background preloader

Fondamentaux

Facebook Twitter

11 choses simples que les hommes peuvent faire pour le féminisme. 7 raisons pour lesquelles tant d’hommes ne comprennent pas le consentement sexuel – Vous n'êtes pas ici. Je vous propose aujourd’hui la traduction d’un article écrit par David Wong le 3 novembre 2016 sur Cracked.com.

7 raisons pour lesquelles tant d’hommes ne comprennent pas le consentement sexuel – Vous n'êtes pas ici

L’article original est ici. Il détaille des mécanismes qui incitent les hommes à ne pas prendre en compte le consentement des femmes en matière de sexualité (ce qu’on appelle la culture du viol). Je le trouve clair et bien illustré par des exemples de culture populaire très connus. La faute à Ève. Qu’il faut que les femmes aient le même salaire que les hommes pour le même travail, ça me paraît évident.

La faute à Ève

Qu’elles puissent avoir le droit de vote, le droit d’avorter, qu’elles soient traitées en égales, c’est la putain de moindre des choses. Évidemment, il faut se bagarrer pour. Des hommes, des vrais ? Dans ce Topo, on va parler stéréotypes, égalité hommes-femmes et vision du monde.

Des hommes, des vrais ?

Mais avant d’aborder tout ça, on va faire un petit détour… par l’Islande. Pendant longtemps, personne ne s’intéressait à l’Islande : c’était loin et froid - et surtout très cher. Puis la crise de 2008 est survenue, et le pays s’est retrouvé dans une crise économique sans précédent. Privilège blanc ? – Peuvent-ils souffrir ? Ben oui, « privilège blanc ».

Privilège blanc ? – Peuvent-ils souffrir ?

Tout comme on est dans une situation de privilégié-e si on est hétéro, cis, valide, homme, mince et probablement d’autres choses, on est privilégié-e si on est blanc-he dans le système socio-culturel actuel. Pas coupable en soi, mais privilégié-e, du bon côté de la barrière. Je partage avec vous ce strip explicatif de Jamie Kapp, publié sur le site Everyday Feminism (et traduit par moi-même) : Cette BD est centrée sur la situation aux États-Unis, mais la situation est globalement la même dans les autres pays. Je pense qu’il y a pas mal de personnes blanches qui ne sont pas conscientes de tout ça, tout simplement parce que c’est le principe du privilège : il est invisible pour celles et ceux qui en bénéficient, mais cette hiérarchie est douloureusement présente au quotidien pour les autres.

Ensuite il y a les gens qui se remettent en question… et ceux qui refusent de le faire. J'aime : J'aime chargement… Cette petite bande dessinée explique de manière choquante de réalisme pourquoi l'égalité des chances n'existe pas. Toby Morris est un artiste illustrateur et dessinateur, habitant à Auckland, Nouvelle-Zélande.

Cette petite bande dessinée explique de manière choquante de réalisme pourquoi l'égalité des chances n'existe pas

Il a récemment publié un livre dans lequel il raconte ses aventures en tant que nouveau papa "Don't Puke On Your Dad: A Year in the Life of a New Father.” Cette petite bande dessinée, intitulée "On a Plate" ("Sur un Plateau") illustre à la perfection ce qu'est le privilège, et à quoi ressemble vraiment ce qu'on appelle "l'égalité des chances". En plaçant ces deux individus côte à côte, on peut voir à quel point la sécurité financière, le capital culturel, bref, l'endroit dans lequel on a grandi, est déterminant. Même si ces deux bébés ont grandi dans deux familles qui les aiment et qui les aident, leur futur va être radicalement différent. Arguments anti-féministes (4) « On devrait se débarrasser du terme ‘féminisme’  Arguments précédemment traités:Les féministes d’aujourd’hui… Tu es trop agressive, cela nuit à ton message.

Arguments anti-féministes (4) « On devrait se débarrasser du terme ‘féminisme’ 

Tu donnes une mauvaise image des féministes. Je précise d’abord que cet argument n’est pas seulement utilisé par des personnes hostiles aux arguments féministes; je voudrais néanmoins montrer en quoi il pose problème et contribue, in fine, à l’anti-féminisme. Pas besoin d’aller loin pour retrouver cet argument, il suffit de lire les commentaires de mon précédent billet: Ce terme féminisme est bizarre, je trouve. Il porte à confusion, et comme bien expliqué dans cet article, il a tellement été trainé dans la boue qu’il est usant et fatiguant de devoir réexpliquer pendant des heures ce que féminisme veut réellement dire. Généralement, les termes proposés à la place sont « humanisme » ou « égalitarisme ». Pour ne plus jamais « se tromper de combat  ni « desservir sa cause . C’est bien connu (si, c’est bien connu), les féministes ont l’art de pointer des micro trucs dont personne à rien à carrer, juste pour faire chier.

Pour ne plus jamais « se tromper de combat  ni « desservir sa cause .

Car « faire chier » est une occupation extrêmement enrichissante ET enthousiasmante pour qui n’a rien d’autre à foutre de ses journées (et les féministes n’ont rien d’autre à foutre de leurs journées). Et avec ça, forcément faut pas s’étonner que des gens sains d’esprit viennent leur faire remarquer. Il sont déjà bien aimables ces gens de prendre un peu de temps pour essayer de les raisonner. Mais alors c'est quoi militer. La question du militantisme est une question finalement assez épineuse.

Mais alors c'est quoi militer

Ainsi par exemple beaucoup de femmes féministes hésitent à se déclarer comme militantes ; d'autant plus lorsqu'elles entendent régulièrement "qu'elles ne militent que sur Internet". Beaucoup de femmes, dans les interviews que je suis en train de mener, me disent, alors même qu'elles ont énuméré tout ce qu'elles faisaient au quotidien, me disent "ne pas se voir comme des militantes".

C'est une assertion qui ne serait pas à discuter si elle n'émanait pas parfois d'un dénigrement certain qui conduit beaucoup de femmes à toujours minorer ce qu'elles peuvent faire. Pour en finir avec les faux exemples sur le féminisme aux Etats-Unis. Quand on commence à parler de féminisme aux Etats-Unis, certains commentateurs ont une réponse toute prête: de toutes façons là-bas, les hommes évitent de monter dans un ascenseur seuls avec une femme de peur de se faire accuser de harcèlement sexuel...

Pour en finir avec les faux exemples sur le féminisme aux Etats-Unis

Est-ce qu'on veut vraiment vivre dans une telle société? Depuis l'affaire DSK et les débats qu'elle a engendrés, ce commentaire apparaît régulièrement au bas d'articles sur les sites du Nouvel Observateur, Libération, Le Figaro, Les Echos, ou encore Slate.fr. publicité Répétez cette histoire aux Etats-Unis, et personne ne comprendra de quoi vous parlez. Non, les hommes américains ne voient pas les passagères d'ascenseur comme des accusatrices en puissance. Tout cela a probablement commencé par une plaisanterie, avant de devenir un pseudo argument pour ridiculiser les féministes, notamment utilisé cet été par le journaliste Michel Crépu:

Le sexisme expliqué à ceux qui n'y croient pas - Une heure de peine... .

Le sexisme expliqué à ceux qui n'y croient pas - Une heure de peine...

Il y a des gens qui, simplement, refusent d'y croire : ça n'existerait pas, et puis c'est naturel, et de toutes façons, c'est la même chose pour les hommes. Freud racontait une histoire rigolote qui sonnait un peu comme ça, à propos d'un chaudron percé, mais passons : je ne suis pas là pour faire la psychanalyse du déni. Je vais plutôt essayer d'expliquer pourquoi le dernier argument, selon lequel les hommes aussi seraient discriminés, ne marche pas.

Et pour cela, je vais me baser, one more time, sur la sexualisation dans les jeux vidéo. I don’t want to be a feminist anymore. Noémie de Lattre : "La théorie du genre" Le sexisme anti-hommes... et pourquoi il n'existe pas. « Sexisme anti-hommes », « sexisme inversé » (s’il est « inversé », on reconnaît dans quel sens fonctionne le sexisme « normal » !)

, « misandrie »… Vous avez sans doute déjà entendu ces expressions, dans un raisonnement honnête ou pour contourner de manière fort pratique le problème de la misogynie. Elles désignent les oppressions dont seraient victimes les hommes, souvent attribuées aux féministes ou aux femmes en général. Une fois pour toutes, le contraire du mot « égalité », ce n’est pas « différence »… C’est « inégalité » Ce sera un billet (relativement) court, une fois n'est pas coutume. Juste pour rappeler que l'antonyme du mot "égalité", ce n'est pas "différence"... Mais que c'est "inégalité".

Parce que je commence à me lasser sérieusement de la mauvaise foi qui consiste à faire passer le combat en faveur de l'égalité femmes/hommes pour un combat contre la différence. Non, vouloir l'égalité, ce n'est pas nier la différence ni rêver d'un monde uniformisé. Oppression 101 ou le parfait langage imbitable du militant! La classe 101, c’est le niveau débutant dans le système scolaire anglo-saxon. Et si vous lisez la blogosphère anglaise sur les questions d’oppression (racisme, sexisme, homophobie, etc…), vous finirez par lire quelqu’un d’excédé qui vous dira que ce n’est pas la classe 101 ici! Sauf que souvent cette classe 101, on sait même pas où la trouver! On débarque avec nos gros sabots sur un site féministe/antiraciste/LGBTQIA, par la magie des Internets, et on commence à dire des grosses boulettes, et on se prend plein de retours, qu’en parfait noobz n’ayant jamais réfléchi à ses questions (des points bonus si vous êtes un homme blanc cis hétéro de milieu aisé), qu’on ne comprend pas.

Donc, voilà un article de base qui reprendra les grandes lignes de la nature de différentes oppressions, ainsi que des mots-clés communs à toutes les oppressions. Pourquoi le mot humanisme ne peut remplacer le mot féminisme. On entend très souvent dire "moi je ne suis pas féministe, je suis humaniste c'est moins excluant".

Je vais donc essayer de préciser pourquoi ce terme ne fonctionne pas et pourquoi il neutralise les discriminations. Lorsqu'on est féministe, on tente, entre autres, de montrer qu'une injure peut être sexiste. 5 techniques de domination. La technique 4, dans le débat sur le mariage homosexuel. Les opposants ont prétendu: 1) que cette loi ne concernerait qu'une très faible minorité de la population, et qu'on ne devait donc pas changer le droit pour complaire à si peu de monde (*) 2) que l'homosexualité de masse est un danger pour la société qu'il ne faut pas cautionner officiellement. (**) Il faut savoir !

On ne peut pas à la fois prétendre que ça ne concerne quasi personne et que ça concernerait tellement de monde que cela mettrait en péril la continuation de la société. (*) Comme d'ailleurs les lois en faveur des handicapés. Avec le même raisonnement (bancal), on ne devrait certainement pas leur réserver des places de parking, ou prendre des dispositions spéciales pour les chiens guides d'aveugles : cela concerne si peu de monde !

(**) Comme d'ailleurs la prêtrise et le monachisme catholique, que curieusement les opposants n'évoquent pas comme des dangers pour la société. Le sexisme, ça se soigne! Il arrive assez fréquemment que j'entende "je ne suis pas féministe, mais... " ou bien "je comprends ton combat, mais je n'aime pas le mot féminisme". Il y a comme une réaction épidermique à ce mot-là. Moi, je l'aime, le mot "féminisme", parce qu'il est chargé de son histoire, de ses disputes, de sa culture, de ses figures... Diverses, complexes, parfois opposées, jamais si caricaturales que voudraient le (faire) croire celles et ceux qui associent d'emblée le féminisme à l'hystérie, à la frustration ou à la misandrie, sans se préoccuper de sa formidable richesse, de ses stimulantes dynamiques et de la subtilité de ses ambiguïtés.

Le sexisme, cette masse de préjugés qui contaminent les relations avec l'autre genre (et avec le sien) De l’inconvénient d’appartenir à une classe dominante. Il y a quelques temps, est passée sur France 2, Aïcha, téléfilm d'un série narrant les aventures d'une jeune fille d'origine maghrébine. En gros, tous les clichés étaient présents : - les femmes arabes qui parlent avec un drôle d'accent et vont au hammam entre deux couscous - les pères arabes un peu racistes mais avec un grand coeur - les filles d'origine maghrébine qui sont sauvées par des de souche J'étais donc en train de twiter avec ardeur mes impressions lorsque quelqu'un a pris mes propos au premier degré et m'a traitée de raciste. Lorsqu'il a compris que je plaisantais, il m'a souligné que ce genre d'humour pouvait blesser beaucoup de gens. I’m not a feminist, but— Did you ever start a sentence with “I’m not a feminist, but—”?

Do you sometimes ridicule feminists because they’re so extreme/illogical/irrelevant? Do you feel that being described as a feminist would be insulting? Then I have news for you: you might be a feminist anyway. Here’s a simple test. You are a feminist if: You believe men and women should have equal rights and opportunities.You realize we’re not there yet, with the gender imbalance affecting women most of the time. 3615 Usul ft. Mar_Lard : La virilité. Pondu par Lady Dylan le 9 septembre 2012 On vous avait déjà parlé d’Usul et de @Mar_Lard. Ils reviennent cette fois ensemble, pour une vidéo jouissive sur la virilité.

Au menu de ce 3615 Usul : de la comparaison de kikis, les personnages sur-virils qui ne font rêver que les mâles, la virilisation des héros au fil de l’évolution des titres, comment se débarrasser des joueuses par le harcèlement sexuel… Cette vidéo reprend les principaux éléments d’un article de @Mar_Lard (déjà l’auteure du papier à propos de Tomb Raider et Joystick) « Genre et Jeu vidéo : des muscles et des couilles », avec le style habituel d’Usul : nonchalant, pédagogue et pince-sans-rire (« moi j’aimais bien les animaux »). Voir une vidéo pareille diffusée sur Jeuxvideo.com, ça met du baume au coeur. Le public a l’air d’apprécier aussi : l’immense majorité des commentaires sont positifs, et saluent autant la dimension humoristique que le message (pas mal de « plus intelligent/réfléchi que d’habitude »).

Le cerveau a-t-il un sexe ? - Catherine Vidal. Le côté biaisé de la Force ! Après cet article, mes camarades du forum ubuntu-fr se sont dit que ce serait chouette de faire plein de réponses simples de ce genre à des questions basiques qu’on entend souvent dans les conversations et débats sur le féminisme.

Féminisme et « féminité » : ce qui a changé pour moi (ou pas) Are you a feminist? L'humour est une chose trop sérieuse... ...pour être laissée à des rigolos. Moi : Tagazok, gars. . 15 mauvaises raisons de ne pas être féministe. Publié initialement le 23 juillet 2011. Féminisme : les idées reçues. M'a récemment été faite sur twitter cette réponse qui recense de façon magistrale à peu près tous les poncifs imaginables sur le féminisme. Allons y donc gaiement : 1. Hommes et femmes sont différents et complémentaires : L'IRM nous a permis d'étudier le fonctionnement du cerveau.

Ainsi on a découvert qu'on a tous et toutes un cerveau différent, y compris les jumeaux. 2. 3. 4. Moi je suis pas féministe, mais