background preloader

Revues de presse.

Facebook Twitter

L'activité progresse chez Accor et Pierre & Vacances. Les deux groupes ont publié jeudi soir leurs résultats trimestriels. Ceux de Pierre & Vacances sont meilleurs, grâce à l'immobilier. Comme chaque trimestre, Pierre & Vacances et Accor ont publié simultanément leurs résultats. Le groupe de résidences de loisirs et d'immobilier Pierre et Vacances-Center Parcs a ainsi vu son chiffre d'affaires progresser de 14,5% sur un an au troisième trimestre de son exercice décalé, dopé par son pôle immobilier.

Les ventes globales sur les mois d'avril, mai et juin ont en effet atteint 332,1 millions d'euros, contre 299,1 millions un an plus tôt. Center Parcs tire l'activité Les ventes touristiques sont elles aussi en hausse, mais dans une moindre mesure (+4,9% à données courantes et +1,2% à données comparables), à 267,1 millions d'euros. Du côté d’Accor, le groupe a dévoilé jeudi soir un chiffre d'affaires en hausse limitée au deuxième trimestre. La France plombée par la hausse de la TVA. 118 218 : quand Expedia répond à la place des hôtels-restaurants Logis. La Fédération Internationale des Logis intente une action auprès de la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) à l'encontre de de la société 118/218/Le Numéro pour détournement de clientèle.

La Fédération Internationale des Logis, première chaîne d’hôtels-restaurants indépendants en Europe avec 2 600 établissements, a obtenu la désignation d’un huissier de Justice afin de constater une pratique anti-concurrentielle. En sollicitant les services de la société 118 218 (ayant pour activité un centre d’appels et de renseignements téléphoniques), afin d’obtenir les coordonnées d’un établissement affilié à la chaîne Logis, l’opérateur ne communiquait pas systématiquement le numéro sollicité, mais un numéro unique mettant directement en relation l’appelant avec la centrale de réservation Expedia. La DGCCRF s'en mêle Expedia, le géant en ligne américain, revend 240 000 hôtels dans le monde notamment via ses sites Hotels.com, Venere... Le Snav gagne une manche contre le commerce illégal de voyages. Le Snav s'est réjoui mercredi de l'adoption par les députés d'un amendement visant à mieux lutter contre le commerce illégal de voyages et à renforcer la protection des consommateurs.

Cet amendement a été voté mardi soir dans le cadre du projet de loi sur la simplification de la vie des entreprises, indique le Syndicat national des agents de voyages (Snav), qui l'avait lui même proposé. Défendu "avec succès" par la député PS du Finistère, Annick Le Lock, il doit encore être discuté au Sénat à l'automne avant de pouvoir entrer en application.

Mais le Snav se déclare très confiant quant à son adoption définitive. Jusqu’à 15 000 euros d’amende Le texte vise notamment "à créer des sanctions administratives, prononcées par la DGCCRF, à l'encontre des personnes morales (15 000 euros) ou physiques (3 000 euros) coupables de manquements au code du tourisme sur les ventes de voyages et séjours touristiques", explique le syndicat dans un communiqué. Certains acteurs du web dans le viseur. Taxis et VTC : de nouvelles règles pour sortir du conflit. Les députés ont adopté, mercredi en commission, la proposition de loi PS sur les taxis et les VTC telle que modifiée par le Sénat sur l'article polémique stipulant au VTC de retourner à sa base entre chaque course. La proposition de loi devrait être maintenant définitivement adoptée en séance par l'Assemblée en seconde lecture le 18 septembre. Le député PS Gilles Savary a repris "au débotté" la fonction de rapporteur du texte qui était jusque là occupée par le désormais célèbre Thomas Thévenoud, auteur de la proposition de la loi avant d'entrer au gouvernement pour neuf jours.

Les voitures de transport avec chauffeur (VTC) contestaient vigoureusement l'une des dispositions du texte, soit l'obligation après une course "de retourner au siège de l'entreprise ou dans un lieu, hors de la chaussée, où le stationnement est autorisé". Les VTC cantonnés aux courses avec réservation. Laurent Fabius charge la barque d'Atout France. Sous l'impulsion de Laurent Fabius, l'agence dédiée à la promotion de la France doit accepter des efforts de productivité proche de 25%. Laurent Fabius est plus que jamais le patron du Tourisme, et cela s'est une nouvelle fois vu vendredi 29 août.

En clôture de la Conférence des Ambassadeurs, le traditionnel rendez-vous de fin d'été de la diplomatie française, le ministre des Affaires étrangères a présenté le tourisme comme l'un des cinq piliers de la feuille de route des ambassadeurs dans le cadre du redressement économique de la France. "Je vous demande de vous en saisir sans délai", leur a-t-il lancé, au terme d'une intervention très volontariste. Le corps diplomatique n'est d'ailleurs pas le seul à être bousculé par cet activisme ministériel. Pour Atout France aussi, la prise en main du tourisme par le Quai d'Orsay depuis le printemps est synonyme de mobilisation générale. 3000 actions de promotion prévues en 2015 Les moyens suivent-ils ? Un budget qui n'augmentera pas. IFTM Top Resa : les arrivées et les départs. IFTM-TOP RESA A moins de trois semaines du coup d’envoi du salon, l’IFTM Top Resa affiche une croissance du nombre de stands et d’exposants de 12%.

Mais quelques grandes marques manquent à l’appel. Le directeur de l’IFTM Top Resa a le sourire. Thomas Desplanques a dressé ce matin un panorama complet de l’édition 2014 à trois semaines de son ouverture. "Malgré un marché qui souffre, l’IFTM Top Resa gagne encore des exposants", a-t-il affirmé, chiffres à l'appui, avec une croissance, à date, de 12% du nombre d’exposants et de stands. "Il y a une légère réduction de la taille des stands cette année, a-t-il ajouté. Le prix moyen est donc en légère baisse", au tarif de 635 euros le mètre carré. Un renforcement du Club Affaires Le salon, dont l’objectif premier est de "conforter son développement multi-cibles (loisirs, affaires, événementiel)", renouvelle cette année ses différents espaces dédiés, et attire de nouveaux exposants.

Création de deux Clubs loisirs Absence des groupes leaders. Quand le tourisme halal tient salon. La première conférence internationale dédiée au tourisme musulman se déroule fin septembre en Andalousie. L’occasion pour le secteur de revendiquer son poids et de faire valoir ses arguments. Tourisme "halal" ? Dans une France plutôt réticente aux particularismes communautaires, l’expression a de quoi interpeller. Ce marché n’a cependant rien d’une niche, et il semble promis à un bel essor dans les prochaines années. C’est en substance le message que font passer les organisateurs de la "Halal Tourisme Conference 2014", le premier événement international du genre, qui se tiendra en Andalousie les 22 et 23 septembre prochains. D’après les chiffres d’une étude de Crescent Ratings, agence spécialiste de l’hébergement islamique, le secteur a représenté 140 milliards de dollars (108 Mds€) de recettes en 2013, soit environ 13% du chiffre d’affaires global de l’industrie touristique dans le monde.

"Préserver les valeurs et la pudeur des musulmans" Des clientèles provenant d'abord du Moyen-Orient. Lechotouristique. La nouvelle mouture de la directive européenne, adoptée par le Parlement de Strasbourg en première lecture, renforce nettement les droits des consommateurs, parfois au détriment des professionnels. Mais la bataille de lobbying n'est pas finie. C'est par une réaction « mitigée » que les professionnels français du voyage ont accueilli le vote du Parlement européen.

Le 12 mars, ce dernier a adopté en première lecture la proposition de nouvelle directive sur les voyages à forfait, destinée à remplacer celle en vigueur depuis 1990. Côté pile, le texte ne remet pas en cause la spécificité hexagonale qui fait peser la responsabilité de l'exécution du contrat sur le vendeur. Des obligations renforcées même en cas de force majeure Pour les organismes professionnels français, ce sont surtout les dispositions renforçant la protection des consommateurs qui sont jugées intenables en l'état. Pas d'adoption définitive avant un an.

Lechotouristique. Les 23 et 30 mars, la France renouvellera ses maires. Une bonne occasion de mettre le tourisme à l'affiche dans les débats ? Revue de campagne. C'EST LE TAUX DE PARTICIPATION lors du deuxième tour des dernières élections municipales en 2008. La campagne pour les élections municipales est entrée en phase active. Dans les états-majors parisiens des partis politiques, on connaît la chanson des municipales : les enjeux locaux passent souvent avant les consignes nationales.

L'UMIH et le GNC publient leur «manifeste» Certaines organisations professionnelles ont choisi d'être plus actives. Les électeurs font rimer tourisme et nuisances On imagine évidemment le sujet plus porteur dans les villes à forte exposition touristique. Reste que les compétences des communes en matière de tourisme peuvent largement varier d'un lieu à l'autre. Le saviez-vous ? L'office de tourisme, bras armé de la politique touristique d'une commune ? Lechotouristique. La Commission européenne doit présenter dans les prochains jours les détails du nouveau règlement encadrant les aides gouvernementales aux aéroports.

Les aéroports vont être fixés sur leur sort dans quelques jours. La Commission européenne, qui a mis en place une refonte des règles encadrant les aides que les gouvernements peuvent accorder aux aéroports, devrait bientôt publier les lignes directrices de ce règlement. La proposition de la Commission prévoyait, au départ, de restreindre sérieusement les subventions de fonctionnement à tous les aéroports qui affichent un trafic de 200 000 à un 1 million de passagers. Hyères et Pau, seuls perdants ? Avec le seuil de 200 000 passagers, environ 270 aéroports auraient été concernés en Europe, dont une grande majorité aurait probablement dû fermer. Mais avec le seuil de 500 000 passagers, seuls deux aéroports français, Hyères et Pau, avec peut-être Rennes en 2014, seraient concernés. Pourtant, la bataille n'est pas finie. Lechotouristique. Google a présenté fin 2013 à ses clients une étude sur le parcours d'achat des consommateurs de voyages sur Internet.

L'Écho touristique publie en exclusivité certaines conclusions clés. Selon l'étude de Google, menée en partenariat avec le cabinet Kantar Media Compete, 83% des internautes qui voyagent réservent en ligne. « Le séjour constitue le produit le moins mature avec 35% des réservations effectuées hors ligne », commente Thomas Steinbrecher, directeur du département voyage de Google France. Pas moins de 92% des cyberacheteurs ont réservé leur billet d'avion en ligne. De la première consultation d'un site de voyage à l'achat final, le temps de préparation reste long : le parcours d'achat d'un voyage sur Internet dure en moyenne 63 jours sur ordinateur, avec des variations selon les prestations (hôtel, vol, forfait). À noter toutefois que les internautes sont actifs dans leurs recherches seulement 9 jours.

Méthodologie de l'étude. Lechotouristique. Malgré une demande croissante, les produits dédiés au public féminin demeurent rares. Bien-être et cocooning servent souvent de socle de base à l'offre existante. Les cavaliers seront des... cavalières. L'été prochain, le TO Cheval d'Aventure a décidé de programmer un périple équestre en Islande réservé aux femmes. Une première pour ce voyagiste de niche, jusqu'alors habitué aux groupes de clients mixtes.

Mais loin d'illustrer l'essor d'une nouvelle offre, celle des voyages exclusivement dédiés au public féminin, cette initiative n'est en fait qu'un exemple isolé. «Femmes du Monde» est en sommeil En 2005, la création du TO Femmes du Monde avait pourtant ouvert une brèche. Vendu à Atalante en 2009, le TO a par la suite progressivement été mis en sommeil. Des produits d'ultra-niche L'offre demeure toutefois très confidentielle : seulement 6 packages commercialisés l'an dernier, pour un total d'à peine 100 clientes. Les États-Unis en pointe. Lechotouristique. Les agences de voyages tardent à partager leurs données clients avec les TO. La méfiance perdure, au grand dam des producteurs, qui ont besoin de mieux connaître leurs clients pour personnaliser leurs produits. %%HORSTEXTE:1%Selon un sondage mené par le cabinet Raffour Interactif, 69% des agents de voyages estiment qu'il n'est pas judicieux de donner aux TO l'accès à toutes les données clients pour de la fidélisation. « Nous ne partageons pas les données avec les voyagistes par manque de confiance », commente Adriana Minchella, présidente du Cediv, qui se dit lasse des promesses de voyagistes sans lendemain. « La distribution n'a pas la culture du partage des données », confirme Thomas Saison, directeur marketing et e-commerce de Kuoni France.

Chacun la joue donc « perso » : Selectour Afat essaye de fidéliser dans son agence à Paris, Marmara au bord de la plage, avec un questionnaire de satisfaction dans lequel l'e-mail du voyageur est demandé. Combattre la méfiance Gagner la confiance. Assises du tourisme : les 5 priorités du gouvernement. D’après les conclusions rendues ce 19 juin, la France doit améliorer son accueil et apprendre à mieux se vendre, notamment à travers le numérique. Après six mois d’échanges et de discussions, le gouvernement a finalement présenté les premières conclusions des Assises du tourisme ce 19 juin. La secrétaire d'Etat à la promotion du Tourisme et au Commerce Extérieur, Fleur Pellerin, a listé "5 priorités" : mieux vendre la destination France, "lisser les inconforts" qui gênent les touristes et notamment les difficultés pour l'obtention de visa, "retrouver le sens de l'hospitalité", être offensif dans le numérique qui doit être considéré comme "la nouvelle donne du tourisme" et non comme "le grand méchant loup" et aider les Français à partir en vacances plus nombreux.

"On n'a pas tout réglé avec ces Assises" 5 grands axes qui sont précisés par 30 actions qui restent à mettre en œuvre. " Objectif : 100 millions de touristes étrangers. Lechotouristique. Quelles sont les destinations les plus recherchées pour les vacances de Pâques et d’été, ainsi que les ponts de mai ? Google France vous livre les réponses, en exclusivité pour L’Echo touristique. Le moteur de recherche a agrégé les requêtes effectuées au cours du premier trimestre 2014. Son triple classement (hôtels, vols, séjours) constitue un baromètre intéressant des intentions de départ des Français au cours des prochains mois.

Dans la catégorie hôtels, les destinations favorites sont sans surprise les grandes métropoles françaises et étrangères, à commencer par Paris, Londres et Barcelone. New York en tête des requêtes vols New York, Marrakech, le Maroc et Paris caracolent en tête du classement des requêtes "vols". Le top 10 fait aussi la part belle à des villes européennes propices aux city breaks telles que Barcelone, Londres, Rome et Lisbonne. En termes de gain de popularité, la Malaisie a connu l'envolée la plus significative, suite à la disparition du vol MH370. Grands magasins parisiens : des salariés s’opposent à l’ouverture le dimanche. Lechotouristique. Cafouillage autour de la taxe de séjour. Lechotouristique. La taxe de séjour court-circuite les rencontres parlementaires sur le tourisme. Lechotouristique. Ce qui a changé le 1er juillet pour les entreprises.