background preloader

Philippe Pujol

Facebook Twitter

Accueil. Peut-on se passer du clientélisme ? Je te subventionne si tu votes pour moi : c’est le principe du clientélisme politique.

Peut-on se passer du clientélisme ?

Une pratique condamnable mais qui n’a peut-être pas que des effets nocifs. Du courage. C’est tout le mal qu’on peut souhaiter à Lionel Royer-Perreaut, le nouveau président de 13 Habitat, un des principaux acteurs du logement social en région PACA. Du courage étant donné le défi qu’il s’est fixé : mettre en place un système d’attribution régulier et transparent de ces logements, sans céder au favoritisme ni au clientélisme. Le journal La Provence lui consacrait un article hier, titré : « Logements HLM à Marseille : la fin des combines ». L’intention du président de 13 Habitat est évidemment louable.

. « Peut-on se passer du clientélisme ? Philippe Pujol - 28 minutes - ARTE. Marseille : "L'antisémitisme à un tel niveau de violence, ce n'était jamais arrivé" Quartiers Nord de Marseille : la fabrique du monstre. Philippe Pujol : «Je suis l’anti-Zemmour: je ne lie pas la délinquance à l’immigration mais à l’intégration» French Deconnection « Le livre est une compilation des deux séries d’articles parus dans La Marseillaise sur le trafic de drogues à Marseille mais d’un point de vue sociétal.

Philippe Pujol : «Je suis l’anti-Zemmour: je ne lie pas la délinquance à l’immigration mais à l’intégration»

On demande en général à un journaliste de descendre 4-5 jours et de comprendre une ville-monde de 2 600 ans, complètement irrationnelle. J’étais fait-diversier et je n’avais jamais pensé à raconter ce quotidien de terrain en prenant du recul. » Violence sociale « Au-delà des “stups”, j’aborde la complexité de la violence sociale et ses conséquences, la délinquance mais aussi la dépression, les maladies chroniques, l’obésité… C’est la ghettoïsation des gens et des esprits. Fracture et Front national « Votre région ressemble à Marseille avec cette fracture due à la désindustrialisation, la fin de la classe ouvrière, l’écroulement des syndicats, l’écart avec les patrons. Ce n’est pas étonnant que nos deux régions soient touchées par le FN. Règlements de compte « La violence physique n’est qu’un symptôme. L’anti-Zemmour. Philippe Pujol, prix Albert Londres 2014 : “Sans les localiers, il n'y a plus d'info” - Le blog Sortir Marseille.

Lauréat surprise grâce à sa série de reportages “Quartiers shit”, le journaliste marseillais, spécialiste des quartiers nord, réagit à chaud.

Philippe Pujol, prix Albert Londres 2014 : “Sans les localiers, il n'y a plus d'info” - Le blog Sortir Marseille

Sans langue de bois. La nouvelle était plutôt inattendue tant la prestigieuse récompense reste, d’ordinaire, l’apanage des grands médias nationaux. Le 12 mai 2014, le prix Albert Londres pour la presse écrite a été remis à un « localier », journaliste au quotidien La Marseillaise. Philippe Pujol, 38 ans, a été distingué parmi 50 candidats pour la série de reportages Quartiers Shit, publiée durant l'été 2013 dans les pages de son journal. « Un électrochoc dans la couverture de l’actualité marseillaise et de ses quartiers nord », a déclaré le jury dans un communiqué, saluant le style « plein d’audace et de fulgurances » du lauréat.

Quelques heures « et 300 textos » après avoir reçu son prix, Philippe Pujol a répondu aux questions de Télérama. Quelle a été votre première réaction en apprenant que vous aviez reçu le prix Albert Londres ? La Marseillaise: Philippe Pujol lauréat du 76e Prix #Albertlondres. Le 76e Prix Albert Londres du grand reportage de presse écrite a été remis à Philippe Pujol, journaliste au sein de la rédaction de notre quotidien la Marseillaise.

la Marseillaise: Philippe Pujol lauréat du 76e Prix #Albertlondres

Philippe avait adressé pour porter sa candidature une série de dix reportages intitulée « Quartiers shit - la violence sociale aux rayons X » sur les quartiers Nord de Marseille, publiée au cours de l’été 2013. Cinq de ces articles (ci-dessous en gras) de la série sont consultables sur le site de la Marseillaise via le moteur de recherche avec le hashtag : #quartiersshit. La série complète est aussi accessible dans nos archives via l'onglet abonnement sous les titres : Philippe Pujol, du fait-divers au prix Albert Londres. Le journaliste Philippe Pujol est dans la vie comme dans son écriture : joueur, cru et sensible.

Philippe Pujol, du fait-divers au prix Albert Londres

Bavard aussi, même si dans ses articles il ne s’étale jamais. Aller à l’essentiel, sans faire de détours. “J’ai une approche animalière : rester peu longtemps mais y retourner souvent.” Sans doute un reste de ses études en biologie, plus exactement en “biologie des populations et des écosystèmes, mention éthologie”. Rencontre avec Philippe Pujol, journaliste primé et... chômeur. Prix Albert-Londres 2014, le grand reporter marseillais, spécialiste des faits divers, rapproche la crise de légitimité qui touche les journalistes de celle concernant les hommes politiques.

Rencontre avec Philippe Pujol, journaliste primé et... chômeur

Marseille 2013 : meurtres, drogues et le plus gros bullshit médiatique de tous les temps. Cité de La Castellane, Marseille, 2013.

Marseille 2013 : meurtres, drogues et le plus gros bullshit médiatique de tous les temps

Photo via. Aujourd’hui à Marseille, le Vieux port est refait à neuf et la ville sera, jusqu’à fin 2013, capitale européenne de la culture. Dans le même temps, braquages à main armée, assassinats et règlements de compte à l’AK-47 se poursuivent ; depuis le début de l’année, 13 personnes ont été tuées à la suite de règlements de compte entre bandes ennemies.

L’an dernier, 24 avaient péri dans les mêmes circonstances.