background preloader

Obésité

Facebook Twitter

Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids. Obesite.com : le site francophone de l'obésité. Obésité. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’obésité se caractérise par « une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé ».

Obésité

À la base, l’obésité résulte d’une consommation trop grande de calories relativement à la dépense d’énergie, durant plusieurs années. L'obésité est-elle une fatalité ? Publié le 12-10-2012 - Mis à jour le 15-01-2013 Causes, conséquences et prévention de l'obésité Un milliard d’obèses sur la planète d'ici 2030 dont 360 millions d'enfants.

L'obésité est-elle une fatalité ?

Une pandémie mondiale se prépare. Pourquoi ? Outre l’alimentation, de multiples situations peuvent engendrer, à terme, des problèmes de surpoids comme : l’arrêt du sport, une ou des grossesses, la ménopause, des traitements hormonaux une histoire familiale… Un jeune Français sur cinq est en surpoids ou obèse. Près d'un jeune Français sur cinq âgé de 15 à 25 ans (19 %) est en surpoids ou obèse, selon une enquête Ipsos rendue publique jeudi 11 octobre.

Un jeune Français sur cinq est en surpoids ou obèse

Parmi eux, trois sur dix n'en ont pas conscience puisqu'ils s'estiment minces ou de corpulence normale. Par ailleurs, plus d'un jeune Français sur deux (61 %) mange ses repas devant un écran au moins une fois sur deux, selon l'enquête. Grignotage, repas sautés ou avalés à toute vitesse, budget réduit consacré à l'alimentation font partie de mauvaises habitudes relevées par l'enquête. L'alimentation n'est en effet pas un poste de dépense prioritaire pour les neuf millions de jeunes concernés : plus d'un sur quatre est prêt à sacrifier la qualité et la quantité de son alimentation au profit de son habillement (31 %) ou de la téléphonie mobile (25 %).

La sédentarité aggrave également les risques de surpoids et d'obésité : plus d'un jeune sur trois déclare ne pas faire de sport (38 %). Obésité. Dossier réalisé en collaboration avec Arnaud Basdevant, nutritionniste et chercheur, unité Inserm U872, Institut hospitalo-universitaire ICAN (Institute of cardiology metabolism and nutrition), Paris, président du Plan National Obésité 2010-2013 - Janvier 2014. © Fotolia Maladie de l’adaptation aux récentes évolutions des modes de vie, l’obésité résulte d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques.

Obésité

Ce déséquilibre aboutit à une inflation des réserves stockées dans le tissu graisseux qui entraîne elle-même de nombreuses complications. L’obésité concerne aujourd’hui la quasi-totalité de la planète, y compris de nombreux pays émergents : selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 35 % des adultes dans le monde sont atteints d’obésité ou de surpoids. Les complications associées, en particulier le diabète et les maladies cardiovasculaires, entraînent le décès d’au moins 2,8 millions personnes chaque année.

L'obésité en infographies. Surpoids et obésité de l'adulte. Le surpoids et l’obésité correspondent à un excédent de graisse dans le corps.

Surpoids et obésité de l'adulte

Ils sont principalement dus à une alimentation trop riche et une activité physique faible. Des facteurs psychologiques ou génétiques, des maladies chroniques peuvent intervenir dans la survenue. Bouge..., une priorité pour ta santé ! Programme de lutte contre l'obésité et la sédentarité. Mutualité française - UNSS. / › Obésité-Santé. Obésité. C'est pas sorcier -OBESITE : nous risquons gros ! Obésité. Prévention de l’obésité infantile – résultats de l’étude IDEFICS. Inciter les enfants à pratiquer une activité physique en aménageant autour d’eux suffisamment d’espaces verts, de gymnases et de terrains de jeu, pourrait être un moyen très simple de lutter contre l’obésité infantile.

Parallèlement, les parents doivent s’assurer que leurs enfants dorment suffisamment la nuit. Tels sont les derniers résultats du projet IDEFICS (Identification and prevention of Dietary- and lifestyle-induced Health EFfects In Children and infantS), financé par la Commission européenne. Déjà en 2007 et en 2008, nous avions rapporté les objectifs de la vaste étude européenne IDEFICS ainsi que certains de ses premiers résultats1,2.

Ce projet s’intéresse aux effets de l’alimentation, des habitudes de vie et de l’environnement social sur la santé des enfants européens âgés de 2 à 10 ans. Augmentation du tour de taille du Nord au SudL’étude a montré qu’environ un enfant sur cinq est en surpoids ou obèse. Il apparaît donc qu’il faille inciter les enfants à être plus actifs. Surpoids, obésité et cancers - Prévention. Date de dernière mise à jour : 20/06/2014 Le surpoids et l'obésité sont reconnus comme des facteurs de risque de développer certains types de cancers.

Surpoids, obésité et cancers - Prévention

Or de nombreux Français y sont confrontés. Mieux les prévenir constitue un enjeu de santé important, non seulement pour lutter contre les cancers mais aussi contre d'autres maladies chroniques engendrées par une surcharge pondérale : maladies cardiovasculaires, diabète... Obésité. L'obésité en infographies. Obésité des enfants : l'activité physique à l'école porte ses fruits. Le programme Vivons en forme permet de lutter contre les inégalités sociales de santé, notamment en mettant l'accent sur l'activité physique à l'école.

Obésité des enfants : l'activité physique à l'école porte ses fruits

Bouger, jouer, apprendre à cuisiner en famille et ne pas parler d'obésité sont des moyens de lutte contre l'embonpoint, promus par le programme de prévention Vivons en forme (VIF). VIF a succédé au programme Ensemble prévenons l'obésité des enfants (Epode), créé en 2004 et inspiré de l'expérience conduite depuis 1992 dans deux petites villes du Pas-de-Calais (Fleurbaix et Laventie), sous l'impulsion notamment du professeur Monique Romon, chef du service nutrition au centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Lille. Même si la fréquence de l'obésité des enfants se stabilise en France, c'est moins net dans les populations défavorisées. Le programme VIF a "conquis" 250 communes, soit 3,5 millions de Français concernés, dont 200 000 supplémentaires en 2012. Surpoids et obésité : repérer plus tôt et mieux prendre en charge.

L'obésité en France : les écarts entre catégories sociales s'accroissent. Imprimer la page Thibaut de Saint Pol, division Conditions de vie des ménages, Insee Résumé En France, la corpulence des femmes comme des hommes a fortement augmenté depuis 1981, avec une accélération depuis les années 1990.

L'obésité en France : les écarts entre catégories sociales s'accroissent

Cette évolution concerne aussi bien les jeunes que les plus âgés. Toutefois ce processus n'a pas touché également tous les groupes sociaux. Sommaire Encadré. Surpoids, obésité et risque cardiovasculaire. Surpoids, obésité et risque cardiovasculaire Le risque cardiovasculaire lié à une obésité ou un surpoids « abdominal » Les mécanismes physiopathologiques du surpoids ou de l’obésité abdominale Surpoids, obésité et risque cardiovasculaire Comme nous l’avons décrit dans les autres chapitres, le surpoids et l’obésité sont largement responsables d’une augmentation du risque cardiovasculaire.

Surpoids, obésité et risque cardiovasculaire

Leur impact sur les maladies cardiovasculaire est à la fois direct, lié à l’augmentation de poids, mais aussi indirect, lié à l’apparition de facteurs de risques cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle, l’augmentation du taux de cholestérol dans le sang ou le diabète. Obésité. Des bactéries pour combattre l'obésité ? Pour en savoir plus V.

Des bactéries pour combattre l'obésité ?

K. Ridaura et al., Gut microbiota from twins discordant for obesity modulate metabolism in mice, Science, vol. 341, 1241214, doi : 10.1126/science.1241214, 6 septembre 2013. A. Obésité. Obésité : le risque de complication dépend de la flore intestinale. Pour en savoir plus E. Le Chatelier et al., Richness of human gut microbiome correlates with metabolic markers, Nature, doi : 10.1038/nature12506, 29 août 2013 A. Cotillard et al., Dietary intervention impact on gut microbial gene richness, Nature, doi : 10.1038/nature12480, 29 août 2013.