background preloader

Charlie Hebdo

Facebook Twitter

Des ressources pour aborder les événements avec des jeunes.

#CharlieHebdo : "La peur se ne maîtrise pas", disait Charb. Putain, t'as raison. Il y a les faits, et leur traitement. Mais devant le choc que représente l'attentat meurtrier perpétré à la rédaction de Charlie Hebdo, le silence s'impose dans un premier temps. C'est un mouvement de recul, traduisant l'effroi mêlé à l'horreur. Un acte sidérant qui sera qualifié de tous les noms possibles, tentant de restituer l'impression d'impuissance et d'écœurement. Selon les bilans évoqués dans la presse, on parle de 12 personnes tuées au siège de la rédaction, alors que l'événement prend une portée internationale. Jean-Claude Juncker, président de la commission européenne, Barack Obama depuis la Maison Blanche, ou encore Madrid, Londres, Rome et Berlin dénoncent les événements tragiques.

Mais tragédie, est-ce suffisant ? Parmi les victimes, parmi les morts, des personnalités qui ont occupé le devant de la presse depuis des dizaines d'années. C'est justement avec des kalachnikovs et un lance-roquette que les assassins ont sévi. Tout cela est irréel, surréaliste. OwnCloud. Fini de rire. "Si vous voulez un baromètre de la liberté d’expression et comprendre les tabous dans un pays, il faut aller voir les dessinateurs de presse.

" Ce conseil de Plantu, Olivier Malvoisin l'a suivi à la lettre : Fini de rire revient sur les événements qui ont jalonné le début de ce XXIe siècle à travers les dessins et les témoignages de dessinateurs de presse des quatre coins du monde : de Plantu à Avi Katz (Israël), en passant par Danziger (États-Unis), Kroll (Belgique), Rainer Hachfeld (Allemagne), Khalil (Palestine)... Au fil du récit, le film trace les contours des tabous contemporains et pose la question suivante : où en est la liberté d’expression aujourd’hui ? L’affaire des caricatures de Mahomet en 2006 a soulevé bruyamment la question de la représentation religieuse. Dp_wolinski. Hommage aux victimes de Charlie Hebdo, martyrs de la liberté d'expression.

Charlie hebdo : le métier risqué de caricaturiste. Franquin et Cie on Twitter: "Arme d'instruction massive. #JeSuisCharlie... Parler de la liberté de la presse à partir des Unes sur l'attentat à Charlie Hebdo. La liberté d’expression été attaquée.

Les journaux français et étrangers ont répondu par des Unes explicites, des hommages poignants et la réaffirmation de leur conviction dans la défense des principes de la démocratie. Ces documents constituent un excellent support pour aborder le drame du 7 janvier, aborder la liberté d’expression et au-delà engager une action d’éducation aux médias, à travers des comparaisons, des discussions, une réflexion. Il peut être intéressant de tenter de classer ces unes par type : symbolique, explicative, hommage, combattive, informative… Vous trouverez ci-dessous l’intégralité des unes des journaux de la PQR du 7 janvier : Parmi les supports pédagogiques disponibles, il est possible de se reporter à notre fiche sur les fonctions de l’illustration et celle consacrée à la comparaison des unes de quotidiens de la PQR .

Le Huffingtonpost propose une sélection relativement complète de ces Unes (cliquer sur l’image pour accéder à la sélection). «Charlie Hebdo», des unes en deuil. Beaucoup de noir, des journaux qui se rebaptisent «Charlie» et le mot liberté qui revient souvent, les quotidiens français et internationaux, affichent tous ce jeudi des unes graves et dramatiques au lendemain de l'attentat qui a fait douze morts au siège de Charlie Hebdo. À lire aussi :Nous sommes tous Charlie, l'édition spéciale de Libération de ce jeudi. Pour le Figaro, «la liberté [a été] assassinée». Pour son édition de jeudi, le quotidien se drape de noir, en deuil des douze personnes mortes dans la fusillade contre Charlie Hebdo. Le même titre se retrouve à la une de l'Humanité. Les quotidiens régionaux aussi ont bousculé leurs unes... Solidaires, Paris Normandie se renomme pour l'occasion Charlie Normandie, et Le Dauphiné empile les couverture de Charlie Hebdo.

Les journaux pour enfants Mon petit quotidien, Mon Quotidien (auquel collaborait Charb) et L'Actu expliquent les attentats à leurs jeunes lecteurs. A l'étranger aussi, la presse titre sur l'attentat contre Charlie Hebdo. Dessinateurs et médias rendent hommage à « Charlie Hebdo » Peu après l'attaque terroriste des locaux du journal satirique Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier, faisant au moins 12 morts, plusieurs dessinateurs se disaient sous le choc.

Suivre la situation en direct « Je suis abasourdi, horrifié, a réagi Aurel, dessinateur au Monde. J'attends des nouvelles de copains et suis partagé entre le fait d'aller chercher moi-même des informations et d'attendre. On espère tous que ce genre d'événement n'arrive jamais. Les gens de Charlie Hebdo étaient protégés. Quant à Plantu, dessinateur au Monde, il a publié un dessin, en soutien à Charlie Hebdo : De son côté, Pascal Gros, dessinateur à Marianne, s'est dit « par terre, comme quelqu'un qui connaît potentiellement des tas de gens qui ont été butés par des connards. Lire notre synthèse : « Charlie Hebdo » visé par une attaque terroriste, la rédaction décimée Parmi les douze victimes figurent les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous. Lire aussi : Charb, Cabu et les autres, assassinés dans leur rédaction. Salon du livre et de la presse jeunesse. Suite aux attentats meurtriers commis à Charlie Hebdo, puis à Montrouge et Vincennes, le Salon du livre et de la presse jeunesse a ouvert ses pages aux réactions des auteurs et illustrateurs jeunesse qui ont souhaité témoigner, pour ne laisser s’installer ni le silence, ni les peurs, ni la haine.

En hommage à Frédéric Boisseau / Philippe Braham / Franck Brinsolaro / Cabu / Elsa Cayat / Charb / Yohan Cohen / Yoav Hattab / Honoré / Clarissa Jean-Philippe / Bernard Maris / Ahmed Merabet / Mustapha Ourrad / Michel Renaud / François-Michel Saada / Tignous / Georges Wolinski. Tous les dessins sont réunis sur notre page facebook ici Lire tous les témoignages écrits Oui… nous sommes tous Charlie, alors vous n’êtes pas seuls, nous serons à vos côtés pour ne pas mourir avec Cabu et ses amis…. Bernadette GASPERMENT Merci de nous permettre de partager notre peine, notre colère, notre incompréhension… et de laisser encore et surtout toutes les expressions s’exprimer !!! Lionel Lafontaine Joselyne Rousseau. “Charlie Hebdo” : des hommages en images. Comment parler d’un drame de l’actualité aux enfants. Allemand : « Ich bin Charlie » La presse allemande et notamment la ‘ZeitOnline’ retrace quasiment en temps réel l’émoi suscité par l’attentat perpétré contre les journalistes de Charlie Hebdo.

Sur les réseaux sociaux, c’est sous le Hashtag #JeSuisCharlie que se manifeste un élan de solidarité international, notamment sur Twitter. Les commentaires reprennent fréquemment la citation du britannique Edward Bulwer-Lytton : « The pen ist mightier than the sword » ou en allemand : « Der Stift ist stärker als das Schwert », comme le décrit un article de la ‘Zeit’.

Pour sa part, le ‘Spiegel Online’ se fait l’écho des principaux responsables politiques internationaux, notamment de la chancelière Angelika Merkel qui dénonce un « acte abominable ». La presse autrichienne se fait également l’écho de la tragédie. Le ‘Kurier’ publie son article sur l’attentat contre la liberté de la presse. La capitale autrichienne s’est également montrée solidaire. Christophe Jaeglin. Espagnol : El humor o la muerte. « Hasta la victoria siempre » et « el humor o la muerte », sont les deux bulles que le dessinateur et directeur de Charlie Hebdo, Stéphane Charbonnier, alias Charb, avait écrites lors de la réalisation de sa propre caricature durant une interview du quotidien espagnol El Mundo. Alors que El Mundo présente Charlie Hebdo comme une revue, créée par François Cavanna en 1992, à la ligne éditoriale osée et irrévérencieuse, et qui sera considérée blasphématoire par les musulmans, eldiario.es fait le choix de la présenter comme l´hebdomadaire français qui a toujours été très critique vis-à-vis des différentes religions, aussi bien à l´égard de Ratzinger, que de Mahoma ou encore des rabbins juifs.

Il propose donc un article reprenant sept unes satiriques concernant différentes religions. Les confrères des revues satiriques espagnoles ne manquent évidemment pas à l´appel pour couvrir l´événement tragique ayant eu lieu au siège de Charlie Hebdo en ce 7 janvier 2015. Viñeta de Malagón Viñeta de Kap. Anglais : Parler de l'attaque de Charlie Hebdo. Les enseignants de la liste eteachnet ont rapidement réagi à cette attaque. En plus de la minute de silence qui sera organisée nationalement, voici des suggestions pour les cours à venir : des infos et un travail autour de la liberté de la presse et de Rockwell.

Béa Manigat de Lomé au Togo propose deux liens qui peuvent alimenter la discussion et renforcer l’hommage: - The Guardian: « Fight intimidation with controversy » - John Kerry’s reaction to the Paris attacks. Marise Graziosi de l'académie de Lille propose "une jolie façon de faire écho, de rendre hommage, de provoquer des discussions" en présentant aux élèves "le discours de Roosevelt sur "the four freedom"que l'on peut trouver sur You Tube, accompagné des illustrations de Rockwell qu'on trouve sur la page "Four Freedom" de Wikipedia.

Et Fabienne Robin propose cette exploitation des illustrations de Rockwell fait par une collègue du Poitou, avec une fiche élèves très complète pour analyser les images. Le cours et la fiche. Liberté de conscience, liberté d'expression : outils pédagogiques pour réfléchir avec les élèves. Comment parler d'un drame de l'actualité aux élèves ?

Quelques principes Moduler son attitude pédagogique selon l'âge des élèves : à l'école maternelle, du début à la fin de l'école élémentaire, au collège...Accueillir l'expression de l'émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité des situations ;Rassurer les élèves : l'école est un espace protégé ; l'évènement s'est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les média en parlent et diffusent plusieurs fois les images ;Etre attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l'évènement : certains élèves peuvent n'en avoir aucune connaissance ; d'autres ne disposer que d'éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées.

Pour aller plus loin : Aborder un événement collectif violent Quelques repères pour agir à l'école primaire Aujourd'hui, le périmètre touché est beaucoup plus important. Distinguer les situations S'appuyer sur le collectif. Je suis Charlie - Le Clemi - Le CLEMI.