background preloader

Santé - pompiers et austérité

Facebook Twitter

Les deux ne font pas ménage (pas bon ménage du tout !).

Coronavirus - Covid 19

"Ségur de la Santé" 23 fév. 2021 « Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent » « Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent. » Parlant de son rôle d’infirmière, Farida a ému le tribunal et le public venu nombreux la soutenir ce lundi 22 février.

23 fév. 2021 « Mes mains ne blessent pas : elles soignent, et mes paroles réconfortent »

Rappelons qu’elle était là pour répondre des faits d’outrage, de violences et de rébellion contre des forces de l’ordre, mais c’est l’épuisement des soignants et l’état désastreux de l’hôpital public qui était en question. Nous avions rencontré Farida en juin dernier : Le crime de Farida, c’est d’avoir jeté deux cailloux en direction des flics, sans les atteindre, et d’avoir fait un doigt d’honneur : « oui, mais l’État doit prendre conscience des doigts d’honneur qu’il adresse à l’hôpital depuis des années, a dit Farida au tribunal, ça fait vingt ans qu’on est en train de voir l’hôpital dépérir.

Quand je ne peux pas soigner mon patient, je suis frustrée et en colère. » 22 fév. 2021 Farida en procès : L’infirmière qui a craqué et qu’on veut briser. Les images de son interpellation violente le 16 juin 2020, durant une manifestation de soignants en colère contre la détérioration des conditions de travail au sein de l'hôpital public suite à la première vague de COVID 19, avaient marqué les esprits.

22 fév. 2021 Farida en procès : L’infirmière qui a craqué et qu’on veut briser

Arrêtée, brutalisée et mise en garde à vue parce qu’elle avait lancé deux cailloux et fait des doigts d’honneur aux policiers qui “nassaient” le cortège dans lequel elle se trouvait, Farida est depuis devenue le symbole des soignants applaudis aux fenêtres pendant le confinement, abreuvés de promesses puis oubliés tout simplement. “Au début, tout allait bien. 30 sept. 2020 - Grenoble : ils disent non au capitalisme hospitalier. A Grenoble se trouve le deuxième plus grand ESPIC de France.

30 sept. 2020 - Grenoble : ils disent non au capitalisme hospitalier

Ouvrir les établissements sur l’extérieur, embaucher du personnel : comment améliorer le quotidien des Ehpad - par Rachel Knaebel 30 septembre 2020. Entre mars et juin, le coronavirus a fait au moins 14 000 morts parmi les résidents d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

Ouvrir les établissements sur l’extérieur, embaucher du personnel : comment améliorer le quotidien des Ehpad - par Rachel Knaebel 30 septembre 2020

Pendant de longues semaines, ils ont été isolés dans leur chambre, coupés de leur familles interdites de visites. Le personnel a dû attendre pour disposer de masques – il n’était pas prioritaire. Et les résidents n’ont pour beaucoup pas pu se faire soigner à l’hôpital s’ils avaient le Covid – ils n’étaient pas prioritaires. Des familles ont déposé plainte pour « homicide involontaire », « mise en danger de la vie d’autrui », « non-assistance à personne en danger ». Ehpad : « Le secteur entier est en souffrance, que ce soient les résidents, les familles, ou le personnel - par Rachel Knaebel 28 septembre 2020.

Basta !

Ehpad : « Le secteur entier est en souffrance, que ce soient les résidents, les familles, ou le personnel - par Rachel Knaebel 28 septembre 2020

: À quels enjeux répondent la création des Ephad en 1997 ? Laura Nirello [1] : Avant 1997, les maisons de retraite n’avaient pas de statut particulier. Elles pouvaient bénéficier de financements publics qui, à l’époque, se négociaient avec les départements. Ces maisons de retraite étaient en général des établissements publics ou privés non-lucratif, c’est-à-dire portés par des associations ou des mutuelles. Été 2003, canicule : 20 000 morts dans l’indifférence. Une crise sanitaire qui en annonçait une autre Le 25 août 2020.

Bravo nos héros, show-biz et trémolos, merci, merci, bravo, bravo.

Été 2003, canicule : 20 000 morts dans l’indifférence. Une crise sanitaire qui en annonçait une autre Le 25 août 2020

Et après ? Et maintenant ? Où en sont les promesses de Monsieur Macron ? Le grand plan d’investissement massif ? Comment améliorer l’hôpital de demain et sa place dans le système de santé ? Consultation du 14 mai 2020 au 24 juin 2020. Le contexte Le CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental) a lancé une consultation citoyenne consacrée à l'avenir du système hospitalier.

Comment améliorer l’hôpital de demain et sa place dans le système de santé ? Consultation du 14 mai 2020 au 24 juin 2020

Cette consultation a permis d'identifier les principales priorités des citoyens pour l'hôpital de demain, sous la forme de 22 consensus réunis en 7 axes. Les conclusions de la consultation vont alimenter le Ségur de la santé ainsi qu’un avis du CESE qui sera remis au gouvernement. En savoir + Avec Castex et Revel : pour la santé, le monde d’après c’est bien celui d’avant en pire Publié samedi 4 juillet 2020. PÉTITION : VIOLENCE DE LA POLICE, SOUTIEN À FARIDA C., INFIRMIÈRE EN LUTTE. Le mardi 16 juin dernier, vous avez vu la vidéo de l’arrestation violente d’une infirmière de 51 ans, Farida.

PÉTITION : VIOLENCE DE LA POLICE, SOUTIEN À FARIDA C., INFIRMIÈRE EN LUTTE

Venue rappeler le gouvernement à ses promesses, et manifestant contre la casse de l’hôpital public, pour une hausse du salaire des soignants et une amélioration de leurs conditions de travail, le gouvernement a répondu par la force : la matraque et le gaz. Prise dans la colère et l’indignation, la soignante a « riposté » du haut de son mètre 55, munie de trois petits cailloux contre des policiers en armure. Interpellée violemment par les forces de l’ordre alors qu’elle ne présentait aucune menace, elle souffre de plusieurs blessures, à la tête, aux bras, aux côtes, ayant entraîné 4 jours d’ITT (incapacité temporaire de travail).

Les policiers, quant à eux, n’ont pas été blessés. Ils sont pourtant quatre à avoir porté plainte pour violences, outrage et rébellion. 16 juin : des dizaines de milliers de manifestantEs ont déconfiné les exigences pour la santé et l’hôpital 18 juin maj le 20 juin 2020. Crédit Photo : Photothèque Rouge / Martin Noda / Hans Lucas Jean-Claude Laumonier 220 cortèges, des centaines de manifestantEs dans les villes petites et moyennes, des milliers dans les grandes agglomérations, les cortèges des hospitalierEs et de leurs soutiens ont connu partout un très grand succès.

16 juin : des dizaines de milliers de manifestantEs ont déconfiné les exigences pour la santé et l’hôpital 18 juin maj le 20 juin 2020

Près de 20 000 à Paris, près de 20 000 à Toulouse, plus de 10 000 à Lyon plus de 7 000 à Bordeaux entre 4 et 5000 à Montpellier à Tours ou à Rennes, 3000 à Angers, 2500 à Rouen, à Caen et à Besançon , 2000 au Havre, 1600 à Dijon entre 1500 et 2000 à Quimper 1000 à Toulon ou à Tarbes Les chiffres dans les petites villes avec un petit hôpital, sont de l’ordre de plusieurs centaines A titre d’exemple dans le Finistère ; 300 à Quimperlé, 450 à Morlaix, 200 à Douarnenez, plus d’une centaine à Concarneau. SOIGNANTS : LES HÉROS EN COLÈRE. Mobilisation des soignants : « Après le temps d’applaudir vient celui de soutenir nos revendications. Plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers appellent les personnels et les usagers à se mobiliser le mardi 16 juin, afin que le gouvernement « prenne en compte l’ensemble de leurs revendications ».

Mobilisation des soignants : « Après le temps d’applaudir vient celui de soutenir nos revendications

Cette « jour­née d’action natio­nale d’ini­tia­ti­ves et de grève » est lancée par dix organisations [1], dont les collectifs Inter-Urgences et Inter-Hôpitaux initiateurs depuis plus d’un an de grèves et manifestations. Les organisations demandent notamment : La revalorisation géné­rale des salai­res de tous les per­son­nels et la reconnaissance des qua­li­fi­ca­tions des pro­fes­sion­nel·­le·s ; Un plan de for­ma­tion plu­ri­dis­ci­pli­naire et un plan recru­te­ment de per­son­nel ; Le renforcement des moyens finan­ciers signi­fi­ca­tifs pour les établissements, ce qui passe par la sup­pres­sion de l’enve­loppe fermée et une aug­men­ta­tion sub­stan­tielle des bud­gets 2020 et 2021 ; L’arrêt de toutes les fer­me­tu­res d’établissements, de ser­vi­ces et de lits ;

Participez à la consultation 'Comment améliorer l’hôpital de demain et sa place dans le système de santé ?' - Make.org. André Grimaldi : « Il peut y avoir une explosion de colère chez les soignants » LE PRIX DE LA VIE : PLONGÉE DANS L'HÔPITAL PUBLIC. COVID19 : la colère d’André Grimaldi – {Sciences²} Chers toutes et tous, L’unité du pays pour respecter les consignes de confinement et donner la priorité absolue aux soins et aux soignants est totale. L’appel du chef de l’Etat à faire taire toute critique, voire tout débat, apparaît au mieux inopportun, au pire inquiétant. Le temps viendra, nous dit-on. Mais quand ce temps sera venu, on risque fort de nous dire: « l’heure est à pleurer nos morts et à reconstruire le pays dans l’unité.

Le moment n’est pas à la polémique. LES SOUS ET LES MORTS. « Héros en blouse blanche ! » Emmanuel Macron se pâme devant les soignants. Pourtant, parmi ceux qui ont précarisé et détérioré la santé publique, il n’a pas démérité. Face à la contestation qui gronde devant les milliers de fermetures de lit et les suppressions de postes, il n’a qu’un petit mot à prononcer : « dette ». La France a des dettes, cent pour cent de dettes, la France vit à crédit, c’est nos enfants qui paieront.

Crise de l'hôpital : si, monsieur Macron, vous étiez prévenu ! (DOSSIER) Union européenne. La responsabilité de Bruxelles dans la sape de l’hôpital public. Il y a un mois, devant les premiers signes de la pandémie déferlant sur le continent, Bruxelles a tenté de se mettre aux abonnés absents. Quand, au fil des jours, les inquiétudes commençaient à s’exprimer sur la capacité des systèmes de santé à encaisser le choc gigantesque dans chaque pays, le mot d’ordre dans les institutions européennes, comme pour leurs relais dans les médias dominants, c’était : « La santé n’entre pas dans le champ de compétences de l’Union européenne, voyez ça avec les États membres !

En Grèce, en Irlande, un niveau de dépenses pour la santé publique en 2017 inférieur à celui de 2009 Les impacts budgétaires sont très frappants dans les États ciblés par les logiques les plus austéritaires, mais ils touchent, en vérité, tout le monde. « Gérer l’hôpital comme une entreprise, voilà ce qui a affaibli notre système face à la pandémie », analyse le Professeur Grimaldi. Le tour de France des hôpitaux qui annonçait la catastrophe sanitaire. « La Commission européenne a demandé 63 fois aux états de réduire les dépenses de santé » dénonce l’eurodéputé Martin Schirdewan. Vous dénoncez la responsabilité des politiques de l’Union européenne (UE) en matière de santé. Pourquoi ? Martin Schirdewan À 63 reprises entre 2011 et 2018, la Commission européenne a recommandé aux États membres de l’UE de privatiser certains pans du secteur de la santé ou de réduire les dépenses publiques en matière de santé. Ces recommandations ont visé quasiment tous les États, qui ont en général obtempéré.

Il y a évidemment un impact sur l’état des systèmes de santé nationaux, notamment dans les pays affectés par la crise financière (des années 2010 – NDLR). Dix ans d’alertes relayées par l'Humanité. Dix ans d’alertes ignorées par les pouvoirs publics. Soudain, les tambours et trompettes accompagnant le chef de guerre se sont tus. Et Emmanuel Macron, tout à sa stratégie de reconstruction de « notre souveraineté nationale et européenne » industrielle à l’issue de la crise du coronavirus, a radouci son propos, lors de son déplacement de mardi près d’Angers, dès lors qu’il lui a fallu répondre aux premières interrogations sur les difficultés de notre système de santé à faire face à l’épidémie. « Toutes celles et ceux qui cherchent déjà à faire des procès, alors que nous n’avons pas gagné la guerre, sont irresponsables », a-t-il lancé, aigre. Avant de se radoucir : « Le temps de la responsabilité viendra. Ce temps est légitime et démocratique. À ce moment-là, la transparence complète devra être faite. » Puis de glisser : « On devra le faire avec un principe de justice à l’égard de tous les choix passés, quels que soient les responsables politiques.

Il y a cinq ans, l'hôpital était déjà à bout. Quels secours pour les Lotois? LA VIOLENCE POLICIÈRE SE DÉCHAÎNE CONTRE LES POMPIERS. MARCHE OU GRÈVE #19 : BOBARDS DU GOUVERNEMENT, COLÈRE DES PROFS, MÉDECINS À BOUT (AVEC M. PANOT) Urgences en burn-out : « Nous sommes obligés d’être à la fois aide soignante, infirmière, vigile, secrétaire... Hôpital. Les comptes opaques des CHU/CHR - Humanité.fr. « Avant j’allais au boulot enjouée et motivée, c’est terminé » : comment le gouvernement écœure les infirmières. « Sauvons les retraites, pas les fêtes ! » Un siècle après, ces images frappent toujours. Les toubibs choient, l’hôpital trinque. Il faut une plus forte augmentation de la dépense publique pour l’hôpital. Alors qu’une grande manifestation réclamant un plan d’urgence pour l’hôpital public a eu lieu le 14 novembre, à l’appel du Collectif inter-hôpitaux, le professeur en économie de la santé, Brigitte Dormont, explique pourquoi le PLFSS ( Projet de loi de financement de la Sécurité sociale) pour 2020 n’est pas à la hauteur des besoins de l’hôpital et analyse la crise qui secoue l’univers hospitalier depuis plusieurs mois.

Ensemble pour défendre notre hôpital, notre système de santé et d'action sociale. EN MACRONIE, ON ACCOUCHE AU BORD DE LA ROUTE. Une très grosse mobilisation dans les hôpitaux… qui ne fait sans doute que commencer ! Crédit Photo : Photothèque Rouge / JMB. Les hôpitaux asphyxiés par 30 milliards de dette. Santé. Le cri d’alarme des médecins : « L’hôpital va s’écrouler ! Les pompiers et le mouvement des hôpitaux convergent face à la dégradation du service public.

Dans un silence médiatique absolu, des milliers de pompiers et urgentistes ont pris la rue. POLICIERS CONTRE POMPIERS, DE PLUS EN PLUS FORT ! Violence. Gaz et LBD pour répondre aux pompiers. Soutenez les pompiers de la Dordogne. Santé : Les urgentistes en lutte montrent la voie. Sébastien Delavoux « Notre système de protection civile est à bout de souffle.

Hôpitaux à traiter en urgence. LES URGENTISTES EN GRÈVE DEPUIS 6 MOIS ! Non à la fermeture des laboratoires de proximité ! "Mme Belloubet a menti, non la justice n'est pas indépendante !" Alexis Corbière sur LCI. CONTRE LA MISE À MORT DE L'HÔPITAL PUBLIC. Santé. Buzyn ravive la colère des urgences. Hôpital. Agnès Buzyn lâche du lest face aux grèves. Agnès Buzyn annonce un « pacte de refondation » à 750 millions d’euros pour les urgences. Les Pompiers ont besoin de vous - Soutenez les ! NON à la fermeture des urgences de nuits au CHU de Paimpol. Sapeurs-pompiers. Volontaires, des salariés comme les autres ? Santé. Agnès Buzyn laisse les urgences sur un brancard. Santé. Le CHU de Guadeloupe craque de toutes parts. URGENCES POUR LES URGENCES DE L'HOPITAL DE GRASSE.

Compass Strike - Send a solidarity message. Hôpital : Aux urgences, pas de vacances ! Rigolez, vous êtes exploité! - un-autre-monde-est-possible.over-blog.com. Des soignantes sont obligées de travailler en sous-effectif dans un Ehpad, leur direction les sanctionne. INTER URGENCES – Google My Maps. Soutien aux Services d'Accueil des Urgences. Colère dans le cathéter. Urgences : le mouvement s’étend, mobilisation nationale des hospitaliers le 2 juillet. Conflit aux urgences : « Nous ne nous arrêterons que lorsque nous aurons obtenu ce que nous voulons. MONSIEUR BOURDIN, TOUT ÇA LES FRANÇAIS S'EN FOUTENT ! #BDR54 : SIGNEZ COMME ÊTES, ALORS MELENCHON ? & EDOUARD PHILIPPE : DU VENT ! Des retraités « inquiets » des conditions de vie indignes en Ehpad s’engagent auprès des soignants en lutte.

Santé. Agnès Buzyn et la politique de la chaise vide. GREVE DE L'HOPITAL, STYLOS ROUGES, LYBIE, FEMMES ET FOOT ET LA FABRIQUE DES INÉGALITÉS. Meeting de JL. Mélenchon, M. Aubry, L. Prud'Homme et M. Duret-Pujol - #BordeauxFi. Santé  . Une enquête-choc sur le travail des urgentistes. Le jour où je me suis allé me faire arracher les dents chez Viktor Orbán. Santé. À Paris, la colère se répand dans les services d’urgence. Maternités. « On laisse les femmes au bord de la route et on nous parle de sécurité ». Refusons la fermeture de 54 lits au CHIVA ! cyberaction. Santé. Trente-cinq maternités menacées de fermeture. Santé. 1er janvier 2019, les soignantes de néonatalogie inaugurent la grève. MACRON ET LES GILETS JAUNES, PRÉSENTATION DE « AU COMBAT », NOTRE NOUVELLE ÉMISSION. HOPITAL PSYCHIATRIQUE : LE TEMOIGNAGE BOULEVERSANT D'UN PATIENT À PINEL.

Les infirmières font entendre leur colère. #RDLS74 : REMANIEMENT, GIEC, DETTE AMÉRICAINE, MATERNITÉ DU BLANC. Macron-Buzyn et la santé : toujours plus de régressions ! Un kit de survie distribué par l'intersyndicale de l'hôpital de Vierzon - Vierzon (18100) - Le Berry Républicain. Manifestation contre la fusion des hôpitaux d'Epinal et Remiremont. La CGT dénonce un hôpital prêt à craquer cet été. CHU : des salariés lancent une pétition pour demander plus d'emplois.

Grève perlée à l'hôpital de Pau à partir du 18 juillet. Thomas Guénolé - L'antisocial va-t-il détruire le modèle social français ? Les agents hospitaliers de Vierzon mettent des drapeaux tricolores en berne à l'occasion de la fête nationale - Vierzon (18100) - Le Berry Républicain. Saint-Calais. Mille personnes contre la fermeture des services de médecine. CHU de Toulouse : le nouveau directeur accueilli par un personnel inquiet - 10/07/2018.

Grève chez les psys de l'hôpital Edouard-Toulouse. La colère gronde à l'hôpital psychiatrique - 10/07/2018. CHU de Grenoble : le CHSCT émet un avis de “danger grave et imminent” pour l'ensemble du personnel.