background preloader

Civilisation précolombienne: les MAYAS

Civilisation précolombienne: les MAYAS
Peuple indien d'Amérique centrale fondateur d'une brillante civilisation précolombienne qui s'étendit sur les territoires actuels des États mexicains des Chiapas et du Yucatán, et sur ceux du Belize, du Guatemala et du Honduras. Aujourd'hui, les Mayas sont quelque 2 millions qui appartiennent au groupe linguistique maya. Dans les forêts tropicales du Petén et sur les terres arides du Yucatán, les Mayas ont, durant plus de deux millénaires, développé une civilisation prestigieuse. Au IXe siècle de notre ère, leurs cités furent peu à peu abandonnées, pour n'être redécouvertes par les explorateurs qu'à partir du XIXe siècle. Mais les peuples mayas ont su jusqu'à nos jours préserver leur identité, en dépit des invasions et des conquêtes. Les origines Un peuple stable Venus d'Asie par le détroit de Béring, comme tous les peuples américains, les Mayas s'installèrent à une date qui reste encore inconnue sur le territoire actuellement occupé par leurs descendants. L'aire maya Implantation Related:  MésoamériqueCivilisation Maya - ArticlesMexique

Les Mayas Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Mayas constituent un groupe culturel varié d'Amérindiens vivant dans le sud du Mexique et le nord de l'Amérique centrale (Guatemala, Belize, avec de petites minorités au Honduras et au Salvador). Les estimations de la population maya, dans cette zone, au début du XXIe siècle, varient entre 6 et 10 millions d'individus[3],[4],[1],[1]. Certains sont assez intégrés dans les cultures modernes des pays dans lesquels ils résident, d'autres continuent à mener une vie plus traditionnelle et distincte culturellement, souvent en parlant l'une des langues mayas comme langue principale. Le terme général « Maya » est une désignation collective pratique pour inclure les populations de la région qui partagent un certain degré de patrimoine linguistique et culturel; cependant, ce terme englobe beaucoup de peuples distincts, des sociétés et des groupes ethniques qui ont leurs propres traditions, cultures et identité historique.

Découverte d'un temple Maya (Vidéo) Contrairement aux empires relativement civilisés des Aztèques et des Incas la civilisation Maya qui s’étend sur la plupart des territoires de Guatemala et de Belize aussi bien que sur la péninsule mexicaine de Yucatan, était au fond une agglomération assez libre de Cités-Etats. C’est seulement pendant les années 1990 que les archéologues et les historiens ont commencé à comprendre que certains royaumes Maya étaient plus importants que d’autres. Ainsi l’Etat de El-Sozt, situé sur le territoire de Guatemala était l’un des plus petits royaumes. Pourtant en 2010 les scientifiques travaillant au sommet de la colline près du centre de la ville ancienne ont découvert une pyramide de 13 mètres du nom de Diablo. Au sommet de la pyramide ils ont trouvé un palais royal et un tombeau qui pouvait appartenir au premier seigneur qui aurait vécu et régné de l'an 350 à l’an 400 de notre ère. M.

Retour sur les Mayas | Etre App'art par Alexandra B. Depuis quelques temps les cultures précolombiennes et mésoaméricaines sont à l’honneur dans la capitale, leurs arts envahissent nos murs de métro, et les expositions se multiplient.En un an c’est la deuxième qui prend pour sujet l’art de la culture maya, comment expliquer ce soudain engouement pour cette civilisation ? Et qu’en savons nous vraiment ? Premièrement, soulignons que 2011 était l’année du Mexique : à l’origine, l’exposition de la Pinacothèque devait donc être présentée l’année dernière (en parallèle donc avec celle du musée du Quai Branly), mais la manifestation a été annulée à cause de tensions entre Paris et Mexico (c.f. affaire Florence Cassez). Deuxièmement, quelle est la première chose qui vient à l’esprit d’un néophyte lorsqu’on lui demande ce qu’il sait a propos des Mayas ? Cela se résume la plupart du temps à leur calendrier (ils en avaient deux pour être plus exact : un sacré de 260 jours et un solaire de 365 jours) et la fin du monde ! J'aime :

Les secrets de la civilisation MAYA Imaginez l’impression que pouvait susciter l’arrivée dans une cité maya de la période classique (250 à 900 de notre ère)… Pour nous, ces villes pourraient semblées petites, mais pour les visiteurs qui émergeaient de la jungle, elles offraient une vue saisissante d’agglomérations urbaines dotées d’imposants temples et palais. En règle générale, on retrouvait dans les cités mayas des édifices dédiés à la loi sacrée, tels des temples et des palais. L’exposition vous invite à explorer ces monuments, dont l’accès était autrefois interdit aux citoyens ordinaires. Les pyramides à degrés représentent l’une des icônes importantes de l’ancienne civilisation maya. Niché au cœur des pyramides-temples, le palais constituait à la fois la demeure du souverain et le centre administratif de la cité.

Les Mayas - La civilisation mythique du Mexique L'apparition des Mayas dans le sud du Mexique, en pleine forêt tropicale, remonte à environ 1500 avant J.-C. Mais on a pu retrouver des traces de leur existence dans la région de Cuelho, Belize, et les dater de -2000 ans. Époque Classique (250 à 950 après J.C.) Palenque, Bonampak, Copán, Uxmal, Tikal... L'apogée de la civilisation Maya dite de l'« époque classique », vers l'an 400, semble la mettre ne concurrence avec la civilisation de Teotihuacán mais il semble que leurs relations diplomatiques et commerciales soient restées très limitées. « Maintenant, il est étonnamment clair que les Mayas de l'époque classique, et leurs ancêtres pré-classique, étaient gouvernés par une dynastie héréditaire de guerriers pour qui l'auto-sacrifice, l'effusion de sang et le sacrifice d'hommes par décapitation ont été une obsessions suprême. » Michael Coe Palenque est un site religieux mais de moindre importance que celui de Chichén-Itzá. Époque Post-Classique (950 à 1500 après J.C.)

Le Popol Vuh des anciens Mayas-Quichés Le Popol Vuh est le Livre Sacré des Anciens Mayas-Quichés. Comme la Bible (ou la Torah), ce Livre Sacré décrit la création du Monde. Comme l'Ancien Testament, il parle d'un Paradis Perdu et de la Connaissance dont l'humanité fut exclue. Il fait aussi, comme la Bible (ou la Torah), un récit très précis d'une grande catastrophe, analogue au Déluge, et qui serait survenue sur la Terre à l'époque des anciens Mayas. Le Popol Vuh est un document très important tant sur le plan historique, que littéraire et religieux. Comme la Torah (ou la Bible issue de la Torah), le Popol Vuh raconte la création du Monde. Le Popol Vuh fait un rapport détaillé de la façon dont notre planète a été terraformée au moment de la Création (comme aujourd'hui l'homme du 21ème siècle envisage de terraformer la planète Mars) : « ...tout était en suspens, tout n'était que calme et silence ...Il n'y avait ni homme, ni animal; ...ni herbe, ni forêts; seul le ciel existait... ». Qu'en conclure ?

Les Amérindiens du sud : Aztèques, Mayas et Incas Cette fiche présente les trois grands empires d'Amérique centrale et du Sud qui furent présents avant la période de la conquête par les Espagnols et les Portugais. Amérindiens de l’Amérique centrale : les Aztèques Les Aztèques ont fondé un grand empire au Mexique. Leur histoire est complexe, tout comme les connaissances qu’ils avaient développées. Histoire et origines Les Aztèques formaient l’une des tribus des Mexicas. Le territoire couvert par l’Empire aztèque Les Aztèques ont fondé la ville de Tenochtitlán, qui deviendra Mexico, au milieu d’une plaine marécageuse en 1350. La richesse de l’Empire aztèque augmente au fur et à mesure que les peuples soumis apportent leurs trésors dans la capitale. Une représentation de ce que Tenochtitlán pouvait être Le territoire, victime de fléaux naturels (sauterelles, gels, inondations, sécheresses), est extrêmement difficile à gérer et souffre d'une insuffisance de soldats. Mode de vie Le calendrier aztèque (cliquer pour agrandir) Traditions et coutumes

La civilisation Maya ... Les chichimèques du Peuple indien d'Amérique centrale fondateur d'une brillante civilisation précolombienne qui s'étendit sur les territoires actuels des États mexicains des Chiapas et du Yucatán, et sur ceux du Belize, du Guatemala et du Honduras. Aujourd'hui, les Mayas sont quelque 2 millions qui appartiennent au groupe linguistique maya. Dans les forêts tropicales du Petén et sur les terres arides du Yucatán, les Mayas ont, durant plus de deux millénaires, développé une civilisation prestigieuse. Au IXe siècle de notre ère, leurs cités furent peu à peu abandonnées, pour n'être redécouvertes par les explorateurs qu'à partir du XIXe siècle. Mais les peuples mayas ont su jusqu'à nos jours préserver leur identité, en dépit des invasions et des conquêtes. Les origines Un peuple stable Venus d'Asie par le détroit de Béring, comme tous les peuples américains, les Mayas s'installèrent à une date qui reste encore inconnue sur le territoire actuellement occupé par leurs descendants. Une longue maturation

Les femmes dans la révolution mexicaine | L'histoire par l'image Contexte historique 1913, le Mexique s’enfonce dans la violence Avec le coup d’État du général Huerta et l’assassinat du président Madero, en février 1913, la Révolution mexicaine tend à sombrer dans l’anarchie. Carranza a pris la tête d’un courant constitutionnaliste, qui veut rétablir la légalité. Les combats s’étendent à tout le pays, et les violences tournent aux règlements de comptes, notamment dans le Sud où Zapata vise les grands propriétaires fonciers en incendiant les haciendas et en distribuant les terres aux paysans pauvres. Avec la domination de Porfirio Diaz (1876-1911) toute revendication féministe avait été mise sous l’éteignoir. Les voici représentées ici sur une gravure en couleur réalisée à partir d’un dessin original, pour la couverture du supplément dominical d’un grand quotidien français du 16 novembre 1913 : Le Petit Journal. Analyse des images Des Amazones modernisées Interprétation Une vision sensationnaliste de l’engagement des femmes dans la révolution mexicaine

Popol Vuh Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Première page de la plus vieille version écrite du Popol Vuh (manuscrit entre 1701 et 1703 par Francisco Ximénez). Le Popol-Vuh (également retranscrit Pop Wuh ou Popol Wu'uj à partir de l'expression quiché signifiant littéralement « livre de la natte »[1], généralement traduit par « Livre du Conseil » ou « Livre de la Communauté »[2]) est un texte mythologique maya rédigé en quiché à l'époque coloniale. Il s'agit d'une sorte de « Bible » maya dont le contenu, remontant à la période précolombienne, relate l'origine du monde et plus particulièrement du peuple quiché, l'une des nombreuses ethnies mayas, dont le centre de rayonnement se situait dans la partie occidentale du Guatemala actuel. Le seul manuscrit existant, transcrit entre 1701 et 1703 par Francisco Ximénez, est conservé à la Newberry Library de Chicago (Ayer 1515 ms)[4]. Origine du manuscrit[modifier | modifier le code] Contenu[modifier | modifier le code]

Mayas – Révélation d’un temps sans fin Exposition « Mayas – Révélation d’un temps sans fin, Paris, Musée du quai Branly, du 7 octobre 2014 au 8 février 2015. Après le Mexique et le Brésil c’est au tour de la France d’accueillir une extraordinaire exposition sur les Mayas, fascinante civilisation précolombienne qui a livré de nouveaux secrets depuis une dizaine d’années grâce à des découvertes majeures comme celle de la cité de Chactun (Etat de Campeche, Mexique). Le musée du quai Branly présente pendant quatre mois près de 400 objets provenant des collections de plus de 40 musées et grands sites mayas du Mexique. Affiche de l’exposition du quai Branly Un peu d’histoire et de géographie L’aire d’expansion des Mayas L’aire culturelle maya couvre un espace de quelque 400 000 km2 englobant le sud-est du Mexique, le Guatemala, le Belize et l’ouest du Honduras et du Salvador, soit un milieu essentiellement tropical mais malgré tout très différencié. Chronologie sommaire des principales civilisations précolombiennes de la Mésoamérique

MAYAS Les Mayas occupent, au sein de l'imaginaire européen, une place prépondérante par rapport aux autres civilisations du Nouveau Monde. Sans minimiser leur importance intrinsèque, puisqu'ils contrôlaient presque la moitié du territoire mésoaméricain, plusieurs facteurs expliquent cet attrait. Leur maîtrise de l'écriture et du calendrier a attiré l'attention dès le xixe siècle : Champollion lui-même s'est penché sur la question. Pourtant, en dépit de l'ampleur des connaissances, la recherche est loin d'être achevée.

Related: