background preloader

La Cnil soutient les réseaux sociaux protégeant la vie privée

La Cnil soutient les réseaux sociaux protégeant la vie privée
Related:  Surveillance numérique, fichageEreputationggeoffrey

[Infographie] En dites-vous trop sur les réseaux sociaux ? Trend Micro, spécialiste de la sécurité du cloud et des services internet, a publié une infographie analysant les réseaux sociaux populaires tels que Facebook, Twitter, Google+, Tumblr, LinkedIn et Pinterest et les risques encourus par leurs utilisateurs lorsqu’ils ne protègent pas leurs informations personnelles. On découvre ainsi que Facebook et Pinterest comptabilisent une moyenne de 229 amis ou followers par utilisateur inscrit: un quart des utilisateurs de Facebook géolocalisent et taggent leurs posts au moins une fois par mois, tandis que 16% des personnes s’inscrivant sur Pinterest y laissent leur adresse. Tumblr est l’unique réseau à ne demander aucune information personnelle à ses utilisateurs. La date d’anniversaire des internautes fait partie des clés du piratage les plus faciles à exploiter, tout comme: L’adresse postaleLa scolarité effectuéeLe nom des membres de sa familleLe nom de ses contenus favoris (TV, musique, radio, livres, etc)Le nom des animaux de compagnie.

La protection des données personnelles, un atout pour la France et l'Europe ! Car la ressource première de l'économie du numérique ce sont les données produites par des centaines de millions de citoyens et de consommateurs. De ce point de vue l'Europe est une mine, un gisement majeur puisque 10 pays européens figurent au top 20 du Web Index des pays les plus avancés dans leurs usages d'internet. Un gisement de ressources rares, avec un PIB par habitant de l'Union européenne parmi les plus hauts de la planète. Avec 500 millions de consommateurs européens éduqués, disposant des infrastructures et du pouvoir d'achat, l'Europe des données est un eldorado. Ce constat va au-delà de l'internet. Or le client s'inquiète. Cette conviction doit être partagée au moment où s'engage la révision de la directive de 1995 sur les données personnelles. La protection des données personnelles est entrée dans le débat public aujourd'hui ; elle concerne chacun d'entre nous.

La mort numérique : choix de l'oubli, droit à la copie Que faire des données d'un utilisateur mort ? Qu'en faire quand ces données relèvent de l'intime et qu'elles n'existent que sur les serveurs d'une société commerciale ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Olivier Ertzscheid (maître de conférences en sciences de l'information. IUT de La Roche sur Yon. Université de Nantes.) Vous venez de mourir. Récemment c'est grâce à un article du Daily Mail sur le supposé procès que Bruce Willis comptait intenter à Apple, que la planète découvrait stupéfaite qu'un utilisateur d'Itunes ne pouvait à son décès rien conserver ni transmettre à ses proches, l'ensemble des produits (films, musiques, livres) cessant d'exister à la clôture du compte. La question de la mémoire, de la transmission par-delà la mort est depuis longtemps déjà bouleversée par le numérique. Pourtant des solutions simples semblent exister : pour certains services, on pourrait donner son identifiant et son mot de passe à ses enfants ou à ses proches.

BUG BROTHER | Qui surveillera les surveillants ? La CNIL vers un conflit avec Google ? La CNIL demande à Google de modifier sa politique de protection des données personnelles. Le géant de l'informatique a jusqu'à quatre mois pour coopérer. Au delà, la CNIL promet des sanctions. En mars dernier, Google fusionnait, contre l'avis de la CNIL, les conditions d'utilisations d'une soixantaine de ses services en un seul document. Un internaute sur lequel on sait tout rapporte plus d'argent en publicité. Et pour y arriver, Google se comporterait comme une éponge : la collecte ne concernerait pas seulement certaines données, mais tout ce que les internautes laissent comme trace Aujourd'hui, la CNIL dit qu'il est même possible que Google récupère les numéros des utilisateurs des smartphones qui fonctionnent avec son logiciel. Gwendal Legrand est le chef du service de l'expertise informatique à la CNIL : Dans sa lettre, la CNIL fait des recommandations à Google : collecter le minimum d'informations sur les utilisateurs.

2 nouveaux guides pratiques pour gérer les risques sur la vie privée (CNIL) La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) publie 2 nouveaux guides sécurité pour gérer les risques sur la vie privée. Ils se composent d’une méthode et d’un catalogue de mesures pour aider les organismes à gérer les risques sur la vie privée. Ces outils opérationnels doivent faciliter l’intégration de la protection de la vie privée dans les traitements à l’aide d’une approche pragmatique, rationnelle et systématique : le Guide : gérer les risques sur les libertés et la vie privée (29 pages, en pdf) et le Guide : mesures pour traiter les risques sur la liberté et la vie privée : Catalogue de bonnes pratiques « Informatique et libertés » – édition 2012 (93 pages, en pdf). Guide : gérer les risques sur les libertés et la vie privée Guide : mesures pour traiter les risques sur la liberté et la vie privée : Catalogue de bonnes pratiques « Informatique et libertés », édition 2012 Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : France

Cyberdéfense : le sénateur UCR Jean-Marie Bockel remet son rapport 01net. le 19/07/12 à 20h22 © Jean-Marie Bockel Les Etats-Unis ? Le rapporteur sénatorial définit les choses d’emblée. Besoin d’une prise de conscience du pouvoir Et puis la France a ses spécificités à entretenir. Mais il faut également que le président de la République s’investisse dans ce débat et qu'il prenne des positions fortes, selon le sénateur. De la cyberdéfense au protectionnisme Des enjeux qui peuvent impliquer des choix assimilables à du protectionnisme. Mais l’enjeu économique ne passe pas uniquement par les risques d’espionnage, même si Jean-Marie Bockel rappelle que le ministère de l’Economie et des Finances a été longuement cyberattaqué et que la Chine est peut-être derrière tout ça. Hygiène élémentaire Il est nécessaire qu’il y ait une prise de conscience, que l’habitude soit prise d’une « hygiène élémentaire » en matière de cybersécurité, pour reprendre la formule de Patrick Pailloux, directeur général de l’Anssi.

La neutralité de Google remise en question devant la justice Google est-il neutre? Le moteur de recherche, qui possède plus de 90 % de part de marché en Europe, et 65 % aux États-Unis, a conquis la Toile par cet axiome : les contenus sont triés de manière impartiale par un algorithme, qui a comme principal critère l'intérêt de l'internaute. Ainsi, Google ne peut être tenu responsable des contenus mis en avant et nie toute pratique anticoncurrentielle, qui consisterait à favoriser certains contenus plutôt que d'autres. Actuellement examinée par la Commission européenne, cette neutralité est remise en cause par le biais d'une fonctionnalité : Google Suggest, qui propose aux internautes une liste de mots ou d'expressions à partir des premières lettres tapées dans le moteur afin d'effectuer plus rapidement leur recherche. Or, depuis le lancement de Google Suggest, rebaptisé entre-temps « Prévisions de recherche », plusieurs jugements rendus par des tribunaux français donnent des coups de griffes à l'impartialité revendiquée de Google.

Ces fichus fichiers qui fachent « Blog de Yoananda Le fichage n’est pas nouveau en soi. Les scandales les concernant non plus (cf l’histoire du fichier SAFARI en 1974 surnommé "la chasse au Français"). Historiquement, les premières cartes d’identités ont été crées pour ficher les criminels, avant d’être généralisés à toute la population (après la seconde guerre mondiale). En Allemagne il existe un fichier national qui recense les salariés, notamment, ceux qui font la grève, combien de temps et pourquoi … Ce fichier se nomme ELENA. Sur le principe, je ne suis pas contre le fichage dans l’absolu. Cependant, je me demande si c’est bien le moment de faire ça ? Et en plus, ces fichiers et les lois qui vont avec, ont de moins en moins a voir avec l’intérêt du peuple, et sont de plus en plus la pour protéger des intérêts "de groupes" (les états, les lobbys mercantiles). Et pire… qui sait s’il ne voudront pas vous imposer, pour votre bien, le conjoint idéal aussi un jour … (je suis sur qu’il y ont au moins pensé …) Aller plus loin : Like this:

Vers un droit des moteurs de recherche L‘affaire qui oppose Google à l’ensemble des CNIL européennes est loin d’être anodine. D’abord, elle traduit l’émergence de nouveaux rapports de force qui s’immiscent sur le terrain de la loi informatique et libertés, les Autorités nationales de protection étant de moins en moins enclines à se faire ouvertement marcher sur les pieds, l’influence du nouveau projet de règlement aidant certainement. Ensuite, elle révèle que Google est insuffisamment préparé à ces changements et ne semble pas réaliser le nouveau paradigme qui vient de transfigurer ces questions. Tout se passe comme si l’entreprise considérait ces problématiques de vie privée à l’aune de la directive de 95, comme une question subsidiaire et lancinante, à l’heure où il faut maintenant l’analyser au regard du règlement européen, et où l’on doit anticiper des sanctions dépassant le milliard d’euros. Google doit anticiper maintenant des sanctions potentielles dépassant le milliard d’euros I – Le point de départ du conflit

Related:  Autres réseaux sociaux