background preloader

Habitat intégré à l'environnement

Habitat intégré à l'environnement

Vivre dans une maison de hobbit Quand j’était petit enfant et ado, mon père m’emmenait en randonné dans les alpes et les pyrénées. Vous n’imaginez pas le nombre de village déserté dans les pâturages pyrénéens. Une bergerie en ruine encore bien conservée avait l’habitation du berger sur son toit et le reste du toit couvert de terre et de hautes herbes. Sur le coup j’ai trouvé l’idée géniale et depuis je me dit que si je doit acheter une maison un jour, je ferait construire sur ce principe. Le rêve a germé et les idées sont passées de "bunker" à "murs inclinés pour faire pousser dessus". Voici les variantes auxquelles j’ai pensé : Le modèle du pauvre : Vous prenez un container, un vieux wagon ou bus à la retraite, vous le posez par terre et foutez de la terre dessus. La terre n'est pas dure a trouver, mais ne l'achetez surtout pas,il y en a sur le terrain. Les containers deviennent hypes mais je suis froid là dessus. franchement je me voit pas vivre dedans. construisez votre maison vous-même habitation troglodyte viking

Fabriquer la ville à l’heure de l’injonction au « durable » La question de la « sustainability » a fait son entrée en fanfare il y a une quinzaine d’années dans les discours politiques, dans les échanges entre praticiens, comme dans les programmes publics de financement de la recherche [1]. Sa traduction française par le terme de « durabilité » est loin de faire consensus, mais elle est utilisée par commodité, laissant peu définie la préoccupation à laquelle elle renvoie. Nombreux et divers sont donc les discours qui circulent, par exemple, sur la ville ou l’habitat durables. Les compétences professionnelles en voie de constitution dans ce champ semblent s’enraciner sur chacun des trois pôles canoniques du développement durable : le social, l’économique et l’environnemental. Ainsi, en amont du travail des concepteurs, le débat se porte sur les conséquences pratiques de l’injonction à la lutte contre le réchauffement climatique. Au sommaire Les concepteurs de la ville face à l’injonction au « durable »

Cabane dans les arbres Accueil > Cabanes Cette page cabane est une invitation au voyage à travers un portefolio, des textes, des réflexions. Une introduction à l’habitat alternatif, au minimal, à l’esprit cabane. Des articles à parcourir, à commenter, à partager sur vos réseaux. Cabanes du monde.

HABITATION AUTONOME Study short Hydroponics I course online -Learn hydroponic growing at home by e-learning Hydroponics can be used to grow herbs anywhere, inside or out, on a veranda or balcony, on a roof or vertically on a wall. You don’t need soil, or a lot of room to have a source of fresh herbs for the kitchen - all year round. Most of the herbs you find in the supermarket such as basil, dill, parsley, mint, thyme, tarragon etc., have been grown hydroponically. Sometimes they are sold as bunches and sometimes in pots that you can place on the window sill, so you can snip leaves as you need them – in either case they are not usually a cheap option. Why not try growing them yourself? For some, it’s just another thing to try, but there are other reasons: Advantages Disadvantages The main problem associated with growing herbs hydroponically is in producing plants that have the same or similar flavour to those grown in the ground. What is the Best Growing System? There are lots of possibilities. Most systems though include: What herbs are best? Points to consider for success

HABICOOP - Habitat coopératif Accueil La loi ALUR du 24 mars 2014 permet la reconnaissance du statut de coopérative d’habitants. Retrouvez le texte de la loi ALUR Plus d’informations sur le processus de construction et de vote de la loi La coopérative d’habitants c’est plus que du logement : Le coopérateur est locataire mais aussi propriétaire de parts sociales de la coopérative. La coopérative est un outil de lutte contre l’exclusion et la spéculation immobilière. Les coopérateurs montent ensemble un projet de vie. La coopérative d’habitants permet la mutualisation de services et le partage d’espaces communs (buanderie, chambre d’amis, atelier de bricolage, garde d’enfants...). Les projets ont une forte ambition écologique et ont pour objectif de réaliser des économies d’énergie sur le long terme. Habicoop travaille au montage juridique et financier des coopératives d’habitants. Plus d’informations sur les groupes projets To read a presentation about Habicoop in english Tweets de @Habicoop Coordonnées de l’association :

Dossier habitats marginaux, atypiques et alternatifs (pleins de magnifiques photos). 5 Habitats roots. Pas de plans, d'abaques, juste une invitation au rêve. Certains sont adeptes, philosophes de ces chemins qui croisent l'objet, le lieu. Rencontre fortuite, combines, l'essentiel est d'éviter le contact avec le cordon de la bourse, la consommation. Bienvenue dans l'habitat... décroissant. ROOTS? Alors va-t-on être les premiers à mettre une case sur ces personnes? Trêve de caricature, "root": racine se retrouve dans le reggae, puisque c'est l'essence même de cette musique, dans une optique de mettre en évidence les racines des Afros-Antillais et de tous les descendants des africains déportés. Retour aux racines, virage plus ou moins dans les graviers pour tenter de vivre un peu plus en accord, avec des valeurs qui sont pas réellement celles qu'on leur a inculquées à la maison, à la téloche, et dans les magazines. Prendre possession d'un lieu, d'une maison, une cabane, une ruine S'adapter à l'existant d'une manière décroissante. Investissement minimum, Objets hors du temps, .

Création d'une maison accueil personne agées Dans mon cas, je pense faire les travaux moi-même, car obtenir des aides est souvent tellement long que cela tue le projet (deux ans constatés par exemple, pour un financement de logement social). Lorsque l'on fait les travaux soi-même, et ponctuellement avec des personnes benificiant des nouveaux contrats, les frais se réduisent, on récupère des matériaux... Les frais baissent. Je souhaite garder un aspect ancien et, par exemple, les éléments sanitaires de second emploi font tomber les coûts d'une salle de bains. Toits de Choix vente tipis, tentes inuit, yourtes...

Comment être plus créatif et réaliser ses projets avec Walt Disney? « Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager. » – Walt Disney Note : cet article invité a été rédigé par Dany du blog “Le Manager Urbain”. Lors de mon séjour au « Disney Institute », j’ai constaté et j’ai compris bien davantage le phénomène Disney. Je savais que Walt Disney était l’un des plus grands créateurs possédant une imagination surprenante, mais j’ai été ravi d’apprendre que ce cher Walt avait également une méthode de créativité bien à lui. Développer nos talents de créateur est de plus en plus important dans notre monde en pleine mutation. Alors, voici comment la stratégie de Walt Disney pourra vous permettre de devenir un excellent créatif et un excellent opérationnel, ayant le sens des réalités, tout en menant à terme ses projets. Cette méthode fut également modélisée par Robert B. Le rêveur : Quel est l’objectif? Le réaliste : Dany

Vivre libre : mode d’emploi de l’autonomie Cet article n’est pas de moi mais je partage 4 décembre, 2013 Posté par Benji sous Écologie, environnement et animaux, Se préparer pour "après" 2 commentaires Je dépoussière un peu ce sujet mis il y a près de 1 an sur le blog suite au succès rencontré par l’article sur la création d’une maison en terre crue, près de 60 000 « likes » sur Facebook, exceptionnel! Attention, il y a déjà de bons articles sur l’autonomie sur le blog, en voici un exceptionnel écrit par « Homme des bois » qui est un habitué du blog. J’espère que ça vous plaira et que ça aidera ceux qui veulent s’y mettre. puis que ça ouvrira les yeux a certains moutons pas enragés du tout qui lieront ça pas hasard. Vivre libre : mode d’emploi de l’autonomie Bonjour à tous. L’idée qui tourne beaucoup sur internet en ce moment, c’est l’idée de l’autonomie. Bon, on n’en est pas encore là. Voilà pour l’intro. Combien il en faut ? On peut l’acheter : La terre s’achète. Voilà une petite carte des prix de la terre en 2011 : Tour du Yémen :

Related: