background preloader

Comment Goldman Sachs a mis la Grèce à genoux en 10 ans

Related:  Goldman Sachs et l'Europe (en Europe)

Mario Draghi, un soupçon de Goldman Sachs à la BCE - Masque de Mario Draghi lors d'une manifestation contre la politique économique italienne le 12 octobre à Rome. REUTERS/Stefano Rellandini - Dans la crise de la dette souveraine en Europe, la Grèce aura été un détonateur. Mais on sait aujourd’hui qui a masqué les déficits budgétaires du pays pour qu’il soit éligible à l’euro, c'est-à-dire qui a renversé le baril de poudre pour cacher les trous dans les comptes. Or, Mario Draghi, ex-associé de cette banque, va devenir le président de la Banque centrale européenne. publicité Dans la vie réelle, des sanctions auraient été prononcées contre la banque en question. Dix ans plus tard, sur un dossier qui révèle des pratiques transgressives au regard de l’éthique, Goldman Sachs empoche les dividendes. La gueule de l'emploi Au regard de sa seule carrière, Mario Draghi n’est pas illégitime à la tête de la BCE. Toutefois, c’est l’Allemand Axel Weber qui avait vocation à reprendre le flambeau. Goldman Sachs et le pot de confiture «La nomination de M.

pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens / 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie "Création de monnaie", & J'ajoute, Zolko : 18 pages de messages pour en arriver à la conclusion que la gestion du prêt d'un euro vaut 10 euros d'honoraires et celle d'un prêt d'un milliard d'euros, 50 euros ! Il me semble qu'on gagnerait en clarté à remplacer l'expression "création de monnaie" par "contrefaçon de monnaie". Voyez les documents référencés par AJH : il en ressort, sauf erreur, que la banque ne crée pas de monnaie quand elle prête sur ses fonds propres, et que lorsqu'elle prête sur des fonds qu'elle a empruntés le système ne peut fonctionner qu'à condition que plus de 20 ou 30 % de ses créanciers ne se présentent pas en même temps à ses guichets pour se faire rembourser. C'est le système d'escroquerie de Madoff, mais autorisé par la loi. Il me semble aussi que la "vitesse de circulation de la monnaie" a pour pendant la "vitesse de la circulation des biens" (et des services) représentés par la monnaie. La dame de Condé ...ou l’accroissement de la masse monétaire

Le Gouvernement Monti est-il un putsch anti démocratique de "Goldman Sachs Bilderberg Rockfeller" ? Chute de Berlusconi : Le Gouvernement Monti est-il un putsch anti démocratique de "Goldman Sachs Bilderberg Rockfeller" ? Giorgio Napolitano le président de la République italienne a confié la tâche de former un nouveau gouvernement à Mario Monti, "personnalité indépendante", comme l'a souligné le chef de l'Etat, même si l'économiste fait partie du Groupe Bilderberg et de la Commission Trilatérale de David Rockefeller.«Il est clair qu'aujourd'hui il n'y a aucune alternative politique à notre gouvernement», dit Silvio Berlusconi dans un message vidéo le lendemain de sa démission du poste de premier ministre. Tous ne sont pas d'accord sur le fait que Mario Monti soit si «indépendant», vu qu'il a été «conseiller international de Goldman Sachs» et «conseiller de Coca-Cola Company». Avec Mario Monti, l'Italie est livrée désormais aux mains d'un comité de pilotage commandée par une association privée de forte puissance économique, connue sous le nom de "groupe Bilderberg".

Selon Goldman Sachs, 50 banques européennes échoueraient à de nouveaux "stress tests" Les nouveaux tests de résistance menés par l'autorité bancaire européenne (EBA) pourraient révéler des besoins de recapitalisation de 298 milliards d'euros, selon une simulation réalisée par les analystes de la banque américaine Goldman Sachs publiée vendredi. Pour obtenir ce résultat, les analystes ont repris les hypothèses macroéconomiques dégradées retenues lors de la précédente vague de tests, dont les résultats ont été publiés mi-juillet. Une hypothèse de décote de 60% sur les titres grecs Ils y ont ajouté une décote de 60% sur la valeur des titres grecs, de 40% sur les titres irlandais et portugais, et enfin de 20% sur les titres italiens et espagnols. Une aide d'urgence requise Des 91 banques passées au crible, 50 échoueraient à ces nouveaux tests, faisant apparaître un besoin de fonds propres supplémentaires de 298 milliards d'euros. BNP Paribas et Société Générale durement sanctionnées

Goldman Sachs et la Grèce : une histoire de vampire Du nouveau Premier ministre grec Lucas Papademos au nouveau président de la BCE Mario Draghi, Goldman Sachs prend le pouvoir. Et là où c'est ironique, c’est que cette même banque a trafiqué les comptes grecs pour permettre l’entrée du pays dans la zone euro. Goldman Sachs est une des institutions les plus rentables du monde, avec près de 30 % de rentabilité moyenne par an ces 10 dernières années. C’est aussi une entreprise extrêmement puissante politiquement, qui a su placer ses cadres aux plus hauts postes du monde, à tel point que cette banque donne une dimension encore jamais atteinte au conflit d’intérêt. Goldman Sachs est depuis longtemps au chevet des Grecs. Et là où la situation devient ubuesque, c’est que Mario Draghi est nommé, depuis 2 semaines, président de la banque centrale européenne (BCE). Pour aller plus loin : Le portrait de Mario Draghi : De nouveaux dragons des marchés s’installent à la BCE Le cri d'alarme de Patrick Le Hyaric : La démocratie est en danger

What price the new democracy? Goldman Sachs conquers Europe - Business Analysis & Features - Business This is the most remarkable thing of all: a giant leap forward for, or perhaps even the successful culmination of, the Goldman Sachs Project. It is not just Mr Monti. The European Central Bank, another crucial player in the sovereign debt drama, is under ex-Goldman management, and the investment bank's alumni hold sway in the corridors of power in almost every European nation, as they have done in the US throughout the financial crisis. Until Wednesday, the International Monetary Fund's European division was also run by a Goldman man, Antonio Borges, who just resigned for personal reasons. Even before the upheaval in Italy, there was no sign of Goldman Sachs living down its nickname as "the Vampire Squid", and now that its tentacles reach to the top of the eurozone, sceptical voices are raising questions over its influence. This is The Goldman Sachs Project. With these connections, it was natural for Goldman to invite him to join its board of international advisers.

Goldman Sachs, le trait d'union entre Mario Monti, Lucas Papadémos et Mario Draghi Le président de la BCE, le président désigné du conseil italien et le nouveau premier ministre grec ont en commun d'avoir été associés à la banque américaine. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marc Roche Qu'ont en commun Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papadémos ? Le nouveau président de la Banque centrale européenne, le président désigné du conseil italien et le nouveau premier ministre grec appartiennent à des degrés divers au "gouvernement Sachs" européen. A tout concours, il faut une hiérarchie. Deux autres poids lourds tiennent le haut du pavé dans la défenestration de l'euro, Otmar Issing, ex-président de la Bundesbank et Jim O'Neill, l'inventeur du concept des BRICS, l'acronyme désignant les marchés émergents à fort potentiel de croissance (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Pourtant, au-delà des apparences, le réseau d'influence qui a fait sa puissance avant ou pendant la tourmente politique financière de 2008 a perdu de son efficacité.

TSCG : le nouveau produit toxique de Goldman Sachs contre l'Europe Chacun le sait désormais, la banque Goldman Sachs, banque sans agence ni vitrine, est à l’origine du séisme économique qui secoue le monde depuis 2007. Nous ne reviendrons donc pas A gauche pour de vrai ! sur le produit financier “Abacus” du jeune trader Fabrice Tourre. Ce produit était une concentrations d’emprunts immobiliers insolvables de petits accédants à la propriété sans le sous. Acte I : le plan Paulson. Acte II : après les Etats Unis, l’Europe. Mais comment obtenir la garantie d’être payer par Athènes, et surtout par l’Europe toute entière puisque la dette grecque a contaminé toute l’économie de la zone euro, justement via l’Euro et conformément au plan de Goldman Sachs ? Epilogue. Sydne93

Comment la dette de la Grèce profite aux spéculateurs... Unepetite infoqui mérite de s’y arrêter : quelques uns, timidement, ont dénoncé le rôle de la banque Goldman Sachs dans l’aggravation de la situation financière de la Grèce. Ladite banque, qui affichait un bénéfice de plus de 13 milliards de dollars pour 2009, a joué sur tous les tableaux. Mais, d’autres pays sont dans la ligne de mire des fonds spéculatifs, qui font ce qu’ils veulent des monnaies. L’exemple type : la Grèce Angela Merkel a lancé le pavé dans la mare fin février : elle estime "scandaleux" que Goldman Sachs1] ait aidé la Grèce à maquiller l’ampleur de sa dette (112% du PIB aujourd’hui). Normal : après la gestion désastreuse du leader de la droite Caramanlis2] et de ses prédécesseurs, les caisses du pays étaient encore plus vides que celles de la France après trois ans de sarkoland et une crise économique. Pour gagner de l’argent en misant sur le risque que la Grèce n’arrive pas à rembourser sa dette, Goldman Sachs a 1. 2. 3. 4. 5. surtout profité aux spéculateurs7].

Goldman Sachs, grand gagnant de la crise de la dette grecque Alors que la Grèce commence tout juste à respirer au lendemain du succès de la restructuration de sa dette, une enquête publiée mardi par Bloomberg lève le voile sur un épisode crucial du naufrage grec. Ces révélations ont été rendues possibles par les premiers témoignages publics de deux personnages-clés de la transaction qui a permis à la Grèce dissimuler à ses partenaires européens l'ampleur de son endettement: Christoforos Sardelis, responsable du bureau de gestion de la dette à Athènes entre 1999 et 2004, et Spyros Papanicolaou, son successeur de 2005-2010. Une endettement qui a presque doublé en quatre ans Au cœur de l’engrenage: un accord de «swap» conclu avec la banque d’affaires Goldman Sachs en juin 2001. Cela avait pour effet mécanique de «faire disparaître environ 2% de la dette grecque de ses comptes nationaux», expliquent-ils. Un montage de produits dérivés d’une complexité extrême dont les responsables grecs n’étaient pas capables de mesurer les dangers, de leur aveu même.

Pendant que la Grèce souffre, Goldman Sachs se remplit les poches Alors que la Grèce sombre chaque jour un peu plus dans l'austérité et subit une véritable saignée, les responsables de cette crise ne sont eux pas inquiétés, mieux : Ils font des bénéfices records et arrosent leurs salariés de prime de rendement. Chômage record pour la Grèce et bénéfice record de ses bourreaux. Le 10 Janvier 2013, l’Autorité des statistiques grecques a publié les dernières statistiques mensuelles du chômage. Ces statistiques ont révélé que le taux de chômage officiel a continué de s’aggraver rapidement en Grèce en octobre 2012 par rapport à septembre 2012, frappant 26,8% de la population active contre 26,0% le mois précédent, et 19,7% un an auparavant. Le nombre officiel de chômeurs a augmenté de 368.102 personnes par rapport au mois de septembre 2011, ce qui représente une hausse de +37,7 % en un an. Soupes populaires et augmentation des fouilles dans les poubelles Autre statistique : Le chômage touche 30,4% des femmes grecques pour 24,1% des hommes.

Goldman Sachs conseille à la France de baisser les salaires de 30% Tout juste lauréate du «prix de la honte» 2013, décerné par Greenpeace Suisse, la banque américaine Goldman Sachs a jugé bon de donner des «conseils» à la France pour enrayer la crise. Notamment baisser tous les salaires de l'Hexagone de 30%. Une «solution» qui ne fait pas l'unanimité. Interviewé vendredi par le Huffington Post, l'économiste en chef de la banque, Huw Pill, a généreusement confié son analyse de la situation française. Le «Monsieur Europe» de la banque internationale d'investissement s'est ainsi penché sur son «manque de compétitivité» et nombre de «déséquilibres dans ses comptes». Un secteur public trop important Autre problème «chronique» de la France selon le cadre de cette grande banque surnommée «le diable de la finance», «un secteur public bien trop important». En recevant le «prix de la honte», symbole des mauvaises pratiques de la finance, Goldman Sachs a reçu une volée de bois vert.

Related: