable d’améliorer les performances cognitives – mémoire et apprentissage – de souris âgées. Publiés dans Nature, ces résultats s’inscrivent dans la lignée de recherches ayant montré que l’injection de sang de jeunes souris à des congénères vieillissantes contrecarre les effets liés à l’âge dans différents tissus, dont le cerveau. En 2014, ces mêmes chercheurs de la Faculté de médecine de Stanford avaient examiné les effets du sang de jeunes rongeurs sur l’hippocampe. Cette région du cerveau, qui joue un rôle de premier plan dans la mémoire, subit un déclin fonctionnel lié à l’âge et présente une atrophie chez les patients atteints de maladie d’Alzheimer. Réorganisation des connexions neuronales. Ethique et urgences sanitaires et médicales.

L’intolérance au gluten serait-elle due à un virus ? Chez la souris, une infection virale entraîne, dans l’intestin, la maladie cœliaque, une perte de la tolérance immunitaire vis-à-vis du gluten.

L’intolérance au gluten serait-elle due à un virus ?

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Florence Rosier La maladie cœliaque intrigue. Cette intolérance au gluten (des protéines du blé, de l’orge et du seigle) s’apparente à une affection auto-immune. Elle livre peu à peu les secrets de ses origines, comme en témoigne une étude, publiée le 7 avril dans la revue Science, qui montre l’implication d’un virus anodin, chez la souris, dans la perte de la tolérance vis-à-vis du gluten. De plus, les patients cœliaques ont, dans leur sérum, des quantités plus élevées d’anticorps contre ce même virus (un réovirus), par rapport à des sujets non atteints. Bienvenue dans le cabinet médical du futur. Aux Etats-Unis, le secteur de la santé inspire les start-up, qui marient intelligence artificielle et big data pour inventer les consultations de demain.

Bienvenue dans le cabinet médical du futur

Fini le paiement à l’acte, place à l’abonnement. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jérôme Marin (San Francisco, correspondance) Un fauteuil confortable, un stéthoscope connecté, un immense écran tactile et un logiciel de reconnaissance vocale toujours à l’écoute des conversations. En plein cœur de San Francisco, la start-up Forward tente d’inventer le cabinet médical du futur. « Un cabinet qui ressemble davantage à un Apple Store, lance Adrian Aoun, son fondateur et patron.

Et qui apprend à vous connaître et devient meilleur avec le temps. » Capteurs et objets connectés Le cabinet Forward, qui a ouvert ses portes en janvier, a ainsi été conçu pour récolter le maximum d’informations. Les maladies chroniques bousculent la médecine. La France compte vingt millions de personnes concernées pas ces pathologies.

Les maladies chroniques bousculent la médecine

En cause ? Le vieillissement de la population mais aussi... les progrès médicaux. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Pascale Santi et Sandrine Cabut Sommes-nous tous malades ou presque ? Affections cardio-vasculaires, cancers, atteintes respiratoires chroniques ou encore diabète… Les maladies chroniques, dites encore non transmissibles, sont en augmentation partout dans le monde. Elles représentent des causes majeures d’incapacité et de mortalité prématurée. Drépanocytose : succès d’une thérapie génique chez le premier patient traité. Atteint d’une forme très sévère de la maladie, l’adolescent traité à l’hôpital Necker en octobre 2014 n’a plus de crises douloureuses et vit normalement sans transfusion.

Drépanocytose : succès d’une thérapie génique chez le premier patient traité

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sandrine Cabut En octobre 2014, pour la première fois au monde, un patient atteint de drépanocytose, en l’occurrence un adolescent de 13 ans, recevait une thérapie génique pour traiter cette forme grave d’anémie d’origine génétique. Les résultats publiés mercredi 2 mars dans le New England Journal of Medicine (NEJM) par l’équipe du professeur Marina Cavazzana – Institut des maladies génétiques Imagine, Inserm, hôpital Necker/Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) –, avec un recul de quinze mois, sont très encourageants. Le jeune garçon, qui avait une forme très sévère de drépanocytose, ne souffre plus des crises extrêmement douloureuses caractéristiques de cette maladie, dues à l’occlusion de petits vaisseaux par des globules rouges déformés.

Espérance de vie toujours impactée.