background preloader

Féminisme

Facebook Twitter

Lydia Maria Child. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lydia Maria Child

Lydia Marie Child (1802-1880) était une abolitionniste américaine. Elle fut élue au comité exécutif de la société américaine anti-esclavagiste en 1839, dont elle fut éditrice du journal, le National Anti-Slavery Standard. En 1861, elle écrit l'introduction du livre autobiographique d'Harriet A. Jacob, Incidents dans la vie d'une jeune esclave, publié à Boston. Hommage[modifier | modifier le code] Anna J. Cooper. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Anna J. Cooper

Pour les articles homonymes, voir Cooper. Anna J. Cooper, 1892. Œuvres principales. Où l'égalité des sexes est-elle le plus avancée? La réponse en carte. Un texte de Mélanie Meloche-Holubowski Le FEM utilise 14 indicateurs pour comparer la situation des femmes (niveau d'instruction, participation à la vie politique, rapport du salaire hommes-femmes, nombre de jours de congé de maternité, espérance de vie, etc.). « Nous voulons comprendre pourquoi il existe autant d’écarts dans une ville, dans une communauté, dans une région avec une même situation économique et sociale.

Où l'égalité des sexes est-elle le plus avancée? La réponse en carte

Est-ce une question de discrimination envers les femmes? » mentionne la chercheuse Kate McInturff du Centre canadien de politiques alternatives. Ça nous permet de brosser un bon portrait de la situation et nous indique si la situation s’améliore ou se détériore. Peut-on en finir avec le plafond de verre ? Malgré leur place croissante dans le monde du travail, les femmes sont encore largement minoritaires aux postes de décision.

Peut-on en finir avec le plafond de verre ?

Le « plafond de verre » qui entrave leur carrière constitue une réalité indéniable mais qui résiste à toute explication simpliste. Qu’est-ce que le plafond de verre ? Encore quelques brassées avant l’égalité homme-femme. D’aucuns se consoleront en disant que la situation des femmes canadiennes est fort enviable comparativement à d’autres endroits du monde où les rôles traditionnellement masculin et féminin dictent encore largement la conduite des individus.

Encore quelques brassées avant l’égalité homme-femme

En moyenne dans les pays de l’OCDE, les hommes consacrent la moitié moins de temps aux tâches ménagères que les femmes, alors que le temps consacré à ces tâches par les hommes canadiens correspond au deux tiers du temps qu’y dédient les femmes. C’est mieux, mais il reste qu’en 2010 au Canada, les femmes effectuent à tous les jours une heure et demie de plus de travail ménager que les hommes. Bref, il n’y a pas de quoi se réjouir. On a d’ailleurs pu constater combien le fossé était profond en s’intéressant à des types particuliers de ménages. Dans un ménage où l’homme travaille à temps plein et la femme est sans emploi, madame fera 15 heures de plus de travaux ménagers que son conjoint. The Matriarchal-Brotherhood by Evelyn Reed 1954.

The Myth of Women's Inferiority by Evelyn Reed 1954. Source: Fourth International, vol.15 No.2, Spring 1954, pp.58-66;Public Domain: this text is free of copyright;Transcribed: by Daniel Gaido;Proofed: and corrected by Chris Clayton.

The Myth of Women's Inferiority by Evelyn Reed 1954

One of the conspicuous features of capitalism, and of class society in general, is the inequality of the sexes. Men are the masters in economic, cultural, political and intellectual life, while women play a subordinate and even submissive role. Only in recent years have women come out of the kitchens and nurseries to challenge men’s monopoly.

Emma Watson at HeForShe 2014. Poursuivons cette marche vers l’avant. Le 25 avril 1940, les Québécoises remportaient une grande victoire avec la sanction de la Loi accordant aux femmes le droit de vote et d’éligibilité.

Poursuivons cette marche vers l’avant

Grâce à l’audace et à la persévérance de celles qui ont lutté pour son obtention, les Québécoises ont pu exercer leur droit de vote aux élections générales provinciales en 1944. En juillet 1947, Mae Leehy O’Connor fut la première femme à soumettre sa candidature. C’est en décembre 1961 qu’une première députée, Marie-Claire Kirkland, fut élue au Parlement. Quand les femmes ne voulaient pas de leur droit.

Dans leur combat pour obtenir le droit de vote, les suffragettes ont fait face à toutes sortes de résistances, dont celle des femmes elles-mêmes.

Quand les femmes ne voulaient pas de leur droit

Petit portrait des alliés et adversaires parfois insoupçonnés du droit de vote. « On a beaucoup insisté sur l’opposition des hommes à juste titre », note Denyse Baillargeon, qui enseigne l’histoire des femmes à l’Université de Montréal. « Or, on s’est beaucoup moins intéressé aux réticences de beaucoup de femmes à l’égard de l’amélioration de leurs droits. » « Ce qui me frappe, c’est l’indifférence qu’avait à l’époque une très large proportion des femmes, voire leur opposition. […] C’est une chose sur laquelle il faudrait se pencher davantage. » Mme Baillargeon rappelle que les Cercles de fermières avaient fait signer des pétitions contre le vote à l’époque. « Nous affirmons que l’immense majorité des mères de famille et épouses canadiennes-françaises désapprouveront ce mouvement féministe », plaidait Rolande S.

Le vote des riches.