background preloader

L'imaginaire géographique

Facebook Twitter

Pearltrees créé par François Arnal.


La notion d’imaginaire réfère explicitement à celle d’image, c’est à dire à quelque chose qui se réfère de façon analogique au réel sans en être jamais un double parfaitement fidèle. C’est la nature du lien que l’on conçoit entre le réel et l’image qui conditionne le contenu de la notion d’imaginaire.

Si l’on croit que l’image est ou peut être un reflet du réel, la singularité et la pertinence de la notion d’imaginaire est discutée, voire niée. Une conception hyper-positiviste (positivisme) de la science, telle qu’elle a prévalu en géographie jusqu’au « milieu » du XXe siècle par exemple, postule que les images produites (cartes et photographies par exemple) donnent à voir le réel tel qu’il est. L’ensemble des images produites et leur cohérence propre ne constitue pas un champ doté d’une autonomie telle qu’il mérite d’être individualisé dans la notion d’imaginaire, absente du coup du discours géographique classique.

Si l’on croit que toute image produite est un artefact ou un modèle qui résulte de l’intention de celui qui la produit et non d’un quelconque coup de force du réel lui-même, il est alors possible d’individualiser l’imaginaire comme un ensemble d’images doté d’une dynamique intrinsèque, motivée par des jeux de correspondances et d’analogies, de contrastes et d’oppositions. C’est dans cette perspective qu’il est possible de parler d’imaginaire spatial scientifique : ce serait le corpus des images et l’ensemble des tensions existant entre ces images qui font que, dans leur ajustement au réel visé par la connaissance, il est possible de construire des interprétations, parfois révolutionnaires, souvent novatrices, du réel. Il faut reconnaître par exemple à la chorématique, dans la recherche comme dans la transmission de ses résultats, une puissante capacité à mobiliser l’imaginaire des auteurs et des enseignés. C’est également dans cette perspective qu’il est possible de parler d’imaginaire spatial pour tout sujet dont on cherche à comprendre la géographicité et les pratiques spatiales : tout individu gère en permanence un stock d’images héritées de sa propre histoire (et travaillées par la mémoire ou son inconscient) ou même de sa condition humaine (si l’on attache crédit à l’hypothèse des archétypes de G. Jung) qui se trouvent constamment mises en tension avec les images expérimentées dans sa vie quotidienne. Le jeu libre (dans le rêve ou la rêverie poétique dont parle si bien G. Bachelard) ou contraint (dans la pratique quotidienne des lieux et des images échangées de ces lieux) de ces images instaure une dynamique de l’imaginaire qui a valeur explicative pour quantité de pratiques spatiales, notamment en matière de mobilité touristique et d’aménagement.
Bernard Debarbieux
.

IMAGINER LES ÎLES Fest. Intern. de Géographie - Itinéraires scientifiques. Présentation des 6 itinéraires scientifiques par Béatrice Collignon et Philippe Pelletier, Directeurs scientifiques du FIG 2015 Le pays invité par le FIG cette année est l’Australie qui, vue de France, est un territoire plein d’imaginaire, du fait de sa situation aux antipodes. Elle ne résiste pas aux clichés que nous aimons lui coller : sa faune, la grande barrière de corail, les Wallabies, le bush, les descendants des bagnards, mais aussi les Aborigènes qu’on aime représenter comme les derniers «sauvages». Puissant point de mire au centre du territoire, Uluru renvoie à l’Ayers Rock des conquérants britanniques. Et quand on demandait aux anciens géographes de couper ce vaste territoire en plusieurs régions, ils opposaient l’Est «humide» au Nord «rouge», l’Ouest «sauvage» au Sud «coloré» dont se gaussait le géographe Pierre Gentelle qui n’était pas sensible au prisme de la couleur, pourtant très sensible ici.

L’Australie n’est pas une île, ni un continent. B. B. Bibliographie imaginaire spatial. Le géographe à la plage. Géographie des représentations. Iles,insularité, iléité. Cartographier l'imaginaire : un exercice géographique.pdf. Lectures : L'imagination géographique [Raffestin (Claude), Racine (Jean- Bernard) dir., 1986, « L'Imagination géographique, actes du colloque 1985 ». Géotopiques, Universités de Genève et Lausanne] - persee.fr. Le Colloque sur « l'imagination géographique », organisé par Claude Raffestin et Jean-Bernard Racine (1), est une invitation à trouver, ou à retrouver des chemins de la connaissance géographique que nous avions eu tendance à oublier, voire à nous interdire. Etre plus sensible « au paradigme indiciel de Sherlock Holmes qu'au syndrome du flic de quartier », apprendre à « déchiffrer le ciel pour comprendre la terre », « pointer le lointain pour comprendre le proche », « réfléchir dans les marges pour tenter de comprendre quelques choses au centre », telles sont les recommandations que fait Cl.

Raffestin en ouvrant ce colloque. Le ton est donné; les contributions sont, me semble-t-il, à la hauteur des espérances. Je les trouve dans l'ensemble, riches, foisonnantes, témoins très vivants des relations subtiles qu'entretiennent notre histoire, notre mémoire collective et nos imaginations, signes. Ecole normale supérieure - Archives. Imaginaire spatial. La notion d’imaginaire réfère explicitement à celle d’image, c’est à dire à quelque chose qui se réfère de façon analogique au réel sans en être jamais un double parfaitement fidèle. C’est la nature du lien que l’on conçoit entre le réel et l’image qui conditionne le contenu de la notion d’imaginaire.

Si l’on croit que l’image est ou peut être un reflet du réel, la singularité et la pertinence de la notion d’imaginaire est discutée, voire niée. Une conception hyper-positiviste (positivisme) de la science, telle qu’elle a prévalu en géographie jusqu’au « milieu » du XXe siècle par exemple, postule que les images produites (cartes et photographies par exemple) donnent à voir le réel tel qu’il est. L’ensemble des images produites et leur cohérence propre ne constitue pas un champ doté d’une autonomie telle qu’il mérite d’être individualisé dans la notion d’imaginaire, absente du coup du discours géographique classique.

Voir aussi : représentation Bibliographie : Imaginaire touristique et émotion patrimoniale dans la médina de Fès (Maroc) - persee.fr. La montagne dans les albums pour enfants : de l’indomptable au territorialisé | Les territoires de l'album. Espace montagnard | Les territoires de l'album. La montagne passe pour être un espace rural par excellence, cristallisant autour de sa perception un grand nombre de représentations liées aux espaces ruraux en général. Selon Jean-Paul Bozonnet[1] (1977), « la montagne, telle qu’on la perçoit est une fabrication de l’esprit, un mythe ». Les représentations « mythiques » de la montagne, ou ce que j’appellerais avec Yves Winkin les figures d’enchantement, se déclinent autour de quatre concepts-clés. La montagne peut ainsi être cet Ailleurs régénérant, cette nature sauvage maîtrisée, la frontière ou encore un apex empli de spiritualité.

En me livrant à un travail d’analyse à travers cette grille de lecture, je me suis rendu-compte que ces figures d’enchantement étaient soumises peu ou prou à une certaine historialité du medium et plus sûrement à une évolution des mentalités. 1. La montagne romantique Dans un récent article, Isabelle Nières-Chevrel[3] inscrit ce roman dans une quête d’harmonie entre l’homme et la nature. Mais gare ! 2. 3. L’invention des mondes : penser l’image de pensée. 1Aux éditions de la Réunion des Musées Nationaux paraît le beau volume Images de pensées, sous la direction de Marie-Haude Caraës et de Nicole Marchand-Zanartu, « des figures au bout d’une longue quête dans tous les champs du savoir » (p. 7), des « figures — schémas, dessins, plans, diagrammes, trajectoires, tracés, échelles — créées pour apprivoiser ce que le langage est impuissant à saisir : le surgissement de la pensée dans son effervescence secrète » (p. 8).

La soixantaine d’énigmes ici rassemblées en constitue une nouvelle, plus étendue : qu’est-ce que nous apprend la collection des images de pensée ? Quelles leçons, quel jeu de déchiffrement, quelles trouvailles d’intelligence est-on amené à déployer, au fil de ces pages composites ? 2Les traversées comparatistes qu’on effectue dans l’ouvrage témoignent d’une dissémination de certaines formes graphiques afin de penser, d’imaginer ou de fonder quelque chose qui commence et qui fait ensuite date.

Géographie sociale, géographie du littoral - persee.fr. Norois, 1995, Poitiers, t. 42, n° 165, p. 247-265 Géographie sociale, géographie du littoral par Jean-Pierre CORLAY Université de Nantes C.N.R.S. -URA-904 « Dynamique et gestion des espaces littoraux » B.P. 1025 - 44036 Nantes Cedex L'objet de ces quelques lignes est de présenter un certain nombre de réflexions et d'éléments de positions de recherche relatifs à l'importance du facteur social dans l'analyse de l'espace littoral.

. (1) Godard, Vanney, Verger, 1983. L'imaginaire spatial. Plaidoyer pour la géographie des représentations - persee.fr. L'imaginaire spatial. Plaidoyer pour la géographie des représentations. Antoine S. Bailly Après vingt années de géographie des représentations, comment accepter encore comme définition de la géographie « science de l'espace », connaissance directe de la réalité matérielle ' ? Cette conception de la discipline, dans la logique des préceptes cartésiens d'évidence — certitude indépendante du descripteur — de réductionnisme — découpage des ensembles en éléments simples — de causalisme — existence d'un ordre, d'un câblage de causalités linéaires — et d'exhaustivité — certitude de ne rien omettre d'essentiel — est bien remise en question avec l'approche holistique de la géographie des représentations ; comment, en effet, séparer nos pratiques scientifiques de notre intériorité, avec ses aspects affectifs et émotionnels ?

I L'action scientifique ne constitue-t-elle pas un prolongement de l'être ? L'homme est connaissance géographique. EspacesTemps 40-41/1989, pp. 53-58 Antoine S. Aspects de l'imaginaire spatial : identité ou fin des territoires ? - persee.fr. Ce texte est issu d'un traitement automatique (ocr) et n'a pas été revu ou corrigé. Distances et espaces : vingt ans de géographie des représentations Antoine Bailly Espace géographique, 1985. Bailly Antoine (1989). L’imaginaire spatial, plaidoyer pour une géographie des représentations. Espaces Temps, n° 40-41, p. 53-58.

Lectures : L'imagination géographique [Raffestin (Claude), Racine (Jean- Bernard) dir., 1986, « L'Imagination géographique, actes du colloque 1985 ». Géotopiques, Universités de Genève et Lausanne] Synthèses cartographiques des représentations mentales de l'espace. Synthèses cartographiques des représentations mentales de l'espace Mots clés: Agrégation de données • Cognition spatiale • Géomatique Les représentations mentales de l'espace sont propres à chacun, mais il peut se révéler utile de produire dans certains cas des résumés représentatifs d'un groupe d'individus.

L'article présente une méthode de collecte des données cognitives associée à trois synthèses correspondant à trois types d'espaces cognitifs collectifs: en commun, moyen et médian. Les trois types sont explorés à partir de données collectées par la technique du croquis à main levée. Quelle que soit la technique de collecte (croquis, évaluation de distances, exercice de reconstruction spatiale…), les données sont toujours obtenues à l’échelle de l’individu. Collecte et codage des données à agréger Méthode de collecte: le croquis à main levée sur page blanche Nous avons choisi d’obtenir les données cognitives géographiques par la technique du croquis à main levée [2].

ECC moyen ECC médian. Les Espaces Dégradés: Contraintes et Conquêtes. Xavier Bernier : Traverser l’espace. Xavier Bernier « L’effort créé l’obstacle. » Maine de Biran Photo 1 : Le tramway de La Nouvelle-Orléans (Louisiane/États-Unis)Traversée de quartier sur l’avenue St Charles. (Capt. Le 2 septembre 2012 devait voir renaître une course populaire et mythique : la traversée de Paris à la nage. La première relève sans doute du verbe et de la langue. La deuxième question porte sur un espace de référence qui doit être appréhendé à la fois par ses dimensions internes (l’espace référent) et externes (espaces de départ/d’arrivée).

Figure 1 : Traverser l’espace. Entre un espace de départ et un espace d’arrivée, nous chercherons à montrer comment les interspatialités construisent des fractions spatiales ductiles et parfois chevauchantes dans un processus spatial lui-même instable. Troisième interrogation et troisième hypothèse : le traverser n’est-il pas un événement dont la réalisation fait advenir une substance spatiale ? Le traverser comme un empilement de rythmes. Figure 2 : Carte du Traverser. L'imaginaire géographique - Mario Bédard, Jean-Pierre Augustin et Richard Desnoilles. Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne [...] by Bibliothèque numérique Manioc / SCD Université Antilles-Guyane. Pathologies au-delà du paysage. 67 | 2009 La plage : un territoire atypique. L’imaginaire géographique au cœur d’un Voyage Extraordinaire.

1 Brosseau, Marc, 1996, Des romans-géographes, Paris, L’Harmattan, p. 17. 2 Ibid., p. 7. 1Les travaux de géographes qui explorent les œuvres littéraires sont relativement récents et peu nombreux. Plus rares encore sont les études qui portent une attention particulière à l’imaginaire géographique, tel qu’il peut se manifester dans le récit romanesque. Si Marc Brosseau souligne « […] que la plupart des travaux de géographes sur la littérature ont […] privilégié le dix-neuvième siècle »1, paradoxalement de grands auteurs de cette période n’ont pourtant pas encore été abordés2. Parmi eux, la figure de Jules Verne (1828-1905) mérite une attention particulière, ce dernier n’ayant cessé de répéter tout au long de sa carrière être l’auteur de « romans géographiques ». 3 Voir à ce titre notre thèse soutenue le 30 novembre 2009 et intitulée : "Géographie et imaginaire g (...) 4 Hetzel, Jules, "Avertissement de l’éditeur", dans Voyages et aventures du capitaine Hatteras, Paris (...) 25 Ibid, p. 547.

Terre d’exploration, terre d’exil, terre des hommes : Le Pilote et le Petit Prince de Peter Sis (2014) | Les territoires de l'album. Figure 1 : Le Pilote et le Petit Prince (2014), couverture Au bout de cinquante-cinq années consacrées à la littérature de jeunesse, Frances Foster a pris sa retraite en juillet 2013. C’est donc avec une nouvelle éditrice que Peter Sis va continuer à créer de nouvelles histoires. Le Pilote et le Petit Prince, paru en mai 2014, est le premier album qui signe cette nouvelle collaboration avec Margaret Ferguson. Le duo Foster-Sis a fonctionné pendant plus de vingt-cinq ans et l’illustrateur reconnaît qu’il est devenu un auteur à part entière grâce à son éditrice fétiche : Je décrirais son influence sur ma carrière comme celle du Yin sur le Yang. Le Pilote et le Petit Prince, la vie d’Antoine de Saint-Exupéry est une nouvelle biographie mais qui ne suit pas les règles que Sis s’est données pour la rédaction de la trilogie bio-topique[2] qui réunit les trois ouvrages suivants : Christophe Colomb (1996), Le Messager des étoiles (1996) et L’Arbre de la Vie (2004). 1. 2. 3.

Bibliographie : cf. Représenter l’espace territorialisé, un travail autour de l’Atlas des géographes d’Orbae de François Place | Les territoires de l'album. Insularité, iléitié, insularisme : des îles et des représentations en géographie on Pinterest | The Maldives, Google and Plastic Bottles. Halshs.archives-ouvertes. Hal.archives-ouvertes.

Imaginaires géographiques et géographies de l'imaginaire : approches interdisciplinaires de l'espace. Depuis une quarantaine d’années environ les sciences humaines et sociales accordent dans leurs travaux une place de plus en plus importante à l’inscription spatiale des faits sociaux et humains. Or, il est intéressant de remarquer comment ce « tournant spatial »s’accompagne également aujourd’hui d’un véritable regain d’intérêt pour les questions relatives à l’imaginaire, notamment géographique. C’est ainsi que les études géographiques et littéraires analysent aussi et désormais le vaste champ de l’imaginaire géographique, des représentations de l’espace en littérature, des géographies imaginaires que peuvent dessiner certaines œuvres littéraires.Il faut en effet reconsidérer autrement l’imaginaire, dont le recours au sein de la géographie est très ancien puisque remontant à l’antiquité.

Vendredi 18 octobre 2013 08h30 - 09h00 Accueil des participants. 10h50 - 11h00 Pause. Président de séance : Marc Brosseau, Professeur de Géographie, Ottawa. 15h30 - 15h45 Pause. 16h35 - 16h50 Pause. Mario Bédard, Jean-Pierre Augustin et Richard Desnoilles, L’imaginaire géographique. 1Dans le prolongement d’un colloque tenu à Montréal en octobre 2009, cet ouvrage aborde un thème développé par les géographes depuis une trentaine d’années, la représentation. Plus précisément, les réflexions concernent l’imaginaire comme « principe fondateur de notre condition territoriale » autrement dit de notre territorialité. Á travers une quinzaine de textes groupés en trois thèmes, les auteurs nous proposent de parcourir l’imaginaire géographique comme créateur et animateur d’espace, de lieu et de territoire. 2Les trois axes portent successivement sur l’imaginaire et le paysage, l’imaginaire séducteur au service du local et l’urbanisme affinitaire comme finalité imaginaire.

Les textes très divers offrent une belle palette thématique. 3Dans la première partie, le lecteur peut apprécier en particulier la remarquable démonstration de D. 4Dans la deuxième partie, « la fiction architecturale de la montagne Tremblante » (Lucie K. L'imaginaire géographique colloque de Montréal. Epilogue. L'imaginaire geog épilogue 2. AudioVideoCast - Universités; de Strasbourg - Recording visualization Journée franco-espagnole juin 2011. Imaginaires géographiques et géographies de l’imaginaire : approches interdisciplinaires de l’espace 4 èmes rencontres franco-espagnoles « Géographie, langue et textes littéraires » Imaginaire geographique. Imaginaire geographique2. L’imaginaire géographique. Perspectives, pratiques et devenirs.

Imaginaires géographiques et géographies de l'imaginaire : approches interdisciplinaires de l'espace. Quatrièmes rencontres franco-espagnoles « Géographie, langue et textes littéraires » Vient de paraître (janvier 2015) / Voir la présentation : lien Commande : lien Conférence inaugurale de Marc Brosseau (rencontres 2013 : "Géographie et littérature : acquis et ouvertures") : lien Conférence inaugurale de Joan-Tort Donada (rencontres 2011 : "Mémoire et Géographie") : lien Contacts / informations : jean-yves.puyo@univ-pau.fr ; lionel.dupuy@univ-pau.fr.

Carnets de géographes. Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne [...] by Bibliothèque numérique Manioc / SCD Université Antilles-Guyane.

Games of Thrones

Imaginaire geographique DGES Debarbieux. Imaginaire géographique définition DGES 2. Imagination imaginaire geographique B Debarbieux. Imagination imaginaire geographique Debarbieux 2.