background preloader

A propos - civilisation indo européenne

Facebook Twitter

Indo-Européens. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Indo-Européens

D'après les théories diffusionnistes et migrationnistes (en), les Indo-Européens seraient un ensemble de peuples d'Eurasie (Albanais, Arméniens, Baltes, Celtes, Germains, Grecs, Indiens, Iraniens, Latins, Scythes, Slaves) qui parleraient des langues issues d’une ancienne langue appelée indo-européen commun partiellement reconstituée. L'hypothèse kourgane[modifier | modifier le code] Selon l'hypothèse kourgane de Marija Gimbutas, le foyer originel des Indo-Européens serait localisé en Europe de l'Est, dans la steppe pontique située au nord de la mer Noire. De ce berceau, l'expansion indo-européenne se serait faite à partir d'environ 4 000 ans av. J.C. selon un mode guerrier, par soumission de populations d'agriculteurs préexistantes, vers l’ouest pour les Européens actuels, vers le sud pour les anciens Anatoliens et vers l’est pour une partie des Indiens actuels, pour les Iraniens actuels, et pour le peuple disparu des Tokhariens.

Les peuples indo-européens. Les Pontiques sont les ancêtres de tous les peuples de langues indo-européennes (Celtiques, Italiques, Germaniques, Illyro-Albanaises, Thraco-Arméniennes, Grecques, Baltes, Slaves, Indo-Iraniennes, Anatoliennes et Thokariennes).

les peuples indo-européens

C’étaient des pasteurs guerriers se déplacant à cheval et utilisant des haches de combat en pierre ou en cuivre. Ils se sont peu à peu emparé de toute l’Europe et y ont installé les premières monarchies patriarcales centralisées, rompant avec les traditions matriarcales plus ou moins égalitaires des anciens Asianiques. Les Pontiques (indo-européens) du sud de l’Aral sont les ancêtres des Aryens Indous. Au début, ils subissaient probablement la domination culturelle des Peuples de l’Iran. Ensuite, les Proto-Iraniens, issus de la culture d’Andronovo en Asie centrale, pénètreront en Iran et en Afghanistan et refouleront les Indous à poteries grises vers le nord de l’Inde où on les trouve encore actuellement. • Khvalynsk sur la Volga (3500-3000 av.jc) : Les origines Indo-européennes.

Les racines indo-européennes de l'Europe. A l'heure où certains nient toute spécificité à la civilisation européenne, pour mieux livrer les Gaulois et leurs voisins au nihilisme mondialiste, d'autres s'acharnent à ne défendre que les prétendues "racines chrétiennes" de l'Europe, point de vue tout aussi faux que dangereux.

Les racines indo-européennes de l'Europe

En effet, l'Europe fut d'abord, comme espace de civilisation, indo-européenne, dans sa quasi-totalité, puis chrétienne à partir du Vème siècle ap. J. -C. .Parler de "racines chrétiennes" est fallacieux, parce que cela sous-entend que l'Europe est née du christianisme, qui en serait donc le terreau essentiel, le ciment primordial. Or, cette idée largement répandue est tout simplement erronée : si le christianisme a effectivement renforcé la conscience que les Européens avaient d'eux-mêmes -on parle alors de Chrétienté-, il n'est certainement pas la première civilisation qui fit l'unité de notre continent et de nos peuples.Faut-il alors prétendre que l'Europe a des racines "païennes", comme le font certains ?

Un possible foyer originel des langues indo-européennes. 0.

Un possible foyer originel des langues indo-européennes

La plupart des gens cultivés ont une vague idée de ce que sont les langues «&xnbsp;indo-européennes&xnbsp;»&xnbsp;: ce sont les nombreuses langues qui sont parlées du nord-ouest de l’Europe au sous-continent indien (et même, historiquement, au Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine) et qui sont liées par leur grammaire et par un fond lexical commun hérité (système numérique ou pronoms, par exemple).

Pour les notions de base, on peut se reporter aux grandes encyclopédies. Les correspondantes pages Wikipedia sont médiocres. La plus grande prudence s’impose concernant les nombreuses pages Internet ésotériques et farfelues qui sont dénuées de tout fondement linguistique, archéologique ou statistique (voir Holm 2007c); ces pages se reconnaissent souvent à leurs maigres références bibliographiques et à leurs inepties raciales. 1.