background preloader

What price the new democracy? Goldman Sachs conquers Europe - Business Analysis & Features - Business

What price the new democracy? Goldman Sachs conquers Europe - Business Analysis & Features - Business

http://www.independent.co.uk/news/business/analysis-and-features/what-price-the-new-democracy-goldman-sachs-conquers-europe-6264091.html

Related:  Goldman Sachs et l'Europe (en Europe)Sites, documentaires & articles

Goldman Sachs et la Grèce : une histoire de vampire Du nouveau Premier ministre grec Lucas Papademos au nouveau président de la BCE Mario Draghi, Goldman Sachs prend le pouvoir. Et là où c'est ironique, c’est que cette même banque a trafiqué les comptes grecs pour permettre l’entrée du pays dans la zone euro. Goldman Sachs est une des institutions les plus rentables du monde, avec près de 30 % de rentabilité moyenne par an ces 10 dernières années. C’est aussi une entreprise extrêmement puissante politiquement, qui a su placer ses cadres aux plus hauts postes du monde, à tel point que cette banque donne une dimension encore jamais atteinte au conflit d’intérêt. Rien que cette semaine, deux anciens de Goldman Sachs ont été nommés chefs de gouvernement, Mario Monti en Italie et Lucas Papademos en Grèce. Goldman Sachs est depuis longtemps au chevet des Grecs.

« Reboote la France ! » Des geeks veulent prendre l’Elysée L’élection présidentielle se rapproche. Bon, elle est encore suffisamment éloignée pour s’épargner les premiers pronostics ou la liste des alliances possibles, mais certains se lancent déjà pour proposer des initiatives inédites et connectées. Manuel Dorne, blogueur français plus connu sous le pseudo Korben, décrit ainsi dans un billet « les 10 étapes nécessaires pour prendre le pouvoir ». L’objectif, c’est l’Elysée. L’idée, elle, est venue comme cela : « On déconnait ce soir sur Twitter avec les copains et je me suis dit que ce serait cool de trouver un volontaire motivé pour devenir président de la République. »

Entre la démocratie et la Troïka, il faudra trancher Mikis Theodorakis devant le Parlement grec (photo : Arton) Les choses tournent vraiment vinaigre. L’Europe, cette Union démocratique censée rassembler les peuples du vieux continent, est en train de tomber en déliquescence sous les coups de boutoir de la « Grande perdition » et de son oiseau de mauvais augure : la Troïka. Les politiques d'austérité tiennent-elles à une erreur sur Excel? L’un des articles économiques les plus cités ces dernières années par les partisans de l’austérité est-il fondé sur une erreur de calcul sur Excel? La polémique fait rage sur dans les médias économiques américains depuis vingt-quatre heures et cible les travaux de Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, deux économistes d'Harvard auteurs ces dernières années d'un essai remarqué sur la crise financière (Cette fois, c'est différent. Huit siècles de folie financière) et qui ont occupé de hautes responsabilités au sein du FMI. En cause, un article qu'ils ont publié en 2010, «Growth in a Time of Debt», qui, à partir de statistiques de la période 1946-2009, faisait état d’une croissance bien plus basse dans les pays dont la dette publique dépasse 90% du PIB —pour situer, c'est le niveau qu'a dépassé la France fin 2012. 2 points de croissance en moins Conclusion de Herndon, Ash et Pollin:

Goldman Sachs, le trait d'union entre Mario Monti, Lucas Papadémos et Mario Draghi Le président de la BCE, le président désigné du conseil italien et le nouveau premier ministre grec ont en commun d'avoir été associés à la banque américaine. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marc Roche Qu'ont en commun Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papadémos ? Le nouveau président de la Banque centrale européenne, le président désigné du conseil italien et le nouveau premier ministre grec appartiennent à des degrés divers au "gouvernement Sachs" européen. La banque d'affaires américaine a en effet tissé en Europe un réseau d'influence unique sédimenté depuis des lustres grâce à un maillage serré, souterrain comme public. A tout concours, il faut une hiérarchie. Le Gouvernement Monti est-il un putsch anti démocratique de "Goldman Sachs Bilderberg Rockfeller" ? Chute de Berlusconi : Le Gouvernement Monti est-il un putsch anti démocratique de "Goldman Sachs Bilderberg Rockfeller" ? Giorgio Napolitano le président de la République italienne a confié la tâche de former un nouveau gouvernement à Mario Monti, "personnalité indépendante", comme l'a souligné le chef de l'Etat, même si l'économiste fait partie du Groupe Bilderberg et de la Commission Trilatérale de David Rockefeller.«Il est clair qu'aujourd'hui il n'y a aucune alternative politique à notre gouvernement», dit Silvio Berlusconi dans un message vidéo le lendemain de sa démission du poste de premier ministre.

Jacques Rancière: «L'élection, ce n'est pas la démocratie» - 28 mai 2012 Le Nouvel Observateur. L'élection présidentielle est généralement présentée comme le point culminant de la vie démocratique française. Ce n'est pas votre avis. Pourquoi? Jacques Rancière. Dans son principe, comme dans son origine historique, la représentation est le contraire de la démocratie. La Grèce sous l’Occupation de l'oligarchie financière - Néo-totalitarisme « On ne se bat pas seulement contre les mesures d’austérité imposées par l’Union européenne. C’est devenu une bataille pour la liberté et la démocratie », affirme Alexandros Frantzis. Ce biologiste fait partie des Indignés athéniens. Comme beaucoup de Grecs, il est révolté par les mesures imposées par la « troïka » (la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI) pour l’octroi de son nouveau plan de sauvetage, validé le 21 février. Parmi les multiples exigences : la création d’un compte budgétaire bloqué consacré au remboursement de la dette et au paiement des intérêts, et l’inscription dans la Constitution grecque, dans les deux mois à venir, de la priorité donnée au service de la dette.

Dettes publiques : les audits citoyens gagnent l'Europe Du 15 au 18 février dernier, Thessalonique a accueilli la troisième rencontre du Réseau international pour un audit citoyen de la dette (ICAN). Cette plate-forme regroupe différentes initiatives nationales d’Europe et d’Afrique du Nord, dont le point commun est de chercher à se réapproprier le débat sur la dette par la création de « comités d’audit citoyen ». « L’idée est avant tout de repolitiser un enjeu qui nous a été confisqué par les « experts » en tout genre », confie ainsi Émilie du Cadtm (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-monde), une ONG active depuis longtemps sur la question de la dette des pays du Sud et qui s’est récemment recentrée sur l’Europe à la faveur de la crise de l’euro. Son fondateur, Éric Toussaint, a notamment participé à l’audit gouvernemental réalisé en Équateur en 2006 à la demande du nouveau président Rafael Correa, qui a permis de déclarer illégitime près de 80 % de la dette du pays.

"La croissance mondiale va s'arrêter" Quarante ans après son rapport au Club de Rome, Dennis Meadows réaffirme les limites de l’expansion économique. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart et Hervé Kempf En mars 1972, répondant à une commande d'un think tank basé à Zurich (Suisse) – le Club de Rome –, des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) publiaient The Limits to Growth, un rapport modélisant les conséquences possibles du maintien de la croissance économique sur le long terme. De passage à Paris , mercredi 23 mai, à l'occasion de la publication en français de la dernière édition de ce texte qui fait date (Les Limites à la croissance, Rue de l'Echiquier, coll. "Inital(e)s DD", 408 p., 25 euros), son premier auteur, le physicien américain Dennis Meadows, 69 ans, a répondu aux questions du Monde. Quel bilan tirez-vous, quarante ans après la publication du rapport de 1972 ?

Mario Draghi, un soupçon de Goldman Sachs à la BCE - Masque de Mario Draghi lors d'une manifestation contre la politique économique italienne le 12 octobre à Rome. REUTERS/Stefano Rellandini - Dans la crise de la dette souveraine en Europe, la Grèce aura été un détonateur. Mais on sait aujourd’hui qui a masqué les déficits budgétaires du pays pour qu’il soit éligible à l’euro, c'est-à-dire qui a renversé le baril de poudre pour cacher les trous dans les comptes. On sait aussi qui a ensuite spéculé contre la capacité du pays à rembourser ses dettes, et a en quelque sorte allumé la mèche. Un scénario véritablement explosif, dont la banque d’affaires Goldman Sachs est, sans qu’on puisse en douter, l’auteur.

“L'abstention des classes populaires est tout à fait logique” D’après les sondages, les élections régionales des 6 et 13 décembre risquent de prouver une nouvelle fois que la démobilisation électorale est l’une des caractéristiques majeures de notre vie politique. Pourquoi en est-il ainsi ? Les sociologues Thomas Amadieu et Nicolas Framont, respectivement associés au GEMASS (laboratoire CNRS-Paris IV) et à l’université Paris-Sorbonne, nous répondent. L’austérité à marche forcée... 10 choses que vous devez savoir sur le Pacte budgétaire Le 1er mars 2012, 25 chefs d’État et de gouvernements ont signé un nouveau traité [1], qui devrait entrer en vigueur au début de l’année 2013. Ce Pacte budgétaire a été conçu dans l’urgence, et sous de très mauvais auspices : ses promoteurs avaient initialement prévu de l’adopter sous forme de modification des traités existants, mais le véto de la Grande-Bretagne, lors du Conseil européen du 9 décembre, les a obligés à créer un nouveau Traité ad hoc. Cette procédure permettait en outre une adoption plus « souple » et « simple », c’est-à-dire qu’elle garantissait moins d’« interférences » liées à tout débat public et démocratique, en adoptant un traité de l’Union européenne qui n’en était pas vraiment un.

Related: