background preloader

Opinion

Facebook Twitter

Quand EDF, Coca Cola, Ikea et consorts prônent le zéro déchet. Et si en matière d'économie circulaire les moteurs étaient les entreprises et les boulets, les politiques ? Un rapport (European industry in the 21st century: New models for resource productivity) publié ce vendredi 15 septembre à Helsinki par The Prince of Wales's Corporate Leaders Group (CLG), un groupe d'entreprises européennes engagées pour la transition bas carbone, le laisse penser.

Quatorze sociétés telles que 3M, Coca-Cola European Partners, EDF Energy, IKEA Group, Philips Lighting etc. y prennent la parole non seulement pour détailler leurs avancées en matière de gestion des ressources, mais surtout pour demander à l'Union européenne et à ses Etats membres un coup de pouce et davantage de sévérité. Un modèle économique revu de fond en comble Dans tous ces grands groupes aux activités variées l'engagement en matière d'économie circulaire est désormais une réalité imposée par des contraintes économiques, ressort-il en premier lieu du rapport. Opportunités et obstacles. Têtes d'affiche, plus de magazines, moins de breaking news : voici la nouvelle LCI. Sylvia Tassan Toffola (TF1) "La première opération commerciale TF1 - MinuteBuzz aura lieu à la fin du 1er trimestre 2017" La directrice générale déléguée aux opérations commerciales de TF1 Publicité venait commenter dans #Media les synergies prévues avec MinuteBuzz ou encore l'arrivée de la publicité ciblée sur IP TV.

La directrice générale déléguée aux opérations commerciales de TF1 Publicité, Sylvia Tassan-Toffola, était l'invitée de #Media, l'émission dédiée à l'actualité des médias et d'Internet organisée par le JDN et CB News. Responsable des équipes commerciales de la régie, elle venait évoquer la récente acquisition de MinuteBuzz, le média 100% vidéo et 100% social, dont le savoir-faire en matière de brand content et vidéos courtes doit venir nourrir l'offre commerciale de TF1. Une personne de la start-up rejoindra ainsi les rangs de la structure OPS de TF1 pour lancer une offre commune cross-medias et cross-devices.

"Cette acquisition s'inscrit dans une logique de conquête des millennials", rappelle Sylvia Tassan-Toffola. Inside the Trump Bunker, With 12 Days to Go - Bloomberg. On Oct. 19, as the third and final presidential debate gets going in Las Vegas, Donald Trump’s Facebook and Twitter feeds are being manned by Brad Parscale, a San Antonio marketing entrepreneur, whose buzz cut and long narrow beard make him look like a mixed martial arts fighter. His Trump tie has been paired with a dark Zegna suit. A lapel pin issued by the Secret Service signals his status. He’s equipped with a dashboard of 400 prewritten Trump tweets. “Command center,” he says, nodding at his laptop. Parscale is one of the few within Trump’s crew entrusted to tweet on his behalf. 10:02 p.m.: Trump, onstage, criticizes Hillary Clinton for accepting foreign money. 10:04 p.m.: Trump blames Clinton for $6 billion that went missing during her tenure at the State Department (actually a bookkeeping error). 10:09 p.m.: Trump deploys a carefully rehearsed WikiLeaks attack: “Podesta said some horrible things about you—and he was right.”

Several things jump out. The Trumps liked it. Trump Digital Team Running "Three Major Voter Suppression Operations" In a new in-depth report from Bloomberg, reporters Joshua Green and Sasha Issenberg provide new details about Donald Trump’s online operation, known as Project Alamo, including its efforts to lower turnout among Hillary Clinton supporters. The team's name (its office is in San Antonio) may seem ominously appropriate given the overwhelming odds arrayed against Trump’s campaign.

But win or lose, Trump’s databases and online outreach will have impacts long past election day. Day to day, Trump’s digital domain is headed by Brad Parscale, a partner in the marketing firm Giles-Parscale. Parscale had little political experience prior to the campaign, but had built websites for Trump businesses, including Trump Winery. Get Data Sheet, Fortune’s technology newsletter. As much as 45% of Trump’s campaign budget in a given month is devoted to digital outreach and research. But a large part of the team’s strategy now mirrors the negative slant of the larger Trump campaign.

Bursting the Facebook bubble: we asked voters on the left and right to swap feeds | US news. The 2016 election took place under the spectre of a bubble. Not the subprime mortgage lending bubble that shaped the 2008 election, but the “filter bubble”. Tens of millions of American voters gets their news on Facebook, where highly personalized news feeds dish up a steady stream of content that reinforces users’ pre-existing beliefs. Facebook users are increasingly sheltered from opposing viewpoints – and reliable news sources – and the viciously polarized state of our national politics appears to be one of the results.

Criticism of the filter bubble, which gained steam after the UK’s surprising Brexit vote, has reached a new level of urgency in the wake of Donald Trump’s upset victory, despite Mark Zuckerberg’s denial it had any influence. To test the effects of political polarization on Facebook we asked ten US voters – five conservative and five liberal – to agree to take a scroll on the other side during the final month of the campaign. Inside the bubble ‘They hate me’ Commentary: It’s Facebook’s algorithm vs. democracy, and so far the algorithm is winning — NOVA Next. Over the last several years, Facebook has been participating—unintentionally—in the erosion of democracy. The social network may feel like a modern town square, but thanks to its tangle of algorithms, it’s nothing like the public forums of the past.

The company determines, according to its interests and those of its shareholders, what we see and learn on its social network. The result has been a loss of focus on critical national issues, an erosion of civil disagreement, and a threat to democracy itself. Facebook is just one part—though a large part—of the Big Data economy, one built on math-powered applications that are based on choices made by fallible human beings. Many of the algorithms built for the Big Data economy contain mistakes that can undermine solutions to the problems they hope to solve. Facebook's algorithm—driven in part by likes and shares—has upended civil discourse.

In many cases, WMDs define their own reality to justify their results. Getting Out the Vote. How the Trump Campaign Built an Identity Database and Used Facebook Ads to Win the Election. There may be some fake news on Facebook, but the power of the Facebook advertising platform to influence voters is very real. This is the story of how the Trump campaign used data to target African Americans and young women with $150 million dollars of Facebook and Instagram advertisements in the final weeks of the election, quietly launching the most successful digital voter suppression operation in American history.

Throughout the campaign, President-Elect Donald J. Trump shrewdly invested in Facebook advertisements to reach his supporters and raise campaign donations. Facing a short-fall of momentum and voter support in the polls, the Trump campaign deployed its custom database, named Project Alamo, containing detailed identity profiles on 220 million people in America. With Project Alamo as ammunition, the Trump digital operations team covertly executed a massive digital last-stand strategy using targeted Facebook ads to ‘discourage’ Hillary Clinton supporters from voting.

How the Internet tricked you into thinking Trump wouldn't win. Credit: George Sheldon / Shutterstock.com How could we be so wrong? In the months leading up to the election, like many others, I was convinced that Hillary Clinton was on a smooth course to victory. Trump, I rationalized, was too divisive.

Too extreme. It seemed like a sure thing. Shock and Awe When the first votes were counted, I was at an election party with some former work colleagues. The mood was jubilant. At 2AM, I hugged my friends goodbye and jumped into an Uber. Clinton’s grasp on victory was looking tenuous. For most Europeans, the idea that Americans could vote for someone as vulgar and as controversial as Donald Trump is inherently shocking.

We had collectively convinced ourselves through data points and opinion polls that a Clinton presidency was all but guaranteed. We had been lured into a false sense of security by people like Nate Silver, and Maxim Lott, and John Stossel, whom we had put on a pedestal. The sad truth is that we knew nothing. I hope I’m wrong again. Should Companies Stop People From Getting Hooked on Their Products? “A day doesn’t go by that I don’t see people come in with Q-tip-related injuries,” laments Jennifer Derebery, an inner-ear specialist in Los Angeles. And yet there’s a scary warning on every box of Q-tips. It reads, “CAUTION: Do not enter ear canal. … Entering the ear canal could cause injury.”

How is it that the one thing most people do with cotton swabs is also the thing manufacturers explicitly warn them not to do? It’s not just that people do damage to their ears, it’s that they keep doing damage. Some even call it an addiction. On an online forum, Q-tip user associates ear swabbing with dependency: “How can I detox from my Q-tips addiction?” MADtv ran a classic sketch on a daughter having to hide Q-tip use from her parents like a junkie. What if Q-tips really do share something in common with other, more prevalent addictions like gambling, heroin, and even Facebook use? Some clinicians define addiction as a harmful, persistent, and compulsive dependency on a behavior or substance. Sur Facebook : « Si vous êtes de droite, ajoutez des gens de gauche »

Au lendemain de la victoire de Donald Trump, un journaliste britannique écrivait : « Plus de 58 millions de personnes ont voté pour Trump. Je n’en connais aucune. » Il en va de même sur mon fil d’actualités Facebook. Favorable au camp démocrate, mon fil a calqué mon orientation politique. Ces cinq derniers jours, il s’est nourri de posts anti-Trump. Sur Facebook, je suis conforté dans ma façon de penser par mes ami(e)s et les pages auxquelles je suis abonné. Je suis enfermé dans ce que l’on nomme une bulle informationnelle (ou une bulle filtrante). Nous avons posé trois questions à Dominique Cardon, sociologue spécialiste des nouvelles technos et des réseaux sociaux, à ce sujet : Qu’est-ce qu’une bulle filtrante ?

A noter : la bulle filtrante est un concept largement étudié. Comment l'Internet vous a fait croire que Trump ne pouvait pas gagner. Et si les algorithmes et filtres de Facebook et Twitter vous isolaient du reste du monde? Matthew Hughes du blogue The Next Web apporte une intéressante réflexion ce matin au sujet de la surprenante victoire de Donald Trump, qui est devenu cette nuit le 45e président des États-Unis, en complète contradiction avec les prévisions des experts et des sondages. C’est une chose de tenter d’expliquer cette victoire – et nous ne sommes pas un blogue spécialisé en politique américaine. Mais pour comprendre cette fausse perception qu’il était impossible de voir Trump accéder à la Maison-Blanche pour plusieurs d’entre nous, Internet pourrait être en grande partie responsable. La facilité avec laquelle on peut faire taire les personnes qui ne partagent pas nos valeurs élimine par la même occasion tout débat.

Mais la facilité avec laquelle on peut faire taire les personnes qui ne partagent pas nos valeurs élimine par la même occasion tout débat. Dans l'esprit du PageRank. Quelle responsabilité pour le code ? Entretien avec danah boyd. Comme toutes constructions humaines, codes et algorithmes comportent des biais, dont il est aujourd’hui complexe de cerner l’impact réel. Au point que certains chercheurs en font un terrain d’études à part entière. Qu’il s’agisse d’une « peur des algorithmes » chez la sociologue Zeynep Tufekci, du principe de « bulles de filtres » développé par le militant Eli Pariser ou encore d’une démonstration factuelle des conséquences des algorithmes biaisées, cette science qui façonne le web tel que nous le connaissons, avec ses suggestions de plus en plus pointues et ses classements en termes de pertinence, ne fait plus qu’intriguer : elle peut aussi effrayer.

Il y a peu, la chercheuse danah boyd a réalisé une intervention remarquée lors du Personal Democracy Forum 2016 (PDF), intitulée Be Careful What You Code For (« Codeurs, faites attention à ce que vous faites »). « C’était une provocation », nous explique-t-elle. « Mais si vous ou vos lecteurs vous en emparez, tant mieux ! ». Sur 200 médias américains, 194 avaient soutenu Hillary Clinton. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... Replay Emissions ciel couvert Vent : 5km/h - UV : 2 Clôture veille : 4489.27 Ouverture : 4545.05 Newsletter BFMTV | Les + vues Replay Emissions Newsletter BFMTV Midi Le scrutin de mardi 8 novembre s'est achevé sur la victoire surprise de Donald Trump.

Une surprise. Le monde des médias est aujourd'hui visé par les critiques. Campagne de dénigrement Le prestigieux New York Times, quotidien américain le plus vendu, avait apporté clairement son soutien à la candidate démocrate dans un édito saluant son "intelligence", son "expérience" et "son courage". Chouchou des télés Justine Chevalier Tweeter 16.4k Partager A voir aussi Annuler Babbel Analyse.

Tristan Harris : « Des millions d’heures sont juste volées à la vie des gens » Tristan Harris a été le « philosophe produit » de Google pendant trois ans. Ça vous laisse perplexe ? Nous aussi, au début. On a découvert cet ingénieur informatique américain formé à Stanford via un post de Medium passionnant titré « Comment la technologie pirate l’esprit des gens ». Il y explique (en anglais) comment les entreprises de la Silicon Valley nous manipulent pour nous faire perdre le plus de temps possible dans leurs interfaces. Concrètement, Facebook a intérêt à ce qu’on scrolle son fil d’actu toute la journée, et pour ça, il nous détourne de notre intention initiale. Pour vérifier l’heure et le lieu du concert de ce soir par exemple, nous sommes obligés de passer par le newsfeed.

C’est ce qu’il appelle des « stratégies de persuasion », et les ingénieurs de la Sillicon Valley l’apprennent à l’école. Merci, votre inscription a bien été prise en compte. Tristan Harris à TedX Bruxelles - TedX Mais est-ce que c’est si grave, pour toi ? Ça nous rend vraiment fou, en fait (rire). Les designers de services numériques, plus dangereux que la « junk food » Qui ? Tristan Harris, ex-"Philosophe Produit" chez Google et fondateur de Time Well Spent et Justin McLeod, CEO de Hinge.

Quoi ? Une illustration de l'un des thèmes forts du Web Summit 2016 : le rôle des plateformes technologiques et la responsabilité des designers de services digitaux dans la société. Comment ? "La junk food a son équivalent digital" : c'est ce qu'affirme Tristan Harris, ancien "Philosophe Produit" chez Google, où il était aux premières loges pour comprendre comment les éditeurs de la Silicon Valley se battent pour capter l'attention des internautes.

Tristan Harris: "I used to use this slide (Wall-e) as a joke..and last year this happened" #WebSummit pic.twitter.com/nGR8LRa7au— Annabelle Laurent (@annabelle_L) November 8, 2016 "Pour faire cliquer, rester ou revenir, les designers corrompent les services avec des mécanismes de gamification ou d'interruptions contre-productives. Et quand les services numériques rendent vraiment service, quel en est le coût ? Comment la « com' » est en train de supplanter la communication.

TWITTER & TÉLÉVISION - Comment utiliser Twitter comme caisse de résonance de la télévision ? Design de nos vulnérabilités : la Silicon Valley est-elle à la recherche d’une conscience ? Amazon.fr - Communication : pourquoi le message ne passe plus - Bernard Emsellem - Livres. «Les Jours» se lancent. Medium : quelles perspectives pour les médias. 10 Insanely Good Reasons You Should Publish On Medium - Search Engine Journal. Meilleur ami des politiques, Twitter se prépare pour la course à l'Élysée. La plupart des internautes partagent des articles sans les avoir lus.

LCI à l'heure du réveil.