background preloader

Jeunes

Facebook Twitter

Facebook : les ados quittent le navire. Jeu @miclick : pour préparer les plus jeunes à utiliser les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux s'adressent normalement aux personnes âgées de 13 ans et plus.

Jeu @miclick : pour préparer les plus jeunes à utiliser les réseaux sociaux

Les enfants n'ont, théoriquement, pas le droit de s'y inscrire, même si certains y arrivent en mentant sur leur âge… Qu'ils y soient présents ou non, il est bon de préparer les plus jeunes à leur arrivée sur des réseaux sociaux comme Facebook afin qu'ils évitent de faire n'importe quoi et de mettre eux-mêmes ou leurs proches dans des situations délicates. L'académie d'Orléans-Tours a donc conçu un jeu sérieux spécifiquement pour les 9 à 13 ans dans le but de les prémunir de mauvaises expériences.

L'histoire racontée au travers de @miclick se situe dans un futur lointain. Le joueur est un élève d'une académie intergalactique qui va, comme de nombreux jeunes de son âge, se connecter pour la première fois sur un réseau social : @miclick. Le réseau ressemble beaucoup à Facebook. Avoir des amisAjouter des photosGérer les notifications et publicitésRechercher des amisGérer son profilJouer à des jeux Référence : Les jeunes veulent un monde virtuel plus protégé. Belgique Pour une jeunesse toujours plus connectée, la protection de la vie privée sur Internet est considérée comme très importante.

Les jeunes veulent un monde virtuel plus protégé

Plus de 90% des jeunes Suisses, Américains, Brésiliens et Singapouriens réclament plus d'action de la part des politiciens en faveur d'un Internet sûr, selon le baromètre 2014 sur la jeunesse, publié dimanche par Credit Suisse. Selon un sondage réalisé entre avril et juin aux Etats-Unis, Brésil, Singapour et en Suisse, chaque fois auprès 1.000 jeunes âgés de 16 à 25 ans, la plupart d'entre eux s'estiment responsables de la protection de leurs informations publiées en ligne. Ils souhaitent cependant que les fournisseurs d'accès au web contrôlent mieux les photos et images publiées, et que les politiciens renforcent la protection des données digitales personnelles contre la cybercriminalité.

Car le monde digital est devenu partie intégrante de leur réalité. Génération Z : les mutants vont débarquer dans les entreprises. Vous avez aimé la génération Y qu’on disait difficile à manager ?

Génération Z : les mutants vont débarquer dans les entreprises

Vous allez adorer la génération Z ! Née à partir du milieu des années 90, elle va bientôt arriver sur le marché du travail. Ces jeunes, âgés de 20 ans aujourd’hui, sont de véritables mutants, bien différents de leurs aînés les Y. C’est le point de vue de Didier Pitelet, président de Moons’factory et auteur du livre « Le Prix de la confiance ». Pour ce spécialiste du management et de la conduite du changement, les entreprises n’ont pas le choix, elles devront s’adapter face à la « bombe à retardement » que représente cette génération mutante. En quoi cette génération Z est-elle une génération de mutants ? Ce ne sont plus du tout des êtres humains câblés comme les générations précédentes. Comment cette mutation se traduit dans leur rapport à l’entreprise ?

A qui profite le selfie ? Génération selfie : enquête sur la nouvelle déferlante narcissique. La modestie, c'est fini.

Génération selfie : enquête sur la nouvelle déferlante narcissique

C'est comme une épidémie : l'ego trip nous saisit. Le moi s'étale sur Twitter, s'épanouit sur Facebook, fleurit sur Instagram. Je m'aime donc je suis, autant vous en faire profiter. Le footballeur Patrice Evra l'a confié sans détour durant une conférence de presse, en marge du Mondial : Je m'aime tout le temps. Le premier moi en ligne, c'est le fameux selfie, bien sûr.

"Aujourd'hui, tout le monde a droit à sa galerie de portraits mondiale. 56 millions de selfies sur Instagram C'est une danse globale, une gestuelle planétaire qui se déroule partout, de Rio à Barbès, des stades de foot pendant la Coupe du Monde aux manifs chaudes lors des protestations propalestiniennes. En 2013, 56 millions de selfies ont été partagés sur Instagram. Suicide d'une ado: éduquer aux réseaux sociaux plutôt que les diaboliser. Louise a écrit une lettre à ses parents avant de se donner la mort.

Suicide d'une ado: éduquer aux réseaux sociaux plutôt que les diaboliser

Pour les remercier et évoquer son refus de continuer à vivre. Louise était harcelée via des réseaux sociaux qui permettent l'anonymat.