background preloader

Slavery Footprint - Made In A Free World

Slavery Footprint - Made In A Free World

http://slaveryfootprint.org/

Related:  DatavizEsclavagepierrot001Esclavage

Exploration de données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « bon article ». L'utilisation industrielle ou opérationnelle de ce savoir dans le monde professionnel permet de résoudre des problèmes très divers, allant de la gestion de la relation client à la maintenance préventive, en passant par la détection de fraudes ou encore l'optimisation de sites web. C'est aussi le mode de travail du journalisme de données[1].

Les Spartacus de Saint-Domingue, par Christophe Wargny (Le Monde diplomatique, juin 2015) Une vraie révolution dans la révolution haïtienne (1791-1804), ou du moins dans la connaissance que nous croyons en avoir : c’est l’apport du travail de l’historienne américaine Carolyn E. Fick (1). Elle fait descendre de leur piédestal les dirigeants qui gouvernèrent tour à tour, François-Dominique Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Alexandre Pétion ou Henri Christophe. A la manière d’Albert Soboul accompagnant les sans-culottes parisiens ou de Georges Lefebvre analysant les masses rurales de la Révolution française, elle suit pas à pas les esclaves dans leur lutte. Qui est d’abord un combat contre la maltraitance et l’horreur quotidienne, avant de se définir un avenir, dans l’âpreté de l’apprentissage révolutionnaire.

- L'Express Pourquoi les médias nationaux accordent-ils une place si étriquée aux accents régionaux? Parce qu'il existe en France une culture dominante, qui considère les intonations régionales comme une déviation par rapport à la norme. Une norme qui, en réalité, correspond à la manière dont s'exprime une certaine classe sociale à laquelle appartiennent les responsables des médias nationaux. D'où vient un tel rejet? Par l'effet d'un sophisme. Mauritanie : quand la question de l’esclavage s’invite à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeïd, candidat à la présidentielle mauritanienne – Source : jeuneafrique.com / Copyright DR Les élections présidentielles du 21 juin prochain approchent, et l’on commence à mieux connaître la configuration des candidatures. Le président sortant, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui arriva au pouvoir en 2008 suite à un coup d’État, et remporta en juillet de l’année suivante les présidentielles à l’issue d’une transition menée d’une main de maître, sera le grand favori de cette élection. Les électeurs porteront à son crédit l’amélioration de la sécurité du territoire, la crise malienne n’ayant par exemple pas occasionné sur le sol mauritanien les actes violents auxquels on aurait pu s’attendre (reflux de combattants, etc.). L’économie se porte plutôt mieux qu’il y a cinq ans, même si les opposants pointent, le plus souvent avec raison, une inquiétante concentration de l’économie aux mains des alliés politiques du président. Alain Antil

Inégalités de revenus en France (5/5) Comme j’ai vu que le sujet avait suscité beaucoup de commentaires, voici la distribution des salaires mensuels en France par centile : et le détail : Et oui : si vous gagnez plus de 1 730 € nets par mois, vous faites partie de la moitié la mieux payée des français, et si c’est plus de 3 500 €, vous faites partie du Top 10 %. Cela relativise pas mal cette notion de “riche” dont on parle autant, non ?

Vers un Nouveau Monde de données A l'occasion de la Semaine européenne des l'Open Data qui se déroulait à Nantes du 21 au 26 mai 2012, j'étais invité à faire une présentation sur le web des données, pour dépasser et élargir la problématique particulière de la réutilisation des données publiques. En voici la transcription. Nous sommes passés d'un web de l'information et de la connaissance à un web de données. "Les données sont le nouveau pétrole de l'économie", expliquait le consultant Clive Humby dès 2006. Tim O'Reilly et John Battelle ne disaient pas autre chose quand ils imaginaient le concept de Web² devenu depuis (et il serait intéressant de regarder comment) celui des Big Data.

La traite négrière transatlantique résumée en une infographie de deux minutes Temps de lecture: 2 min D'habitude, quand nous évoquons «l'esclavage américain» ou «la traite américaine des esclaves», nous faisons référence aux colonies américaines ou, plus tard, aux Etats-Unis. Mais quand on s'intéresse à la traite négrière dans son ensemble, l'Amérique du nord ne joue qu'un rôle secondaire. Depuis le début de la traite, au XVIe siècle, jusqu'à sa fin, au XIXe siècle, les marchands d'esclaves ont transporté la plupart des Africains asservis à deux endroits: dans les Caraïbes et au Brésil. Parmi les plus de 10 millions d'esclaves africains qui sont finalement arrivés de l'autre côté, 388.747 –moins de 4% du total– sont arrivés en Amérique du nord. Contre 1,3 million en l'Amérique centrale, appartenant alors à l'Espagne, 4 millions amenés dans les colonies britanniques, françaises, néerlandaises et danoises dans les Caraïbes et 4,8 millions transportés au Brésil.

Les deux corps du président L’agitation médiatique entretenue autour de la liaison supposée du président de la République avec une actrice et de sa rupture avec une Première Dame qui n’avait jamais réussi à s’incarner dans la fonction a relancé le débat sur la nécessité ou non d’un statut d’un conjoint pour le chef de l’Etat. Vue de l’extérieur, cette agitation peut laisser perplexe ; pourquoi faudrait-il que le conjoint du chef de l’Etat dispose d’un statut ? En Allemagne, il n’y a pas de « Premier Homme » d’Angela Merkel. A dire vrai, les Etats-Unis mis à part, on ne trouve pas spontanément d’exemple de démocratie occidentale autre que la France où le statut du conjoint du chef de l’Etat ait la moindre importance. Cela s’explique par un regard dans le rétroviseur ; après des siècles de révolutions, d’empires, de restauration et de républiques, la France s’est stabilisée en 1958 autour d’une cinquième République réhabilitant une figure de président monarque au règne long et aux pouvoirs étendus. Tags:Hollande

En Mauritanie, l'esclavage est désormais un "crime contre l'humanité" Le Parlement mauritanien a adopté une nouvelle loi durcissant la répression de l'esclavage, désormais considéré comme un "crime contre l'humanité", et doublant les peines contre ses auteurs, selon une copie d'un texte parvenu jeudi à l'AFP. "L'esclavage constitue un crime contre l'humanité. Il est imprescriptible", stipule l'article premier de la loi votée mercredi soir par les députés à l'unanimité. Dans l'ancienne loi adoptée en 2007, l'esclavage était considéré comme un crime, à travers une seule de ses formes liées à la privation de liberté et à un travail sans salaire. Le nouveau texte adopté par l'Assemblée nationale criminalise "dix autres formes" d'esclavage et "double les peines" contre leurs auteurs, selon le ministre mauritanien de la Justice, Brahim Ould Daddah, cité dans le document.

Related:  Sites et outils