background preloader

Israel

Facebook Twitter

Nétanyahou valide la création d’une nouvelle colonie, une première depuis vingt-cinq ans. Planifiée dans la vallée de Shilo, en Cisjordanie, la future colonie résulte d’une promesse faite aux familles de l’avant-poste d’Amona, démantelé début février.

Nétanyahou valide la création d’une nouvelle colonie, une première depuis vingt-cinq ans

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant) L’annonce est tombée tard dans la soirée, jeudi 30 mars, au terme de longues discussions en conseil de sécurité, autour du premier ministre, Benyamin Nétanyahou. Pour la première fois depuis les accords d’Oslo, signés en 1993, le gouvernement israélien a décidé d’autoriser l’établissement d’une nouvelle colonie en Cisjordanie, dans la vallée de Shilo. Cette mesure était une promesse faite aux familles de l’avant-poste d’Amona, démantelé sur décision de justice début février. Lire aussi : Colonies israéliennes en Cisjordanie : près d’un demi-siècle d’installations illégales Depuis les élections de mars 2015, jamais encore les colons n’avaient bénéficié d’une telle influence en Israël.

Double pression pour Nétanyahou Mais du côté israélien, M. Colonies israéliennes en Cisjordanie : la nouvelle loi est une « rupture historique » Le correspondant du « Monde » à Jérusalem, Piotr Smolar, détaille les implications capitales du vote par les députés israéliens d’un texte légalisant les colonies sauvages.

Colonies israéliennes en Cisjordanie : la nouvelle loi est une « rupture historique »

La Knesset a voté, dans la nuit du 6 au 7 février, une loi autorisant l’Etat israélien à s’approprier, contre compensation, des terrains privés palestiniens en Cisjordanie sur lesquels des Israéliens ont construit sans autorisation des colonies sauvages, ou avant-postes. Piotr Smolar, correspondant du Monde à Jérusalem, a répondu mercredi 8 février aux questions des lecteurs du Monde.fr sur cette décision très controversée. DL : Bonjour, pourriez-vous expliquer comment ça se passe concrètement, et la chronologie avant le vote qui légalisera la colonisation ?

Piotr Smolar : Il n’y a pas de vote légalisant la colonisation. De fait, elle existe depuis cinquante ans, et elle est justifiée, encadrée, promue par un ensemble de textes. Bonne question. Se1ng4lt : Peut-il exister un recours juridique d’ordre constitutionnel ? Shimon Pérès : « La meilleure façon d’apprendre à nager est de le faire à contre-courant » En septembre 2009, alors qu’il était président d’Israël depuis deux ans, Shimon Pérès nous accordait un entretien, que nous n’avions pas publié à l’époque.

Shimon Pérès : « La meilleure façon d’apprendre à nager est de le faire à contre-courant »

Nous le faisons à présent, à l’occasion de sa mort, survenue mercredi. LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Annick Cojean. Malgré les tensions, Washington octroie 38 milliards de dollars d'aide militaire à Israël. Ce protocole d'accord rendu public mardi "constitue le plus important engagement d'assistance militaire bilatérale dans l'histoire des Etats-Unis", a souligné le département d'État dans un bref communiqué annonçant une cérémonie de signature formelle, mercredi, au ministère américain des Affaires étrangères.

Malgré les tensions, Washington octroie 38 milliards de dollars d'aide militaire à Israël

Washington n'a pas voulu confirmer le montant de l'assistance pour les années 2019-2028, mais un responsable israélien a confirmé le chiffre de 38 milliards de dollars sur dix ans évoqué par la presse. L'accord actuel expire en 2018 et octroie 30 milliards de dollars sur dix ans. Le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu réclamait une augmentation considérable de l'enveloppe, la presse israélienne citant même cinq milliards de dollars chaque année pendant dix ans, au lieu des quelque trois milliards actuellement. M. . - Dégel Etats-Unis/Iran - M. Une fois le texte avec l'Iran signé et appliqué, M. Le ministre de la défense israélien démissionne, faute de « confiance » en Nétanyahou. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant) L’humiliation n’était pas acceptable.

Le ministre de la défense israélien démissionne, faute de « confiance » en Nétanyahou

Sur le point d’être remplacé par Avigdor Lieberman, le ministre de la défense israélien, Moshe Yaalon, a annoncé vendredi 20 mai, dans un communiqué, qu’il avait présenté sa démission à Benyamin Nétanyahou. « J’ai informé le premier ministre ce matin qu’en raison de sa conduite dans les derniers développements et du manque de confiance en lui, je démissionnais du gouvernement et de la Knesset [Parlement] pour prendre du temps en retrait de la vie politique. » Un peu plus tard, au cours d’une déclaration à la presse enregistrée à Tel-Aviv, il a précisé que ce retrait serait limité. Il compte revenir « pour postuler à la direction nationale d’Israël ». Lire aussi : Israël : Nétanyahou en négociations avec l’extrême droite pour élargir sa majorité Pourquoi avoir si longtemps attendu avant de dresser ce diagnostic dramatique ? Du côté des hauts gradés M. Le ministre de la défense d’Israël « préfère Daech » à l’Iran. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Piotr Smolar (Jérusalem, correspondant) Le ministre israélien de la défense, Moshé Yaalon, a présenté, lundi 18 janvier, une vision catastrophiste des conséquences que l’accord sur le nucléaire iranien pourraient avoir sur l’Etat hébreu, n’hésitant pas à affirmer « préférer Daech [acronyme arabe de l’EI] » à l’Iran. « Concernant la Syrie, a affirmé le ministre lors la conférence annuelle de l’Institut pour les études sur la sécurité nationale (INSS), on voit que la Russie et les Etats-Unis traitent tous deux l’Iran comme une partie de la solution, un acteur-clé.

Le ministre de la défense d’Israël « préfère Daech » à l’Iran

Nous avons là un problème. Quel choix nous reste-t-il ? L’[organisation] Etat islamique ou l’Iran ?