background preloader

Féminisme

Facebook Twitter

Vous quittez Facebook... Sans titre. Bon, les ptits loups, il est temps d’aborder encore un nouveau sujet de révolte.

sans titre

Serait-il possible de parler de sexe entre la poire et le fromage ? Serait-il possible qu’enfin la sexualité ne soit plus cantonnée qu’aux discours techniques, ou aux magasines féminins ou aux blagues graveleuses de comptoir ? La sexualité est un sujet passionnant où l’on ne cesse jamais d’apprendre, de s’enrichir, et qui permet également de mieux se connaître les uns les autres (oui, je vous vois vous marrer, les deux du fond). La sexualité est un sujet passionnant, et qui présente un paradoxe intéressant : il a ceci de particulier qu’il mêle l’universel et l’intime. Untitled. Merci les filles, de Virginie Berthemet, Juliette Joste et Valérie Ganne Un livre à offrir à un(e) féministe en devenir, pas encore expert(e) et qui cherche un ouvrage drôle, facile à lire et pédagogique.

untitled

Une sorte de « féminisme pour les nuls » qui revient sur les grandes avancées (droit de vote, avortement, pilule) mais insiste également sur les combats qu’il reste à mener. Des textes courts qui peuvent se lire indépendamment les uns des autres, un graphisme punchy, un ton décalé : une parfaite entrée en matière pour celui ou celle qui veut en savoir plus sur le féminisme sans avoir à ingurgiter un pavé indigeste ! Du côté des petites filles, d'Elena Gianini Belotti Ce livre, précurseur de la notion de « genre », date de 1973 mais reste furieusement d’actualité. Les TED de la semaine — Le féminisme. Pondu par Lady Dylan le 18 septembre 2013 Cette semaine nos orateurs sont toutes des oratrices.

Les TED de la semaine — Le féminisme

Le thème de la semaine : le féminisme ! Le féminisme de Courtney Martin Courtney Martin est une jeune auteure féministe, née d’une mère féministe, mais qui a dû se réapproprier son engagement. C'est pas toujours sérieux, mais parfois ça l'est. Le "male gaze" (regard masculin)

Après l’article de Thomas la semaine dernière sur le « slut-shaming », on continue avec les concepts féministes difficilement traduisibles.

Le "male gaze" (regard masculin)

To gaze signifie en effet « regarder fixement », « contempler »; on peut le traduire par « regard masculin », que j’emploierai alternativement avec l’expression anglaise. C’est pour une fille ou un garçon ? Avant propos Comme beaucoup d’entre vous le savent, je m’intéresse un brin aux questions féministes.

C’est pour une fille ou un garçon ?

Sans être un expert ou un de ces trucs peu recommandables, j’essaie d’apporter ma pierre à l’édifice et de transmettre autant que faire ce peut mes opinions. Voici donc la retranscription d’une humble formation sur le genre que j’ai faite. Un godwin nommé humanisme. Sil y a un point godwin dans le féminisme, c'est bien le fameux ânonné d'une voix ingénue par une connasse en train de compter sa collection de rouge à lèvres "oui alors moi je ne suis pas féministe, je suis humaniste".

Un godwin nommé humanisme

Je vous rassure cela s'accorde aussi au masculin). C'est ainsi que je me suis récemment vue infliger un crétin qui vient m'expliquer qu'une mort c'était une mort et que c'était tout le temps triste, que ca soit un homme ou une femme. (des fois que je me resserve un coca zéro à chaque fois qu'un homme meurt hein). J'ai bien tenté d'expliquer que je ne me situais pas sur le plan de la tristesse mais sur un plan purement analytique et militant.

Il est bien évident - tout autant que la pluie mouille - qu'il n'y a pas de morts plus graves que d'autres. Flou et peu clair, peut mieux faire. Je suis blanche.

Flou et peu clair, peut mieux faire

Je ne peux pas parler de racisme. Je suis cisgenre. Je ne peux pas parler de transphobie. Je suis hétérosexuelle, je ne peux pas parler d’homophobie. Après tout pourquoi pas. Féministe blanche. Le sexisme, ça se soigne! Il arrive assez fréquemment que j'entende "je ne suis pas féministe, mais...

Le sexisme, ça se soigne!

" ou bien "je comprends ton combat, mais je n'aime pas le mot féminisme". Il y a comme une réaction épidermique à ce mot-là. Moi, je l'aime, le mot "féminisme", parce qu'il est chargé de son histoire, de ses disputes, de sa culture, de ses figures... La colère dessert-elle la cause? J'ai manifestement heurté, parfois choqué, avec mon dernier billet consacré aux étudiants masculinistes de l'IEP de Bordeaux.

La colère dessert-elle la cause?

J'ai reçu en retour une foule de commentaires, pas toujours aimables, parfois franchement insultants, sur des forums, sur d'autres blogs, sur twitter. J'ai aussi eu la chance de pouvoir dialoguer intelligemment avec des personnes concernées, étudiant-es de l'IEP de Bordeaux, notamment, dont les propos m'ont permis de faire avancer ma réflexion, d'apporter des précisions factuelles quand il le fallait (que j'ai reportées dans des mises à jour successives de mon billet) et de dépasser ma colère initiale pour envisager une manière constructive d'envisager les faits et leurs suites. Féministe, je ne suis pas une « servante »… Ni de ce que vous appelez ma « cause », ni de personne. J'ai souvent entendu et lu, après mes interventions au sujet du sexisme, du machisme, de la misogynie, du masculinisme, sur ce blog ou ailleurs : "Madame, vous desservez votre cause".

Féministe, je ne suis pas une « servante »… Ni de ce que vous appelez ma « cause », ni de personne.

Le reproche que l'on me fait en ce cas, c'est celui d'une prétendue agressivité avec laquelle je m'exprimerais et qui disqualifierait d'office mon propos, quelque soit la forme qu'il prend : pamphlétaire ("hystérique"), cinglant ("aigrie") effrontée ("puérile"), ironique ("même pas drôle"), lyrique ("pleurnicheuse") ou pédagogique ("donneuse de leçon")... Je me suis toujours défendue jusqu'ici en cherchant à me légitimer, à justifier le sens de mes combats, en rappelant à toutes fins utiles, ce qu'est la réalité des inégalités et des violences faites aux femmes. Des inégalités et des violences si criantes qu'elles me paraissent précisément mériter qu'on hausse la voix. Donc, non, je ne baisserai pas d'un ton, vous ne me verrez pas chuchoter ni faire des clins d'oeil girly pour me faire accepter.

Eduquer oui mais pourquoi ? "On n'est pas là pour vous éduquer" est la phrase que j'entends le plus souvent (et que je tends à prononcer de plus en plus souvent également) face aux personnes qui ne sont pas féministes. Il faut tout d'abord que je vous explique comment se passe systématiquement une discussion avec un non féministe. - Non féministe : "moi je suis pour l'égalité homme/femme mais je ne suis pas féministe car les féministes veulent la supériorité des femmes". - Féministe : "ah ?

Où as tu lu cela, tu as un nom, une citation" Long silence de 15 minutes car il n'a evidemment aucune source. Comment le sexisme vient aux enfants. L'égalité homme-femme dans l'industrie de la littérature jeunesse: un beau conte de fées. C'est un billet qui ne va pas me faire gagner des amis, mais je me lance.

Ca faisait longtemps que je le soupçonnais, mais après une petite enquête j'en suis désormais convaincue: dans l'industrie de la littérature jeunesse, les créateurs sont majoritairement des femmes, mais les hommes s'arrangent quand même pour être au sommet de la gloire. C'est, encore une fois, une manifestation du phénomène décrit dans un billet précédent sur la critique universitaire de la littérature jeunesse.Attention/Warning/Achtung: quand je dis 'les hommes s'arrangent quand même pour', n'allez pas croire que je suis adepte de la théorie du complot. C'est juste pour faire formule-choc, alors continuez à lire.

Comme je vais l'expliquer, il est extrêmement difficile de déterminer les raisons de ce phénomène, même si je vais essayer de le faire en conclusion. Pour commencer, j'ai voulu connaître à peu près la proportion de femmes et d'hommes créateurs de livres pour enfants. Femmes: 66,5%Hommes: 33,5% Pourquoi? Eh, toi, la féministe de service, ça va te faire râler.

Tu as des convictions mais bon, au fond, faut pas trop en parler. Tu es la féministe de service, c’est déjà bien, alors ne la ramène pas trop s’il te plaît. Toi, tu es dans ta petite case. Pliée en quatre puis roulée sur toi-même. Tu n’es plus un être humain, fait de nuances, d’ambiguïtés et de contradictions, non, tu es LA féministe de service. On te sors de ta boite quand on s’ennuie, pour faire passer le temps quoi. . « Oh ! Sourires extatiques, attente fébrile de ta désapprobation. Tu as même lâché un ou deux « putain !

Lgbt

Mme B. est de genre féminin. Je reviens ici sur cet article de Libération Peillon: «pas de débat sur la théorie du genre» à l’école . Le genre n’est pas une théorie. Dire que cela en est une, c’est comme de dire que Les 3 ordres au Moyen-âge sont une théorie. Le fait est que c’est le patriarcat qui dit que... Le risque de passer pour une mauvaise féministe. En théorie, tout est cool. En théorie, y’a aucun problème à être une féministe à talons hauts . Une féministe qui écoute de la porno. Une féministe qui aime le rose. Une féministe qui se montre la craque de seins. Culture de l'Égalité. Quand tu rentres regonflé-e à bloc après les journées nationales (ou week-end fédé pour les intimes) et que tu dois tout raconter aux autres membres de l’asso en région.

#culturedelégalité Quand on trouve un accord à 18 sur un sujet et que certain-e-s ont travaillé dessus pendant très longtemps. #Culturedelégalité Quand tu t’apprêtes à participer aux journées nationales HF qui réunissent des représentant-e-s des associations & collectifs de 14 régions. Quand lors d’un débat ou d’un workshop autour de la question de l’égalité, un-e des participant-e-s a une révélation. Plus qu’une question de définition. IVG: la culture du traumatisme a encore de beaux jours devant elle.

Comment je veux avorter : librement, banalement, sans jugement, sans autorisation. « Quand une féministe est accusée d'exagérer, c'est qu'elle est sur la bonne voie. » Christine Delphy. Petit guide de survie pour déconstruire le discours masculiniste. Pas toujours facile les soupers de famille du temps des fêtes, surtout quand le sujet de l’égalité entre les hommes et les femmes vient sur la table. Question de rétablir quelques faits autour de votre repas des fêtes si le cœur (et le courage) y est, voici un bref guide de survie pour déconstruire quelques arguments masculinistes. Etre féministe avec trois grammes « Le mauvais genre. I myself have never been able to find out precisely what feminism is: I only know that people call me a feminist whenever I express sentiments that differentiate me from a door mat or a prostitute. Déconstruction des clichés les + courants au sujet du féminisme.

Il y a quelques jours, j’ai été invitée par Biaise sur twitter à co-écrire une FAQ du sexisme avec tout plein de beau monde tout partout. Ces études à la con qui nous prennent pour des connes. Les dangers du neurosexisme à travers le portrait-robot de «Gwendoline», LA femme telle qu'elle est décrite par des pseudo-études scientifiques.

Mi-janvier, le psychologue évolutionnaire, Jesse Bering, a écrit un article pour Slate.com, où il présentait quatre manières dont les femmes avaient évolué pour se protéger des viols lorsqu’elles ovulaient. Son article a déclenché de violentes critiques, au sein de Slate et sur des sites scientifiques notamment. Top 10 des clichés sur le féminisme et les féministes. Les féministes, toutes des salopes. Réponse aux principales critiques.

Un blog féministe pour déceler les mécanismes sexistes qui maintiennent les inégalités entre hommes et femmes. Mais vous voyez du sexisme partout! Cette semaine, cette pub pour une boutique de sport en ligne a créé la polémique sur le web. A celles/ceux qui dénoncent un énième cliché sexiste on a tendance à répondre que décidément, les féministes n’ont aucun humour. C’est exactement ce qu’on a rétorqué aux détracteurs des affiches des Infidèles. Petite leçon de rattrapage pour celles/ceux qui n’auraient toujours pas compris l’agression que l’on peut ressentir à la vue de certaines pubs : voici une sélection de campagnes qui ne datent pas de l’âge de pierre mais de la dernière décennie. Certaines sont même diffusées actuellement.