background preloader

Vie privée et anonymat

Facebook Twitter

La vie privée, un problème de vieux cons ? , de Jean-Marc Manach. Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir si tout le monde aura droit à son quart d’heure de célébrité, mais bien de savoir si l’on pourra encore avoir droit à un quart d’heure d’anonymat… Avec l’internet et les « nouvelles technologies » apparaît aujourd’hui un paradoxe de la vie privée : d’un côté, nous aimerions pouvoir nous exprimer en toute liberté, de l’autre, nous avons toujours peur d’être fichés.

Nombreux sont ceux qui affirment que les jeunes internautes seraient impudiques, voire exhibitionnistes, comme si le net se divisait en deux camps : ceux qui montrent leurs fesses sur Facebook, et ceux qui les reluquent. Pourtant, quand on étudie ce que les jeunes font réellement sur ces réseaux sociaux, on découvre qu’ils savent tout à fait y protéger leur vie privée.

Et s’ils ne faisaient qu’appliquer sur l’internet les libertés que nos grands-parents ont chèrement conquises au sein de la société ? -4e de couverture- Maîtriser son identité numérique | Internet responsable. Dans la vie courante, lorsque nous achetons une baguette de pain, il ne nous viendrait pas à l’idée de décliner notre identité et notre adresse au boulanger. Les relations que l’on entretient via Internet sont à gérer de la même façon. Pourquoi donner notre identité civile et notre adresse pour acheter un bien immatériel payé en ligne et qui n’a pas besoin d’être livré à une adresse postale ? Savoir utiliser des identités numériques distinctes et ne fournir que les données appropriées aux différents types de relations établies sur Internet constituent des compétences essentielles à la préservation de notre vie privée. Connaître et contrôler ce qu'on enregistre sur vous Lorsqu’on navigue sur internet, un certain nombre d’informations sont enregistrées en différents endroits du réseau, notamment sur l’ordinateur utilisé, chez le fournisseur d’accès ou chez les fournisseurs des services qu’on consulte.

Lire la suite Endiguer la collecte excessive Gérer ses profils et ses identités. L'anonymat en ligne intéresse de plus en plus d'internautes, sel. C'est la réponse du berger à la bergère. Alors que les gouvernements, poussés par les lobbies de l'industrie du divertissement, prennent des mesures toujours plus répressives pour abattre une fois pour toute le piratage, de plus en plus d'internautes choisissent de renforcer leur vie privée et leur anonymat en ligne en adoptant de nouveaux comportements et en s'inscrivant à des services bien particuliers. Selon Màns Svensson, doctorant suédois en sociologie du droit à l'université de Lund, le pourcentage de ses concitoyens internautes qui font le pari de masquer leur identité en ligne est d'environ 6 à 7 %. Or ramené au nombre d'internautes, cela représente près de 500 000 abonnés Internet. Pour le chercheur rattaché au projet sociologique Cyber Norms, ce nombre pourrait fort bien augmenter si les dirigeants s'entêtent dans cette logique négative.

Menée par un groupe de chercheurs, l'étude repose sur un sondage qui a interrogé de nombreux Suédois âgés de 15 à 25 ans. La vie privée, un problème de vieux cons ? InternetActu | • Mis à jour le | Par Jean-Marc Manach Sommes-nous aussi coincés et procéduriers au regard de notre vie privée que la société de nos grands-parents l’était en matière de sexualité ? Dit autrement : assiste-t-on aux prémices d’un bouleversement similaire, d’un point de vue identitaire, à celui de la révolution sexuelle ? C’est la thèse esquissée dans un très intéressant article consacré aux bénéfices sociaux, personnels et professionnels du partage des données par les utilisateurs de réseaux communautaires et sociaux type “web 2.0“.

Pour le professeur Ravi Sandhu, responsable de l’Institut de la cyber sécurité à l’université du Texas à San Antonio, l’absence de pudeur des “natifs du numérique” (traduction de digitals natives, le surnom donné à ceux qui ont grandi environné de technologies de l’information) serait comparable à l’attitude désinhibée avec laquelle les jeunes des années 60-70 abordaient la sexualité : Big Brother, un truc de vieux ? L’argument est un peu court. Est-il encore possible/souhaitable d'être anonyme sur Internet ? / Les flops technologiques.

Votre surveillance sur Internet, vous la voulez comment? Ces dernières années, les affaires Wikileaks et Prism, voire plus récemment Silk Road, ont mis en avant les problématiques liées à la vie privée et à la surveillance sur Internet. Que ce soit par des particuliers, des entreprises ou même l’Etat, nos activités sur le web sont épiées en permanence. Qu'est ce que le futur nous promet réellement en la matière? Les problèmes d’atteinte à la confidentialité des données sont consubstantiels à Internet. Du fait du processus informatique par lequel les données sont transmises (le protocole TCP/IP), partager des informations via Internet revient, in fine, à les exposer en place publique. publicité Il n'est pas vraiment possible de contrôler par où passent les données et elles sont a priori visibles par n'importe qui.

En fait, la question est de savoir quel régime de surveillance nous sommes prêts à accepter. Le panoptique: la surveillance de tous par tous La dystopie cyberpunk: le pouvoir sans limite des entreprises Nicolas Glady Devenez fan sur.