background preloader

Barry Schwartz: The paradox of choice

Barry Schwartz: The paradox of choice

http://www.youtube.com/watch?v=VO6XEQIsCoM

Related:  Cerveau

Croyez en votre intuition : cela marche 9 fois sur 10 – Epoch Times Les scientifiques ont découvert que 7 seconde avant de prendre une décision, le cerveau l'a déjà décidé à l'avance.(iLexx/iStock) Dans Au-delà de la science, Epoch Times explore les recherches et les récits examinant les phénomènes et les théories qui posent un défi aux connaissances actuelles. Nous nous penchons sur les idées stimulant l’imagination et ouvrant de nouvelles possibilités. Faites nous part de vos idées sur ces sujets, parfois controversés. Comment apprendre des erreurs des autres The Conversation France travaille en partenariat avec l'émission de vulgarisation scientifique quotidienne « La Tête au carré », présentée et produite par Mathieu Vidard sur France Inter. L'une des auteures de cet article, Martine Meunier, a parlé de ses recherches dans l'émission du 17 juin 2016 avec Aline Richard, journaliste science et technologie pour The Conversation France. Réécoutez leur intervention, à 15'35". Les humains, comme la plupart des animaux, vivent en présence quasi constante de leurs congénères. L’un des avantages de cette vie en société, c’est la possibilité d’apprendre en observant les erreurs des autres.

Une commotion cérébrale transforme cet homme en génie des maths Agressé en 2002 devant un bar, Jason Padgett s'est retrouvé avec une sévère commotion cérébrale et un syndrome de stress post-traumatique. Mais l'incident a également transformé Jason Padgett en génie des mathématiques. Désormais, il voit le monde à travers la géométrie. Comment devient-on un super génie des mathématiques ?

La présidentielle de 2017 est une élection par défaut La question du renouvellement du personnel politique et du débat démocratique constitue l’un des points d’ancrage de la campagne de l’élection présidentielle de 2017. Mais au-delà des rengaines sur le « renouveau » venant souvent d’un personnel politique professionnalisé, il faut bien reconnaître que le marché électoral s’est déréglé. Tout se passe comme si l’offre politique ne correspondait plus à la demande des électeurs dont on ne sait plus trop comment prévoir le choix. En effet, celui-ci peut soit résulter d’un compromis entre plusieurs policy mix plus ou moins insatisfaisants (le vote pour le « moins pire »), soit d’un calcul stratégique pour le second tour, soit enfin et plus simplement d’un moment aléatoire de prise de décision dans l’isoloir. On n’est donc pas à l’abri d’un « coup de cœur » de dernière minute voire d’un « pourquoi pas ? », ou plus simplement d’une résignation sceptique – ce qui pourrait finalement réduire la démocratie à peu de choses.

14 juin 2017 - Le cerveau humain peut créer des structures allant jusqu'à 11 dimensions ! Des neuroscientifiques ont utilisé une branche classique des mathématiques d’une manière totalement nouvelle afin d’analyser la structure de notre cerveau : ils ont découvert que le cerveau est rempli de structures géométriques multidimensionnelles pouvant fonctionner jusque dans 11 dimensions. Comme nous sommes habitués à voir le monde d’un point de vue tridimensionnel, cela peut être difficile à concevoir. Mais les résultats de cette nouvelle étude pourraient représenter la prochaine étape de la compréhension de la structure du tissu complexe du cerveau humain. 25 biais cognitifs qui nuisent à la pensée rationnelle Les biais cognitifs sont des formes de pensée qui dévient de la pensée logique ou rationnelle et qui ont tendance à être systématiquement utilisées dans diverses situations. Ils constituent des façons rapides et intuitives de porter des jugements ou de prendre des décisions qui sont moins laborieuses qu'un raisonnement analytique qui tiendrait compte de toutes les informations pertinentes. Ces jugements rapides sont souvent utiles mais sont aussi à la base de jugements erronés typiques.

«Le libre arbitre n’existe pas» Patrick Haggard - Le Temps Patrick Haggard ne croit pas aux fantômes. En tout cas, pas au «fantôme dans la machine», cette âme ou conscience, indépendante du cerveau, qui guiderait les humains. Avec son groupe de recherche de l’Institut de neurosciences cognitives de l’University College de Londres, il étudie la cause de nos actions: ce qui les initie, comment nous les contrôlons.

Pokémon Go : 10 biais cognitifs qui expliquent le succès du jeu - Convertize Blog Chez Convertize, nous collectons et gérons les données utilisateurs conformément à la Politique de Confidentialité suivante, en suivant les valeurs de notre entreprise : transparence, accessibilité et facilité d’utilisation. En utilisant convertize.io (le « site »), vous acceptez les termes de la Politique de Confidentialité suivante. Merci de lire ceci intégralement. Nous effectuons toutes les opérations de traitement des donnés en stricte conformité avec le Règlement général européen sur la protection des données (EU) 2016/679 (le «RGPD»). Les neurosciences le disent : nous ne sommes pas libres de vouloir, mais seulement d’accepter ou refuser d’agir En 1983, le psychologue Benjamin Libet, qui fut chercheur au département de physiologie à l’université de Californie, a fait une découverte expérimentale surprenante, celle du « délai de la perception consciente » : « Le cerveau nécessite une assez longue période d’activation appropriée – allant jusqu’à environ une demi-seconde – pour parvenir à susciter la conscience d’un événement ! » Ainsi, quand nous prenons une décision, notre cerveau génère un signal dont nous n’avons pas conscience, mais qui conduit à l’opération mentale consciente de prise de décision quelque 500 millisecondes plus tard. Au moment où nous avons conscience de prendre la décision, il y a déjà 0,5 s qu’une activité cérébrale détectable par des appareils appropriés (IRM, imagerie par résonance magnétique, par exemple) a été impulsée ! « Nos pensées conscientes émergeraient inconsciemment » Le « véto conscient »

Prise de décision Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La prise de décision est un processus cognitif complexe, différent de la réaction instinctive et immédiate, visant à la sélection d'un type d'action parmi différentes alternatives. Ce processus est théoriquement basé sur des critères de choix, et sur une analyse des enjeux et des options et conduit à un choix final. Le résultat peut être une action ou une opinion d’un choix[pas clair]. Le décideur peut être une personne autonome, ou une entité multiple telle qu'un couple, une famille[1], un conseil d'administration, une collectivité (on parle ainsi de décideur public, de décision juridique...).

Quand le cerveau précède la pensée La plupart des fois où nous pensons prendre une décision, nous ne faisons en fait que valider un choix déjà effectué une dizaine de secondes plus tôt par notre propre cerveau. C’est la troublante conclusion à laquelle sont parvenus des chercheurs allemands au cours d’une étude d’imagerie cérébrale. Leurs travaux paraîtront en mai dans la revue «Nature Neuroscience». Libre choix

Pour la première fois, les scientifiques ont réussi à "charger" la connaissance dans un cerveau humain - Curioctopus.fr Beaucoup d'entre vous se souviendront de la célèbre scène du film culte Matrix dans laquelle le protagoniste Neo, sur le point d'affronter un duel, se fait "charger" dans le cerveau la connaissance des arts martiaux et devient en quelques secondes un maître. Eh bien, des chercheurs du HRL Laboratories en Californie prétendent avoir réalisé un test qui ouvrirait la voie à ce type de transmission des connaissances, bien qu'évidemment sous une forme plus limitée - pour le moment - que celle décrite dans le film. Le type d'expérience rappelle aussi beaucoup une autre séquence du film : il met l'accent sur la capacité de piloter un avion.

Derrière l’algorithme de Parcoursup, un choix idéologique Parcoursup est-il un modèle de la méritocratie républicaine ou, au contraire, un instrument de discrimination sociale, et l’un des modèles du genre en France ? Hugues Bersini (*) propose à "l’Obs" une lecture de la conception politique et économique utilitariste inscrite au cœur même de la formule algorithmique de Parcoursup. Docteur en génie nucléaire et professeur en programmation et en intelligence artificielle à l’Université libre de Bruxelles, il est l’un des inspirateurs du projet France IA (Intelligence Artificielle) et a été consultant d’Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique et de l’Innovation sous la présidence de François Hollande. Des cartes récemment publiées montrent un résultat consternant depuis la mise en place de l’algorithme de Parcoursup : la diminution de la mobilité des étudiants issus des périphéries crève les yeux.

" the current abundance of choice often leads to depression and feelings of loneliness" Barry Schwartz by nicoxbus Aug 23

Related: