background preloader

Sculpture

Facebook Twitter

The Hyperrealistic Sculptures of Ron Mueck. Héros de bronze sans piédestal. C'est un buste de Néfertiti, posé ces jours-ci à l'entrée de la ville de Samalout en Haute-Égypte.

Héros de bronze sans piédestal

Ou bien c'est un buste de Frankenstein, allez savoir. Les avis divergent. L'oeuvre, commandée par la municipalité à un artiste dont l'identité reste inconnue, a suscité l'ire des Égyptiens qui se sont déchaînés dimanche dernier sur les réseaux sociaux… > Cliquez sur l'image pour zoomer < … et ont comparé l'objet au monstre de Frankenstein, ou bien supposé qu'il s'agissait là de l'épouse d'Akhénaton quatre jours après sa mort : Aussi, toujours à l'écoute de ses concitoyens, le maire de la ville a fait ôter en catastrophe la statue objet des polémiques, a promis qu'elle serait prochainement remplacée par une colombe de la paix.

Jonathan Jones, critique d'art au Guardian, s'énerve un tantinet à ce propos dans un article intitulé L'affaire de la Néfertiti Frankenstein : il est l'heure de se révolter contre l'art public moche. The Meeting Place par Paul DayLondres, G. Certes. Dans la gare de Vienne. The case of the Frankenstein Nefertiti: it's time to revolt against ugly public art. Egypt has had a revolution, and we should emulate it.

The case of the Frankenstein Nefertiti: it's time to revolt against ugly public art

We need a revolution against bad public art. Ugly sculpture is a global phenomenon. From a daft statue of Peter Falk in Budapest to the colossally kitsch couple at St Pancras Station in London, clumsily executed excuses for figurative art are insulting public spaces. And we put up with it. A few aesthetes may gripe, and online galleries have a laugh at all the unsightly art appearing everywhere, but most people passively accept the right of ignorant art-commissioning bodies and arrogant artists to impose their awful taste on the rest of us.

Nefertiti’s famous head, with her high hat, was replicated on a colossal scale. Egyptian bloggers and Twitter users soon called it “Frankenstein” and denounced it as “an insult to Nefertiti and to every Egyptian”. So far so typical – public art often gets derided. For the sake of argument, it is worth pointing out that the artist may have been misunderstood. De Port-Saïd à New York : Lady Liberty. La page Google afficha, le 17 juin dernier, une illustration rappelant le cadeau que la France fit aux États-Unis il y a cent trente ans exactement : la statue de la Liberté.

De Port-Saïd à New York : Lady Liberty

Livrée en pièces détachées rangées dans deux cent dix caisses, La Liberté éclairant le monde, qui voyagea à bord du paquebot Isère, arriva en effet dans le port de New York le 17 juin 1885. Ou le 19. On ne sait plus trop. Mais la construction du socle n’était de toute façon pas terminée et la statue dut patienter jusqu’au 28 octobre 1886, jour de son officielle inauguration.

L’histoire de La Liberté éclairant le monde est bien connue : il s’agit d’un cadeau de la France aux États-Unis dont l’initiative revient à Édouard René Lefebvre de Laboulaye, juriste émérite de son état qui aurait eu cette brillante idée en 1870. Sculptures de livres pliés par Laurence Patri. Laurence Patri nous a contacté pour nous présenter son univers et ses sculptures.

Sculptures de livres pliés par Laurence Patri

Chaque pièce est unique et signée. Elle emploie une méthode développée par ses soins qui assure un rendu d’une grande précision. Ce que dit Laurence: « Je suis très attachée au livre, et ce depuis toujours. J’aime le contenant autant que le contenu. Les livres racontent des histoires, mais ils ont leur propre histoire : certains ne connaîtront jamais qu’un propriétaire, d’autres passeront de mains en mains, d’autres encore seront oubliés sur le banc d’un jardin public ou dans le métro.

Ça me rappelle bien évidemment le travail de l’artiste Isaac Salazar, présenté il y a quelques années dans le Journal du Design, pour retrouver l’article, cliquez là. Voici un aperçu en images de ses créations, pour en savoir plus ou en voir plus, cliquez ici. Sculptures en céramique par Katharine Morling. L’artiste Katharine Morling crée des sculptures fantaisistes en céramique qui donnent l’impression d’être réalisées en papier.

Sculptures en céramique par Katharine Morling

Pour commencer, l’artiste remplit ses carnets de croquis avec des idées grossières et utilise ces dessins comme source d’inspiration pour façonner à la main sa prochaine oeuvre. Ensuite, elle peint à l’encre les détails et fait ressortir les arêtes des objets. Au final, les sculptures semblent être des dessins qui ont acquis une forme tridimensionnelle où tout simplement être composées de carton.