background preloader

L'austérité expliquée

Facebook Twitter

Bilan observatoire WEB. L’ONU semonce le Canada pour l’austérité. Un comité des Nations unies critique sévèrement le Canada pour ses « mesures d’austérité » et invite Ottawa et les provinces à mesurer l’impact des compressions budgétaires sur les personnes les plus vulnérables. Les gouvernements du Canada et des provinces doivent s’assurer que l’austérité reste « temporaire, nécessaire et proportionnée », fait valoir le Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’Organisation des Nations unies (ONU) dans un rapport publié lundi à Genève.

Ce document n’a toutefois aucune valeur contraignante et ne peut mener à un blâme du Canada ou du Québec sur la scène internationale, préviennent les experts. Ce document des Nations unies dresse sans le nommer un bilan de la décennie au pouvoir du gouvernement Harper. Les transferts fédéraux pour les programmes sociaux ont baissé, par rapport à la taille de l’économie, depuis le dernier rapport du Comité de l’ONU en 2006 — qui est aussi l’année de l’arrivée au pouvoir des conservateurs.

Des actions, S.V.P. L'austérité: guerre des classes sociales | Courrier des lecteurs. Le message est pourtant clair que M. le premier ministre - pour qui nous avons voté et à qui on a fait confiance pour un avenir meilleur - nous propose d'expulser les gens de leur maison, de paralyser les services sociaux, de rendre l'école publique incapable de donner un service qui répond aux attentes de la société.

M. Couillard nous explique en appliquant ses mesures que le Québec n'est plus souverain ni maître de son destin, mais rendu une colonie entre les mains des prédateurs et des appareils du capital financier. La situation est un peu plus compliquée que cet énoncé le laisse entendre. Nous sommes confrontés à un théâtre d'ombres; dans la vitrine de l'actualité, c'est l'État qui s'agite, mais la réalité est tout autre: la rationalité du capital financier surdétermine toute réflexion et toute action adoptée par le gouvernement.

Said Raouchi, Granby. Ces mythes fiscaux qui ne s’en vont pas. Il semble être de bon aloi de prétendre que le Québec est la province la plus imposée et que les riches paient 50% d’impôt ici. Tout d’abord, nous avons déjà démontré que le Québec n’était pas la province la plus imposée pour une majorité de contribuables. Ensuite, il n’y a absolument personne qui paie 50% d’impôt sur le revenu. Vous avez des doutes? Voici un petit billet qui vulgarise sommairement l’impôt des particuliers au Québec. Voici maintenant la nouveauté : ce taux (que l’on nomme taux marginal d’imposition) et qui prend en compte à la fois l’impôt provincial et fédéral n’est plus le plus élevé au Québec. Tableau 1 : Taux marginal maximal d’imposition combiné des revenus des particuliers au sein des provinces canadiennes – 2016 Cette nouvelle réalité n’est pas le résultat pas d’une baisse d’impôt du Québec, mais plutôt de provinces, comme le Nouveau-Brunswick, qui ont décidé de demander un effort fiscal plus important aux gens avec les plus hauts revenus.

Déconstruire le discours néolibéral, mettre de l'avant le discours de celles et ceux qui sont victimes de l'austérité. Politique d’austérité Le gouvernement Couillard, comme le gouvernement Marois l’a fait auparavant, n’a pas hésité à adopter une politique d’austérité qui apparaît dans toute sa brutalité avec le récent budget Leitão. Cette politique en toute conformité avec les principes du néolibéralisme, monte en épingle une image catastrophique de la situation financière de l’état québécoise afin de mettre à bas de larges pans des conquêtes sociales des dernières décennies, conquêtes arrachées de hautes luttes par nos prédécesseurEs.

Cette politique ainsi que le discours qui l’accompagne vise à décourager toute volonté de résistance et à identifier quelques coupables de la situation actuelle. Et à désamorcer les mobilisations actuelles, pour creuser un fossé entre les secteurs mobilisés de la population et les secteurs qui ont intériorisé le discours dominant. Les 3 piliers du discours néolibéral On en sait peu sur la dette québécoise : à qui a t-on emprunté et à qui doit-on tout cet argent ? Beaucoup de revenus, peu de redevances. Pour la première fois dans l’histoire du Québec, le gouvernement a rendu publique mardi la valeur des redevances versées au cours d’une année par chacune des mines qui exploite les ressources du sous-sol québécois. Selon les données très techniques publiées dans le cadre de cet exercice de « transparence », l’État a touché des droits miniers d’environ 120 millions de dollars en 2014, pour une valeur brute qui totaliserait plus de 7,4 milliards. En clair, les chiffres divulgués en fin de journée indiquent que malgré deux réformes du régime de redevances minières au cours des dernières années, le gouvernement continue de percevoir une très faible portion de la valeur du minerai extrait année après année dans la province.

En tenant compte de la valeur brute inscrite dans les données de l’Institut de la statistique du Québec, soit la valeur des ressources sur le marché, le taux de redevances minières pour l’année 2014 varie entre 1,5 % et 1,7 % . « À la tête du puits » Données incomplètes. Guide de destruction du réseau public de services de garde. Vous voulez savoir comment vous y prendre pour détruire un réseau de services de garde public qui fait la fierté des québécoises et des québécois et l’envie de nos voisins? Si le gouvernement libéral persiste dans sa volonté d’imposer des compressions en petite enfance, on pourra bientôt rédiger un guide pratique qui pourrait se lire ainsi : Étape 1 : Affamer le réseau public.

La première chose à faire? Affamer le réseau public. Comment? En bloquant la création de places subventionnées et en imposant des compressions impossibles au réseau public, tout simplement! Depuis 2006, selon l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), ce sont 400 millions de compressions qui ont été imposées aux Centres de la petite enfance du Québec (CPE). Étape 2 : Subventionner indirectement les garderies privées. Faire pousser les garderies privées non subventionnées comme des champignons, c’est facile. Étape 3 : Augmenter les tarifs du réseau public Ça ne se termine pas là. Observatoire des conséquences des mesures d’austérité au Québec. Ce qui nous appauvrit. Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, est un excellent communicateur.

Mais ça ne l’autorise pas à dire n’importe quoi. Il a prétendu la semaine dernière, sans rougir et sans vergogne, qu’accéder aux demandes des employés et employées de l’État qui fournissent des services au public revenait à appauvrir la population. C’est un sophisme difficile à avaler. J’aimerais rappeler à monsieur Coiteux que ce qui nous appauvrit, c’est que sur 54 milliards de dollars d’or, de fer et de nickel qui sont sortis du sous-sol québécois depuis 2009, le Québec n’a tiré que 2 % de profits à cause de politiciens qui s’agenouillent devant le lobby des multinationales minières. Ce qui nous appauvrit, et M. Ce qui nous appauvrit, c’est les contrats publics gonflés de 15 % en moyenne durant les années de corruption et de collusion sous la gouverne des libéraux.

Les salaires des employés de l’État sont en grande partie dépensés localement, stimulent notre économie et enrichissent toute la société. Épisodes | 1001 VIES | ICI Radio-Canada.ca. Le prix à payer, de Harold Crooks, raconte comment les paradis fiscaux et les stratagèmes des empires de l’économie numérique comme Google, Apple et Amazon menacent les innovations sociales majeures du 20e siècle : la classe moyenne et l’État-providence. Le documentaire s’inspire du livre La crise fiscale qui vient, de Brigitte Alepin. À une époque où les inégalités sociales entre les riches et les pauvres n'ont jamais été aussi prononcées, l'évasion fiscale est pointée du doigt.

Plusieurs experts parlent de cette réalité d'ordre mondial dont la pierre d'assise se trouve dans le quartier financier de Londres. Depuis le démantèlement de l'État-providence au courant des années 1980, un flou juridique permet à des entreprises de s'enrichir en payant peu ou pas d'impôts. Cette tendance, qui s'est accentuée avec l'avènement d'Internet, menace la démocratie. Le néolibéralisme et l'éducation au Québec (1/3) L'éducation n'est pas une marque de «frigidaire»

Le néolibéralisme prône notamment une intervention minimale des pouvoirs publics parce qu'il les considère comme coercitifs ou destructeurs de la croissance économique des élites. Autrement dit, cette doctrine prêche pour l'accroissement des interventions privées dans les sphères publiques, dont l'éducation, au nom de la promotion de la liberté économique individuelle et de l'économie de marché. Une autre conséquence néfaste de la logique managériale en éducation se manifeste donc par la décentralisation du pouvoir gouvernemental vers le niveau local, à la manière de petites firmes d'entreprises. Les coupes répétées dans le domaine de l'éducation pour un total de 217 millions pour l'année 2014-2015[ii] uniquement dans le secteur primaire et secondaire (d'autres coupures sont à prévoir en 2016) affectent les commissions scolaires, les écoles, les enseignant∙e∙s, et oui : les élèves.

[i] Le démantèlement de l'État | CSN. Bâtir une alternative politique à l'austérité : l'expérience de la gauche européenne et celle du Québec - Presse-toi à gauche ! Europe Vidéo des conférences des invitéEs internationaux et de Québec solidaire au Festival des solidarités d’Alternatives "L’élection au du gouvernement Syriza en Grèce au mois de janvier 2015 est le point culminant à ce jour d’une profonde vague de résistance aux politique d’austérité à travers l’Europe. Une nouvelle gauche émerge, comme en témoigne la montée de Podemos aux élections municipales en Espagne ou les succès aux élections régionales de Die Linke en Allemagne. " L’avenir du gouvernement grec et de son bras de fer avec les institutions européennes sont dune importance curuciale pour l’avenir de cette nouvelle gauche. "Le peuple grec et son noveau gouvernement vont-ils continuer à résister jusqu’à ce que des refnrocent arrivent, sous la forme d’un gouvernemetn Podedmons en Espagne, para exemple ?

Conférenciers Roger Rashi présente les conférenciers et la conférencière Yannis Bournous du secrétariat politique de Syriza, Grèce Caren Lay, députée parlementaire de Die Linke, Allemagne. Le plan libéral en quatre projets de loi | CSN. Article de Noémi Desrochers publié dans Perspectives CSN 10, 15, 20 et 28. Quatre petits numéros de projets de loi déposés par les libéraux de Philippe Couillard, qui viendront défigurer dramatiquement le réseau de la santé et des services sociaux.

Portrait d’une insidieuse opération. PL-10 : Les mammouths Adopté au petit matin le 6 février dernier à la suite de 15 heures de débat conclu par un bâillon, le projet de loi 10 est l’œuvre maîtresse du ministre de la Santé Gaétan Barrette. Intitulé Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l’abolition des agences régionales, le projet de loi prévoit, entre autres, l’abolition des agences régionales et la création des nouveaux centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS).

Les critiques fusent de toutes parts. Mais une des critiques les plus virulentes à l’égard du PL-10 concerne les pouvoirs démesurés que s’octroie le ministre, du jamais vu ! PL-28 : La méthode Harper. IRIS | Les compressions économiques dans l’administration publique : utiles pour le développement? En fait, selon les données de Statistique Canada, chaque dollar investi dans le secteur public a un effet plus important sur le PIB qu’un dollar investi dans les matières premières. Ainsi, un dollar dans le secteur public rapporte en moyenne 1,11 $ au PIB québécois alors qu‘un dollar d’investissement dans le secteur primaire produit en moyenne 0,80 $. Graphique 1 : Impacts directs, indirects et induits à l’intérieur de la province d’un choc exogène de 1 $ sur PIB de base Source : Statistique Canada, Division des comptes et des industries, Multiplicateurs d’entrée-sortie provinciaux Québec : 2010 niveaux L961, Calculs des auteurs.

Cela s’explique principalement par le fait que les dépenses dans le secteur public sont avant tout des salaires qui sont dépensés sur le territoire. Ainsi, le salaire octroyé à un∙e fonctionnaire ou un enseignant∙e a plus de chance de rester sur le territoire que les salaires et les dépenses en capital pour le secteur du pétrole ou des mines. Bien sûr que non! Articles de l'IRIS pour la semaine se terminant le 12/06/2015. Redistribuer-la-richesse-pour-en-creer.pdf.

IRIS | SAQ: Confondre désaccord et erreur méthodologique. Comme M. Stringer revient à la charge, je me permets également une nouvelle salve. Il semble que le professeur à HEC ait été piqué au vif par ma première réponse, que j’y serais allé d’insinuations déshonorantes. Ce qui, semble-t-il, lui donne l’occasion de faire la leçon : « Les analyses économiques les plus faciles à critiquer sont souvent le fait de gens spécialisés dans un domaine autre que l’économie.

Intéressant. Concentrons-nous donc sur l’étude critiquée. L’objectif de cette étude était au fond fort simple. Br>Ensuite, on regarde les impacts de la vente en fonction des choix politiques qui auront présidé à la privatisation. Pour évaluer le niveau de diminution du service de la dette, nous avons postulé 3 possibilités: que les emprunts remboursés ont été contractés au niveau des obligations d’épargne sur 10 ans (3 %), au niveau du taux d’intérêt moyen pondéré du gouvernement du Québec pour 2014 (3,9 %) ou à la moyenne des 10 dernières années de ce taux (4,6 %). Quand M. 2015-05-12-Affiche-confe%CC%81rence-IRIS.pdf. Le Québec au-dessus de ses moyens. Le Québec vit au-dessus de ses moyens. Comme une caissière à temps partiel du Dollarama qui roule en Cadillac. Comme un musicien de jazz qui s’imagine qu’il peut faire l’épicerie chaque semaine.

Comme Éric Duhaime qui essaie de dire quelque chose de sensé (mais qui finit par comparer l’État islamique et la CSN, parce qu’Éric Duhaime, c’est le Staline des comparaisons qui ne tiennent pas debout). On vit au-dessus de nos moyens, mais les compressions, l’austérité et tout le tralala sont là pour ramener les wagons de notre train de vie dans la gare de la réalité. Pour l’exemple, prenons une mesure au hasard, en tirant un bout de papier dans le grand chapeau de l’austérité. «Les compressions dans le budget du lieutenant-gouverneur». On tire un autre papier. Tirons un autre papier. Fini les junkies qui essaient de se tirer du trou sur notre bras. Et ça marche !

On lit ça et on se dit «wow ! Ça nous ferait un beau 0,009 dollar la tonne. P. Ça, c’est une excellente nouvelle. Implicationcitoyenne/ Moderniser la fiscalité ou démanteler les services publics. Le film Le prix à payer actuellement à l’affiche à Montréal expose comment la mondialisation a rendue inadaptée la fiscalité des pays démocratiques. Avant d’adhérer aux lieux communs de ceux qui prêchent l’austérité au nom de la « classe moyenne » qui n’en peut plus de payer des impôts, il faut regarder comment la mésadaptation de la fiscalité internationale appauvrit les états.

Le film Le Prix à payer démontre que les crises financières que vivent plusieurs pays ne sont pas uniquement causées par les prétendus « gaspillages » dans le fonctionnement des services publics. Ces crises découlent directement d’un régime fiscal que les décideurs politiques choisissent de ne pas adapter aux conditions nouvelles. Le système fiscal actuel permet de localiser les entreprises et les profits dans quelques paradis fiscaux alors que l’activité véritable, celle qui est réellement créatrice de richesse est réalisée dans les pays dans lesquels les entreprises paient peu ou pas d’impôts.

Après un an de présidence, social-défaitisme à la française , par Martine Bulard. Fonds des générations : s’endetter pour des peanuts. "La violence des riches" par Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon - 2013. IRIS – Accueil. Des banquiers radicaux refusent de fournir l’itinéraire de leur argent vers les paradis fiscaux. Le gouvernement met à mort la vitalité des communautés rurales. Le scénario d’une «grève générale» à compter du 21 mars se dessine. Des cours abolis par dizaines dans les universités. Austérité? Ripostons! Semaine d'actions le 23 février, comité d'accueil pour Couillard le 3.

Printemps 2015 | Contre l'austérité : Vers le printemps, vers la grève! L’idéologie de la hache - Les militants - produit par Ferrisson. 5,8 milliards, un déficit inventé?  |  Le blogue Économie de Gérald Fillion. Le Bonhomme Sept Heures. La politique d’austérité du gouvernement : les CJE dans la tourmente. 3,2 milliards $ envolés dans les poches des firmes sous-traitantes. Articles de l'IRIS pour la semaine se terminant le 28/11/2014. Il faut investir dans la réduction des inégalités | Ianik Marcil. Halloween Austerity Demo. « L'austérité, une histoire d'horreur » pour des milliers de manifestants. L’avocat des patients sonne l’alarme. L’Europe condamnée par l’Europe, par Isabelle Schömann (Le Monde diplomatique, novembre 2014) La richesse mondiale atteint des sommets.

Inégalités sociales - Présentation. Blogue – PIB : le vernis craque. Le Devoir rencontre Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie - L’austérité, quelle idée toxique! Dessine-moi l'éco : Austérité ou relance, comment ça marche ? Resume_rapportdh_final.pdf. IRIS – Blogue – Précarité des jeunes : la faute aux vieux ? IRIS – Blogue – S’endetter pour se loger. CEPE_Etat_Situation_2013.pdf. MPC_et_seuils-1a-Texte_de_base-140909.pdf. État de situation 2011 - LA PAUVRETÉ, LES INÉGALITÉS ET L'EXCLUSION SOCIALE AU QUÉBEC : VERS L'HORIZON 2013 - CEPE_Etat_situation_2011.pdf. Dossier : Après-crise ou crise permanente - Où en sommes-nous ? Québec s’apprête à anéantir les efforts déployés depuis plusieurs années en faveur de l’égalité des femmes.

Solutions fiscales « Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics. Garderies et aide sociale sur la sellette. Idée fausse #1 : « Les pauvres ne veulent pas travailler » | ATD Quart Monde. Retraites: des actuaires contredisent Québec. 46% des salariés québécois vivent d’une paie à l’autre. Commission de révision permanente des programmes: les Québécois ont des idées. Dossier noir sur le logement et la pauvreté : « Le Québec vit une crise du logement », affirme le FRAPRU. Recherche - #austérité. Révision des programmes: l'avis des citoyens demandé | Politique. Le libre-échange, dans l’angle mort de l’austérité  L’«austérité», projet politique bien réel. L’État n’est pas une famille. Livres. Quand les tarifs d’Hydro remplacent l’impôt. Texte sur le gain en capital : une confusion. Donner 628 millions à 7300 riches. Le déficit imaginaire.