background preloader

Ville et transport

Facebook Twitter

Comment Uber bouscule le transport urbain. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Julien Dupont-Calbo C'est un numéro très efficace pour épater les copains ou les copines.

Comment Uber bouscule le transport urbain

Faire venir une voiture avec un chauffeur en livrée en moins de cinq minutes, le tout d'un simple glissement de doigt sur son smartphone. Ce service bling-bling est proposé par une start-up américaine baptisée Uber. Moins de quatre ans après sa création à San Francisco, cette société californienne est devenue la nouvelle coqueluche de la Silicon Valley. Son PDG et cofondateur, Travis Kalanick, compte parmi ses investisseurs la banque Goldman Sachs, le géant d'Internet Google ou Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon. MOBILITE. La pollution due au transport. Si depuis 20 ans, la pollution industrielle a baissé de 45 à 65 %, la pollution due aux transports a augmenté de plus de 30 %, la cause principale étant l'accroissement du traffic automobile.

La pollution due au transport

Le vélo dans la ville : un révélateur social. Politique cyclable à Grenoble, Entretien avec MICHEL GILBERT, Adjoint au Maire de Grenoble pour l’environnement et les transports, vice-président du Club des villes cyclables Cahiers de médiologie : Quels sont les obstacles, et les chances, d’une réintroduction du vélo dans une ville comme Grenoble ?

Le vélo dans la ville : un révélateur social

Michel Gilbert : Grenoble a été la première ville à se doter d’une politique cyclable. Sa géographie est favorable, c’est une ville très plate, au climat méridional, et où la tradition cycliste était forte jusqu’aux années 1960 puisque plus de 30 % des déplacements s’effectuaient à vélo, chiffre considérable si on le rapporte à celui d’aujourd’hui, 5 %. De Vélib’ à Autolib’. Les grands groupes privés, nouveaux acteurs des politiques de mobilité urbaine. Avec l’inauguration d’Autolib’ le 5 décembre 2011, Paris est devenue la capitale de la mobilité en libre-service.

De Vélib’ à Autolib’. Les grands groupes privés, nouveaux acteurs des politiques de mobilité urbaine

Depuis l’implantation de Vélib’ en 2007, la ville possédait déjà le système de vélos en libre-service le plus ambitieux du monde avec ses 20 600 vélos répartis sur 1 451 stations. Comme Vélib’, Autolib’ et ses 3 000 véhicules électriques répartis sur 1 200 stations [1], auxquels s’ajouteront environ 6 000 bornes de recharge, entend « révolutionner » [2] la mobilité des Parisiens grâce à l’utilisation collective de modes de déplacement longtemps pensés comme individuels. Derrière l’innovation de ces deux services se cache une transformation moins médiatisée : l’émergence de nouveaux acteurs privés dans la fabrique de la ville.

La gestion de la mobilité est dorénavant organisée par des grands groupes de service urbain cotés en bourse, tels que JCDecaux et Bolloré, en partenariat avec les pouvoirs publics municipaux. De Tokyo à Londres en passant par Paris : Faut-il supprimer la voiture ? De Tokyo à Londres en passant par Paris : Faut-il supprimer la voiture ?

De Tokyo à Londres en passant par Paris : Faut-il supprimer la voiture ?

Christophe Boltanski pour Nouvel Obs (France) Le 17-09-2007 La chasse à la bagnole est ouverte. La France, elle aussi, se convertit au transport »doux ». Tram, vélos en libre-service, auto-partage… A l’approche des municipales, chaque maire défend son projet. Christophe Boltanski a enquêté sur ce nouvel idéal citadin qui risque aussi d’élargir le fossé entre centre et banlieue. Les transports de Londres se transforment en gigantesque terrain de jeu. Et si les réseaux de transports en commun devenaient le théâtre de gigantesques jeux collectifs ? S’inspirant du principe de la Fun Theory, qui voudrait que les comportements éco-responsables soient encouragés par des infrastructures attrayantes pour le consommateur, Chromaroma propose aux utilisateurs du métro londonien une véritable guerre de territoire éco-citoyenne.

Chromaroma est un jeu auquel chacun peut participer, en équipe ou individuellement. Une seule condition : posséder une Oyster Card, équivalent londonien du passe Navigo francilien, qui est l’outil principal du jeu. « Le seul prix à payer pour une personne qui veut jouer est donc celui de son abonnement aux transports », déclare Richard Birkin, ingénieur en charge du projet chez Mudlark. Aujourd’hui, plus de 10 000 inscrits s’affrontent. Un nombre qui ne cesse d’augmenter depuis fin 2010, grâce à un bouche à oreille plus que favorable. Un modèle français à venir ?

Crédits photos : Mudlark. Aménager la ville pour les piétons, une "révolution urbaine". Date de publication : 20/02/2013 Format : Vu sur le web.

Aménager la ville pour les piétons, une "révolution urbaine"

A quoi servent les péages urbains ? Ville et transports.

Les enjeux de la mobilité

Vers une ville multi mobile. La conclusion du rapport sur les nouvelles mobilités du Centre d’analyse stratégique insiste sur « un objectif central : aboutir à un système de transport plus efficace et plus durable en élargissant les choix de mobilité pour tous ».

Vers une ville multi mobile

En sus des deux modèles de la voiture personnelle multi usages et des transports en commun, il s’agit d’offrir un large éventail de solutions de mobilité durables autrement dit peu coûteuses, faciles d’accès, confortables, non polluantes, adaptées aux territoires ainsi qu’aux modes de vie et aux revenus des différentes catégories de populations. Il faut que l’offre soit diverse (multi modalité) et puisse se combiner facilement et efficacement dans une même chaîne de déplacements (inter modalité), comme le résume Pierre Soulard, responsable du service Mobilité urbaine à la Direction de la Voirie du Grand Lyon : Lire l’entretien avec Gilles Vesco, vice-président du Grand Lyon en charge des nouvelles mobilités.