background preloader

Jeunes, monodietes

Facebook Twitter

Ces 3 erreurs qui peuvent annuler les bénéfices du jeûne intermittent - thierry-reid.com. Dans cet article, je vais vous parler des 3 principales erreurs qui vous empêchent peut-être de surfer sur la vague du « fasting », erreurs que j’ai moi-même commises par le passé. Le jeûne intermittent, c’est tout un art… En préambule, si souhaitez en savoir plus sur les incroyables bienfaits du jeûne intermittent, je vous invite à visionner cette excellente vidéo de la chaîne Vérisme Tv qui finira sans doute de vous convaincre de l’intérêt de cette pratique… Vous pouvez aussi aller consulter l’un des articles parmi les milliers qui inondent le web à ce sujet !

Erreur numéro 1 : abuser des stimulants (café, thé…) Dans le monde du jeûne intermittent, il est généralement admis que vous pouvez boire ou manger ce que vous voulez du moment que l’aliment ou la boisson ne contient aucune calorie. En effet, l’objectif de la phase de jeûne est de garder votre insuline basse pour maintenir le mode brûlage de graisse. Les effets délétères de la caféine sur le long terme Je bois du café !

Jeun de 15 jours. Jeûne long, une expérience à renouveler JUIN, je termine un jeûne de 2 semaines + une : 2 semaines de jeune hydrique selon le protocole « Buchinger » suivies d’une semaine de mono-diète. Pour information, le livre référence : Manuel du jeûne thérapeutique buchinger, "L'art de jeûner" de Françoise Wilhelmi de Toledo. Ce n’est pas la première fois et l’expérience aidant, ces trois semaines se sont très bien déroulées sans le moindre souci, tout en continuant à maintenir une activité physique quotidienne indispensable, la randonnée en l'occurence. La première semaine est dans la mesure du possible jeûnée uniquement à l’eau et éventuellement quelques tisanes qui soutiennent les émonctoires.

La seconde semaine, l’introduction de bouillons de légumes filtrés et de jus de fruits coupés d’eau permet de se donner un nouveau souffle, d’apporter un minimum de sucre et de reminéraliser si nécessaire en phase de cétose. Voir aussi sur le même sujet, jeûne et mono-diète. Comment le jeûne intermittent m’a redonné la pêche. Avant toute chose : je ne suis ni médecin, ni diététicienne, ni gourou, ni pro-cru, ni protruc-chia-muche (oui je l’ai casé), juste pro bonne bouffe au quotidien en famille pour être bien dans ses pompes maintenant et le plus longtemps possible. Cet article traite de bien être, notion subjective au possible et n’est donc que le reflet de mon expérience personnelle.Avec la vague healthy, je suis un peu ennuyée par ses foodistas qui offrent une vision un peu décalée de la cuisine : « C’est tellement facile de manger sain et léger ! Mouais. Difficile de parler de toutes ces wonders woman qui offrent, à mon sens, une vision ultra édulcorée de la nourriture saine.

Avec un bon budget et en vivant seul.e, pourquoi ne pas fonctionner comme ça. Et si on regarde bien, toutes ces recettes hors de prix sont souvent proposées sur des blogs ou des chaines Youtube de personnes vivant seules. Bon, c’est dit, on peut y aller. Mais bon sang, elle vient d’où cette fatigue !? Je nous prépare ces assiettes. Le Jeûne en Naturopathie par Pierre-Valentin Marchesseau. « Le jeûne (humide, sec ou mixte) », publié en 1976 par l’un des fondateurs de la naturopathie française, Pierre-Valentin Marchesseau. « Il y a, en chacun de nous, un « médecin prodigieux » qui peut accomplir des miracles lorsque nous sommes malades et dont nous oublions, la plupart du temps, de solliciter le concours. » P.M. ① Durant le Jeûne, ce sont les forces curatives de la Nature qui sont à l’œuvre pour opérer la régénération de notre corps. Le premier et le plus important devoir du jeûneur consiste à ne pas contrarier ces efforts ; pour ce faire, il ne faut absorber aucun aliment de quelque nature que ce soit ; il est nécessaire de s’abstenir totalement d’alcool, de boissons fermentées (vins, bières ou cidres), de thé ou de café (ces deux derniers breuvages sont très nuisibles pour leur caféine, corps toxique de la série des purines). ③ La sensation de faim parfois très prononcée au début du Jeûne est une fausse faim à laquelle il ne faut pas céder. 1. 2. 3. 4. 1. 2. 3.

Mono diète, c'est parti pour le grand nettoyage. Notre organisme subit chaque jour un grand nombre d’agressions. Certaines se font à son insu (Pollution, additifs alimentaires, etc.) et d’autres de manière plus consciente (Alcool, tabac, alimentation…). Il est capable d’en traiter une grande partie grâce aux cinq émonctoires que sont le foie, les intestins, la peau, les poumons et les reins. Mais ces usines de retraitement et d’élimination des déchets peuvent être débordées devant un afflux massif de toxines. Cependant, si ceux-ci sont trop sollicités, ils se fatiguent, s’épuisent et ne remplissent plus leur rôle intégralement. Les substances toxiques qui ne sont pas traitées poursuivent leur chemin et se déposent quelque part dans le corps entraînant de multiples dysfonctionnements, voire des maladies. En naturopathie, on estime que les déchets colloïdaux provoquent les maladies infectieuses telles que : rhinites, sinusites, bronchites, angines, cystites, eczémas, acné, dermatoses.

Tisane détoxifiante: La mono diète de pommes: 7 jours de jeûne : préparation et impressions jour après jour (Jeûne 2/2) Il y a une semaine, je vous annonçais mon défi : effectuer un jeûne d’une durée de 7 jours. Je vous racontais notamment pourquoi je souhaitais faire ce jeûne et quelles étaient mes 3 grandes motivations. (Si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à le lire, puis à revenir ici : Pourquoi je souhaite faire un jeûne) Et bien ça y est, les 7 jours sont écoulés :) Voilà donc comme promis le deuxième article pour vous livrer mes impressions sur cette expérience qui aura été très riche en enseignement.

Je l’ai divisé en 2 parties : – L’avant jeûne, comment je m’y suis préparé. – Et mes impressions pendant le jeûne, jour après jour. L’avant jeûne J-7 : ça y est, c’est décidé, je vais jeûner 7 jours J’avais cette idée dans la tête depuis quelques mois. Ça y est, c’est décidé, je vais jeûner 7 jours. Je me renseigne, cherche des informations sur « comment faire un jeûne de 7 jours ». J’opte donc pour cette deuxième méthode : le jeûne partiel (bien qu’on ne mange rien de solide pour autant !!) Jeûne Archives. Vous savez déjà que je pratique le jeûne intermittent, mais, la semaine du 15 août, profitant d’un temps un peu plus calme professionnellement, j’ai eu envie de faire un jeûne hydrique d’une semaine, comme je le pratique à peu près deux fois par an.

C’est une aventure assez extraordinaire. Pendant une semaine, on n’absorbe aucune nourriture solide, c’est-à-dire qu’on ne boit que de l’eau ! Si l’on veut, on peut aussi boire des jus de fruits, des bouillons de légumes et des tisanes. La première fois, on se demande même comment cela est possible tellement nous sommes conditionnés : si on ne mange pas toutes les 4-5 heures, c’est forcément l’hypoglycémie voire la syncope !

Et pourtant, vous allez voir avec ce récit qu’il n’en est absolument rien. J’en profiterais aussi pour porter à votre connaissance une nouvelle étude qui confirme que la restriction calorique augmente la longévité chez les vers ronds (nématodes), les conclusions étant selon les auteurs porteuses de promesses pour l’homme. Ramadan, Yom Kippour, carême : d'où vient la tradition du jeûne dans les religions ? Alors que le ramadan a officiellement commencé jeudi 18 juin 2015, retrouvez l'article extrait du dossier spécial jeûne du mensuel Sciences et Avenir n°820 disponible n kiosque et en version numérique via l'encadré en bas de page.

Moïse, Jésus, Mahomet : les trois ont jeûné dans le désert. Yom Kippour, carême, ramadan : trois manières d’observer le jeûne. Nées au Moyen-Orient, dans des paysages de sable et de soleil, les trois grandes religions monothéistes ont inscrit cette pratique dans leur calendrier. La durée varie, les modalités ont évolué au fil des siècles, mais pour toutes, le temps de la diète est l’occasion de se recentrer sur le spirituel, de décupler la puissance de la prière, de s’ouvrir au partage.

Le ramadan, quatrième "pilier de l’islam" Selon la tradition, Mahomet l’aurait institué en l’an II de l’Hégire (623 dans le calendrier chrétien) mais il ne l’a pas inventé, comme en témoigne la sourate II du Coran : "Ô vous qui croyez ! Par Sylvie Briet.