background preloader

Apprentissages

Facebook Twitter

Apprendre et enseigner à l'ère numérique. Apprendre à l’ère du numérique : Repères. Qu’est-ce qu’apprendre à l’ère du numérique ?

Apprendre à l’ère du numérique : Repères

Question qui passionne bien des pédagogues, enseignants, chercheurs et animateurs multimédia en EPN (espace public numérique). Apprendre/désapprendre : sur la ligne de crête des apprentissages numériques. A l’occasion de la parution de la 3e édition du Digital Society Forum consacrée aux nouvelles formes d’apprentissages (la première édition était consacrée aux nouvelles relations, la seconde à la famille connectée), en partenariat entre la Fing (et notamment son média, InternetActu.net), Psychologies Magazine et Orange, nous republions le texte introductif du sociologue d’Orange Labs, Dominique Cardon, qui revient sur les rapports entre éducation et technologies.

Apprendre/désapprendre : sur la ligne de crête des apprentissages numériques

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation. Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ?

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation

Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ? De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Et les recherches scientifiques menées ces dernières années vont clairement dans ce sens. Suite à la présentation que j’ai eu l’occasion de réaliser au forum, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux former et apprendre : Découvrez 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux favoriser l’apprentissage dans vos formations.

Les TIC peuvent améliorer les résultats scolaires des élèves. Les Technologies de l'Information et de la Communication peuvent contribuer à améliorer Robert Bibeau 1.

Les TIC peuvent améliorer les résultats scolaires des élèves

Survivre avec des ordinateurs dans sa classe « Que jamais un micro-processeur ne devienne un micro-professeur. » Francis Meynard Quelles sont les conditions d'intégration réussie des technologies de l'information et de la communication (TIC) en éducation ou si vous préférez comment survivre quotidiennement avec un éléphant dans sa classe ? En effet, survivre avec des ordinateurs dans sa classe, c'est un peu comme cohabiter avec un éléphant, c'est stressant, c'est encombrant, c'est dérangeant. LES EFFETS DES USAGES DES TIC SUR LES COM­PE­TENCES ET L'INSERTION PRO­FE­SION­NELLE. - Enquête sur les pra­tiques des jeunes libanais(es). Rawad CHAKER, Uni­versité Lille 1 et Uni­versité de Cergy Pontoise.

Comment notre cerveau se débrouille-t-il avec les TICE ? Apprendre une information via le web, est-ce la même chose que de l’apprendre dans un livre ou de la bouche d’une personne ?

Comment notre cerveau se débrouille-t-il avec les TICE ?

Pas vraiment, si on en croit les différentes études menées sur les processus d’apprentissage et les nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement. 4 stades de perturbation de l’apprentissage traditionnel par les TIC. Il existe une bonne variété de modèles théoriques pour situer l’enseignant dans son progrès technopédagogique (SAMR, ASPID, Raby, matrice MIT, etc.).

4 stades de perturbation de l’apprentissage traditionnel par les TIC

En voici un qui s’intéresse aux élèves. Quels impacts ont les technologies sur l’enseignement, l’apprentissage et le développement de compétences au primaire et au secondaire Home. Retour sur le séminaire : “Apprendre avec le numérique” Tous, nous rêvons de ce que nous ferons lorsque nous serons débarrassés des tâches quotidiennes.

Retour sur le séminaire : “Apprendre avec le numérique”

Ces rêves-là nous désignent un point d'arrivée. Notre capacité à nous mettre en projet balisera le chemin qui nous y conduira, peut-être. Et si nous regardions ailleurs, hors de notre boîte, pour accomplir nos rêves ? La créativité n'est pas uniquement une affaire d'effort personnel et de mobilisation de ses propres ressources. Apprendre à l’ère du numérique : Repères. Comment notre cerveau apprend-il ?

Satanée mémoire !

Comment notre cerveau apprend-il ?

Parce que vous ne savez toujours pas quel est le temps de cuisson d’un œuf à la coque, vous décidez de l’apprendre une bonne fois pour toutes en consultant Internet. Cette simple décision va provoquer dans votre cerveau un enchaînement de processus complexes… Pendant la recherche de l’information, votre cerveau carbure déjà à plein régime et active plusieurs zones distinctes de façon simultanée : le lobe occipital, situé au-dessus de la nuque, vous permet de visualiser le contour et l’orientation des lettres qui composent le mot ; il travaille de concert avec le gyrus angulaire, via le cortex occipito-temporal situé sur les côtés de la tête au-dessus de l’oreille.

Comment le numérique modifie notre cerveau lecteur. « I miss my pre-internet brain » (Mon cerveau d’avant Internet me manque) : avec cette phrase inscrite sur fond rose, l’artiste Douglas Coupland montre à quel point le web a changé notre façon de chercher des informations, de les comprendre et de les mémoriser.

Comment le numérique modifie notre cerveau lecteur.

De toute l’histoire de l’humanité, nous n’avons jamais eu autant d’informations disponibles à la lecture qu’aujourd’hui. Pour faire face à ce raz-de-marée, notre cerveau serait en train de changer, d’évoluer et de créer une nouvelle forme de lecture adaptée au milieu numérique. Si la lecture profonde sur écran nous demande davantage de travail cognitif, de nombreuses études ont montré qu’un lecteur lambda se révèle beaucoup moins attentif quand il lit des informations sur Internet. Seuls 28% des mots présents sur une page web seraient déchiffrés, tandis que la vitesse de lecture (près de 500 mots à la minute) serait paradoxalement plus rapide que la moyenne alors qu’elle devrait être justement plus lente. Profusion d’informations. Ecrire à la main, c'est bon pour le cerveau. Que ce soit pour envoyer un message à un proche, prendre des notes pendant une réunion ou tout simplement se souvenir d’un rendez-vous, l’écriture manuelle semble lentement disparaître au profit de la frappe sur clavier physique ou numérique.

Ecrire à la main, c'est bon pour le cerveau.

Doit-on privilégier le clavier ? Aux Etats-Unis par exemple, le débat a été tranché puisque d’ici 2015, l’apprentissage de l’écriture cursive en primaire ne sera plus obligatoire. Dans certaines écoles suédoises, les enfants de maternelle apprennent à utiliser l’écran tactile d’une tablette avant de savoir écrire des lettres sur un cahier (source : Courrier International n°1194 du 19.09.2013). Si pour le moment aucun enfant n’a jamais été confronté à un apprentissage de l’écriture exclusivement réalisé avec des outils numériques, cette concurrence entre le stylo et le clavier suscite une controverse.

Apprendre à l’ère numérique.