background preloader

Jardinage maraichage bio

Facebook Twitter

Bois raméal fragmenté. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir BRF. Le bois raméal fragmenté, ou bois raméaux fragmentés (BRF), est un mélange non composté de résidus de broyage (fragmentation) de rameaux de bois (branches). Son utilisation peut avantager l'agriculture de type biologique ou dans une agriculture de protection. Il est aussi parfois utilisé en jardinage, à partir des tailles de haies par exemple. Le BRF sert principalement à réinstaller l'activité biologique mise à mal par le travail du sol (labour) qui détruit le lieu de vie des habitants du sol (pédofaune) en le bouleversant et le mettant à nu.

On incorpore pour cela le BRF en surface (0 à 4 cm, voire jusqu'à 20 cm ou plus sur un sol très dégradé), puis les vers de terre se nourrissent de la cellulose pendant que les champignons dégradent la lignine. Types de bois utilisables[modifier | modifier le code] Composition du bois raméal[modifier | modifier le code] Rôle[modifier | modifier le code] J.F. Tour d’horizon des légumes perpétuels et vivaces. A une époque où l’on cuisine du durable (et pas que de lapin) à toutes les sauces, peut-être est-il bon de réfléchir à de nouvelles manières d’envisager nos propres légumes. Le jardinage ne serait-il pas lui aussi soumis à la frénésie consumériste au même titre que le reste? Nos légumes actuels sont le fruit d’une sélection basée sur une certaine façon de cultiver, de "consommer" le jardin. De plus une grande partie de nos cultures nous vient de pays situés sous des latitudes plus clémentes, ce qui implique un travail conséquent pour adapter ces cultures : semis au chaud, rempotages successifs, amendements spécifiques, irrigation importante, soleil et chaleur … Il faut qu’on les adapte à un environnement qui n’est pas le leur et si on a mal bouclé notre affaire, elles souffrent ce qui engendre développement de maladies cryptogamiques, multiplication de parasites et donc : traitements, etc.

Le cercle vicieux le plus équitablement partagé dans le monde… ail des ours – alium ursinum. Créer une mare naturelle. Les plantes immergées dans l’eau peuvent être fixées au fond, simplement en les lestant avec une motte d’argile et en les lançant aux endroits choisis. Pour les autres plantes, creusez des trous de 5 à 15 cm de profondeur et plantez. La meilleure époque de plantation se situe de mars à juin. Les poissons sont à bannir des mares. En effet ils sont beaucoup trop voraces et auraient vite fait de dévorer les plantes et insectes faisant la richesse de votre mare. Vous pouvez prévoir un espace sans aucune plante en créant une petite plage d’un à deux mètres. Voilà, votre mare est créée !

Les haies

Jardinage : Construire un châssis. Débutant 1/2 journée Le jardinier qui sommeillait en vous se réveille et vous avez des envies de châssis pour le forçage de vos jeunes plants en début de printemps, à l’abri des pluies, des dernières gelées et des limaces. Alors, lancez-vous dans la construction d’un châssis en bois. La solution la plus simple : une ancienne fenêtre, quelques planches, une dizaine de vis et juste un peu de patience. Voici une méthode simple pour construire un châssis. Matériel pour construire un châssis Planches de bois (e = 20 mm, l = 40 cm) Dépend de l’essence Fenêtre récupérée (châssis de 40 x 60 cm) Tasseaux en bois (25 x 25) 3 €/ (en 2,40 m) Mètre ruban Crayon gras Pointes torsadées (3 x 40) Scie sauteuse À partir de 35 € Marteau Plantoir Environ 5 € Pelle À partir de 5 € Gravier Total pour le matériel : environ 60 € Zoom sur les châssis haut Les châssis de culture ont l’apparence d’un cadre fermé par une paroi inclinée et transparente qui laisse filtrer avantageusement les rayons du soleil.

Au préalable Préparez le cadre.

Mare étang milieu humide

Jardin medieval. Semences et plants. Serre. Blogs forums. Jardiniers résistants : un exemple de "révolution tranquille" | Maison / Jardin. Voici un excellent article du 1 décembre 2012, par Antonin Sabot Ça n'est qu'un petit stand dans le coin d'une foire bio, à Chadrac, tout près du Puy-en-Velay (Haute-Loire). Une table remplie de sachets de papier froissés, où se côtoient des dames bien mises et des jeunes hommes un peu débraillés. On n'y vend ni achète rien : ici graines et plants sont mis à disposition des jardiniers désireux de découvrir de nouvelles espèces ou de propager des semences rares.

Ce stand à l'air anodin, c'est un petit noeud de résistance. Article complet içi : Cet article fait écho au reportage diffusé hier sur Arte "Légumes d'antan, retour gagnant" : et aux nombreux articles déjà publié sur ce site à ce sujet :

Compagnonnage vegetal

Jardiner AUTREMENT. Agriculture: Electroculture, Biodynamic agriculture, Joel Sternheimer Plant Protein Music. Autonomie alimentaire? 250m2, 25mn/jour pour nourrir une famille de 4personnes. La recommandation habituelle est de réserver une surface de 200 à 250 mètres carrés pour nourrir une famille de 4 à 5 personnes (donc environ 50 mètres carrés par personne) Quelle surface est nécessaire ? **Calculez la surface nécessaire pour vos besoins ici **Autonomie Alimentaire : Il est possible de parvenir à réaliser entre 30 et 50 % de l'alimentation de base sur une période de 8 mois. **Choix et besoins alimentaires : comment définir les objectifs de votre potager et de votre verger. 2.

. *... Jardin-forêt. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un jardin-forêt non comestible à Paris. Un jardin-forêt ou forêt nourricière est un jardin créé selon le modèle de la forêt naturelle. Il comporte différents étages de végétation tels des grands arbres (fruitiers ou à coques), des arbustes ou arbrisseaux (petits fruitiers), des buissons (à baies ou aromatiques) et des plantes herbacées (légumes vivaces, plantes aromatiques et médicinales). Il est conçu pour fournir une production alimentaire variée et nécessitant peu de travail. Histoire[modifier | modifier le code] Au fur et à mesure que les familles aménageaient leur environnement immédiat, des espèces utiles d'arbres et de vigne furent identifiées, protégées et améliorées, alors que les espèces indésirables étaient éliminées.

Les jardins-forêts sont encore très présents en zone tropicale et connus sous divers noms tels que : Sous climat tropical[modifier | modifier le code] Amériques[modifier | modifier le code] JARDINAGE BIO. Légumes perpétuels. Quelques théories de base pour un jardin naturel. Etant déjà formé aux techniques d’horticulture, et féru de jardinage bio depuis bien longtemps, parfois, j’oublie un peu qu’il y a des débutants…alors voici quelques théories de base pour un jardin naturel. Cela peut aussi servir de rappel pour ceux qui ont un peu oublié… Et j’ai trouvé ces vidéos intéressantes pour bien comprendre ces principes de base du jardinage naturel.

Ce n’est pas encore du jardinage permaculturel à proprement dit, mais cela s’en rapproche déjà bien… Le jardinage Bio, c’est déjà plus respectueux du sol et des êtres vivants…C’est une bonne première étape pour commencer à jardiner différemment, plus naturellement…mais il y a encore plus efficace, et avec moins de travail…et encore plus permettre à la Vie de s’exprimer… En s’imprégnant de l’éthique et des principes de la permaculture, on peut se rapprocher d’une vision globale, ou en tous les cas beaucoup plus large…Ce qui peut faire gagner beaucoup plus d’efficacité…et de bon sens! Et au jardin, c’est la même chose! Trucs et astuces pour jardiniers. Forêt comestible. Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. La forêt comestible est un agrosystème complexe créé par l'homme, tendant à imiter un écosystème forestier naturel en associant une large diversité de plantes utiles.

La permaculture cherche à développer ce type de système, potentiellement très productif et beaucoup plus résilient qu'un système simple. L'écosystème forestier, source d'inspiration de la forêt comestible Observation de l'écosystème forestier La mise en comparaison d'un écosystème naturel complexe de type forestier et d'un système cultivé, aussi productif soit-il, montre généralement que le premier est le plus fertile. Il produit sa propre fertilité et ne nécessite pas d'apports extérieurs pour s'entretenir. La forêt comestible tend vers cette complexité et cette diversité : l'empilement de différentes strates de végétation reproduisant les strates forestières est alors recherchée.

Les strates de la forêt comestible Créer une forêt comestible Analyse préalable du milieu Les lisières. Un jardin sans travail du sol(voir les liens ss la videos ) Guide-lombricompostage-2 - guide-lombricompostage.pdf. Identification des adventices. Culture sur buttes. Cultures sur butte. Cultures sur butte Témoignages : Mes cultures en butte Voilà 6 ans que je pratique la culture en butte et je peux, après expérience, la conseiller à tous les jardiniers. Elle permet non seulement d'accroitre la surface cultivable - de près de 30% l'année de l'installation - grâce au monticule en forme de dôme, mais elle a de nombreux autres avantages. Comment réaliser une butte ?

Pour couvrir les buttes, il faut se procurer de la bonne terre à ajouter à la terre extraite pour arriver à une couche d'au moins 25 cm d'épaisseur. Au fond du fossé, on empile les matériaux les plus gros : les grosses branches provenant de la taille des arbres fruitiers. Une butte en paille : Il y a quelques années, j'ai fait une butte en utilisant uniquement de la paille que j'avais pu me procurer gratuitement en grandes quantités.

J'ai construit de la même façon l'année dernière une butte avec du foin qui avait été abîmé par la pluie. Nous pratiquons bien sûr des cultures associées sur les buttes. La culture sur buttes (fiche technique) Pour les bonnes raisons de pratiquer la culture sur buttes, voir ici. Deux grands courants pratiquent la culture sur buttes : le premier d’inspiration biointensive, le second d’inspiration permaculturale. La biointensive cherche en gros à maximiser le rendement aussi vite que possible en utilisant tous les moyens biologiques à disposition du jardinier. La permaculture recherche plutôt à imiter la nature, et à éviter les pratiques trop coûteuses en travail, quitte à obtenir un rendement plus faible ou à prendre plus de temps pour obtenir un résultat.

Mais les deux ont des points communs, notamment l’utilisation des buttes, la création d’un écosystème complet, l’amélioration du sol. 1. Création des buttes. Dans tous les cas, la création des buttes est le moment le plus important de la mise en place du jardin. Les buttes sont espacées par des allées de 30 à 50cm de large. 30cm représentent la longueur d’un pied moyen, 50cm permettent par exemple de travailler à genoux. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Une ruche dans le jardin. L'apiculture n'est pas réservée aux professionnels, bien au contraire ! Les amateurs jouent un rôle écologique très important puisqu'il permettent de garder un réseau dense de ruches sur tout le territoire, assurant ainsi une bonne pollinisation des cultures. Alors, prêts à vous lancer ? Produire son propre miel Un loisir accessible Nombreux sont ceux qui rêvent de produire un jour leur propre miel, comme on peut rêver de cultiver ses propres fruits et légumes. Les produits de la ruche Cela vaut-il vraiment le coup ? En pratique Choisir les ruches Avant de vous lancer, prenez le temps de vous documenter car en apiculture, de nombreuses alternatives s'offrent à vous. Investir dans du bon matériel Un investissement minimum dans du bon matériel est indispensable pour débuter en apiculture.

Choisir la race d'abeilles Là aussi, plusieurs options possibles. La législation Même si votre production reste dans le cadre d'une consommation familiale, il convient de respecter la législation en vigueur. Auxiliaires au jardin bio : de la coccinelle au ver de terre. Certains insectes et animaux sont des aides précieux pour le jardinage naturel. En apprenant à mieux les connaître et notamment à respecter leur habitat, vous développerez la régulation naturelle...

Coccinelle A tout seigneur, tout honneur : la demoiselle à pois est certainement l'insecte dont le rôle au jardin est le plus connu. C'est un fait, la "bête à bon Dieu" se régale des pucerons. Quelques coccinelles suffisent à contenir les invasions dans un petit jardin. Pour les faire venir (ou les retenir), il faut bannir les traitements insecticides, et préserver la biodiversité. Moyennant quoi vous ne devriez pas tarder à en voir revenir, y compris en ville. Pour accélérer le mouvement, vous pouvez essayer d'en trouver quelques-unes en pleine nature, près des zones humides qu'elles affectionnent particulièrement. Ver de terre A l'inverse de la coccinelle, le ver de terre (lombric) n'est pas un redoutable prédateur.

Perce-oreilles Attirer les perce-oreilles au jardin Grenouille et crapaud.