background preloader

Palestine-Israël

Facebook Twitter

Nétanyahou valide la création d’une nouvelle colonie, une première depuis vingt-cinq ans. Planifiée dans la vallée de Shilo, en Cisjordanie, la future colonie résulte d’une promesse faite aux familles de l’avant-poste d’Amona, démantelé début février.

Nétanyahou valide la création d’une nouvelle colonie, une première depuis vingt-cinq ans

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant) L’annonce est tombée tard dans la soirée, jeudi 30 mars, au terme de longues discussions en conseil de sécurité, autour du premier ministre, Benyamin Nétanyahou. Pour la première fois depuis les accords d’Oslo, signés en 1993, le gouvernement israélien a décidé d’autoriser l’établissement d’une nouvelle colonie en Cisjordanie, dans la vallée de Shilo. Cette mesure était une promesse faite aux familles de l’avant-poste d’Amona, démantelé sur décision de justice début février.

Lire aussi : Colonies israéliennes en Cisjordanie : près d’un demi-siècle d’installations illégales Depuis les élections de mars 2015, jamais encore les colons n’avaient bénéficié d’une telle influence en Israël. Double pression pour Nétanyahou. Le docteur Abuelaish se bat pour obtenir les excuses d’Israël. Le médecin gazaoui a perdu trois de ses filles dans un bombardement de l’armée de l’Etat hébreu, pendant l’opération « Plomb durci » en 2009.

Le docteur Abuelaish se bat pour obtenir les excuses d’Israël

La droite israélienne veut profiter du flou des intentions de Trump. L’envoyé spécial du président américain arrive en Israël aujourd’hui.

La droite israélienne veut profiter du flou des intentions de Trump

La question du développement des colonies en Cisjordanie sera au cœur des discussions. Les députés israéliens approuvent l’expropriation de terres palestiniennes. Le texte, qui légalise les avant-postes construits sur des terres privées en Cisjordanie, doit à présent être examiné par la Haute Cour de justice.

Les députés israéliens approuvent l’expropriation de terres palestiniennes

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant) Lorsque sera écrit, un jour, le bilan politique de Benyamin Nétanyahou, le 6 février 2017 occupera une place particulière. A cette date, sous son autorité, les députés de la Knesset ont récompensé l’expropriation de terres palestiniennes et tenté d’imposer la loi israélienne en territoires occupés, au lieu de la loi militaire en vigueur depuis cinquante ans. Pour cela, ils ont adopté en dernière lecture par 60 voix contre 52 un texte ouvrant la voie à la légalisation des avant-postes construits sur des terres privées palestiniennes. Ces avant-postes sont des communautés juives, de taille réduite, établies en Cisjordanie depuis près de vingt ans sans autorisation officielle, mais protégées par l’armée et bénéficiant de financements publics. Israël-Palestine : revirement majeur de Donald Trump sur un mode confus. Nétanyahou à Washington pour évaluer sa marge de manœuvre sur la question palestinienne.

Après avoir semblé donner des gages à la droite israélienne sur les colonies, Donald Trump s’inscrit dans une forme de continuité avec les administrations précédentes.

Nétanyahou à Washington pour évaluer sa marge de manœuvre sur la question palestinienne

C’est entendu : Israël est un Etat souverain. Mais la visite officielle de Benyamin Nétanyahou à Washington, à compter du mardi 14 février, revêt une importance rare, à la fois pour son destin politique et celui de son pays. En rencontrant le nouveau secrétaire d’Etat Rex Tillerson mardi, mais surtout Donald Trump à la Maison Blanche le lendemain, le chef du gouvernement israélien vient chercher, en quelque sorte, sa lettre de cadrage auprès du protecteur américain. L’heure est enfin venue ; la brume doit se lever, un mois après l’investiture. M. Face à l’imprévisibilité de Trump M.

Lui est resté mystérieux sur ses intentions, avant son départ. Lire aussi : Donald Trump multiplie les concessions diplomatiques. Berlin, le nouveau Tel-Aviv. Artistes, journalistes, créateurs de start-up… Ils sont 11 000 Israéliens à avoir émigré dans la capitale allemande.

Berlin, le nouveau Tel-Aviv

La plupart ont été attirés par le dynamisme de la ville et la promesse d’opportunités. Sans occulter l’Histoire. Colonies. Les députés israéliens approuvent l’expropriation de terres palestiniennes. Israël-Palestine : la communauté internationale suspendue aux décisions de Trump. Face aux craintes suscitées par l’arrivée de la nouvelle administration américaine, la conférence de Paris sur le Proche-Orient a rappelé les bases d’un règlement du conflit.

Israël-Palestine : la communauté internationale suspendue aux décisions de Trump

Les risques de ce que pourrait être la politique israélo-palestinienne de Donald Trump – et notamment les effets dévastateurs d’un transfert de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, capitale d’Israël non reconnue internationalement – étaient dans toutes les têtes, dimanche 15 janvier, mais pas dans le texte final, âprement négocié, de la conférence sur le Proche-Orient qui s’est tenue à Paris. . « Une provocation » Les tentatives de la Ligue arabe pour évoquer le sujet et appeler des « tierces parties » (il n’était pas question de nommer explicitement Washington), et pas seulement les protagonistes du conflit, à s’abstenir d’initiatives déstabilisatrices n’ont pas abouti. Lire aussi : « Pour se réconcilier avec les Palestiniens, il faut parler d’égal à égal » Laborieux compromis François Hollande.

En Cisjordanie, Abbas réélu à la tête du Fatah, dans un congrès de crise. Le président palestinien veut raffermir son pouvoir alors que se multiplient les appels à revoir la stratégie face au Hamas et à Israël.

En Cisjordanie, Abbas réélu à la tête du Fatah, dans un congrès de crise

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant) Pour la première fois depuis 2009, le Fatah tient congrès. La formation du président palestinien Mahmoud Abbas, principale composante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), est confrontée à une crise historique. Impopulaire, incapable de proposer un horizon à une population jeune et démoralisée par l’enracinement de l’occupation israélienne, le Fatah veut offrir des gages de renouvellement et de respiration. Mais c’est surtout l’occasion pour son leader de raffermir son contrôle sur les cadres, alors que les spéculations sur sa succession agitent Ramallah depuis des mois. Une échéance attendue. L’israélisation du monde (occidental) « La France doit reconnaître l’Etat palestinien avant qu’il ne soit trop tard » Dans un texte collectif, des ambassadeurs français estiment que tout le monde aurait à gagner à la reconnaissance, y compris Israël.

« La France doit reconnaître l’Etat palestinien avant qu’il ne soit trop tard »

Une conférence internationale sur le Proche-Orient doit s’ouvrir le 15 janvier à Paris. Depuis plusieurs mois, un débat s’est engagé sur la possibilité de réaliser un Etat palestinien. Jean-Marc Ayrault : « Israël-Palestine, la solution des deux Etats est en danger » La conférence de Paris, qui s’ouvre le 15 janvier, doit être l’occasion de relancer la confiance entre Israéliens et Palestiniens afin de leur permettre de vivre côte à côte, en paix et en sécurité.

Jean-Marc Ayrault : « Israël-Palestine, la solution des deux Etats est en danger »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-Marc Ayrault (ministre des affaires étrangères et du développement international) Par Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international Le processus de paix au Proche-Orient ne peut pas attendre, principalement pour deux raisons. A Paris, une conférence symbolique pour le Proche-Orient. Quelque 75 pays sont réunis en France, sans les Israéliens ni les Palestiniens, pour soutenir la « solution à deux Etats ».