background preloader

Chapitre 10 : variation génétique et santé

Facebook Twitter

Processus de cancérisation HARI. Data Science vs Fake - Le cancer est la 1ère cause de mortalité. Un premier diagnostic de cancer chez un dinosaure. Des chercheurs canadiens ont découvert le premier cas de cancer connu chez un dinosaure, selon une étude publiée dans le numéro du mois d'août de la revue scientifique The Lancet Oncology.

Un premier diagnostic de cancer chez un dinosaure

Un os de jambe provenant d'un Centrosaurus avait été découvert par des paléontologues en 1989 dans la province canadienne d'Alberta. Les experts pensaient initialement que l'ossement, déformé, avait subi une fracture qui avait guéri. Mais de récents examens, au microscope et au moyen de technologies avancées, comme la tomographie haute résolution, ont révélé qu'une grosseur sur l'os, de la taille d'une pomme, était en fait une tumeur cancéreuse. PNN 21 - 6 BULLSHITS SUR LE CANCER. Le cancer est-il un organisme vivant ? - DBY #60. Why Blue Whales Don't Get Cancer - Peto's Paradox.

Antiseptiques, antibiotiques, désinfectants : quelles différences ? Le nouveau programme de SVT du cycle 4 introduit, dans la partie « Le corps humain et la santé », les notions relatives à l’action des antiseptiques et des antibiotiques.

Antiseptiques, antibiotiques, désinfectants : quelles différences ?

Cet article explique les différences entre ces deux grands types de produits avant de mettre la focale sur deux exemples. Le premier porte sur un antiseptique, la bétadine ; le second sur une catégorie d’antibiotiques, les pénicillines... 1. Définitions 1.1. Les antiseptiques sont des produits destinés à inhiber la croissance ou à tuer les micro-organismes et/ou à inactiver les virus au niveau de tissus vivants (peau saine, muqueuses, plaies) [1]. Les antiseptiques sont à rapprocher des désinfectants qui ont également pour but de limiter la croissance ou de tuer les micro-organismes. 1.2. Dirty Biology #56 Cette guerre microbiologique que nous sommes en train de perdre - Sciencetips - 'C’est pétrifiant !' Résistances Croisées.

La révolution génomique - L'Esprit Sorcier - Dossier #27. Retrouvez toutes nos vidéos sur la chaîne Youtube de l’Esprit Sorcier Suivez-nous sur Facebook et Twitter Soutenez-nous sur Tipeee !

La révolution génomique - L'Esprit Sorcier - Dossier #27

Un dossier préparé parJean Fauquet et Benjamin Robert Rédaction en chefFrédéric Courant Direction artistique et techniquePascal Léonard Administratrice de productionDéborah Goua Assistant de productionPatrick Berger Prise de vue et montageTimothée CoignusArthur FranciusBaptiste Maret VoixFrançoise CarrièreJean-Baptiste Puech MixagePascal Stevens Relation presse et partenariatJosselin Aubrée Graphisme et animationsChristophe Pernoud – BROTHERMAN Productions Web designOlivier Hamon – VO ProductionsAntoine Chérel – ATALANTA Gestion réseaux sociaux et intégrationFlorent Chevallier Remerciements Crédits images © L’Esprit Sorcier – Juin 2017 Retrouvez toutes nos vidéos sur la chaîne Youtube de l’Esprit Sorcier. L'eugénisme à la cool du futur - DBY. Extrait de Bienvenue à Gattaca. Sciencetips - 'Le retour de la momie' Sciencetips - 'T'es dans quel groupe. Cancers : le paradoxe de Peto. Dans les années 1970, Richard Peto s’étonna de constater que les gros animaux à grande longévité n’avaient pas plus de cancers que les autres, et même souvent moins.

Cancers : le paradoxe de Peto.

Puisque les cancers proviennent de mutations successives au cours des divisions cellulaires, il était effectivement logique de penser que plus la masse cellulaire est importante, plus le risque d’apparition de cellules tumorales, donc de cancers, y est élevé. Il était donc paradoxal de constater que les gros animaux avaient souvent moins de cancers que les petits, et parallèlement une plus forte longévité.

Depuis 1975, les biologistes nomment ce phénomène : le « Paradoxe de Peto ». Par exemple, l’homme a 35% de risques de contracter un cancer, alors que la baleine blanche n’en a que 18%. En biologie, on parle de « coût » pour signifier la dépense énergétique d’un organisme pour assurer telle ou telle fonction. Ainsi, l’homme et les gros mammifères ont souvent une grande longévité au détriment d’une faible fertilité. Conseiller / conseillère en génétique - Onisep. Masseur / masseuse-kinésithérapeute - Onisep.

Spécialiste du traitement des troubles du mouvement ou de la motricité, mais aussi des déficiences ou des altérations des capacités fonctionnelles, le masseur-kinésithéarpeute adapte ses techniques aux patients.

masseur / masseuse-kinésithérapeute - Onisep

Il utilise des techniques spécifiques (massages, étirements, contentions, relaxation neuromusculaire, applications de courants électriques, cryothérapie, balnéothérapie, pressothérapie...) adaptées à chaque patient, pour mobiliser ou stimuler les tissus ou muscles endommagés ou altérés, pour effectuer une rééducation neuromusculaire, corrective ou compensatrice. Le kiné doit tenir compte des capacités physiques et des impératifs de chacun. Une personne âgée mettra plus de temps qu'un jeune à récupérer. Un sportif de haut niveau devra se rétablir pour la prochaine compétition. Manipulateur / manipulatrice en électroradiologie médicale - Onisep. « Ne bougez plus, respirez plus...

manipulateur / manipulatrice en électroradiologie médicale - Onisep

Respirez ! » Le manipulateur radio prend et développe les clichés d'un organe ou d'un os, principalement pour établir des diagnostics (repérer une fracture, par exemple. Ingénieur / ingénieure en imagerie médicale - Onisep. Responsable biométrie - Onisep. Le responsable biométrie travaille dans l'industrie pharmaceutique.

responsable biométrie - Onisep

La biométrie est l'étude quantitative des êtres vivants. Appliquée à la pharmacie, elle consiste à traiter les informations collectées lors des essais de nouveaux médicaments sur les patients. Le responsable biométrie organise et supervise le traitement des données issues des études cliniques. Il encadre une équipe de data managers et de biostatisticiens. Technicien / technicienne d'analyses biomédicales - Onisep.

Le technicien d'analyses biomédicales (parfois appelé laborantin) effectue les analyses qui permettent au médecin d'établir un diagnostic, de préconiser un traitement ou d'éviter un accident d'anesthésie.

technicien / technicienne d'analyses biomédicales - Onisep

Travaillant sur prescription médicale, il examine des prélèvements humains (sang, urine, selles, sécrétions génitales, tissus...). Objectif : rechercher dans l'organisme du patient la présence de virus, de bactéries, de mycoses ou de cellules suspectes. D'autres fois, il s'agit de déterminer le taux, dans le sang, de glucose, de cholestérol, d'hormones ou la proportion en globules et plaquettes... Solides connaissances en biologie-chimie exigées. Histologiste - Onisep. Attaché / attachée de recherche clinique - Onisep.

L'attaché de recherche clinique (ARC) organise les essais cliniques qui précèdent la mise sur le marché d'un médicament.

attaché / attachée de recherche clinique - Onisep

Première étape : sélectionner les praticiens participant aux essais, en faisant la tournée des hôpitaux ou des cabinets de médecins de ville. Bactériologiste - Onisep. Le bactériologiste est un chercheur spécialisé en microbiologie.

bactériologiste - Onisep

Pharmacien / pharmacienne - Onisep. En officine, le pharmacien délivre des médicaments prescrits sur ordonnance médicale. Il conseille et informe le patient sur le traitement à suivre. Il s'assure de la compatibilité et de la conformité des médicaments avec le profil du patient. Il donne également des indications sur la posologie (doses à respecter sur une durée donnée).

Il peut aussi réaliser des préparations particulières, et/ou délivrer des produits de parapharmacie, sans prescription médicale. En cas de pathologie légère, le patient peut solliciter le pharmacien qui lui proposera un produit ne nécessitant pas d'ordonnance, ou l'orienter vers un médecin. 75 % des pharmaciens exercent en officine. Avec une spécialisation en biologie médicale, le pharmacien peut exercer dans un laboratoire d'analyses médicales. Ingénieur / ingénieure de recherche clinique et épidémiologique - Onisep. L'ingénieur de recherche clinique et épidémiologique étudie les maladies. Il élabore, coordonne et analyse des enquêtes épidémiologiques et des essais cliniques. Chercheur, il s'attache d'abord à définir son champ d'investigation et rédige un protocole. Il répond à différentes questions : doit-on suivre un nombre restreint ou étendu de patients ? Faut-il procéder à des analyses de sang ? Quelle méthode statistique utiliser ?...

Biologiste médical / médicale - Onisep. Préparateur / préparatrice en pharmacie - Onisep. Espace jeunes - Céline, ingénieure en biologie.