background preloader

Sculpture médiévale

Facebook Twitter

Tympan sainte foy conques. Études sur la sculpture française au Moyen Âge. De Franquevaux, en 11911, sur le sceau de Pierre, évêque de Sisteron, en 11682. On la trouve encore sur le sceau de Lantelme, évêque de Valence en 11863, et il n'en manque pas d'exemples dans d'autres parties de la France4. On voit donc qu'on n'est pas suffisamment autorisé par la forme de cette mitre à abaisser jusqu'en 12 25 la date du portail d'Arles; mais, par contre, elle permet d'affirmer que ce portail n'est ni de la première moitié, ni même du milieu du xn° siècle.

Il ne peut être antérieur au dernier quart du xne siècle. Et pour l'attribuer à une époque avancée de cette période, on pouvait trouver un nouvel argument dans la figure d Hérode recevant les trois rois mages. Je m'étonne que M. Persistances du roman dans la sculpture gothique. Sculpture m�di�val. La sculpture médiévale à l'abbaye d'Aniane. ARCHÉOLOGIE DU MIDI MÉDIÉVAL - TOME XV et XVI- 1997-1998 Geneviève DURAND « Suite à une erreur d'édition du plan de cette Note et Document, nous republions la note dans son intégralité. » Nous avons entrepris depuis quelques années une recherche sur l'histoire monumentale et topographique de l'abbaye d' Aniane à travers les âges (1).

La sculpture médiévale à l'abbaye d'Aniane

Cette histoire est intimement liée à celle de l'abbaye voisine de Saint- Guilhem. A la différence de cette dernière, les éléments lapidaires médiévaux sont inexistants, tout au moins dans les collections publiques. Il y a une cinquantaine d'années, Roger Hyvert était chargé par le Service des Monuments Historiques de recenser tout le patrimoine des départements de la région Languedoc-Roussillon (2). Caractéristiques générales - musée des Augustins. Sculpture [L’art roman en France->Le premier âge roman] Icono sculpture romane.

Le bestiaire dans la sculpture médiévale

La sculpture romane en Normandie. Un essai d'explication: Hubert et Marcel Postic, Les chapiteaux romans de l'église abbatiale de St-Georges de Boscherville. Visites guidées - expositions virtuelles - sculpture romane en Alsace. Année de mise en ligne : 2009 Développé tardivement en Alsace, l'art roman s'y manifeste durant les deux derniers tiers du 12e siècle et se prolonge jusqu'en 1230 environ.

visites guidées - expositions virtuelles - sculpture romane en Alsace

Cette période coïncide avec l'avènement dans la région des seigneurs de Hohenstaufen, ducs de Souabe et d'Alsace, puis rois et empereurs du Saint Empire romain germanique. Ils font profiter ce territoire de leur puissance et d'une exceptionnelle ouverture sur le monde, fondent et dotent de nombreuses églises et abbayes, et construisent une multitude de châteaux. Les vestiges, nombreux, témoignent de la prospérité de la région entre 1150 et 1250. C'est aussi à cette époque que les grandes abbayes s'enrichissent et reconstruisent somptueusement leurs églises. Anne Autissier, La Sculpture romane en Bretagne, XIe-XIIe siècles. Sculptures romanes en Poitou-Charentes - Patrimoine et inventaire de Poitou-Charentes. Découvertes Mis à jour le 26 juin 2013 À l'époque romane (11e et 12e siècles), les transformations de la société liées à l'essor de l’Église et des seigneurs, suscitent un élan de création artistique : architecture, peinture, sculpture...

Sculptures romanes en Poitou-Charentes - Patrimoine et inventaire de Poitou-Charentes

En Poitou-Charentes, la sculpture est particulièrement abondante dans les quelque 800 églises romanes conservées. Des premières œuvres... La place de la sculpture dans les églises varie au cours de la période romane. Pendant les premières décennies du 11e siècle, son rôle semble modeste. Photographies : © Région Poitou-Charentes, inventaire du patrimoine culturel / Alain Maulny (02), Christian Rome (01, 03, 04 et 05). Une Vierge romane à la loupe. Éliane Vergnolle, Saint-Benoit-sur-Loire et la sculpture du XIe siècle. Paris, Picard, 1985, 335 p. Saint Sernin > La Basilique Romane > De briques et de pierres > Le déambulatoire.

Tympan abbatiale Sainte-Foy - Conques. Façade Notre-Dame-La-Grande - Poitiers. Tympan cathédrale Saint-Lazare -Autun. Tympan madeleine de vezelay. Portail Saint-Pierre - Moissac. Cloître Saint-Pierre - Moissac. Linteau saint g�nis des fontaine. Le Centre de sculpture romane, Maître de Cabestany. Les familles sont d’autant plus attentives aux pièces sculptées que leur réalisme les rapproche de l’écriture bédéiste !

Le Centre de sculpture romane, Maître de Cabestany

Cliquer pour agrandir l'image A découvrir… De longues mains aux lignes et doigts effilés, des yeux en amandes très doux, de petits trous dans les iris pour donner plus d’expression aux visages, un front bas, un menton presqu’inexistant, des vêtements plissés et comme flottant au vent… voici présentées les caractéristiques du style sculptural évoqué dans ce centre. Tout en courbes, mélangeant le réalisme et le naïf, il a été repéré en quelques lieux au bord de la Méditerranée septentrionale, comme si l’artiste, qui en est à l’origine, avait voyagé… En fait, de ce personnage, on ne sait rien ou presque : l’énigmatique Maître de Cabestany tient son nom de la commune où l’on a découvert, en 1930, un superbe tympan sculpté de sa main.

De son œuvre, on sait plus de choses puisque des éléments ont résisté au temps. Pour apprendre Liens avec les programmes : Rmn - chapiteaux de la Sauve Majeure. Sculpture gothique - musée des Augustins. Sculpture [Art - L’art gothique->L’art gothique en France] Partager: 3.

Sculpture [Art - L’art gothique->L’art gothique en France]

La sculpture gothique en France. Fabienne Joubert La sculpture gothique en France, 2008 Ouvrage de Fabienne Joubert L’histoire de la sculpture gothique est d’abord celle de son devenir à l’époque moderne et contemporaine ; le rappel des faits qui marquèrent l’histoire des monuments et des œuvres permet de mieux comprendre leur aspect ou leur localisation actuels : l’iconoclasme protestant, le vandalisme « embellisseur » du clergé, le vandalisme révolutionnaire, puis finalement les restaurations maladroites du XIXᵉ siècle sont autant de données qu’il faut savoir décrypter lorsqu’on analyse une sculpture gothique… Heureusement la vision actuelle peut s’aider de la très riche documentation laissée par certains témoins des siècles derniers, et elle bénéficie par ailleurs du travail de protection accompli par les musées comme des analyses menées dans le cadre des premières réflexions d’histoire de l’art.

La sculpture gothique en France

La dernière partie de cet ouvrage est consacrée à l’aspect formel des sculptures et à ceux qui l’ont façonné. La sculpture gothique française aux xiie et xiiie siècles. 1Trois ouvrages parus récemment témoignent de la vitalité des études sur la sculpture gothique en France et notamment sur les xiie et xiiie siècles.

La sculpture gothique française aux xiie et xiiie siècles

On notera que les trois volumes ont été publiés par les éditions Picard, qui continuent ainsi à soutenir avec constance les efforts de la recherche sur l’art gothique français, comme ils le font depuis longtemps avec la collection naguère dirigée par la regrettée Anne Prache sur Les monuments de la France gothique. 1 Willibald Sauerländer, La sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris, 1972 [éd. orig. : Gotisc (...) 2L’ouvrage de Fabienne Joubert offre une synthèse générale sur la sculpture gothique en France, couvrant plus précisément la période qui va du milieu du xiie au milieu du xiiie siècle environ, c’est-à-dire les deux premières étapes du développement de l’art gothique telles qu’on les a définies traditionnellement : premier art gothique jusque vers 1200, puis gothique classique du début du xiiie siècle aux années 1260-1270.

Vierge à l’Enfant trônant. Au Moyen Âge, l’ivoire, fourni par les défenses d’éléphant, correspond à une matière précieuse importée d’Orient à grands frais.

Vierge à l’Enfant trônant

Son approvisionnement demeure irrégulier, en période de guerre notamment, lorsque les routes commerciales deviennent impraticables. La production d’objets en ivoire fluctue donc au rythme des conflits. Elle connaît un bel essor au XIIIe siècle sous le règne de Saint Louis (1226-1270). Sollicités par une clientèle raffinée, les ateliers d’imagiers prospèrent à nouveau.

Ils fabriquent alors essentiellement des statuettes religieuses comme la Vierge à l’Enfant trônant [ image principale ] conservée au musée de Cluny, à Paris, caractéristique des années 1240-1250. Une particularité liée à l’ivoire. Vierge à l'Enfant de la Sainte-Chapelle. Le développement du culte marial a entraîné, aux XIIIe et XIVe siècles, la création de nombreuses figures de Vierge à l'Enfant.

Vierge à l'Enfant de la Sainte-Chapelle

Celle-ci, citée dans le premier inventaire du trésor de la Sainte-Chapelle avant 1279, est considérée comme la plus parfaite réussite des ivoiriers parisiens, au point que de nombreuses statuettes de la seconde moitié du XIIIe siècle paraissent inspirées de ce prestigieux modèle. Paris, capitale de l'ivoire C'est au XIIIe siècle que Paris devint la capitale incontestée du travail de l'ivoire. Ce matériau, qui pendant les XIe et XIIe siècles parvenait difficilement en Europe occidentale, put de nouveau arriver grâce à l'emprunt de nouvelles voies d'arrivage du côté des ports de l'Atlantique, notamment normands.

Vierge à l'Enfant de Jeanne d'Evreux. Aux XIIIe et XIVe siècles se développe un type nouveau de statuettes dans lesquelles la figure principale présente au spectateur le reliquaire proprement dit : c'est le cas de cette Vierge à l'Enfant d'argent doré qui tient à la main une fleur de lys reliquaire.

Vierge à l'Enfant de Jeanne d'Evreux

Le traitement de la statuette de la Vierge est caractéristique de l'art parisien de la première moitié du XIVe siècle. Les émaux du socle offrent un des premiers exemples de la technique des émaux translucides sur basse taille. Jeanne d'Evreux bienfaitrice de l'abbaye de Saint-Denis Jeanne d'Evreux, épouse du roi Charles IV le Bel, avait offert à l' de Saint-Denis sa couronne, une châsse contenant un échantillonnage des reliques de la Sainte Chapelle et deux statuettes dont celle de la Vierge à l'Enfant conservée au Louvre. Cette donation fut faite en 1339 comme le prouve l'inscription du socle.

Les gisants

Sculptures médiévales de la cathédrale de Strasbourg. Année de mise en ligne : 2005 Le musée de l'Œuvre Notre-Dame conserve dans ses salles et dans ses réserves une partie de la statuaire originale de la cathédrale de Strasbourg. Exposées aux intempéries, à la pollution et aux chutes de pierre, ces 320 sculptures ou éléments d'architecture sculptés ont été pour la plupart déposés à la fin du 19e et au début du 20e siècle.

Certaines de ces sculptures ont été remplacées sur l'édifice par des copies. Cette exposition virtuelle s'organise par rapport à l'emplacement d'origine de ces sculptures dans la cathédrale : la façade occidentale, les parties orientales, la nef centrale et enfin les autres emplacements. La cathédrale de Strasbourg la façade occidentale. Portail de la cathédrale de Chartres. Ebrasement sud de la Cathédrale de Reims. Sculptures du XIIIe siècle - Collections du musée de Cluny.