background preloader

Le bio en restauration collective

Facebook Twitter

Dordogne : le premier restaurant scolaire certifié bio de France est à Marsaneix. À la cantine de Marsaneix, près de Périgueux (Dordogne), Jean-Marc Mouillac sert des repas à 90 % bio aux enfants.

Dordogne : le premier restaurant scolaire certifié bio de France est à Marsaneix

Photo archives Sud Ouest / Arnaud Loth. Tribune : « Manger mieux dans les cantines, plus bio, local et sain est possible sans que ça ne coûte plus cher » La restauration collective est devenue un sujet majeur.

Tribune : « Manger mieux dans les cantines, plus bio, local et sain est possible sans que ça ne coûte plus cher »

Manger mieux, plus bio et local est un impératif vers lequel devraient tendre toutes les cantines françaises, estime ce collectif de signataires. Collectif Avec onze millions de repas servis chaque jour dans les écoles, les maisons de retraite, les hôpitaux, les entreprises et les administrations, la restauration collective s’invite de plus en plus fréquemment dans le débat public.

Elle fait des incursions dans le champ politique, intègre parfois des programmes électoraux, se déploie dans les livres et les émissions grand public, et des chefs étoilés n’hésitent plus à s’en mêler. C’est la preuve qu’elle fait converger certaines des préoccupations économiques, sociales et environnementales du moment, et qu’elle concentre de fortes attentes de la part des citoyens. Abaisser le niveau de débat à ce point est regrettable car cela porte préjudice à une lente évolution qui, discrètement mais sûrement, s’opère en France. Monter une régie agricole, une idée qui fait son chemin - Unplusbio, association spécialisée dans le conseil, la mise en place et le suivi d'une restauration collective de qualité. Visite de la régie de Mouans-Sartoux : un classique !

Monter une régie agricole, une idée qui fait son chemin - Unplusbio, association spécialisée dans le conseil, la mise en place et le suivi d'une restauration collective de qualité

Les dernières rencontres interdépartementales d’Un Plus Bio, organisées fin juin à Mouans-Sartoux (06), ont une nouvelle fois rassemblé les techniciens et les chargés de mission de la restauration collective du Gard, des Pyrénées-Atlantiques, de la Gironde, etc. Une partie de la rencontre était ouverte aux collectivités situées dans la région de la commune hôte, dont Grasse, Châteauneuf ou encore Martigues. Le chercheur de l’Inserm Denis Lairon, invité d’honneur, a pu exposer sa vision d’une alimentation durable ancrée dans les territoires. Surtout, son intervention autour des premiers résultats de l’étude Nutrinet-Santé a permis de réamorcer la réflexion au sujet du lien entre santé et alimentation.

Généralement peu présent dans les programmes alimentaires des départements par manque de connaissance des arguments factuels sur les bénéfices santé du bio, ce lien mérite qu’on y prête attention. Manger bio & local dans les cantines c'est possible - Barjac. 100% bio et local dans les cantines c'est possible ! Mouans-Sartoux. Au congrès des maires de France, le message du manger mieux d'Un Plus Bio - Unplusbio, association spécialisée dans le conseil, la mise en place et le suivi d'une restauration collective de qualité. Gilles Pérole, président d’Un Plus Bio, représente la restauration scolaire à l’AMF.

Au congrès des maires de France, le message du manger mieux d'Un Plus Bio - Unplusbio, association spécialisée dans le conseil, la mise en place et le suivi d'une restauration collective de qualité

Il y avait du beau monde, au 99e congrès de l’Association des maires de France, où un débat sur le thème “ruralité, attractivités et territoires” s’est déroulé le 31 mai. Gilles Pérole, président d’Un Plus Bio et élu à Mouans-Sartoux, est intervenu en qualité de maire adjoint référent à l’AMF sur la restauration scolaire. Il a pu expliquer en quoi la ruralité peut reconquérir des territoires fortement urbanisés comme l’arrière-pays azuréen, entre Cannes et Grasse.

Mouans-Sartoux a en effet triplé les surfaces agricoles dans son plan local d’urbanisme. Les cantines mettent du bio dans les épinards. Mercredi 9 mars.

Les cantines mettent du bio dans les épinards

Les sénateurs, de retour d’un (sûrement bon) déjeuner, décident de ne pas valider la proposition de loi de la députée Europe Ecologie-les Verts de Dordogne Brigitte Allain. Adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale en janvier, celle-ci prévoyait d’imposer d’ici à 2020 l’introduction de 40 % de produits locaux et de saison, dont 20 % issus de l’agriculture biologique, dans l’alimentation fournie aux élèves des cantines de France. Argument avancé par les pensionnaires centristes et Les Républicains (LR) du palais du Luxembourg pour ne pas voter la proposition de loi : la filière bio n’est pas assez développée sur le territoire pour produire la matière première nécessaire de ces repas. «Vous voulez qu’on importe pour atteindre le quota de 20 % de bio ?» Avance Gérard Larcher, le président LR du Sénat. «Faux, rétorque Julie Portier, de la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab). Yaourts.

Cantines bio et local. 0 phyto 100% bio : Un kit collectivité pour accompagner nos élus. Le 29 mars à l'Assemblée nationale, Bio Consom'acteurs, Agir pour l'Environnement et Générations futures ont dévoilé leur kit pédagogique destiné aux collectivités pour qu'elles s'affranchissent définitivement des pesticides et intègrent l'alimentation biologique dans leur restauration collective.

0 phyto 100% bio : Un kit collectivité pour accompagner nos élus

Six responsables de collectivités ont présenté leurs initiatives locales. Rappel : le zéro phyto dans les espaces publics, c'est non seulement possible, mais ce sera surtout obligatoire au 1er janvier 2017, avec l'entrée en vigueur de la loi Labbé et de la loi de transition énergétique. Communiqueloiancrageterritorialfnab. Des cantines meilleures et moins chères, est-ce possible ? Par Yves Calvi , Loïc Farge Les élèves français sont-ils condamnés à manger des plats fades et sans saveur ?

Des cantines meilleures et moins chères, est-ce possible ?

Non, répond un manifeste lancé ce mercredi 4 novembre à Paris. Publié par l'association Un Plus Bio, cet opus intitulé "Quand les cantines se rebellent", a été paraphé par quelque 100 personnalités, parmi lesquelles figurent Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand, Pierre Rabhi et Guy Bedos. Quelque trente collectivités ont déjà innové pour améliorer les menus des cantines.

On y trouve des aliments bio et des produits locaux, en circuit court. Manger bio a un prix ? Salon de la restauration collective: quelles pistes pour manger mieux ? À Mouans-Sartoux, la cantine est bio. La municipalité de Mouans-Sartoux a révolutionné la restauration collective sur son territoire.

À Mouans-Sartoux, la cantine est bio

Un terrain de quatre hectares a été préempté par la commune pour empêcher un projet immobilier. Une régie agricole s’y est installée (notre photo à la une). Trois questions à... Stéphane Veyrat et Julien Claudel : "Un Manifeste pour faire bouger les consciences !" - Unplusbio, association spécialisée dans le conseil, la mise en place et le suivi d'une restauration collective de qualité. Julien Claudel.

Trois questions à... Stéphane Veyrat et Julien Claudel : "Un Manifeste pour faire bouger les consciences !" - Unplusbio, association spécialisée dans le conseil, la mise en place et le suivi d'une restauration collective de qualité

Stéphane Veyrat. Sans titre. Sollicités par le gouvernement pour soutenir les producteurs locaux à l’aune d’une nouvelle crise de l’élevage, les associations d’élus locaux montent au créneau et demandent à l’Etat et à l’Union européenne de sécuriser davantage l’approvisionnement local des cantines.

sans titre

Toutefois, l’insécurité juridique actuelle n’empêche pas certaines de s’engager déjà dans une démarche d’achat local, et au-delà de la seule restauration. L’enjeu est de favori­ser l’essor de leur territoire. Internet au service de l’agriculture Créé en 2011 par le département de la Drôme, le logiciel Agrilocal est une plateforme numérique qui met en rela­tion directe des structures de restau­ration collective et des producteurs locaux en respectant le code des mar­chés publics.

Ce sont les cantines d’une trentaine de collèges qui ont commencé à passer leurs commandes aux agri­culteurs drômois. «Si l’outil informatique est le même pour tous, chaque département s’adapte en fonction de son contexte territo­rial. Vivre-Mieux-et-si-on-mangeait-local_web.pdf. Trois questions à Celia Blauel, élue de Paris : "Manger bio est un acte politique" - Unplusbio, association spécialisée dans le conseil, la mise en place et le suivi d'une restauration collective de qualité. La restauration collective de Paris, c’est 30 millions de repas annuels et 60 millions d’euros d’achats de denrées. Clés de la réussite - Interbio Limousin : outil au service des entreprises bio du Limousin. L’introduction de produits bio en restauration collective est une démarche de projet nécessitant l’implication de tous les acteurs et devant être progressive, durable et cohérente. Pour en savoir plus : www.repasbio.org.