background preloader

Philippe Descola

Facebook Twitter

Philippe Descola : "le concept de nature est une invention de l'Occident" L'anthropologue Philippe Descola, médaille d'or 2012 du CNRS. Né en 1949 à Paris, Philippe Descola étudie la philosophie à l'École normale supérieure de Saint-Cloud et l'ethnologie à l'École pratique des hautes études où il effectue sa thèse sous la direction de Claude Lévi-Strauss.

L'anthropologue Philippe Descola, médaille d'or 2012 du CNRS

Chargé de mission par le CNRS au tout début de sa carrière, il part en Amazonie d'août 1976 à août 1978 pour mener des enquêtes ethnographiques de terrain auprès des Indiens Jivaros Achuar. Il étudie comment les Achuar identifient les êtres de la nature et les types de relations qu'ils entretiennent avec eux. Cette expérience ethnographique nourrit sa thèse soutenue en 1983 et intitulée « La Nature domestique, Symbolisme et praxis dans l'écologie des Achuar ».

Philippe Descola y montre notamment comment les Achuar attribuent des caractéristiques humaines à la nature, les humains et non-humains formant ainsi un continuum. Après cette expérience ethnographique Philippe Descola devient maître de conférences (1987) puis directeur d'études (1989) à l'EHESS. A.R.C.E. - BISTROT DES ETHNOLOGUES.

Mardi 22 Mai 2007 à 20h30 Salle Pétrarque Le Bistrot des ethnologues en association avec la Librairie Sauramps invite Philippe Descola Professeur au Collège de France - Directeur d’études à l’EHESS-Directeur du Laboratoire d’Anthropologie Sociale sur le thème.

A.R.C.E. - BISTROT DES ETHNOLOGUES

Philippe Descola - Professeur d'anthropologie au Collège de France. Philippe Descola. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Philippe Descola

Philippe Descola Anthropologue et ethnologue français XXe-XXIe siècles Philippe Descola en octobre 2014. Philippe Descola, né en 1949 à Paris, est un anthropologue français. §Biographie[modifier | modifier le code] Anthropologie de la nature - Philippe Descola - Collège de France - 29 mars 2001. En apparence, l’anthropologie de la nature est une sorte d’oxymore puisque, depuis plusieurs siècles en Occident, la nature se caractérise par l’absence de l’homme, et l’homme par ce qu’il a su surmonter de naturel en lui.

Anthropologie de la nature - Philippe Descola - Collège de France - 29 mars 2001

Mais la nature n’existe pas comme une sphère de réalités autonomes pour tous les peuples. En postulant une distribution universelle des humains et des non-humains dans deux domaines ontologiques séparés, nous sommes bien mal armés pour analyser tous ces systèmes d’objectivation du monde où une distinction formelle entre la nature et la culture est absente.

Une telle distinction paraît, en outre, aller à l’encontre de ce que les sciences de l’évolution et de la vie nous ont appris de la continuité phylétique des organismes. Notre singularité par rapport au reste des existants est relative, tout comme est relative aussi la conscience que les hommes s’en font. Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2006, 618 p. 1Philippe Descola est connu pour ses travaux sur l’une des quatre tribus Jivaros, les Achuar.

Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2006, 618 p.

Dans son ouvrage Par-delà nature et culture, il propose une typologie des économies de la connaissance qui ont régi les relations de l’homme avec la faune et la flore. Cette typologie est basée sur deux listes, celle de quatre types d’ontologies, et celle de six types de relations. Elle élargit une typologie déjà présente dans l’ouvrage Les Mots et les choses de Michel Foucault. Wikiwix's cache. Par-delà nature et culture, de Philippe Descola. À propos de Par-delà nature et culture.

1Philippe Descola enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales.

À propos de Par-delà nature et culture

Il occupe la chaire d’anthropologie de la nature au Collège de France depuis 2000. Élève, notamment, de Claude Lévi-Strauss, il livre ses premières analyses ethnographiques des Indiens d’Amazonie avec La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar (1986). Quelques années plus tard, il publie Les lances du crépuscule, toujours à propos des Jivaros (1993). Il a dirigé l’important Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie (1991) et enfin est l’auteur de très nombreux articles concernant notamment les sociétés « tribales » amérindiennes. 2Ph. 3Le premier déclic a été un travail ethnographique, comme c’est souvent le cas en anthropologie. 4Je m’intéressais, pour toutes sortes de raisons, au rapport entre cette société et son environnement. 1 Julian H. 6Mais c’était un projet encore assez flou.

Entretien avec Philippe Descola : autour de Par delà nature et culture. Les animaux se croient-ils humains ?

Entretien avec Philippe Descola : autour de Par delà nature et culture

Une plante peut-elle me parler en rêve ? Suis-je plus semblable à un jaguar qu’à un autre homme ? Peut-on partager des qualités avec une montagne ou une forêt ?... Ces questions, à tout le moins exotiques pour nous, découlent de plusieurs conceptions du monde étrangères à notre culture, que Philippe Descola étudie dans son livre Par delà nature et culture [1]. L’auteur, professeur au Collège de France, élève de Claude Lévi-Strauss, est titulaire de la chaire d’anthropologie de la nature. Si notre ontologie occidentale opère une séparation entre nature et culture, d’autres peuples ignorent à peu près cette distinction. Notre ontologie, celle de la Nature, n’est donc qu’une option parmi d’autres. Je remercie vivement Philippe Descola pour cet entretien, sous le regard attentif du fétiche Arumbaya.

L’anthropologue et les Achuar. Philippe Descola : « Le monde, par-delà la nature et la culture. Les apprentis jivaros. Critique : Au secours de la civilisation - Lire.