background preloader

Santé - pompiers et austérité

Facebook Twitter

Les deux ne font pas ménage (pas bon ménage du tout !).

Ariège. 20 ème jour de grève au bloc opératoire de l’hôpital de Saint-Girons. Correspondant Ce jeudi 20 avril, les personnels infirmiers du bloc opératoire du CHAC (Centre Hospitalier Ariège Couserans) en sont à leur 20e jour de grève pour exiger 6 postes d’infirmier-e-s, 3 de bloc et 3 anesthésistes.

Ariège. 20 ème jour de grève au bloc opératoire de l’hôpital de Saint-Girons

Plus généralement ils se battent pour obtenir « l’adéquation des moyens avec l’activité pour une bonne prise des patients et répondre aux besoins de santé de la population » comme l’indique la pétition de soutien qui a déjà reçu 2000 signatures. MÉLENCHON - Meeeting sur la santé à Châteauroux (complet) - #JLMChateauroux. La pédopsychiatrie lyonnaise vent debout contre une réforme des soins de proximité. Si l’hôpital public est malade, la psychiatrie semble encore plus mal en point.

La pédopsychiatrie lyonnaise vent debout contre une réforme des soins de proximité

Le Vinatier, premier hôpital psychiatrique de France, installé en banlieue lyonnaise à Bron, est en l’occurrence un thermomètre parfait du malaise. Le personnel s’est mis en grève lundi 3 avril pour protester contre la dégradation des conditions de prise en charge des patients. Retraite à 65 ans, 39 heures... François Fillon malmené par des personnels hospitaliers durant la visite d'un Ephad. Un déplacement tendu.

Retraite à 65 ans, 39 heures... François Fillon malmené par des personnels hospitaliers durant la visite d'un Ephad

François Fillon a été quelque peu malmené par des personnels hospitaliers, lors d'un reportage tourné dans le cadre de "L'Emission politique" dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephad) de Bry-sur-Marne (Val-de-Marne), et diffusé jeudi 23 mars sur France 2. Augmentation du temps de travail, retraite à 65 ans, réduction drastique du nombre de fonctionnaires... Les personnels hospitaliers de cet Ephad, dont plusieurs étaient syndiqués à la CGT, ne manquaient pas de griefs.

>> VIDEOS. Hôpitaux à l’agonie : un crime prémédité. Hôpitaux à l’agonie : un crime prémédité hôpital de proximité / santé - Publié le 24 mars 2017 - 0 minutes Less than a minute de lecture Devant l’hôpital de Bayeux, lors de la mobilisation organisée par l’intersyndicale le 24 mars 2017 Les hôpitaux de proximité meurent à petit feu : déficits monstrueux impossibles à résorber, personnel en grande souffrance, malades traités à la chaîne et parfois maltraités.

Hôpitaux à l’agonie : un crime prémédité

L’hôpital de Bayeux n’est pas épargné. En face, le gouvernement et les Agences Régionales de Santé brandissent le « trou de la Sécu » et ne proposent que rationalisations, optimisations, réductions d’effectifs et fermetures de lits, de services et d’hôpitaux. Mardi, suicide d'une infirmière. [EXTRAIT] Mardi, suicide d’une infirmière Télécharger le MP3- Écouter dans une nouvelle fenêtre 45 ans, infirmière depuis 20 ans, elle s’est pendue mardi sur son lieu de travail.

Mardi, suicide d'une infirmière

Pendant ce temps, les personnels hospitaliers manifestaient partout contre l’épuisement et la course à la rentabilité. La santé est une marchandise. Amis souffrants, amis sans dents, arrêtez d’être pauvres, c’est un choix déplorable, au contraire, enrichissez-vous. (photo : SUD Santé Sociaux) La grippe à l'hosto. « Des journées sans boire, sans manger » : le ras-le-bol infirmier. L’hôpital de Toulouse, un univers impitoyable pour ses salariés - Page 3. Dans les maisons de retraite, manque de moyens et conditions de travail dégradées rendent la situation « explosive. Les grèves de personnels de maisons de retraite se sont multipliées depuis le printemps, en Ile-de-France, à Niort, à Bordeaux, ou encore en Indre-et-Loire, dans des établissements privés comme publics.

Dans les maisons de retraite, manque de moyens et conditions de travail dégradées rendent la situation « explosive

Les grévistes dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail, le manque de personnel, le non remplacement des salariés malades, le recours systématique aux vacataires et CDD… et l’effet désastreux de ces politiques sur les conditions de vie des résidents. Du fait du vieillissement de la population, ceux-ci sont de plus en plus nombreux : environ 700 000 personnes vivent en maison de retraite [1]. Pour en prendre soin, 360 000 professionnels s’activent à leurs côtés : infirmiers, aides médico-psychologiques, aides-soignants, agents de service hospitalier, cuisiniers, ou encore animateurs [2]. Une douche par semaine... voire toutes les deux semaines « Aujourd’hui, avec les réductions de personnel, nous ne pouvons plus donner qu’une vraie douche par semaine aux résidents. Pénurie de médecins à l'hôpital : deux intersyndicales appellent à une grève «massive» - le Parisien.

En France, les déserts médicaux ne se nichent pas que dans les cabinets de campagne, ils prospèrent aussi au sein des hôpitaux.

Pénurie de médecins à l'hôpital : deux intersyndicales appellent à une grève «massive» - le Parisien

C'est notamment pour enrayer ce phénomène que les médecins hospitaliers ont été appelés ce vendredi à une grève «massive» lundi par deux de leurs intersyndicales. L'objectif : rendre l'hôpital à nouveau attractif pour les médecins, grâce à une meilleure appréciation de leur temps de travail et une revalorisation de leurs carrières. Les médecins hospitaliers sont donc invités à cesser le travail toute la journée de lundi puis tous les soirs et toutes les nuits, Avenir Hospitalier et la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH) soutenant le mouvement initialement lancé par le syndicat d'anesthésistes SNPHAR-E.

«Environ 80% des anesthésistes-réanimateurs et entre 30 et 40% des praticiens d'autres spécialités» participeront au mouvement, assure le président d'Avenir hospitalier, Max-André Doppia. Vidéo. 22.000 postes supprimés dans les hôpitaux d'ici fin 2017 - 2 mars 2015. Le budget des hôpitaux jusqu'en 2017 s'annonce serré-serré : quelque trois milliards d'euros d'économies sont prévues, dont 860 millions issus de la "maîtrise de la masse salariale", ce qui doit se traduire par la suppression de 22.000 postes, soit 2% des effectifs.

22.000 postes supprimés dans les hôpitaux d'ici fin 2017 - 2 mars 2015

Le ministère de la Santé ne communique pas vraiment sur le sujet, évoquant "non pas une réduction des dépenses mais une évolution maîtrisée de l'augmentation des dépenses" mais "Challenges", qui a publié l'information vendredi, a pu consulter le document interne qui détaille cette "évolution maîtrisée". Trois milliards sur trois ans, ce n'est pas rien.

Dans le détail, 1,2 milliard d'euros doit être économisé grâce à une mutualisation des achats des hôpitaux et une obtention de meilleurs tarifs auprès des fournisseurs. Une baisse de prix des médicaments doit par ailleurs permettre de dégager 350 millions d'euros, alors que des rapprochements entre hôpitaux voisins doivent permettre d'économiser 450 millions d'euros. A Saint-Denis, l’Etat laisse tomber les enfants malades.

Santé et social TouTEs ensemble contre l’austérité. Crédit Photo : Retrait du plan Hirsch... sans anesthésie.

Santé et social TouTEs ensemble contre l’austérité

Photothèque Rouge / JMB Les salariéEs de la santé et du secteur social sont appelés à la grève et à manifester ce jeudi 25 juin. SOIGNONS LES RICHES. C’est une histoire de 35 heures, de RTT, de minutes de travail en plus ou en moins, c’est un peu vague et puis il y a des choses plus graves, non ?

SOIGNONS LES RICHES

Il suffit pourtant d’écouter les causes de la colère des personnels hospitaliers pour comprendre qu’il s’agit d’une lutte essentielle contre la transformation du corps malade en marchandise, et contre l’inégalité décomplexée entre la santé des riches et la survie des pauvres. Contre la connivence entre le gouvernement et les puissants lobbies de la santé, les patients et les futurs patients que nous sommes devons soutenir les personnels de l’AP-HP en lutte. Prochaine grande manif, jeudi 11 juin ! Mercredi 03 juin, c’était l’Assemblée générale des salariés de Saint-Louis (Paris 10ème) réunis dans le grand hall de l’hôpital.

Un reportage d’Anaëlle Verzaux (9’18). Télécharger le MP3- Appel des médecins hospitaliers pour sortir l’hôpital public de la crise. 100 médecins hospitaliers PH ou PUPH (Paris et Province) lancent un appel pour sortir les hôpitaux publics de la double crise actuelle : la crise du financement et celle de l'adaptation au progrès de la médecine et aux changements des besoins des patients. La crise financière est due à la volonté des gouvernements successifs de contraindre un peu plus chaque année le budget hospitalier. Ce sont 3 milliards d’économie qui sont à nouveau demandés aux hôpitaux d’ici 2019. La crise de mutation est la conséquence du progrès médical et de l’épidémie de maladies chroniques. Lettre d'une infirmière à Martin Hirsch (version vidéo) En moins de trois jours, vous êtes plus de 100 000 à avoir écouté et diffusé la lettre de CLÉMENTINE, 31 ANS, INFIRMIÈRE à l’hôpital Saint-Louis à Paris, adressée à Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris).

EN 4 MINUTES et 23 secondes, TOUT EST DIT. NON À L'HOSTÉRITÉ. Martin Hirsch est un incompris. Directeur général de l’AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris), il veut juste une « refonte de l’organisation du travail », il veut seulement « aménager et réorganiser ». Mais les salariés – ils sont 75 000 sans compter les 22 000 médecins – ne lui font pas vraiment confiance. Ils sont même un peu en colère.