background preloader

Goldman Sachs : enquête sur une société secrète

Goldman Sachs : enquête sur une société secrète
M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Marc Roche CONTENT DE LUI, de son sort, de son employeur, Yoël Zaoui affirmait sans broncher que tout allait bien dans le meilleur des mondes. C'était en octobre 2008, la clameur de la crise financière semblait bien éloignée de la salle de réunion glacée de Goldman Sachs International à Londres où le Français, à l'époque codirecteur de la banque d'investissement en Europe, nous avait longuement reçu dans le cadre d'une enquête du Monde sur la banque la plus puissante de la planète. Trois ans et demi plus tard, le petit prince de cette finance impitoyable est tombé de son piédestal. Après vingt-quatre ans de bons et loyaux services à Goldman Sachs, celui qui avait obtenu le statut d'associé en 1998 avant d'être désigné au saint des saints de la banque d'affaires - le management committee (comité de gestion) – a démissionné début avril, à 51 ans. L'histoire – et celle des entreprises n'y échappe pas – a souvent de mordantes ironies.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/05/11/goldman-sachs-enquete-sur-une-societe-secrete_1698970_3234.html

Related:  Goldman SachsLA BANQUE

Banque d'investissement Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une banque d'investissement est une banque, ou une division de la banque, qui rassemble l'ensemble des activités de conseil, d'intermédiation et d'exécution ayant trait aux opérations dites de haut de bilan (introduction en Bourse, émission de dette, fusion/acquisition) de grands clients corporate (entreprises, investisseurs, mais aussi États…). Ces activités sont généralement scindées en entités distinctes, habituellement désignées par des anglicismes : les opérations de Corporate Finance (finance d'entreprise), de Global Capital Markets (marchés financiers), et de Structured Finance (opérations de financement). On différencie parfois la banque d'investissement (investment banking en anglais) de la banque d'affaires (corporate banking) en attribuant à la première les activités de marchés et à la seconde celles de finance d'entreprise. §Détail des activités[modifier | modifier le code] §Déontologie[modifier | modifier le code]

Prélèvements bancaires : les normes SEPA risquent d'accroître la fraude Ces règles techniques, qui s'appliqueront dans le courant de l'année, pourraient entrainer une augmentation de la fraude sur les prélèvements bancaires et une hausse des tarifs, s'inquiète l'UFC Que Choisir. Les Français doivent-ils redouter le passage aux normes européennes de paiement SEPA ? Ces nouvelles règles, qui doivent entrer pleinement en vigueur le 1er août prochain, sont notamment censées simplifier les procédures en matière de prélèvements bancaires.

Les attaques se multiplient en Italie contre des symboles de l'austérité Les attentats de ces derniers jours en Italie contre des symboles de la politique d'austérité ravivent les craintes d'une résurgence de la violence extrémiste qui a ensanglanté la péninsule dans les années 1970 et 1980. Dernière attaque en date, deux cocktails Molotov ont été lancés samedi 12 mai matin contre un bureau de l'agence de perception de l'impôt Equitalia dans la ville portuaire de Livourne. Les deux engins incendiaires ont endommagé la façade du bâtiment. L’U.S. Army prête à “rééduquer” le dissident US en citoyen-Système L’U.S. Army prête à “rééduquer” le dissident US en citoyen-Système Le site Infowars.com a publié depuis trois jours plusieurs textes concernant un manuel de l’U.S. Army dont il vient d’obtenir une copie.

Quand les économistes libéraux se trompent Les subventions, les plans de relance, les réglementations, les restrictions au commerce, la collusion entre les banques et l’État, les plans d’urbanisme, les plans de sauvetage et bien d’autres choses encore n’ont rien à voir avec la liberté économique.Par Sheldon Richman, depuis les États-Unis. Aussi triste que ça puisse paraître, la politique l’emporte en général sur l’économie. Ça n’a rien de nouveau, mais les défenseurs des marchés libres devraient en tirer quelques leçons, et y ajuster leur stratégie. Les politiciens à la tête de l’État, et qui pensent être à la tête du pays, ont peur qu’on pense d’eux qu’ils ne font rien. Nous l’avons vu quand la récession nous a frappés. Le «Mécanisme européen de stabilité» ou comment Goldman Sachs a fait main basse sur l’Europe par Ellen Brown* Le coup de Goldman Sachs, qui a échoué aux Etats-Unis, a presque réussi en Europe: un renflouement (bailout) permanent, irrévocable, inattaquable des banques, garanti par les contribuables. En septembre 2008, Henry Paulson, ancien ­P.

Réforme bancaire : comment le gouvernement s'est écrasé devant le monde de la finance Les banquiers peuvent dormir tranquilles. Ce n’est pas le gouvernement socialiste qui viendra mettre de l’ordre dans les dérives du capitalisme financier. C’est une retraite en rase campagne que s’apprêtent à sonner le Parlement et le gouvernement avec la réforme du secteur bancaire, discutée à l’Assemblée nationale à partir du 12 février. Les banques et les agences de notation sont les dictateurs de l'Occident Ecrivant depuis cette région [le Moyen-Orient] qui produit plus de clichés au centimètre carré que n'importe quelle autre, je devrais peut-être y réfléchir à deux fois avant de déclarer que je n'ai jamais lu autant de foutaises, autant de débilités absolues que ce que j'ai pu voir au sujet de la crise financière mondiale. Et puis non, je ne m'abstiendrai pas. J'ai le sentiment que le journalisme censé traiter de l'effondrement du capitalisme a atteint de nouveaux tréfonds que même le Moyen-Orient ne peut surpasser en termes de soumission sans frein à ces institutions et à ces "spécialistes" de Harvard qui ont justement contribué à déclencher tout ce désastre criminel. Commençons par le "printemps arabe" – en soi une distorsion verbale grotesque du formidable éveil arabo-musulman qui ébranle le Moyen-Orient – et les parallèles minables avec les mouvements de contestation sociale dans les capitales occidentales.

John F. Kennedy et la psychopathologie de la politique Aujourd'hui je veux continuer avec le sujet de John Kennedy; il ne reste plus qu'une semaine avant l'anniversaire de sa mort, je me trouve donc devant le besoin de mettre vraiment les bouchées doubles pour arriver à l'heure à la fin du sujet. Il se trouve que maintenant que le sujet pèse si lourdement sur mon esprit, je constate qu'il y a des choses qui me rappellent constamment de ce que l'Amérique a perdu, l'état épouvantable du monde aujourd'hui en conséquence de cette perte et les raisons ultimes derrière tout cela. SOTT a posté lundi deux ou trois articles qui ont attiré mon attention. Le premier était Le peuple inoffensif , Une interview d'Elizabeth Marshall Thomas.

Contre le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance 1 Le positionnement sur le TSCG ne doit pas relever d’un choix tactique mais être un positionnement de fond Le résultat du vote sera structurant pour les années suivantes. Tout comme le positionnement sur le Traité de Maastricht a été complexe et difficile, celui sur le TSCG l’est aussi. Goldman Sachs – Le thème puissant de son fondateur Les récents placements au pouvoir de Papadémos en Grèce et de Monti en Italie, anciens de Goldman Sachs, illustrent à merveille la puissance de la banque d’affaires américaine sur la gouvernance de l’Europe, des Etats-Unis, voire du Monde. La banque d’affaires qui inspira le film «La Firme» rythme en effet depuis sa création en 1869 la spéculation mondiale en bien, pour son profit, et en mal pour les peuples. Qualifiée de grande machine à bulles, elle est à l’origine des krachs et autres prises de bénéfices rapides des dernières décennies.

Les grandes banques françaises profiteraient de l’équivalent d’une subvention de 48 milliards ! Les banques européennes bénéficient d’un « soutien » de 200 à 300 milliards d’euros par an, grâce à la garantie implicite que les États leur fournissent. L’équivalent de 1,5% du PIB européen ! Et près de deux fois le budget annuel de l’Union européenne ! Telle est la conclusion d’une étude réalisée par l’expert financier indépendant Alexander Kloeck, à la demande des eurodéputés écologistes. Cette garantie implicite concerne principalement les banques « mixtes », qui combinent deux types d’activités au sein d’une seule entité juridique : banques de dépôts, elles gèrent l’épargne des particuliers ou des entreprises, et leur octroient des prêts ; banques d’affaires, elles interviennent sur les marchés financiers. En cas de faillite bancaire, les États sont garants « en dernier recours » des dépôts des épargnants.

Related:  Finance et compta d'abrutisToo Big To Fail qu'ils disaient