background preloader

Ma réponse aux «élites» qui détestent l'Internet

Ma réponse aux «élites» qui détestent l'Internet
Les Français n’aiment pas Internet (1). Est-ce le résultat d’une nouvelle enquête menée auprès de 85 internautes? Nan. En fait, précisons: les élites françaises n’aiment pas Internet. Enfin… les élites… Disons les gens dont on parle dans les médias. Florilège des propos anti-web classés par «métiers» publicité Les politiques Michèle Alliot-Marie, Le Figaro, le 5 septembre 2011 «A travers les blogs et les tweets, il y a une mise en cause des principes de l’information. Patrick Ollier, à Public Sénat le 23 février 2011 «Les .fr vont chercher des infos dans le caniveau.» Nadine Morano, le 15 août 2008 «Internet, c’est comme une magnifique voiture de course. La même à Rue89, le 8 mai 2008 «Ah, Internet, je déteste, c’est le temple des rumeurs et de la caricature.» Jacques Myard, à l’Assemblée nationale en décembre 2009 «J’espère que l’on va prendre conscience de la nécessité de nationaliser ce réseau.» Rassurez-vous, à gauche aussi Ségolène Royal, le 21 septembre 2009: Les gens de la télévision Oui. 1.

http://www.slate.fr/story/61313/internet-ennemis-reponse

Related:  Le choc intergénérationel`test 1015

40% des 25-30 n'accepteraient pas l'interdiction d'accès aux RS en entreprise Les 25-30 ans, génération connectée. Selon une étude Opinion Way publiée lundi 25 février, 98% d'entre eux ont une messagerie personnelle. 46% estiment que les réseaux sociaux constituent un outil professionnel. Facebook reste le réseau social le plus utilisé (81%) par cette catégorie de population, qui se connecte essentiellement avec un ordinateur portable (70%) ou un smartphone (55%). La moitié se connecte à Facebook au travail

L' « ubérisation » de l'économie et le grand vertige des élites Qu'y a-t-il donc de commun entre Uber, la jeune start-up d'à peine cinq ans, et Air Liquide, la centenaire installée dans tous les complexes industriels de la planète ? Leurs valorisations sont comparables, à peu près une quarantaine de milliards de dollars chacune, mais il ne s'agit pas de cela. Il est plus étrange que l'une inquiète l'autre. Non, Benoît Potier, le patron du groupe français, ne veut pas se lancer dans le business du taxi, mais la brutalité de l'apparition d'Uber lui démontre que tout peut arriver et qu'on ne sait pas d'où le changement, la fameuse « disruption », peut survenir : « Il se passe, dit-il, des choses actuellement qui bouleversent l'environnement à une vitesse inégalée. »

Evolution et incidences de la Technologie sur les pratiques de communication en France des annees 1960 à nos jours - Quinchy RIYA Mémoire de Recherche pour l'obtention du Master AIGEME Culture et Métiers du Web réalisé sous la direction de Dominique CARDON Année universitaire 2010-2011 Université Paris Est Marne-la-Vallée 5 Boulevard Descartes77420 Champs-sur-Marne les Sénateurs veulent réguler l'e-commerce en FRANCE Pour inverser la tendance actuelle et protéger les boutiques physiques, des sénateurs UMP ont déposé une proposition loi afin de compléter le code de commerce et ainsi mieux encadrer les tarifs des sites Internet, jugés trop concurrentiels. Réduire les écarts de prix entre Internet et le monde physique Virgin Megastore, Game, Surcouf ou encore Pixmania ont tous fermé leurs boutiques physiques ces derniers mois, ou vont le faire sous peu. Un constat dramatique qui ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin, alors que même les opérateurs mobiles réfléchissent à des écrémages.

L’apprentissage numérique : d’une génération à l’autre Si le numérique est souvent associé à une révolution, c’est aussi parce que bien souvent, la culture et les compétences liées au web ne suivent pas toujours le schéma classique de transmission. Certains parlent même de fossé des générations ou de fracture numérique pour désigner les différences de compétence entre les « migrants » du numérique et les « natifs » numériques (les moins de 35 ans). Alors que le processus éducatif s’appuie traditionnellement sur la transmission d’un savoir-faire basé sur l’expérience, l’apprentissage du numérique est beaucoup moins évident. Les parents qui n’ont pas grandi avec une souris ou un écran tactile dans la main se trouvent dans une position délicate, et l’on a tendance à penser que se sont leurs adolescents qui leur apprennent les nouveaux usages numériques.

Place Publique - Média citoyen, relais d’engagements associatifs et outil de démocratie participative par Yan de Kerorguen, le 2/08/2011 Force est de constater qu’avec le développement discret mais fertile des initiatives de débat public, la toile est de mieux en mieux tissée. Dans les forums hybrides qu’on trouve sur internet se construisent des savoirs et des identités à même de pallier aux insuffisances de la démocratie délégative ou participative .

Le juge ne connaissait pas Google <blockquote class= »twitter-tweet » lang= »fr »><p>C&#39;est énorme je suis officiellement un cybercriminel</p>&mdash; Olivier Laurelli (@bluetouff) <a href= » Février 2014</a></blockquote> Mise à jour : l’avocat d’Olivier Laurelli a annoncé, jeudi, « le pourvoi devant la cour de cassation » pour contester ce qu’il nomme « cet arrêt inique ». Pour le blogueur, hacker et journaliste Olivier Laurelli, alias Bluetouff, le verdict est tombé, mercredi 5 février, et nul ne sait s’il faut plutôt en rire ou en pleurer. Les entreprises face aux nouvelles exigences de la génération Y Les jeunes diplômés des écoles de commerce poussent leurs employeurs potentiels à se repenser pour les séduire. Longtemps considérés comme une voie royale par les jeunes diplômés des grandes écoles, les grandes entreprises et les cabinets de conseil perdent de leur superbe. « Avant, l’entreprise était attractive par nature et les candidats venaient spontanément vers nous. Aujourd’hui, c’est l’inverse : en tant qu’entreprise, nous devons prouver dans quelle mesure l’étudiant a intérêt à nous rejoindre », constate une responsable des ressources humaines dans un grand groupe de luxe français, sous couvert d’anonymat.

Internet, c’est un truc de hippies Conçu en pleine période Flower Power par des barbus libertaires, Internet n'a jamais perdu – malgré les tentatives de récupération politiques et commerciales – son esprit profondément lié au partage. Cette prise de conscience doit perdurer et produire un acte de résistance face à la tentative forcenée de nivellement du monde par les inconscients qui nous gouvernent. Je suis souvent présenté comme un dinosaure d’Internet, mais c’est faux : même si je suis trop vieux pour faire partie de la génération “digital-native”, j’étais trop jeune quand Internet est né, trop jeune pour pouvoir vivre une époque à laquelle toutes les utopies étaient encore imaginables. Ça n’a jamais empêché personne de me considérer comme un utopiste libertaire (par exemple, dans ce billet qui aligne un nombre d’idées fausses assez stupéfiant), vous êtes prévenus.

Résumé de la loi sur le renseignement (Pixels @ Le Monde) Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pôle Pixels et Les Décodeurs Des « pigeons » entrepreneurs du Web français aux multinationales, des journalistes aux ONG en passant par les associations : la fronde ne cesse de s'amplifier contre le projet de loi sur le renseignement examiné ces jours-ci à l'Assemblée. Affichée comme une réponse aux attentats de janvier 2015, cette loi pose en effet de sérieuses questions sur le respect des libertés et de la vie privée face à l'espionnage opéré par les services secrets français dans le cadre de leurs missions. Lire : Ce que prévoit le projet de loi sur le renseignement Pourquoi cette loi ? Quel en est le contexte ?

Connaissance et praxis des réseaux comme projet politique Le monde contemporain a enregistré des évolutions d’une telle force qu’elles tendent souvent à produire un sentiment d’impuissance lorsqu’il s’agit d’essayer d’en maîtriser les effets problématiques. Il n’est pas honteux d’avouer avoir du mal à comprendre ce monde, de reconnaître l’impression d’avoir en face de soi de telles puissances qu’on tend à perdre l’espoir de les faire bouger. Que faire alors si on ne veut pas être condamné à la démission et à l’observation passive ? Chercher à construire de nouvelles capacités bien sûr, des capacités plus adaptées.

Le financement participatif, je donne donc je suis Sur des plates-formes comme KissKissBankBank ou Ulule, 1 million de Français ont déjà financé des projets. De nouveaux mécènes qui, avec quelques euros, vivent les rêves des autres par procuration. Six mille cinq cents euros. « Mince ! CRDLA SPORT - Etude sur le modèle économique des clubs sportifs fédérés Dans le cadre de ses missions et de sa réflexion autour de l'évolution des modèles économiques, le Centre de Ressources DLA Sport a souhaité réaliser une étude relative aux modèles économiques des clubs fédérés. Elle fait suite aux premiers travaux engagés par le CRDLA Sport sur le sujet avec la réalisation d'une infographie sur les financements mobilisables dans le cadre d'une création d'emploi. L'étude permet d'interroger les opportunités et les menaces existantes pour les modèles économiques des associations sportives, ainsi que les conditions à réunir pour réussir l'évolution de son modèle économique, au service du projet associatif. Cette étude a été réalisée et écrite avant la crise sanitaire inédite que la France traverse. Il est donc peu fait référence à l'impact du COVID-19 sur le modèle économique des clubs sportifs. Pour télécharger l'étude :

Nouvelles technos : la tentation totalitaire Liberté ©bu7amd via Flick'r {*style:<b>L’opposition entre les deux réseaux ne correspond pas à tous les usages. Nombreux sont ceux qui utilisent les deux outils, de manière différente et pour des publics distincts. Toutefois, parmi les gros utilisateurs de Twitter, la préférence a des motifs évidents et d’autres plus cachés.

Related: