background preloader

Démocratie et géopolitique à l'ère numérique

Facebook Twitter

Guillaume Klossa : « La technologie peut aider à sauver la démocratie » Une nouvelle fonctionnalité de Facebook permet de lancer des pétitions. The Age of Surveillance Capitalism by Shoshana Zuboff | PublicAffairs. Yuval Noah Harari: «Les défis auxquels nous devons faire face se moquent des frontières» Diplômé d’Oxford, historien à l’Université hébraïque de Jérusalem, Harari, 42 ans, est devenu une figure de renommée mondiale. Depuis le succès de Sapiens, une brève histoire de l’humanité - que Ridley Scott s’apprête à adapter sur grand écran - et Homo Deus, celui que The Economist a qualifié de premier «intellectuel global du XXIe siècle» s’est imposé comme le penseur du monde qui vient. Après avoir retracé les 100 000 premières années de l’humanité dans son premier livre, puis esquissé son avenir sous l’emprise de l’intelligence artificielle et des biotechnologies dans le deuxième, il a fait paraître à l’automne dernier 21 Leçons pour le XXIe siècle (Albin Michel).

Un ouvrage dans lequel il s’attaque à la crise de la démocratie libérale occidentale. Conteur iconoclaste et volontiers provocateur, l’essayiste israélien sait rendre intelligible, dans une langue simple et accessible à tous, les grandes lignes de fracture actuelles. N’est-ce pas une défense naturelle tellement humaine ? Why we stopped trusting elites – podcast | News. En immersion numérique avec les « gilets jaunes » Edtech : Ne Laissons Pas Les GAFAM Envahir Les Salles De Classe. Jean-Michel Blanquer a donné, en cette période de rentrée des classes, ses grandes orientations pour redonner confiance en l’école. Il a annoncé un ensemble de mesures visant à ouvrir l’école à l’expérimentation d’outils numériques : l’edtech pour les apprentissages fondamentaux dans les classes dédoublées à l’école primaire, pour accompagner le dispositif « Devoirs faits » , pour l’enseignement professionnel et technologique… C’est un ensemble de bonnes résolutions qui promettent d’intensifier les partages d’innovations, de projets, de retours sur expérience.

Mais la France avance trop lentement dans l’ère du numérique éducatif, l’edtech, d’expérimentation en expérimentation. L’éducation nationale n’a pas déployé les moyens nécessaires pour contribuer à l’éclosion d’un écosystème edtech robuste. Jean-Michel Blanquer a annoncé un plan « Intelligence Artificielle et Education « de 8 millions d’euros. A quand la création d’une véritable filière edtech en France ? Comment faire ? L' Arabie saoudite met-elle le souk dans la Silicon Valley ? Liberté d’in-expression : quand les États de l’Union européenne souhaitent sous-traiter la censure aux géants du web !

Le texte européen le plus liberticide de cette décennie est en approche Hors un certain nombre de pays qui se sont opposés à ce texte, le Conseil de l’Union européenne vient d’acter un projet de loi au parfum pour le moins désagréable pour ce qui concerne les libertés publiques. Poussé par la gouvernance actuelle française, ce texte – peu médiatisé – pourrait s’avérer l’un des coups les plus violents jamais portés à la liberté d’expression dans les pays « démocratiques » de l’Union européenne. Le débat autour de ce texte va maintenant se poursuivre au parlement européen. Il convient de préciser que le 12 décembre 2018 un premier rapport sur la lutte antiterroriste a été adopté à une très large majorité : sur 661 votants, 474 ont voté en faveur de ce dernier tel qu’il a été amendé, 112 voix contre, 75 votants se sont abstenus.

Cette adoption était prévisible. De quoi s’agit-il ? Pourquoi est-ce une dérive dangereuse ? Il s’agit donc d’avoir recours à de la censure automatique préventive ! Ne pas laisser des acteurs étatiques et non étatiques déstabiliser nos démocraties ! Quand une journaliste découvre qu'elle est "directrice éditoriale" d'un compte dont elle n'a jamais entendu parler...

Una Mullally est une référence parmi les journalistes en Irlande. Editorialiste au Dubliner, elle collabore aussi au Guardian britannique et au Irish Times. Elle a été nommée « journaliste de l’année » en 2015. Fin août, des amis l’ont contactée pour s’étonner du contenu de certains des articles publiés sur le site dont elle est la directrice éditoriale, The British Left.

Problème : Una Mullally n’a jamais créé de site intitulé The British Left.Elle commande une enquête à une compagnie privée de cybersécurité, FireEye. Ce qu’il découvre : le site The British Left a été créé par le gouvernement iranien à destination du monde anglophone. Poutine a été l’un des premiers dirigeants politiques à saisir les potentialités de ce fantastique outil de manipulation que constitue internet. La lutte pour le contrôle de l’information et l’influence des esprits ne date pas d’hier… L’infériorité du modèle démocratique à l’ère d’internet. La fragilisation des démocraties est le phénomène le plus frappant de ces trente dernières années. On avait pu penser dans les années 1990 que l’effondrement du bloc de l’est consacrait la victoire des systèmes fondés sur les droits individuels et la représentation. On se rend compte qu’à l’ère numérique, les forces des démocraties sont devenues de terribles faiblesses.

Les trois piliers d’un Etat fort sont profondément ébranlés : maîtrise des récits partagés, capacité à agir économiquement et légitimité du pouvoir. Les démocraties avaient fondé leur cohésion sur la libération de la parole, donnant à chacun un sentiment de liberté qui maximisait l’adhésion au système. En permettant une circulation de l’information qui échappe aux médias traditionnels, qui en filtraient les excès et déviances, les réseaux sociaux ont fait exploser la machine traditionnelle de fabrication du consensus.

Second ébranlement majeur : notre régime ne peut plus cacher qu’il a perdu la maîtrise des évènements. L’infériorité du modèle démocratique à l’ère d’internet – Politique. Débat : peut-on encore gouverner à l’heure des réseaux sociaux ? Les autorités de l’État et les élus (et pas seulement ceux de la majorité, ne nous leurrons pas) font face à une défiance d’une ampleur inédite, à laquelle il est bien difficile de trouver une réponse, tant les revendications sont à la fois hétérogènes et individualistes (une par sous-catégorie de la population), irréalistes et contradictoires (davantage de services publics, mais moins d’impôts ; plus de croissance, mais moins de concurrence ; plus de sécurité, mais moins de règles), et déconnectées d’enjeux aussi fondamentaux que le réchauffement climatique ou l’endettement du pays.

Comment expliquer qu’on en soit arrivé là aussi vite ? Le premier constat, c’est que la révolte des gilets jaunes n’est qu’un symptôme de plus d’un mal plus profond, celui qui a conduit au Brexit, à l’élection de Viktor Orban, Donald Trump, Matteo Salvini et Jair Bolsonaro, et qui garantit l’inamovibilité de Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan. Mobilisation et action Primat de l’émotion sur les faits. Russian accounts fuel French outrage online | World. Pro-Russia Social Media Takes Aim at Macron as Yellow Vests Rage. Photographer: Jean-Philippe Ksiazek/AFP via Getty Images Emmanuel Macron successfully dodged cyberattacks and fake news reports that were widely blamed on a Kremlin effort to destabilize his 2017 presidential campaign. Now, with France convulsed by violent protests, the Russians appear to be back – and may be hitting closer to their mark. Among 600 Twitter accounts known to promote Kremlin views, the top hashtag now is #giletsjaunes, the French name for the so-called Yellow Vests protest movement, according to the Alliance for Securing Democracy, a unit of the German Marshall Fund of the U.S. that monitors those accounts and other pro-Kremlin activity.

The Twitter accounts monitored by the alliance usually feature U.S. or British news. A major theme of recent tweets is that French law enforcement is on the verge of mutiny. Russian State Media Sputnik and RT have reported in recent days that most French police no longer support Macron and are siding with the protesters. Impact Uncertain. Comment Facebook contribue au mouvement des gilets jaunes en se mêlant de l’info locale. Facebook et les gilets jaunes : de nombreuses publications cette semaine soulignent la part de responsabilité de Facebook dans l'organisation du mouvement des gilets jaunes. Son algorithme qui privilégie les publications des groupes locaux au détriment de celles des médias traditionnels dans le fil d’actualité permet à la plateforme sociale d’être une source d'information importante pour certains gilets jaunes autant d’une source de fausses nouvelles. Et il suffit de quelques secondes à un bot pour disséminer de la désinformation.Mais après avoir liké, les gilets jaunes vont-ils voter ?

Les Décodeurs du Monde ont repris une liste d'une cinquantaine de revendications « officielles » des gilets jaunes. En attendant, 2022, les gilets jaunes créent une crise d’Etat et une démocratie virtuelle. La fin de Canal Play “d’ici quelques semaines” : c’est que qu’à annoncé Maxime Saada, président du directoire du groupe Canal+ à la Commission des affaires culturelles ce 5 décembre. Opinion | Chatbots Are a Danger to Democracy. Parliament seizes cache of Facebook internal papers. Parliament has used its legal powers to seize internal Facebook documents in an extraordinary attempt to hold the US social media giant to account after chief executive Mark Zuckerberg repeatedly refused to answer MPs’ questions.

The cache of documents is alleged to contain significant revelations about Facebook decisions on data and privacy controls that led to the Cambridge Analytica scandal. It is claimed they include confidential emails between senior executives, and correspondence with Zuckerberg. Damian Collins, the chair of the culture, media and sport select committee, invoked a rare parliamentary mechanism to compel the founder of a US software company, Six4Three, to hand over the documents during a business trip to London. In another exceptional move, parliament sent a serjeant at arms to his hotel with a final warning and a two-hour deadline to comply with its order. “We are in uncharted territory,” said Collins, who also chairs an inquiry into fake news. Les géants tech ou l'avènement de quasi-États.

L’image a marqué les esprits. Marc Zuckerberg, fondateur et PDG du F de l’acronyme GAFA, annonce qu’il part en tournée à travers les États-Unis, alors que son entreprise, accusée de toutes parts d’avoir joué un rôle décisif dans l’élection présidentielle américaine et le Brexit, refuse obstinément de prendre acte du pouvoir exorbitant qu’elle possède désormais sur l’attention et les esprits d’un tiers de l’humanité. La contradiction n’est pas anodine et « Zuck » ne peut en être dupe : Facebook n’est plus l’outil de notation des plus beaux étalons du campus de Harvard, ce n’est plus un simple réseau social. Plus encore que ses pairs technologiques, c’est désormais une organisation d’un genre nouveau dont nous ne cessons de mesurer l’indomptable puissance. La compréhension des ressorts de cette puissance est indispensable pour que les États, démunis face aux preuves quotidiennes leurs propres limites, reprennent en mains leur destin, ainsi que celui de leurs citoyens.

Diana Filippova. Sans titre. I. Le temps des explorateurs II. L'eldorado III. Nouveaux citoyens d'un monde nouveau : les combats des netizens Qui dirige Internet ? La question, accessoire il y a encore quelques années, prend aujourd'hui une dimension nouvelle. Educatec - Educatice : 21, 22 & 23 novembre 2018. La citoyenneté à l'ère numérique. De la transformation de l'Etat à la diplomatie digitale : En avant ! La semaine dernière, j'ai quitté mes fonctions à la tête de la DINSIC pour devenir ambassadeur pour le numérique, auprès du ministre des Affaires étrangères. Après avoir piloté la transformation numérique de l'Etat français, je vais donc me consacrer à la dimension géopolitique de la révolution numérique. Celle d’un cyberespace où se dessinent de nouvelles libertés, où naissent de nouvelles menaces, où s’affrontent et coopèrent de nombreuses puissances, étatiques ou non..

Elle a noué un dialogue stratégique important avec les autres Etats, avec les grands acteurs économiques et avec la société civile. Il traite de questions essentielles comme la cybersécurité, la neutralité d’internet, la protection des données personnelles, la lutte contre les fake news ou les discours de haine, le multilatéralisme, la souveraineté européenne du numérique.

La"" de la semaine dernière en témoigne. Je suis honoré et reconnaissant de rejoindre la mission qui m'est confiée. En avant ! Facebook lance une « cour d’appel » pour contenus controversés. La fin de l’Etat-nation ? Partie 1, les glissements de souveraineté induits par la technologie | Institut Montaigne. Et si, parmi les bouleversements à venir, il était désormais nécessaire d’ajouter celui concernant la fin des États-nations ? En cette période de déglobalisation, on observe une réaffirmation de la souveraineté des Etats avec, notamment, l’apparition de gouvernements exprimant une volonté de se réapproprier leurs destins. Cependant, la menace à laquelle font face ces Etats, et tous les Etats-nations en général, n’est peut être pas le libéralisme et la mondialisation comme beaucoup argueraient, mais la révolution numérique et les méta-plateformes qui, de façon croissante et continue, sont capables de leur tenir tête.

Dans ce premier volet, Gilles Babinet analyse ces glissements de souveraineté induits par la technologie. L’origine des Etats-nations La redéfinition des territoires. “Google ou Facebook devraient être considérés comme des services d’utilité publique” | Philonomist. Aujourd’hui, beaucoup d’activités passent par des « plateformes », mais que recouvre exactement ce concept ? Nick Srnicek : Il existe différents types de plateformes. Uber est très différent de Google, qui est très différent d’Amazon… Pour les distinguer, j’ai établi une typologie. En se demandant « d’où vient le profit ?

», l’approche marxiste permet de comprendre leur comportement et leur stratégie. Vous distinguez quatre types de plateformes, quels sont-ils ? Le premier type est la plateforme publicitaire : on pense à Google et à Facebook, à Instagram ou à Snapchat. “Si vous n’aimez pas Mark Zuckerberg, vous utiliserez quand même Facebook parce que les gens que vous connaissez y sont déjà” Ces plateformes ont en commun de créer des « effets de réseau ». L’économie numérique se caractérise par des effets de réseau. En quoi les monopoles sont-ils dangereux pour la société ? Safiya Umoja Noble : «Avec Google, nous utilisons des technologies qui censurent, mais nous ne voulons pas le voir»

Google n’est pas un lieu très sûr pour les minorités. Même lorsqu’il ne s’agit que de faire une recherche apparemment anodine, confortablement installé derrière son écran. C’est ce qu’affirme depuis près de dix ans Safiya Umoja Noble, chercheuse en sciences de l’information à l’Université de Californie du Sud, à Los Angeles. Dans Algorithms of Oppression, publié en février (NYU Press, non traduit), l’auteure américaine montre comment le mastodonte des moteurs de recherche assoit une nouvelle forme de sexisme et de racisme ordinaires.

Un phénomène d’autant plus préoccupant que, face à cet outil qui se donne des airs de bibliothèque moderne, nous baissons souvent notre garde. Qu’est-ce qui amène une spécialiste des catalogues de bibliothèque à s’intéresser à Google ? Quand j’ai repris des études après douze années dans le marketing, j’ai été très frappée de voir que le monde académique voyait en Google une sorte de bibliothèque publique en ligne. Comment expliquer cet excès de confiance ? Amazon essaye de vendre aux États-Unis ses services pour identifier les migrants. Even a few bots can shift public opinion in big ways. Unlike in 2016, there was no spike in misinformation this election cycle. Hacktivisme et Cause à défendre (1) Que-est ce que la « slow-motion civil war » qui traverse la société américaine ? @AnneNivat revient sur l'état de la société américaine à quelques jours des #MidtermElections □ Les reportages du 1 : 1/3…

Désinformation et absence de lecture critique du pouvoir. Citoyenneté et information. Www.linkedin. Brésil : le numérique fait-il du mal à la démocratie ? Le rendez-vous Tech by frenchspin on Apple Podcasts. Opinion | I Thought the Web Would Stop Hate, Not Spread It. « Infox » au Brésil : comment les fausses informations ont inondé WhatsApp.

LE CLUB : Pétitions, hashtags : la dictature de l'opinion ? Google is giving $25 million to people using AI for good. L'opinion publique existe-t-elle sur Internet ? A Berlin, le mouvement « Fuck off Google » plus fort que Google. Le contrôle des données numériques personnelles est un enjeu de liberté collective. Comment Trump a manipulé l'Amérique. Here's How Russia May Have Already Hacked the 2018 Midterm Elections. Marylin Maeso : "Twitter n’a rien inventé : il accentue, il favorise des comportements agressifs et irrespectueux" Google Suppresses Memo Revealing Plans to Closely Track Search Users in China. Pourquoi la technologie n'est pas démocratique et comment elle peut le devenir.

- The Washington Post. Daphné Le Sergent. Géopolitique de l'oubli<!--Satellite11--> How social media took us from Tahrir Square to Donald Trump. Plaidoyer contre le populisme numérique. “On assiste à une capture du politique par les intérêts privés” Yascha Mounk : « Le Peuple contre la démocratie » Amazon, l'Empire Invisible (1/2) Laurent Alexandre : sept tendances qui annoncent l'intelligence artificielle de 2040. Lu et approuvé - La villa numeris. Débat : Vous avez dit philanthropie ? Face à la privatisation de la démocratie, il est urgent d’ouvrir les yeux. How Russia Helped Swing the Election for Trump. Can Mark Zuckerberg Fix Facebook Before It Breaks Democracy? Fake news war gets sophisticated before 2018 midterm elections - Axios. More than 1,000 Google workers protest censored China search. La cryptomonnaie d’État, une arme géopolitique contre la suprématie américaine ?

Warner suggests 20 ways to tackle problems posed by Google and Facebook - Axios. Données : pour survivre, les acteurs historiques doivent répondre à trois questions stratégiques. Effondrement : "il y a une volonté d'abrutir la population" par La rédaction. OPTIC2017-Pouvoir-rgalien-et-algorithmes. Are Superstar Firms and Amazon Effects Reshaping the Economy? Facebook-refugee-attacks-germany. Rollingstone. Video games are political. Here's how they can be progressive | Games. Podcast #21MILLIONS : le Bitcoin, un nouvel outil géopolitique ? Sur Twitter, les «fake news» voyagent plus vite que les vraies informations. Democracy is cracking and platforms are no help. What can we do about it? Some policy suggestions.

Google reportedly planning censored search engine for China. L'irruption des contre-publics. Facebook Identifies an Active Political Influence Campaign Using Fake Accounts. About Democracy Initiative | Democracy Initiative. Human-Centered AI: Building Trust, Democracy and Human Rights by Design.

What worries me about AI – François Chollet. TheBrAInstorm_Burson-Burson-Cohn-Wolfe-Report-on-Artificial-Intelligence. Holding algorithms (and the people behind them) accountable is still tricky, but doable. This year’s tech trends prove we need to embrace Responsible AI sooner—not later. From neural nets to autonomous machine learning algorithms: The many different ways marketers define AI.

Anne-Sophie Pic // Milad Doueihi. AI isn't just taking away our privacy—it's take away free choice, too. Séance publique du 25 octobre 2017 (après-midi) Géopolitique et sciences. L’intelligence artificielle peut-elle nous gouverner ? Frère Eric Salobir, le prêtre qui connecte le pape à la Silicon Valley. Break up Google. L’empire des GAFA. Informational Autocrats by Sergei M. Guriev, Daniel Treisman.

A list of the similarities between Silicon Valley and the Soviet Union went viral over the weekend. How Artificial Intelligence Will Reshape the Global Order. Inside China’s Dystopian Dreams: A.I., Shame and Lots of Cameras. Peut-on désalgorithmiser le monde ? Ubérisation : quand le capitalisme devient « algocratique » Le Big Brother chinois s’installe dans les rues et les foyers africains. Quelle société numérique dans l’empire des données ? Peter Thiel, l’homme qui voulait achever la démocratie.