background preloader

Philippe ramette, installateur contemplatif

Philippe ramette, installateur contemplatif
par Henri Peyre Philippe Ramette est un installateur. On demande donc aux amoureux de la vérité photographique d'aller planter ailleurs le drapeau de leur (petite) vertu. Les photographies de Ramette sont trafiquées, mais finalement pas tant que cela : les situations prises ont existé "en réel" et la photographie a finalement un aspect très documentaire, se contentant de témoigner sobrement de ce qui a existé. Evidemment Ramette a un peu préparé le terrain. Le sens de la mesure Notre homme en costume présente la pose un peu raide du comptable à la période du (dépôt de) bilan. Mais retenons dans un premier temps bien ceci : une échelle d'évaluation nous est donnée. La recherche de la meilleure logique Bien entendu je suis sûr que vous avez déjà basculé la photographie, pour mieux comprendre ce qui se passe. "Mon Dieu oui, on a du attacher les pieds de ce bonhomme, il ne pourrait pas tenir autrement sur le mur". Puis il se produit quelque chose d'autre. Et à ce moment le vertige revient. 1. Related:  photographieregards sur le monde contemporain

MiraRuido | Joseba Elorza | Illustration & Animation. Village: Barack Obama: L'été 2011 de Barack Obama en photos : ''Le problème sous lequel nous vivons'' Partager sur: Cie.W.Dorner - Studio 70 a moving trail for a group of dancers concept: Willi Dornerphotos: Lisa RastlPremiere: Festival Paris Quartier d’été, July 4, 2007 >>“bodies in urban spaces” is a temporarily intervention in diversified urban architectonical environment. The intention of “bodies in urban spaces” is to point out the urban functional structure and to uncover the restricted movement possibilities and behaviour as well as rules and limitations. By placing the bodies in selected spots the interventions provoke a thinking process and produce irritation. Passers by, residents and audience are motivated and prompted to reflect their urban surrounding and there own movement behaviour and habits. “bodies in urban spaces” is a moving trail, choreographed for a group of dancers. “bodies in urban spaces” is documented by the photographer Lisa Rastl. With the support of the cultural office of the City of Vienna. Performances: 2007

Fabrication d'un sténopé. Si vous voulez voir directement les résultats, cliquez ICI C'est un appareil photo très simple, dont l'objectif est un minuscule trou dans une plaque métallique. En fait, le terme sténopé désigne l'objectif lui-même. Pas de mise au point, pas de diaphragme, un obturateur ultra-simple : bref, c'est un appareil photo minimaliste et néanmoins surprenant ! La "pellicule" est remplacée par une feuille 13x18 de papier RC. Le matériel est ainsi réduit à sa plus simple expression ! Format couvert : 130 x 180 mm Focale : 100 mm Rapport f/d : 200 ! Focale équivalente 24 x 36 (approximative) : 19 mm Le point le plus délicat est de faire un objectif de bonne qualité. Eh bien c'est très simple ! Il suffit de développer classiquement la feuille de papier photo, et on obtient un négatif noir et blanc, assez musclé en contraste. On peut aussi tout simplement scanner le négatif, et se défouler avec un logiciel de retouche photographique, en appliquant une inversion puis un effet "miroir" horizontal...

Ruby Bridges Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Bridges. Ruby Bridges en 2010. Ruby Bridges Hall, née le 8 septembre 1954 à Tylertown au Mississippi, est une femme américaine connue pour être la première enfant de couleur à intégrer une école pour enfants blancs. À cause de l'opposition des blancs à intégrer les noirs, elle eut besoin de protection pour entrer à l'école. mais, les officiers de police locaux et de l'État refusant de la protéger, elle fut accompagnée par des "marshall" fédéraux. Son premier jour d'école, le 12 novembre 1960, a été commémoré par Norman Rockwell dans un tableau intitulé The Problem We All Live With (Le problème avec lequel nous vivons tous). Quand Ruby arriva à l'école, des parents blancs entrèrent aussi mais sortirent leurs enfants de l'établissement. Ruby Bridges, aujourd'hui Bridges Hall, vit toujours à La Nouvelle-Orléans. Liens externes[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code]

Gilbert & George - Art ménager Gilbert & George habitent Fournier Street, petite rue de Londres coincée entre une paire d’édifices de culte. A l’angle de Commercial Street, face au marché de Spitalfield, s’est assoupie Christchurch, chef-d’oeuvre baroque de Nicholas Hawksmoor construit débutXVIIème à la demande de la reine Anne, soucieuse de combattre la décadence morale du royaume. A l’autre bout de la rue, au coin de Brick Lane, s’agite un deuxième lieu de prière. C’est dans l’une d’elles que s’est installé, en 1964, George. George ­ Nous avons toujours voulu être artistes. Gilbert ­ George vient de l’ouest de l’Angleterre, du Devon. George ­ J’ai quitté l’école pour prendre un emploi très ordinaire. Gilbert ­ George a travaillé dans un magasin pendant trois ans et suivait des cours du soir à Dartington Hall, une école d’art assez connue. George ­ Une chose à laquelle je n’avais jamais songé, compte tenu de ma situation. Gilbert ­ Moi, j’ai grandi dans les Dolomites, en Italie. Gilbert ­ Très difficile. courant.

Magnum Photos Norman Rockwell. "The problem we all live with".(fiche élève 2012) - Bellevue-CDI Tableau de Norman Rockwell qui se trouve au Norman Rockwell museum .Il s'agit d'une illustration faite pour le magazine Américain Look , publié en 1964.Il mesure 91.4 cm sur 147.3 cm. Le contexte historique : Entre les années 1880 et 1960 , les lois de ségrégation nommées JIM CROW LAWS (lois Jim Crow) ont été appliquées dans tout le Sud. Ces lois sont les héritières des Codes Noirs qui avaient été appliqués auparavant.Les Lois Jim Crows sont discriminatoires et partent de préjugés raciaux : les personnes de couleur ne sont pas les égaux des blancs , et chaque "race" doit être séparée, dans la vie quotidienne depuis la naissance jusqu'à la mort. Peinture à l'huile. Les couleurs : le blanc = innocence/pureté .Accentue le contraste avec la peau de l'enfant. Le rouge sur le mur = violence, agressivité , sang pour marquer l'hostilité de la population blanche manifestant contre l'entrée de l'enfant à l'école Primaire WILLIAM FRANTZ . Attitude des personnages La tomate = hostilité des blancs

Edouard Boubat Saul Leiter Saul Leiter a réalisé ses premières photographies au début des années 1940 dans les rues de New York. Ce travail fut montré au Musée d’Art Moderne de New York en 1953 et en 1957. Pendant 20 ans il continua d’arpenter les rues, et son travail fut redécouvert bien plus tard, au milieu des années 1990. Il est aujourd’hui unanimement célébré. La Fondation HCB est heureuse de présenter pour la première fois en France une rétrospective de son oeuvre couleur et noir et blanc. Saul Leiter n’était pourtant pas voué à devenir photographe. Si ses photographies de rue sont aujourd’hui l’objet de sa renommée, Saul Leiter s’est pendant de longues années illustré en tant que photographe de mode : il y consacra la plus grande partie de sa carrière – de ses débuts en 1953 dans son studio de Bleeker Street, au milieu des années 1980. Saul Leiter a saisi un entre-deux-mondes délicat à mille lieux de la jungle urbaine qui lui servait de sujet.

Related: