background preloader

D'autres projets chouettes

Facebook Twitter

Pumpipumpe | a sharing community. Accueil Curieux | Pro Bono Lab. Le pro bono signifie en latin «pour le bien public». Depuis les années 1970, des professionnels du monde entier partagent leurs compétences en stratégie, finance, marketing, communication, ressources humaines, web ou encore droit pour aider gratuitement les associations qui n'ont pas les moyens d'accéder à ces services. Depuis sa création en 2011, l'association Pro Bono Lab développe le pro bono en mobilisant des individus pour aider des associations en Ile-de-France et en Rhône-Alpes sous la forme de mécénat ou de bénévolat de compétences.

Pourquoi aider les associations ? Les associations d'utilité sociale jouent un rôle essentiel dans la construction d’une société plus solidaire et inclusive. Elles fédèrent les citoyens pour défendre de nombreuses causes d'intérêt général. Pro Bono Lab catalyse ces énergies et permet aux associations, aux volontaires et aux partenaires de coopérer pour construire la société de demain. Comment aider les associations ?

Comment développons-nous le pro bono ? Les arpenteurs ouvreurs d’espaces. La qualité de la déambulation naît de son absence de prétention. Il y a une façon de parcourir que l’on appelle « parkour » mais qui n’est pas une expression artistique ou sportive malgré toutes les tentatives de le contraindre à un engagement utilitariste et mercantile. Si c’est un art, il est sans qualité. Ce qui nous détourne de l’essentiel, il le refuse : la sophistication pédante, la prétention petite-bourgeoise à bien faire, à bien finir. Tel un art brut qui se forme à travers les éléments rebelles et grandit dans le biotope des contres-espaces, il assume son inachèvement perpétuel et c’est sans doute pour cela qu’il est un « art total ».

Il touche à toutes les dimensions humaines. Alors que le passant habituel n’observe pas son quotidien ou le traverse dans une indifférence polie, ici nous sommes dans une manière d’habiter qui épuise toutes les possibilités d’un lieu sans prendre possession de l’espace. C’est sans doute cela une pensée du mouvement. A Paris, un supermarché collaboratif veut rendre les bonnes choses accessibles à tous. Ce n'est pas un loup, mais une louve qui est aux portes de Paris. Venue d'outre-Atlantique, elle couve une jolie portée d'idées coopératives pour développer un modèle de distribution alternatif pour bons produits locaux et pas chers. Rencontre avec ses instigateurs. La passion des bonnes choses Tom, Brian et Maëlanne - 5 novembre 2013 - Photo: @SoAnn Brian Horihan vient du Minnesota, et Tom Boothe de l’Indiana. Ces deux Américains se sont rencontrés à Paris par amour... de la bonne bouffe.

Brian a lui aussi fait du cinéma, tout en s'intéressant au jardinage, à l’agriculture, aux potagers urbains, aux coopératives... « Ni Tom ni moi ne venons de familles riches, on vient des lower middle class, on ressentait le besoin de trouver un lieu où l'on peut acheter les produits bons et pas chers », souligne-t-il pour expliquer comment a germé en eux l'idée de créer à Paris un supermarché coopératif. Trouver un bon équilibre de valeurs A Paris, La Louve ouvrira ses portes dans le 18e arrondissement. LE COMPTOIR DE L'INNOVATION. L'1consolable, rappeur, traceur et chômeur décomplexé. La 27è région. La 27e Région, do-tank des politiques publiques For a presentation in english langage, please download this flyer.

Première initiative de ce type en France, la 27e Région explore de nouvelles façons d’améliorer la conception et la mise en œuvre des politiques publiques. En partenariat avec les Régions, elle met en œuvre des programmes de recherche-action, pour lesquels elle mobilise des méthodes issues des sciences humaines, du design de services et de l’innovation sociale. Initiée par l’Association des Régions de France, elle opère d’ores et déjà sur le terrain dans la moitié des régions. A terme, l’objectif de la 27e Région est d’aider chaque Région a créer sa propre fonction de recherche-action. La 27e Région fait partie d’un réseau d’initiatives similaires en Europe et dans le monde, comme le Mindlab (DK), le SILK (GB), le Public Policy Lab (USA), le Design Lab (FIN). Pourquoi ce projet ?

Trois hypothèses fondent le travail de la 27e Région : Quelles sont nos méthodes ? > L’immersion. Cinq expériences de démocratie 2.0. Les réseaux sociaux, médias en ligne, blogs redonnent-ils du pouvoir aux citoyens ? Le Forum mondial de la démocratie, cette semaine à Strasbourg, examine des initiatives à l'oeuvre sur tous les continents. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Sophie Novel (journaliste ) Du 23 au 27 novembre, à Strasbourg, les participants au Forum mondial pour la démocratie examineront des initiatives de démocratie participative à l'oeuvre sur tous les continents. En voici quelques exemples. > Lire aussi l'entretien : "Internet renforce le pouvoir de la société civile" Depuis trois ans, les initiatives françaises de démocratie 2.0 se multiplient, avec pour objectif de stimuler la participation citoyenne aux instances démocratiques, qu'elles soient locales ou nationales.

Dans la perspective des élections municipales de mars 2014, Questionnezvoselus.org propose ainsi aux internautes d'interroger les candidats à la mairie des 39 villes de France métropolitaine de plus de 100 000 habitants. La carte de France des alternatives écologiques et sociales. Des énergies renouvelables à la finance solidaire, de l’habitat écologique à l’éducation populaire, des fermes agro-écologiques aux coopératives ouvrières, découvrez notre carte des alternatives. Un tour de l’Hexagone qui montre qu’une transformation écologique et sociale de la société est non seulement possible mais déjà à l’œuvre localement. Passez votre souris sur l’icône pour voir de quelle alternative il s’agit et cliquez sur l’icône pour accéder à l’article détaillé.

Et n’hésitez pas à nous suggérer d’autres alternatives, cette carte n’étant pas exhaustive. Bonne visite ! Lire aussi notre chronique : 89 révolutions locales pour un changement global Cette carte recense 89 expériences alternatives menées en France dont Basta ! S’est fait l’écho ces dernières années par des reportages, des enquêtes ou des témoignages, publiés au sein de notre rubrique « Inventer ». La Fonderie - Agence Numérique d'ïle de France. Ouishare, le média qui partage plus que de l’utopie. Lancé discrètement durant l’été, Ouishare.net est un nouveau média entièrement dédié à l’économie du partage et de la collaboration. Fruit d’une réflexion intense menée par le collectif qui soutient le projet depuis la fin de l’année 2011, il a pour ambition de valoriser l’ensemble des initiatives innovantes qui fourmillent dans le secteur. Derrière ce site, on trouve des jeunes de la fameuse génération Y, mais surtout une communauté internationale hyper-active d’entrepreneurs, designers, penseurs et acteurs de l’économie de demain.

Antonin, Edwin, Stan, Flore, Ben, Rachel, Simone et Albert incarnent à merveille le mouvement: ces forces motrices de OuiShare sont âgées de 22 à 35 ans et croient dur comme fer à cette économie collaborative. ça commence dans la cour de récrée… Antonin « A 5 ans, mes parents se sont séparés. Rachel Rachel et Benjamin aussi avouent avoir commencé tôt avec leur goûter ou leurs jouets dans la cour de récrée, mais sans que cela ne les ait jamais quitté. Flore Albert.