background preloader

Féminisme

Facebook Twitter

Les acquis féministes sont-ils irréversibles ?, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, avril 2007) Pressions religieuses, obstacles à l’avortement, discriminations face à l’emploi Pour la première fois, en France, une femme pourrait être élue présidente de la République.

Les acquis féministes sont-ils irréversibles ?, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, avril 2007)

Mais, pour la plupart des femmes, trente ans après leur conquête du droit au travail et à la maîtrise de leur corps, les menaces et les régressions sont nombreuses. La société continue de leur assigner avant tout le rôle de mère : elles assument l’essentiel de la charge des enfants et subissent une forte réprobation lorsqu’elles avortent. Pourquoi est-il toujours compliqué d'être féministe ? Propos recueillis par Camille Caldini Mis à jour le , publié le Sept Français sur dix estiment que les militantes féministes "n'ont pas la bonne méthode".

Pourquoi est-il toujours compliqué d'être féministe ?

C'est ce qui ressort d'un sondage Harris Interactive, réalisé pour le magazine Grazia en octobre. La caricature des féministes en femmes aigries, moches et détestant les hommes est un petit peu passée de mode, mais résiste toujours dans certains esprits. Si bien que malgré 150 ans d'histoire et de progrès sociaux en matière d'égalité hommes-femmes, il peut être encore difficile d'afficher son féminisme. La faute à Ève. Qu’il faut que les femmes aient le même salaire que les hommes pour le même travail, ça me paraît évident.

La faute à Ève

Qu’elles puissent avoir le droit de vote, le droit d’avorter, qu’elles soient traitées en égales, c’est la putain de moindre des choses. Femme-objet, femme qui se libère - Le Cabinet de Curiosité FéminineLe Cabinet de Curiosité Féminine. « Women demand Equality » © LEFFLER, WARREN K. / WIKICOMMONS Tribune sur le documentaire radio France Culture De la femme objet aux femmes qui se libèrent, de Frédérique Pollet-Rouyer et Anna Szmuc Dans le paysage médiatique actuel, en matière de sexualité, les représentations stéréotypées de l’homme et de la femme sont encore bien ancrées.

Femme-objet, femme qui se libère - Le Cabinet de Curiosité FéminineLe Cabinet de Curiosité Féminine

Chimamanda Ngozi Adichie, fermement féministe. Les acquis féministes sont-ils irréversibles ?, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, avril 2007) Marre de parler aux hommes. J’en ai marre de parler de féminisme aux hommes.

Marre de parler aux hommes

Je sais que je ne suis pas censée dire ça. Je sais qu’en bonne petite féministe de la troisième vague, je suis censée vous expliquer gentiment à quel point j’aime et j’estime les hommes. Je suis censée faire état du mari avec qui je vis depuis cinq ans, de mon fils, de tous mes amis et parents de sexe masculin, et les exhiber fièrement comme une sorte de médaille du mérite, comme preuve que je ne hais pas les hommes. Je suis censée montrer patte blanche et vous prouver à quel point je suis inoffensive et gentille. “I Need Feminism Because…”: In Pictures. The Tab Cambridge Cambridge Choose Your uni ↓ Menu CUSU Women’s Campaign team up with ARU Feminist Society to bring you: “I need feminism because…” Armed with nothing but a whiteboard and a felt-tip pen, Cambridge students took to the streets today in a bid to prove that feminism is not just relevant but vitally important.

“I Need Feminism Because…”: In Pictures

The CUSU Women’s Campaign and ARU Feminist Society caused quite a stir on King’s Parade as students of both sexes posed with powerful messages in support of women. The campaign, which has appeared all over the web and enjoyed great success at universities around the country, will run in Cambridge for the next three days. CUSU Women’s Officer Susy Langsdale, co-coordinator of the event, explained that the Women’s Campaign have been planning the event for some time now: “We talked about how useful it would be to show how widespread the need for feminism is and to articulate some of the many different reasons that women and men need it today. REPORT: Achilles Athletics Tour. Messieurs, l'égalité hommes-femmes ne se fera pas sans vous. Très chers lecteurs, vous considérez qu'il est impossible de vivre dans une société où l'égalité hommes-femmes n'est pas respectée, et pourtant, vous ne vous revendiquez pas « féministe » ?

Pourtant ce n'est pas un gros mot. Voici comment passer le cap. « Féminisme » n’est pas un gros mot. Il fait référence à « la volonté d’améliorer et d’étendre le rôle et les droits des femmes dans la société » (définition du Larousse). Si, si, on a le droit de critiquer le(s) féminisme(s) Il me semble que nous avons en France un rapport à la fois sacré et complètement dégradé à la liberté d'expression.

Si, si, on a le droit de critiquer le(s) féminisme(s)

Sacré, parce que nous tenons, à raison, le droit qu'a chacun-e d'exprimer ses opinions pour un fondamental de la démocratie. Mais profondément dégradé parce que considérant que tout propos est une forme d'opinion, nous avons la double tentation de ne pas condamner les discours injurieux, fussent-ils odieux, et de ne pas supporter que certains discours s'imposent, fussent-ils justes. Le féminisme est un optimisme. "Madame, vous vous plaignez beaucoup, quand même ...

Le féminisme est un optimisme

" "Madame, vous ne craignez pas qu'à force de réclamer, de n'être jamais contente, vos discours finissent par être contre-productifs? " "Madame, quand même, reconnaissez qu'on a fait de gros progrès et que les femmes ne sont pas si mal loties que ça, sous nos latitudes... " Le verre à moitié plein Oui, c'est vrai, j'ai le droit de vote. Ma grand-mère n'a pu l'exercer qu'à 25 ans passés. Oui, j'ai le droit de travailler, d'avoir mes propres moyens de paiement et de gérer mon argent comme je l'entends sans demander l'autorisation de personne. Oui, je peux décider de faire ou pas des enfants et de vivre une vie sexuelle sans craindre une grossesse non désirée. Oui, je peux me présenter aux élections et la loi me garantit depuis quelques années une certaine forme d'égalité des chances (d'être sur une liste, sinon d'être élue).

Le Dico des filles 2014 : une publication criminelle (with tweets) · aPaulineR. Comment le féminisme nuit aux hommes – Micah J. Murray. Hier quelqu’un sur Facebook m’a dit que le féminisme élevait les femmes aux dépens des hommes, que son projet de légitimer les premières visait à émasculer ces derniers.

Comment le féminisme nuit aux hommes – Micah J. Murray

Il avait raison. Ce texte est une traduction littérale de l’article de Micah J. Murray publié sur son blog Redemption Pictures et sur le site du Huffington Post "How Feminism Hurts Men" que nous publions avec l’autorisation de son auteur. Nous avons décidé de le traduire afin de le rendre accessible au public francophone non-anglophone et suivant le même genre d’initiative réalisée avec l’article de Laurie Penny "I was A Manic Pixie Dream Girl".

Pour les hommes, la montée du féminisme nous a relégué à un statut de seconde classe. Dontbearuiner: ratherastory: alexdarke: ... Pourquoi le mot humanisme ne peut remplacer le mot féminisme. On entend très souvent dire "moi je ne suis pas féministe, je suis humaniste c'est moins excluant".

Pourquoi le mot humanisme ne peut remplacer le mot féminisme

Je vais donc essayer de préciser pourquoi ce terme ne fonctionne pas et pourquoi il neutralise les discriminations. Lorsqu'on est féministe, on tente, entre autres, de montrer qu'une injure peut être sexiste. Ainsi traiter une femme de "pute" n'est pas la même chose que de la traiter de "conne". Ainsi tabasser une femme car elle veut vous quitter n'est pas la même chose que de tabasser quelqu'un (homme ou femme) dans la rue car il vous a refusé une clope.

Il ne s'agit évidemment pas de dire que c'est plus ou moins grave mais de comprendre que cette agression a une spécificité et que, pour la combattre, il faut en étudier l'origine. Si nous tenons à faire reculer le sexisme, il faut comprendre ce qu'ils ont de spécifique. Dire qu'on est humaniste tend à dépolitiser les identités comme celle de genre. Essayons maintenant de comprendre que nos identités ne sont pas neutres. « Je ne suis pas féministe, mais … 

L’idée de ce billet m’est venue en lisant ce très bon texte de Tanxxx. C’est une ritournelle bien connue: commencer une phrase par cette dénégation, "je ne suis pas féministe, mais" et la finir par quelque chose comme "je pense que les femmes devraient avoir les mêmes droits et opportunités que les hommes". [insérer ici une longue discussion à base de préjugés sur le féminisme et de protestations blasées: "non, je n'ai pas l'intention de castrer qui que ce soit"].

Quelques exemples trouvés sur Twitter: