background preloader

Enjeux austérité 2016-2017

Facebook Twitter

L’après PL 70 : gare à la hauteur de la barre à l’aide sociale. De quelle ampleur seront les sanctions sur le revenu assuré aux prestataires ?

L’après PL 70 : gare à la hauteur de la barre à l’aide sociale

L’injustice faite aux enfants pauvres. Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) juge que le système d’éducation au Québec, en raison de la forte présence des écoles privées et de la concurrence des écoles secondaires publiques à vocation particulière, accentue les inégalités au détriment des élèves issus des milieux défavorisés.

L’injustice faite aux enfants pauvres

En fait, c’est au Québec que le réseau scolaire est plus inéquitable au Canada. C’est ce qui ressort du rapport intitulé Remettre le cap sur l’équité que le CSE vient de rendre public sur l’état et les besoins de l’éducation 2014-2016. «On parle de la concurrence entre le privé et le public, de la mise en place de projets particuliers sélectifs qui contribue à faire en sorte que nos classes sont de plus en plus homogènes et à concentrer dans la classe ordinaire de l’école publique les élèves les plus vulnérables», a résumé la présidente par intérim du CSE, Lucie Bouchard. « Cette crise de confiance accentue la tendance à regrouper les élèves selon leur profil scolaire et socioéconomique.

Mise à jour économique: Prestidigitation de haut calibre. Ça y est.

Mise à jour économique: Prestidigitation de haut calibre

On a maintenant tous les détails de la mise à jour budgétaire du gouvernement Couillard. On dit, sur toutes les tribunes, en lettres majuscules et avec des couleurs flamboyantes, que le gouvernement réinvestit enfin dans les services publics. En tout, 2,2 G$ de plus répartis en santé, en éducation, en infrastructures et en soutien régional. L’austérité pour une bonne cause. Philippe Couillard, quant à lui, trouve qu’on exagère.

L’austérité pour une bonne cause

Que la solidarité et les discours sur les personnes vulnérables, « ce n’est que du vent pour la population ». Services de garde publics: quand le gouvernement détruit au profit du privé  «La modulation des frais de garde et l'attrait des garderies privées non subventionnées plus avantageuses fiscalement pour certains parents».

Services de garde publics: quand le gouvernement détruit au profit du privé 

Telles sont les conclusions d'un reportage de Radio-Canada pour expliquer les places vacantes dans les CPE, les services de garde en milieu familial et les garderies privées subventionnées. Le gouvernement libéral démantèle depuis un bon moment notre réseau public des services de garde régis et subventionnés. La CSQ tire la sonnette d'alarme depuis février 2015! Nos membres sont aux premières loges pour constater les effets dévastateurs des décisions du gouvernement libéral. L’Étincelle traverse le temps - Le Manic. La Marche mondiale des Femmes à Trois-Rivières, en 2015, représente un grand moment dans la vie du centre L’Étincelle.

L’Étincelle traverse le temps - Le Manic

Crédit photo : Centre L.Étincelle. Quand l’austérité tue, par Sanjay Basu & David Stuckler (Le Monde diplomatique, octobre 2014) «Merci d’avoir participé à ce test clinique.

Quand l’austérité tue, par Sanjay Basu & David Stuckler (Le Monde diplomatique, octobre 2014)

Vous ne vous rappelez peut-être pas avoir donné votre accord, mais vous avez été enrôlé en décembre 2007, au début de la Grande Récession. L’austérité pour une bonne cause. Raymonde St-Germain, la Protectrice du citoyen depuis maintenant 10 ans, est sans appel : les compressions du gouvernement, surtout celles provoquées par la réforme en santé adoptée sous le bâillon, ont eu et ont toujours des impacts bien réels sur la vie des plus vulnérables.

L’austérité pour une bonne cause

Son dernier rapport (elle quitte son poste dès qu’on lui trouve un ou une remplaçante), est une dure critique pour les politiques du présent gouvernement. Philippe Couillard, quant à lui, trouve qu’on exagère. Que la solidarité et les discours sur les personnes vulnérables, « ce n’est que du vent pour la population ». Que ce qui aidera vraiment les plus vulnérables, c’est un État sans dette. Ce n’est pas la première fois qu’il essaie de dévier le débat de la lutte à la pauvreté et l’exclusion sociale sur des enjeux de comptabilité.

Curateur public: les abus augmentent en raison des compressions. C'est ce qu'ont dénoncé à l'unisson des organismes et un syndicat vendredi, en réclamant la fin des compressions du gouvernement Couillard et un réinvestissement pour améliorer les services du Curateur.

Curateur public: les abus augmentent en raison des compressions

« Allez donc voir ailleurs... » Dernièrement, j’ai eu la chance de jaser un brin avec une sympathique travailleuse sociale du CLSC de la région.

« Allez donc voir ailleurs... »

Elle faisait suite à une demande d’aide que j’avais placée avec l’aide de mon médecin, quelques semaines plus tôt. Je vous épargne les détails, mais l’échange qui suivit fut constructif, agréable, rassurant. Elle prenait le temps… Jusqu’à ce qu’elle n’ait plus le temps. Les minutes ont filé et on a esquissé un beau tableau de mon histoire, de mes attentes, de mes besoins… Puis elle m’a demandé si j’avais accès à des assurances grâce à mon travail. 9 Québécois sur 10 jugent prioritaire l’investissement auprès des organismes communautaires offrant des services aux familles afin d’offrir des chances égales de réussite aux tout-petits. Saint-Lambert, le 24 août 2016 – Le sondage populationnel réalisé en juillet 2016 par l’Observatoire des tout-petits[1] révèle que 9 Québécois sur 10 sont en accord avec un financement accru des organismes communautaires offrant des services aux familles et aux tout-petits, tels que la stimulation précoce, les formations sur les habiletés parentales, les activités d’éveil à la lecture et les services de répit-dépannage, puisqu’ils favorisent le développement des enfants âgés de 0 à 5 ans.

Les acteurs de la petite enfance partagent cet avis sur la pertinence d’investir davantage dans ces ressources de premières lignes et place le bien-être et le développement des enfants âgés de 0 à 5 ans en tête de liste. Accessibilité des services offerts aux familles Prévention et enrichissement de l’expérience parentale : une approche globale. Une douche de plus pour 20$ par patient. Le gouvernement estime qu’il lui faudrait 30 millions de dollars pour offrir une douche supplémentaire par semaine aux 30 000 pensionnaires des CHSLD du Québec, soit 1000 $ par personne par année.

Ou 20 $ par semaine. Or selon le ministre Barrette, ce n’est pas la meilleure façon de venir en aide aux gens comme François Marcotte, cet homme de 43 ans souffrant de sclérose en plaques qui a lancé une campagne de sociofinancement pour recevoir trois bains par semaine. Jeudi, le président de la Commission de protection des malades, Paul G. Brunet, a affirmé que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, lui avait déclaré l’an dernier que « ça coûterait 20 millions de dollars de plus pour ajouter un bain par semaine » mais qu’il « ne l’avait pas ».

Les Musées de la civilisation bouclent leurs archives. Plus de personnel pour veiller à l’analyse des collections aux Musées de la civilisation du Québec (MCQ), ni en conséquence de moyens pour préparer comme avant de nouvelles expositions. Et les riches archives de ces collections classées par l’UNESCO ne sont plus accessibles non plus aux chercheurs. Voilà ce que regrettent quelque 400 historiens, archivistes et sociétés d’histoire dans une lettre obtenue par Le Devoir. Ils protestent et s’inquiètent du sort fait aux Musées de la civilisation à Québec, une victime selon eux des mesures d’austérité. Les MCQ comprennent, outre le Musée de la civilisation, le Musée du Séminaire, le Musée de l’Amérique francophone, le Centre d’interprétation de la Place-Royale et la Maison Chevalier. Pour Stéphan La Roche, directeur général, les Musées manquent effectivement d’argent en raison des restrictions budgétaires, mais certains arguments invoqués par les signataires lui apparaissent en partie inexacts.

Archives fermées. Une douche froide. 300 ex-collègues de Blais veulent le retrait de son projet de loi sur l'aide sociale. C'est une charge à fond de train qu'ont livrée quatre d'entre eux, lundi, contre le projet que porte l'ex-doyen de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval. Aux côtés de représentants du Collectif pour un Québec sans pauvreté, ils ont dénoncé la possibilité que des pénalités puissent être imposées à des prestataires qui ne s'inscriraient pas dans une démarche de réinsertion ou qui manqueraient à leurs obligations. Ils protestent aussi contre le flou des mesures à venir puisque celles-ci ne seront connues que par voie réglementaire, une fois le projet de loi adopté. Le projet de loi 70 du ministre François Blais fait fausse route, insiste Sylvie Morel, professeure titulaire au Département des relations industrielles de l'Université Laval. Il va à l'encontre de ce qui doit être fait en matière d'intégration sociale et professionnelle, dit-elle.

Coupes jusqu'à 33 % par enfant dans les CPE. Une douche de plus pour 20$ par patient. Projet de loi 70 : Le ministre Blais met des mots dans la bouche des agentes et agents d’aide à l’emploi > Services publics > Nouvelles. Le SFPQ tient à rectifier les faits quant à un supposé appui des agentes et agents d’aide des centres locaux d’emploi (CLE) au projet de loi 70 sur l’aide sociale et à l’approche coercitive du Programme objectif emploi. En commission parlementaire, le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, a affirmé à plusieurs reprises avoir rencontré des agentes et agents d’aide qui lui auraient exprimé être en accord avec sa réforme.

Le ministre Blais souhaite transformer les centres locaux d'emploi en coquilles vides, constate le. QUÉBEC, le 26 avril 2016 /CNW Telbec/ - À la suite des annonces récentes du ministre François Blais et devant les transformations qui touchent les services publics d'emplois en région, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) tient à exprimer sa profonde inquiétude quant à l'avenir du réseau des centres locaux d'emploi (CLE). « Affaibli par les coupures successives et les nombreuses réorganisations administratives qui l'ont touché depuis plusieurs années, Emploi-Québec est une fois de plus dans la mire du gouvernement, et ne sera bientôt plus que l'ombre de ce qu'il a été au moment de sa création en 1998 », dénonce Maryse Rousseau, vice-présidente du SFPQ.

Le nouveau programme Objectif emploi deviendra, après l'adoption du projet de loi 70, un passage obligé pour toutes les personnes qui présentent une nouvelle demande d'aide sociale. Les élèves handicapés écopent des compressions. Des élèves handicapés doivent parfois attendre plus de 15 minutes pour aller à la toilette en raison du manque de préposés, dénonce un élève de l’école secondaire Joseph-Charbonneau à Montréal, qui s’inquiète des nouvelles coupes annoncées pour l’an prochain. Des garderies privées dénoncent un « cadeau empoisonné » de Québec.