background preloader

Et si Internet et le Libre réalisaient la société sans école d'Ivan Illitch ?

Et si Internet et le Libre réalisaient la société sans école d'Ivan Illitch ?
Je suis en train de lire Une société sans école du prêtre catholique et iconoclaste Ivan Illich. Rédigé en 1971, c’est un ouvrage que je conseille à tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la question éducative (autant dire à tout le monde). Si j’avais lu ce livre au jour de sa sortie, je me serais certainement dit que j’étais en face d’un bel utopiste, aussi brillant soit-il. En le découvrant quarante ans plus tard, à l’ère d’Internet et de tous ses possibles, je crois plutôt avoir à faire à un grand visionnaire. Voici ce qu’en dit la quatrième de couverture de mon édition de poche collection Points Essais : « L’école obligatoire, la scolarité prolongée, la course aux diplômes, autant de faux progrès qui consistent à produire des élèves dociles, prêts à consommer des programmes tout fait préparés par les autorités et à obéir aux institutions. Et page 128, il y a cette citation que je trouve absolument remarquable et qui a motivé la rédaction de ce court billet :

http://www.framablog.org/index.php/post/2011/02/12/ivan-illich-une-societe-sans-ecole

Related:  kyaziditechnology & society

Maîtriser sa voix, la clef de la réussite de ses prises de parole en public ! ConseilsMarketing.fr a le plaisir d’accueillir Lorenzo Pancino voix off et coach vocal sur Tout d’abord, je tiens à me présenter brièvement, je suis Lorenzo Pancino, je suis comédien voix-off, ancien animateur radio et télé, coach vocal et formateur en techniques média, voix-off et prise de parole. Depuis plus de 20 ans j’ai parlé à des millions d’auditeurs, présenté des shows devant des milliers de personnes et enregistré des milliers de voix pour la TV, la radio et le cinéma.Comme par exemple, dans la célèbre émission « un diner presque parfait » sur M6. Mais ne croyez pas que je suis né avec un micro devant la bouche et que l’aisance que j’ai acquise aujourd’hui était présente dès mes débuts. Comme la grande majorité des gens, j’ai moi aussi eu peur de parler en public, peur d’être ridicule, peur de lire devant les autres et même de passer un coup de fil.

Finis les e-mails : le pari fou d'une grande entreprise française Peut-on être une grande entreprise française cotée en Bourse avec plus de cinq milliards d'euros de chiffre d'affaires et une importante présence à l'international et se passer d'e-mails ? C'est pourtant le pari fou que veut tenter dans les trois ans le PDG de la SSII (société de services informatiques) Atos Origin, Thierry Breton, l'atypique puisqu'il a été auparavant PDG de France Télécom, de Bull et ministre de l'Economie. S'exprimant au cours d'une série de conférences de presse consacrées à l'innovation, il a exprimé son ambition de voir les collaborateurs d'Atos Origin abandonner l'envoi d'emails entre eux et utilisent à la place les applications dédiées permettant une meilleure communication ainsi que les nouveaux outils de collaboration et les réseaux sociaux. Thierry Breton a déclaré: «Nous produisons massivement des données qui polluent notre environnement de travail et de plus empiètent sur nos vies privées.

Une école n’est pas un spa - Causeur.fr Après l’école lieu de vie, voici l’école du bien-vivre, du repos, du cocooning, du chez soi à l’école, bref voici venu le temps de l’école du bien-être. Exit donc l’école de l’apprentissage, de l’enseignement, de la transmission, exit l’école de l’effort. En reprenant les conclusions du rapport remis par le comité de pilotage de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires, le ministre de l’Education a souligné sur les antennes de France Info, que le temps scolaire devait être organisé autrement parce que c’est « le bien-être de l’enfant » qui en dépend. Ah, « le bien-être de l’enfant » !

Kevin Slavin : “il nous faut dresser l’Atlas des algorithmes contemporains” Kevin Slavin est le cofondateur d’Area/Code devenu il y a peu Zynga, un studio de conception de jeux. Et c’est pour ce travail qu’il est surtout connu (voir ses interventions en 2009 à Picnic dont nous vous avions rendu compte ici et là), mais c’est à une tout autre exploration – oh combien passionnante, bien que particulièrement alambiquée – à laquelle il nous a conviée à la conférence Lift qui se tenait récemment à Genève. Image : Kevin Slavin sur la scène de Lift11, photographié par Ivo Näpflin. Protection de la vie privée sur Internet pour les adolescents : numéro spécial de l’Actu avec la CNIL NetPublic a récemment évoqué dans cet article le nouveau volet de matériel pédagogique coordonné par la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) destiné aux enseignants du second degré et aux collégiens sur le thème générique « Surfer, ça s’apprend ». Il manquait à l’appel la version PDF de l’édition spéciale « enseignant » de l’ACTU, le journal des 14-18 ans, sur le thème de la protection de la vie privée sur Internet. Ce numéro hors série de l’Actu est aujourd’hui téléchargeable à cette adresse. Cette édition réalisée en collaboration avec la CNIL vise une cible d’enseignants (et de médiateurs du numérique, animateurs multimédia). Au sein de cette revue de 8 pages, figurent des outils pédagogiques : conseils, définitions, quiz utilisables dans le cadre d’activités ou d’ateliers. Au sommaire :

L’équilibre positif de la technologie La lecture de la semaine est, je l’avoue, paresseuse. J’ai souvent parlé ici de Kevin Kelly, intellectuel américain féru de nouvelles technologies et dont les avis sont toujours intéressants. Est paru il y a quelques mois aux Etats-Unis son dernier livre What technology wants. Il faudrait sans aucun doute le lire dans son entier. Mais Kelly a eu la bonne idée de mettre en ligne sur un des ses blogs (Technium), il y a quelques jours, la petite conférence qu’il donne quand on lui demande de présenter son livre. Je me suis contenté de la traduire, presque dans son intégralité.

Les tableaux blancs interactifs: fonctionnalités et pédagogie Par Mélissa Bricault, conseillère pédagogique en intégration des TIC, Commission scolaire de la Seigneurie-de-Mille-Îles, et animatrice Récit et Marc-Antoine Parent, secrétariat technologique du GTN-Québec Dossier de La Vitrine Technologie-Éducation Mise en situation Guillaume Pelletier, enseignant de mathématiques, de sciences et de technologie au secondaire, intègre le tableau blanc interactif (TBI) SmartBoard dans ses cours. Résultat: ses étudiants sont plus participatifs et ses cours plus dynamiques. Aujourd’hui, Guillaume exploite Google Maps dans son cours. Journalisme et réseaux sociaux: 8 tendances venues des Etats-Unis Deux semaines en «mission» aux Etats-Unis, une quinzaine de visites dans des rédactions dont le Washington Post, NPR, Fox News, CNN, Politico, Bay Citizen, et des rendez-vous auprès des entreprises de nouvelles technologies, dont Google et Twitter. Quel bilan? Quelles tendances relever? Quels sujets préoccupent les journalistes américains?

Ouverture vers le WebQuelques bonnes raisons pour lever les restrictions (1/4) Préambule La presse écrite et parlée manque rarement une occasion de rapporter les excès et les failles que l’on peut observer chez les jeunes (mauvais coups, faibles performances académiques, abus de toutes sortes, victimes harcelées ou brutalisées…). Que ce soit à l’école ou ailleurs, elle aime bien jeter une lumière sensationnaliste sur leurs vies. Est-ce parce que c’est très vendeur, est-ce pour stimuler les tirages et les cotes d’écoute? Le “monstre magnifique” de la technologie fait-il changer “le Moi” La lecture de la semaine, il s’agit d’un article mis en ligne le 18 mars dernier sur le site de l’hebdomadaire américain The Nation, il s’intitule : “My monster, My Self”, “Mon monstre, mon Moi”, et on le doit à Gary Greenberg, psychothérapeute. Le papier d’origine est très long, son coeur consiste en une critique des livres de Nicholas Carr, The Shallows, et William Powers Hamlet’s BlackBlerry. Critique intéressante, mais je n’ai gardé que le début et la fin de l’article, qui en concentre la thèse. “Il y a trois ans environ, commence Greenberg, une famille a fait irruption dans mon cabinet, elle venait pour la première fois. Le père avait de bonnes joues, les cheveux bouclés et un air de chien battu ; la mère, qui était à l’initiative de la consultation, était parfaitement coiffée et maquillée. Leur fille, sujet de la visite, était une jolie jeune fille de quinze ans, mais elle avait l’air maussade, et avançait le dos voûté, comme si elle marchait dans une tempête.

Related: