background preloader

Historien et mémoires de la guerre d'Algérie

Facebook Twitter

Appelé en Algérie. La guerre d’Algérie racontée en BD. Analyse doc TS2. Elts de correction TL. Analyse doc TL. Accueil. Discours lors de la journée nationale d'hommage aux Harkis. Publié le 25 Septembre 2016.

Discours lors de la journée nationale d'hommage aux Harkis

La mémoire de nos pères. Un geste symbolique pour une République qui a longtemps oublié, dédaigné ces combattants algériens qui se sont engagés aux côtés de son armée contre le Front de Libération Nationale.

La mémoire de nos pères

Les combats d’Algérie eux-mêmes n’ont-ils pas été reconnus comme guerre à part entière qu’en 1999 ? 27 ans après les accords de paix signés à Evian. Des accords qui, sur le papier, protégeaient de toutes représailles les quelque 180 000 musulmans servant à l’époque sous le drapeau français. En fait, plusieurs milliers, laissés sur place par l’armée française après la paix, seront massacrés, considérés comme des collaborateurs de l’ancienne puissance coloniale. 55 à 75 000 de ces harkis ont pu se joindre au long cortège des « rapatriés » et se sont retrouvés parqués dans des camps de misère, sans que leur statut ou leurs états de service soient vraiment reconnus. Ils sont les grands oubliés de la guerre d’Algérie. Reportage de Stéphane Iglésis. Prise de son : Jean-André Giannecchini. Le site Mon harki.com. Guerre d'Algérie : quand les témoins se livrent, en BD.

Il aura fallu plus de 50 ans… Plus de 50 ans avant que la BD, qui permet pourtant de rendre accessible des sujets parfois douloureux, tout en donnant à voir au lecteur, ne devienne un vecteur de témoignages, sur la Guerre d'Algérie.

Guerre d'Algérie : quand les témoins se livrent, en BD

Bien sûr, le neuvième art s'était déjà penché sur le sujet, avec notamment la longue fresque historique «Carnets d'Orient» débutée par Jacques Ferrandez dans les années 1980, «Azrayen», le roman graphique de Franck Giroud, à la fin des années 1990, ou plus récemment «les Pieds noirs à la mer» de Fred Neidhardt (2013). Mais pendant des années, les auteurs font le choix de la fiction. La guerre d'Algérie : liste de 46 films. Bollardière, le général qui a dit «non». Aussaresses Vs Bollardière, l'infâme contre le saint?

Bollardière, le général qui a dit «non».

L'un se vante d'avoir tué et torturé durant la guerre d'Algérie, alors que l'autre demanda à être relevé de son commandement pour ne pas avoir à cautionner de telles pratiques. Deux histoires d'officiers, deux cas limites qui balisent tout l'éventail des réactions de militaires plongés dans une sale guerre. Sans doute plus qu'Aussaresses, Jacques Pâris de Bollardière ­ mort en 1986 ­ reste une figure importante de la guerre d'Algérie. «A quand une promotion Bollardière à Saint-Cyr?»

Benjamin Stora - Bienvenue sur le site de Benjamin STORA. L'histoire expurgée de la guerre d'Algérie, par Maurice T. Maschino (Le Monde diplomatique, février 2001) Septembre 1957 : composée de diverses personnalités et nommée par le gouvernement français sous la pression de l’opposition de gauche, la Commission de sauvegarde des droits et des libertés individuelles constate, dans un rapport accablant, que la torture est une pratique courante en Algérie.

L'histoire expurgée de la guerre d'Algérie, par Maurice T. Maschino (Le Monde diplomatique, février 2001)

Décembre 2000 : devant l’émoi suscité par la publication, dans Le Monde, de nouveaux témoignages sur la torture, le premier ministre estime qu’il s’agit là de « dévoiements minoritaires ». Première contrevérité. Mais il n’est pas hostile, ajoute-t-il sans rire, à ce que les historiens fassent la lumière sur ces « dévoiements » : deuxième contrevérité... Contrairement à son engagement du 27 juillet 1997, et sauf dérogation durement arrachée, les archives les plus sensibles ne sont toujours pas consultables. 1957-2001 : depuis quarante-quatre ans, de Guy Mollet à M. Au demeurant, sans le moindre remords.

Tout commence dès l’école élémentaire. Guerre d'Algérie : mémoire d'un conflit. Guerre d'Algérie. Video Georges Balandier : la décolonisation française Georges Balandier évoque la décolonisation française.

Guerre d'Algérie

Celle-ci a été plus ou moins bien... Video De Gaulle à Alger : « Je vous ai compris » Les archives des Actualités Françaises (INA) du 5 juin 1958 illustrent, avec cet extrait, le célèbre discours prononcé par... Video Enlèvement de Ben Bella et des dirigeants du FLN Les archives des Actualités Françaises (INA) du 31 octobre 1956 illustrent, avec cet extrait, l’arrestation d’Ahmed Ben Bella... Video La fonction présidentielle sous la Ve République. Selon René Rémond, le général de Gaulle n'a pas créé un régime à sa mesure mais pour répondre à un contexte. Guerre d'Algérie : "La polémique lancée par Sarkozy est clairement électoraliste" Cinquante-quatre ans après la fin des hostilités, scellées par les accords d'Evian du 18 mars 1962 et le cessez-le-feu du lendemain, la guerre d’Algérie enflamme encore les débats politiques.

Guerre d'Algérie : "La polémique lancée par Sarkozy est clairement électoraliste"

Dans une violente tribune publiée dans le Figaro, Nicolas Sarkozy s'en prend au président de la République, François Hollande, qui s'apprête à rendre hommage, ce samedi, aux victimes de la guerre d'Algérie. "Choisir la date du 19 mars, que certains continuent à considérer comme une défaite militaire de la France, c’est en quelque sorte adopter le point de vue des uns contre les autres, c’est considérer qu’il y a désormais un bon et un mauvais côté de l’Histoire et que la France était du mauvais côté. " Pour Pascal Blanchard, historien et président de l'Association pour la Connaissance de l’Histoire de l’Afrique Contemporaine, cette polémique reflète l'incapacité de la génération actuelle de produire une mémoire commune sur ce passé colonial.

Certains à droite comme Eric Ciotti y voit une provocation. EDITO. Hocine Aït Ahmed : le testament d'un gentilhomme berbère. Cette année 2015 s'est terminée par un événement aussi émouvant qu'insolite.

EDITO. Hocine Aït Ahmed : le testament d'un gentilhomme berbère

Je ne parle pas de la confirmation par le président des dispositions privant de la nationalité les terroristes condamnés. C'est une mesure assez mitterrandienne et qui me semble plus gratuitement maladroite que déshonorante (Matthieu Croissandeau a dit sur ce sujet tout ce qui me paraissait devoir être dit.) J'évoque ici la solennité rurale avec laquelle les Algériens ont organisé en Kabylie même, territoire rebelle, les obsèques du dernier gentilhomme berbère de la révolution algérienne, Hocine Aït Ahmed.

C'est presque une légende mais lourde de signification. Algérie : mort de l’opposant historique Hocine Aït-Ahmed. Guerre d'Algérie, 50 ans après. Benjamin Stora, une enfance juive à Constantine. Le cinéma français a fait sa guerre d'Algérie. Contrairement aux idées reçues, les réalisateurs ont tourné tôt des oeuvres de fiction et documentaires.

Le cinéma français a fait sa guerre d'Algérie

Néanmoins, on peut se demander où sont les Apocalypse Now, le Full Metal Jacket ou même les Rambo français. Guy Pervillé. "C’était l’Algérie" (2012) mardi 1er avril 2014 par Guy Pervillé " Le silence jusqu’en 1997 " (2012) dimanche 30 mars 2014 par Guy Pervillé " Pieds-noirs : la valise ou le cercueil " (2004) vendredi 23 novembre 2007 par Guy Pervillé " Une négociation différente des autres processus de décolonisation " (2009) jeudi 19 mars 2009 par Guy Pervillé "Algérie, la guerre sans nom", dossier publié dans Le Figaro-Histoire n° 17, décembre 2014-janvier 2015 (2014) jeudi 27 novembre 2014 par Guy Pervillé.

Guy Pervillé

Le cinéma et la guerre d'Algérie , de Sébastien Denis. Le cinéma et la guerre d'Algérie Entre les événements de Sétif, en mai 1945, et l'indépendance de l'Algérie en juillet 1962, la France produit, par le biais de différents ministères ou du gouvernement général de l'Algérie, de nombreux courts métrages de propagande pour mettre en valeur son action économique et sociale. Entre imaginaire exotique et modernité triomphante, dans des départements qui, français d'un point de vue administratif, représentent pourtant un symbole colonial, une filmographie particulière voit donc le jour au moment où les nationalistes algériens réclament davantage de droits pour les populations autochtones.

Avant 1954, ce sont des sociétés civiles qui produisent ces films, le plus souvent pour le compte des administrations.

Autres mémoires