background preloader

La douleur

Facebook Twitter

D'ou vient la douleur

Combattre la douleur. Centre d'évaluation et de traitement de la douleur. Service de médecine de la douleur et de médecine palliative de l'hôpital Lariboisière. Centre d’évaluation et de traitement de la douleur - Hôpital de la Timone. La prise en charge de la douleur chronique comprend : Son diagnostic ; Une évaluation pluridimensionelle, bio-psycho-sociale des syndromes douloureux chroniques ; Un suivi pluridisciplinaire (plusieurs médecins de disciplines différentes) ; Une approche pluri-professionnelle (un médecin associé à plusieurs professionnels de santé : infirmière, psychologue…) ; Une prise en charge individualisée en prenant compte de l’environnement familial, culturel, social, et professionnel de patient et en favorisant sa coopération avec l’équipe de soins.

Centre d’évaluation et de traitement de la douleur - Hôpital de la Timone

Hôpital de la Timone, rez-de-chaussée Le standard téléphonique est ouvert : du lundi au jeudi de 9h00 à 16h30 ; le vendredi de 9h00 à 12h00. Tél. secrétariat consultation céphalée-migraine : 04 91 38 43 45 Tél. secrétariat consultation douleur chronique : 04 91 38 68 98 Tél. secrétariat consultation céphalée-migraine et douleur chronique : 04 91 38 43 45 Fax : 04 91 38 68 98 Email : cetd.contact@ap-hm.fr. Centre régional d'évaluation et de traitement de la douleur (CETD) La douleur chronique La douleur est qualifiée de chronique quand elle dure depuis des mois, voire de nombreuses années.

Centre régional d'évaluation et de traitement de la douleur (CETD)

Cette douleur, en devenant persistante, perd son intérêt de signal d’alarme. Par son caractère durable et rebelle au traitement, elle devient inutile et invalidante. La cause de cette douleur persistante n’est pas nécessairement grave mais tous les examens indiqués pour l’évaluer et bien la prendre en charge n’ont peut-être pas été effectués. AFVD - Association Francophone pour Vaincre les Douleurs. SFETD - Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur. CNRD - Centre National de Ressources de lutte contre la Douleur. La Douleur - Marguerite Duras. La dernière guerre, Marguerite Duras l’a vécue tout à la fois comme femme dont le mari avait été déporté, comme résistante, mais aussi, comme écrivain.

La Douleur - Marguerite Duras

Lucide, étonnée, désespérée parfois, elle a, pendant ces années, tenu un journal, écrit des textes que lui inspirait tout ce qu’elle voyait, ce qu’elle vivait, les gens qu’elle rencontrait ou affrontait. Ce sont ces récits et des extraits de son journal, que Marguerite Duras a réunis sous le titre La Douleur : I « La Douleur », II « Monsieur X. dit ici Pierre Rabier », III « Albert des Capitales, Ter le milicien », « L’Ortie brisée », « Aurélia Paris ».

Voir la biographie et la bibliographie de Marguerite Duras Duras, à sa manière inattendue brutale, nous jette en travers son succès les moments nus, les plus douloureux de sa vie. [...] Construite sur le silence des expériences qu'on n'arrive pas à exprimer, l'œuvre de Duras révèle ici l'une de ses sources profondes : la douleur. Douleur, mieux comprendre la douleur. La Douleur. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Douleur

Historique[modifier | modifier le code] Marguerite Duras écrit les cahiers de la guerre, après l'arrestation de son mari en juin 1944. Tout au long de la disparition de celui-ci, elle tient ce journal qui relate « sa douleur ». C'est donc à partir de ce journal que plus tard elle écrit cette œuvre, se nourrissant de ses notes et des faits historiques qu'elle a vécus de loin ou de près. Elle fut accusée de mentir pour appuyer sa douleur et enfoncer son mari.

Résumé[modifier | modifier le code] La Douleur est un recueil d'histoires en partie autobiographiques, en partie inventées. L'histoire se déroule à Paris, durant la Seconde Guerre mondiale. Éditions[modifier | modifier le code] La Douleur, éditions P.O.L, 1985 (ISBN 2867440424). rééd. Adaptations[modifier | modifier le code] Théâtre[modifier | modifier le code] Cinéma[modifier | modifier le code] L'Ortie brisée de Franck Bourrel, d’après un texte extrait de La Douleur, 2009.

Douleur - Institut upsa de la douleur. Cours - Physiologie - La douleur. Suivant La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau.

Cours - Physiologie - La douleur

C'est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à un dommage tissulaire présent ou potentiel ou décrit en termes d'un tel dommage. La douleur. Dossier réalisé en collaboration avec Michel Pohl équipe "Douleurs" Inserm UMRS 975, Cricm, Université Pierre et Marie Curie Selon la définition officielle de l’Association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes".

La douleur

Elle est donc subjective et repose avant tout sur le ressenti du patient, ce qui la rend difficile à quantifier et à qualifier. D’autant plus que la douleur n’est pas liée systématiquement à une lésion, une caractéristique qui rend son étude complexe. De la main au cerveau Il est néanmoins possible de décrire le parcours de l’information douloureuse dans l’organisme, avec l’exemple de la douleur aiguë provoquée par une main posée par inadvertance sur une plaque brûlante.

. © Fotolia Une fois arrivé au cerveau, le signal est identifié en "douleur". Douleur inflammatoire, neuropathique ou cancéreuse ? La douleur. Selon la définition officielle de l’association internationale pour l’étude de la douleur (IASP), "la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes".

La douleur

Les patients sont les acteurs actifs de leur prise en charge, eux-seuls sont capables d’indiquer aux soignants ce qu’ils ressentent. Leur participation est essentielle pour évaluer l’intensité de la douleur et l’efficacité des traitements, médicamenteux ou non. Aucun examen, aucune prise de sang, aucun scanner ne permet d’objectiver la douleur : la parole peut être un signal pouvant faire évoluer la prise en charge. Ils doivent donc être informés et écoutés par les professionnels de santé. De quelles douleurs parle-t-on ? Quelle que soit sa douleur, chacun doit pouvoir bénéficier d’un diagnostic aboutissant à un traitement efficace et personnalisé, même si aucune lésion n’a pu être mise en évidence.

Psychisme et douleur