background preloader

Définir la littératie numérique

Définir la littératie numérique
Habilo Médias, Centre canadien d'éducation aux médias et de littératie numérique, publie en ligne un document de discussion intitulé « Définir la politique de littératie numérique et la pratique dans le paysage de l’éducation canadienne » visant à définir les caractéristiques et les points d’intérêt de la littératie numérique et de la citoyenneté numérique dans l’ensemble du pays, à explorer des idées et des pratiques pour enseigner et apprendre avec les technologies numériques ainsi que de nouvelles perspectives dans les écoles où l’enseignement et l’apprentissage se font avec ces mêmes technologies. Quelle définition de la littératie numérique ? Selon les auteurs, il n'existe pas de définition consensuelle de la littératie numérique. Pour se forger une solide culture numérique, ils retiennent toutefois l'idée d'une combinaison de capacités technologiques, de compétences intellectuelles et de comportements éthiques. Enseigner la littératie numérique Utiliser, comprendre et créer

http://eduscol.education.fr/numerique/tout-le-numerique/veille-education-numerique/archives/2015/mai-2015/definir-la-litteratie-numerique

Related:  Humanités numériquesAutour de culture numérique et éducationCompétences numériquesEnseigner l'information

Le modèle SAMR : une référence pour l’intégration réellement pédagogique des TIC en classe Le modèle SAMR, élaboré par Ruben Puentedura, est une référence théorique très importante pour les éducateurs qui souhaitent réfléchir à l’intégration efficace et réellement pédagogique des technologies en classe. En voici un résumé. Le modèle SAMR offre une méthode permettant de mieux saisir comment la technologie peut avoir un réel impact sur l’enseignement et l’apprentissage. Littératie numérique et compétences associées Si pour l’OCDE la littératie est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités ». La littératie numérique par extension serait liée à l’entrée dans une culture numérique, où les signes électroniques sont inscrits dans une multiplicité de supports et manipulables d’une grande variété de manière. L’enjeu est l’accès à la culture. La littératie numérique semble encore difficile à décrire. Dans un passionnant dossier d’Educsol, plusieurs auteurs s’efforcent d’approcher une définition.

Pas cinq mais dix compétences à maîtriser pour être numériques d’ici 2020 ! Je rebondis ici sur un billet paru sur le blogue de l’ami Philippe Martin où il cite un jeune de chez Google :«Aditya Mahesh est une jeune recrue depuis un an chez Google avec le titre de product marketing manager. Dans un article de TechCrunch il partage son expérience et pointe vers ce qu’il estime les compétences essentielles que toute personne devrait acquérir pour être totalement en phase dans ce nouveau monde numérique qui se met en place.» Je dois avouer que je ne suis guère impressionné par les cinq compétences qu’il juge essentielles et que Philippe a reproduites comme suit : 1- Design: savoir utiliser Photoshop pour créer ou modifier des fichiers graphiques ou des photos, savoir également créer des maquettes et des «wireframe» afin de mieux visualiser vos idées et concepts.

Qu'est-ce que la littératie numérique ? - Prim à bord Définitions : Selon l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), la littératie est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités. » Pour le Centre canadien d’éducation aux médias et de littératie numérique, « Habilo Médias », Michael Hoechsmann et Helen DeWaard indiquent que « la littératie numérique n’est pas une catégorie technique qui décrit un niveau fonctionnel minimal de compétences technologiques, mais plutôt une vaste capacité de participer à une société qui utilise la technologie des communications numériques dans les milieux de travail, au gouvernement, en éducation, dans les domaines culturels, dans les espaces civiques, dans les foyers et dans les loisirs » . Utiliser, comprendre et créer constituent les 3 compétences clés en littératie numérique.

Chronologie des humanités numériques 1945. Von Neumann et Turing posent les fondements de l’informatique Turing pose les fondements théoriques de ce qui sépare la machine à calculer de l’ordinateur : la capacité de ce dernier à réaliser un calcul en utilisant un algorithme conditionnel. Lettre TIC'Édu thématique n°01 — Enseigner avec le numérique Sommaire I. Zoom sur... culture(s) numérique(s) Perfectionnement Puisque les technologies numériques ont un impact sur tous les maillons de la chaîne de création du secteur culturel, soit la création, la production, la distribution, la commercialisation et la conservation, Compétence Culture s’est engagé en 2015 dans le développement des compétences numériques des artistes et des travailleurs culturels en devenant mandataire de la Mesure 21 du Plan culturel numérique du Québec. Les créateurs, les professionnels et les gestionnaires œuvrant dans l’un ou l’autre des sous-secteurs de la culture ont en effet besoin de développer les compétences associées au numérique, qu’il s’agisse de pouvoir utiliser les technologies numériques ou de développer de nouvelles manières de faire qui s'inscrivent dans la culture numérique, c'est-à-dire qui font appel à la collaboration, à l'ouverture et au partage.

1. Le Pacifi, un océan de questions. Introduction à une analyse critique du document Pacifi Présentation du document Pacifi Le document Repères pour la mise en œuvre d’un Parcours de formation à la culture de l’information1 a été publié sur le site Eduscol le 12 octobre 2010, sous forme d’un fichier pdf téléchargeable de 37 pages. Son élaboration semble s’être déroulée sur la seule année 2009-2010, ce qui est relativement court pour un projet de ce type. L’équipe était constituée de 24 personnes, parmi lesquelles on pouvait compter 12 professeurs documentalistes, dont 7 seulement exercent effectivement en établissement du second degré. Le reste de l’équipe compte cinq IA-IPR EVS, quatre chercheurs, un directeur-adjoint de CRDP et la directrice déléguée du CLEMI. Notons enfin qu’au moins deux tiers de ces acteurs ont été membres du jury du Capes de Documentation.

Related: